L'Astre Tyran

StarWars Online Roleplay Cliquez ici pour voir l'intro...

Image

Monde lacustre, merveille de la Nouvelle République, Naboo est partagée par les Humains et les Gungans. Il est possible de traverser la planète via son noyau grâce à d'immenses grottes sous-marines abritant des espèces uniques dans toute la galaxie.
Gouvernement : Nouvelle République
Avatar de l’utilisateur
By Tseh
#38734
Retour dans la chambre après un nouveau repas jugé copieux par le jeune homme. Il avait encore souvenir de l'air choqué de sa camarade de table en apprenant qu'il était analphabète. Enfin, vu le contexte, Rovar avait eut à faire des choix, des sacrifices. Mais malgré tout, il n'avait pas totalement négligé la connaissance. Bien au contraire, il l'a transmise par le moyen le plus ancien et accessible qu'il soit. Par l'oral. Mais aussi par la pratique et l'observation. Et à l'instar de Tseh qui apprenait à devenir un Jedi, Rovar en apprenait sur un monde qui lui était inconnu. Il avait dit que les Jedi devaient respecter les autres cultures. Même quand celles-ci comportaient des éléments très discutables. Le Bothan avait réussi à trouver un compromis pour permettre à un enfant de ne pas subir de la torture pour des questions de jalousie et de peur.

Tseh et Keila s'étaient quittés après le repas, une rencontre intéressante qui avait permis au nouveau venu d'en savoir un peu plus. Sans son maître, il se sentait toujours perdu. Et Keila l'avait aidé à se sentir un peu moins seul. Mais les blessures étaient encore récentes. Rovar avait rejoint la Force un peu plus d'une semaine avant l'arrivée des Jedi sur le monde d'origine de son apprenti. Bien qu'il ne sache pas combien de temps il était resté dans le bacta, Tseh était encore marqué par tout ce qu'il avait vécu récemment. Heureusement, Keila lui avait apporté un peu de légèreté dont il avait cruellement besoin.

Devant sa chambre, il vit Ssaw qui se promenait librement hors du box à sa plus grande surprise. Il croisa les bras et l'observa d'un air blasé.


- Qu'est-ce que tu fiches dehors?!

Il ne s'attendait pas à une réponse de la part de l'équidé. Tseh se contenta de prendre l'animal par la bride et de le rentrer au box. Il inspecta ensuite la porte pour savoir comment Ssaw avait put sortir. Il constata que l'animal avait réussi à accéder à l'interrupteur ouvrant sa porte. Il allait devoir instaler un loquet de sécurité en bas afin que l'incident ne se reproduise pas. Encore une fois, il ignorait le temps passé dans la cuve de bacta, mais c'était sans doutes pas la première fois que Ssaw faisait le coup. Une fois l'animal rentré, il lui tendit les fruits. Ils furent mangés rapidement. Dire que Keila lui avait donné son meiloruun pour Ssaw.

Tseh s'allongea sur le sol du box et fixa le plafond. Il aurait aimé que Rovar soit là pour le guider, l'aider à s'en sortir dans cet endroit. Et c'était pas Ssaw qui pourrait le mieux l'accompagner, même en y mettant du sien. C'était aussi un endroit nouveau pour la jument qui allait aussi devoir se faire. Il prit le sabre et le colla contre sa poitrine. C'était tout ce qui lui restait de son maître. Enfin, Rovar avait été bien plus pour Tseh, une famille et substitution, la seule personne vers qui aller quand tous lui tournaient le dos. Tout comme ses parents l'avaient été également. Il était conscient qu'il avait besoin des autres pour avancer, de leur soutien, de leur chaleur.

Les jours se succedèrent et se ressemblaient cruellement. Tseh était perdu et ne savait pas quoi faire. Il n'avait personne pour le guider. La plupart des maîtres étaient occupés et n'étant pas initié, il devait avoir un maître. Mais pour le moment, il n'avait toujours personne. Et certains membres de la tribu lui avaient fait comprendre par leur comportement qu'il n'était pas tout à fait le bienvenu bien que le Conseil l'ait officiellement intégré.

Une semaine était passée. C'était un après-midi morne comme d'habitude. Il était dans le box de Ssaw à ruminer. L'attitude de Ssaw changea, elle fut soudainement plus nerveuse et baissa les oreilles. Le jeune homme soupira et se leva comme pour demander ce qu'il se passait. Et il reconnut Keila avec qui il avait passé le repas une semaine avant.


- Bonjours tous les deux. Je ne sais pas si tu te souviens de notre rencontre Tseh. Au réfectoire ? Les pâtes, la sauce tomate ? Bref, je viens vous voir tous les deux car je pars en mission sur Naboo et j’aimerai savoir si toi Tseh et Ssaw bien évidemment, et oui je connais aussi ton nom, voudriez m’accompagner. Rien de bien méchant, nous allons dans un pensionnat pour détecter de jeunes enfants sensibles à la Force. Je pensais que ça pourrait vous intéresser. Bien sur il y aura des règles protocolaires à respecter mais ne t’en fais pas je t’apprendrais tout ça sur la route. Qu’en dites-vous ?

La rencontre, il s'en souvenait très bien. En tout cas, la persévérance de Keila à ne pas laisser un camarade paumé derrière était assez admirable. De ce qu'elle décrivait, ils allaient chercher des enfants sensibles à la Force comme lui l'avait été. Il allait suivre le même chemin que son maître. Aider d'autres personnes comme lui. Leur apprendre qu'ils peuvent vivre normalement avec leurs pouvoirs. Et que la Force n'est pas que ça.

- Eh bien, j'accepte. Et j'accepte pour Ssaw. Ça va lui dégourdir les sabots. Si je peux aider d'autres comme mon maître l'a fait avant.

Tseh appris qu'il devrait la rejoindre au hangar aux vaisseaux en compagnie de Ssaw. Le jeune homme salua Keila et en profita pour se préparer. Peut-être qu'un autre point positif de cette mission serait de lui changer les idées. Et il ne serait pas à ruminer dans l'attente d'un maître. C'était aussi un moyen de se rendre utile pour sa nouvelle tribu qu'était l'Ordre Jedi.

Il ne connaissait pas Naboo. Il avait deviné que c'était une planète comme Coruscant ou son monde d'origine selon ce que Rovar lui avait appris. Mais sur place, il ignorait à quoi ça ressemblerait en se basant sur ce qu'il avait vu de Coruscant et de son monde de l'Amas de Parthovian.

Le jeune homme avait fait appel à de l'aider pour le débarrasser du dianoga de la douche. Normalement, il pourrait se laver sans risques. Une chose qui inquiétait tout de même Tseh, était cette histoire de protocoles. Les bonnes manières et le paraître c'était pas du tout le domaine de Tseh. Lui qui avait l'habitude de métiers salissants et de vivre dans de basse-castes chez qui toutes ces conventions n'étaient pas le principal souci. Surtout, il voyait tout ça comme source d'hypocrisie. Il revoyait le chef et son fils qui en faisaient des caisses avec ça, mais par derrière, ils se comportaient comme les pires des ordures, surtout le fils.

Pour le jour du départ, Tseh avait prit une douche rapide en utilisant un savon pas trop agressif pour ses narines en terme d'odeurs, enfin un truc bien neutre car il détestait les odeurs de fruits car ça donnait envie de les manger. Et le savon, c'était pas bon. Pour la tenue, il avait mis ce qu'on lui avait donné, celle d'un Jedi basique. La tenue des Padawan differant peu de celle des Chevaliers et des maîtres. Il nota que la bure était pas pratique du tout pour monter à cheval. La tenue de civil qu'il avait lors de son entrevue avec le Conseil étant beaucoup mieux. Ayant remarqué que des Jedi adoptaient leur tenue pour qu'elle s'adape à leurs besoins, il la modifierait pour faciliter l'équitation. Même s'il avait remarqué que certains n'avaient pas de soucis à monter sur les étranges véhicules volants comme on montait sur un cheval. Il allait devoir s'habituer à cette nouvelle tenue. À sa ceinture, il avait mis le sabre de son maître dont la partie où se trouvaient la sortie de la lame et les boutons avait été soigneusement emballée dans de la peau de chèvre ainsi que l'os d'oryx sculpté. Autour de son cou, il avait toujours son cristal vert donné par son père dans un petit sac en cuir de chèvre rembourré de laine de mouton.


Le lendemain Tseh rejoignit le hangar aux vaisseaux. Il devait trouver Keila et il saurait quel serait le bon appareil. Et déjà cet endroit lui offrait un aperçu de la grande diversité des vaisseaux. Entre des X-Wings petits et fins et des transports corelliens plus massifs. Il reconnut un peu plus loin l'oiseau de proie de son maître. Il resta quelques instants devant. Le vaisseau était encore décorés des divers motifs dessinés par Tseh. Parmi eux, des yeux à l'avant de l'appareil et sur les côtés, des motifs de bateaux, de chiens et d'étoiles. Ces derniers étaient associés aux divinités du ciel et celles qui protégeaient les voyageurs, notamment quand ils utilisaient des bateaux. Et le vaisseau était comme une grande barge, mais voguant dans le ciel et non sur l'eau. Selon les croyances de son monde, la déesse du ciel prenait la forme d'une vache-nerf, parfois anthropomorphe avec le corps étoilé souvent accompagnée d'un chien. Il resta quelques minutes devant cet appareil qui avait servi autrefois d'habitation pour le maître et son apprenti. Mais il ne prendrait pas ce gros chasseur.

Non, ce fut un appareil un peu plus imposant. Surtout plus large. Il avait trouvé le bon vaisseau tout simplement car il contenait la caisse destinée à Ssaw. En parlant de jument, celle-ci se grattant la croupe sur un des X-Wings risquand d'endommager le chasseur. Tseh s'empressa de séparer l'équidé de son grattoir improvisé. Maintenant, l'épreuve serait de mettre la bête dans sa caisse de transport. Et sans doutes que la jument ne serait pas très consentante. Il s'approcha de la caisse ouverte. Celle-ci était tapissée de paille et adaptée au transport des équidés et animaux du même gabarit comme des tauntauns. On pouvait attacher l'animal avec un licol. De l'eau et du foin étaient à disposition. Tseh se servit d'un meiloruun pour attirer la jument. Elle adorait ça.

Finalement ça fut moins difficile que prévu de faire entrer dans la caisse. Mais au moment de la fermeture, Ssaw se rendit compte qu'elle était enfermée et se mit à cabrer et à taper frénétiquement sur la caisse. Il n'aurait pas été difficile de confondre cette occupante turbulente avec un rancor juvénile. Ssaw tentait aussi de trouver un moyen de sortir de sa prison comme le témoignait le museau dépassant des barreaux de l'avant de la caisse. Enfin, il entendit les bruissements du foin qui remplacèrent les hennissements et coups de sabots de colère. La bête avait été apaisée par le foin, mais ça ne durerait pas.

Finalement,Tseh vit Keila. Cette fois, elle le verrait habillé normalement selon les critères locaux. Enfin, à un détail près. En raison de soucis de tâches qui ne voulaient pas partir, Tseh avait mis sous sa bure un t-shirt récupéré au coin friperie de l'intendance au lieu de la tunique Jedi classique. Des vêtements issus de dons. Et il avait eut le bon goût de prendre un t-shirt publicitaire pour de la bière. Tseh entra dans le vaisseau tout en poussant la caisse contenant Ssaw qui lévitait, facilitant le déplacement, même avec un contenu plus lourd. Une fois la caisse installé à sa place, Tseh rejoignit le cockpit. Il prit le siège passager. Son coeur battait la chamade. C'était la première fois qu'il montait dans un vaisseau en mouvement, hors d'une cuve de bacta. Alors qu'il avait retiré sa bure et mis sur le dossier du siège, il entendit des coups de sabots sur la caisse. Le foin n'avait pas fait long feu. Ces coups étaient réguliers et il sentait que ça durerait une très grande partie du voyage.


*Je plains déjà Keila... *

Mais la jeune femme ne serait pas au bout de ses peines avec ses nouveaux partenaires de missions au caractère bien trempé.
#38754
Image



Keila était arrivée au hangar quelques minutes après Tseh. Que voulez-vous, les femmes… Soucieuse d’être bien présentable, elle avait lissé et attaché ces cheveux, maquillé son visage et avait repassé ces vêtements. Cela avait bien évidemment pris du temps et la jeune femme avait dû marcher d’un pas rapide pour se rendre au hangar. La grande pièce était toujours aussi impressionnante avec tous ces vaisseaux les uns à côté des autres. Les X-wings qui dans l’espace paraissaient minuscules paraissaient énormes à côté d’un humain. Elle vit enfin Tseh qui chargeait la caisse contenant son cheval à l’intérieur. Le pauvre semblait avoir un mal de chien même si celle-ci lévitait. Elle s’enquit d’attendre que les techniciens lui disent que le bolide était prêt avant d’entrer dedans et de rejoindre Tseh dans la cabine de pilotage.

-Bonjours Tseh, content de te voir. Pas trop stressé ? Attends…. Fais voir ton t-shirt ?

Le padawan le lui montra ce qui déclencha un sourire chez Keila. Elle s’était attendue à tout sauf ça. Un t-shirt faisant la promotion d’une bière. Décidément Tseh était un spécimen rare. Elle reprit d’un air amusé.

-Fais moi promettre de d’acheter un haut adéquat quand nous serons sur Naboo. Ce t-shirt là ce n’est juste pas possible. Je suis cependant ravi de voir que tu as mis des habits propres et mais en plus tu t’es lavé ? Et bien Tseh tu m’épates ! Sauf pour le t-shirt mais on ne peut pas être parfait n’est-ce pas ?

Elle adressa un sourire sincère à Tseh. Keila aimait bien ce drôle de spécimen. Il était tellement différent des autres que sa façon d’être était très agréable pour la jeune femme.

-Bon je te préviens, le début du vol risque d’être chaotique, ça fait 2 ans que je n’ai pas piloté de vrais vaisseaux. J’ai participé à quelques simulations au cours du dernier mois mais ce n’est pas vraiment les mêmes sensations.

Sans attendre de réponse, Keila pris le levier et l’abaissa. Ils s’élevèrent alors dans les airs sortant dans le ciel bondé de Coruscant. Tseh semblait crispé et ne parlait pas beaucoup. Elle n’avait pas dû le rassurer avec ces propos mais elle avait préféré être honnête avec lui. Bientôt ils sortirent de l’atmosphère et le visage de son compagnon devenait de plus en plus pâle.

-ça va Tseh ? Attends qu’on passe en vitesse lumière avant d’aller vomir. Tu pourras détacher ta ceinture.

Toujours pas de réponses. Il avait même fermé les yeux. Keila poussa un soupir sonore l’air de dire : le voyage va être long. Entre le canasson qui hennissait sans s’arrêter à tel point que Keila priait qu’il ait une extinction de voix et Tseh qui était aussi blanc que son soutien-gorge, elle comprit très vite qu’elle n’avait pas embarqué les meilleurs compagnons pour un voyage de 6 jours.
De toutes façons elle n’avait plus le choix, quand ils arrivèrent au niveau de la route hyperspatiale, Keila regarda de nouveau son compagnon et dit d’un ton compatissant.

-Nous allons passer en hyperespace, je te préviens ça risque de secouer un peu, accroche-toi.

Elle fit les manœuvres nécessaires et quelques secondes plus tard, Coruscant était bien loin derrière eux. Ssaw la jument de Tseh était extrêmement paniquée et commençait à gesticuler comme une dingue dans sa cage. Keila détestait le traitement donné au cheval mais ils n’avaient pas le choix s’ils ne voulaient pas qu’elle réduise le cargo YT-1200 en miettes. C’était donc en criant que la jeune femme s’adressa à Tseh pour lui dire qu’il pouvait retirer sa ceinture car il ne risquait plus rien. Tseh courut jusque les toilettes tandis que Keila alla voir la jument qui dans sa détresse s’était possiblement blessée. Elle avait vu juste, à force de se cogner, la bête semblait quelque peu sonnée. Keila profita du fais qu’elle soit plus calme pour poser sa main sur son épaule large et ferma les yeux. Pauvre Ssaw, elle n’était pas habituée à être en cage, d’après ce que Keila avait entendue, la jument sortait souvent de la pièce que le temple avait bien voulue lui donner. Seul Tseh arrivait à la tenir et encore. Keila visualisa alors dans sa tête le corps de la jument et grâce à la force essaya de dissiper les différents bobos du canasson. Elle mit du temps à cause de la taille de l’animal mais la revitalisation sembla faire effet quand elle remarqua le regain de vitalité de la jument.

-Reste calme maintenant, ça ne fait plaisir à personne de te laisser là-dedans mais nous n’avons pas vraiment le choix pour le moment. Je te promets de tout faire pour que le voyage te soit un tant soit peu confortable.

Elle retourna dans le cockpit et soupira une deuxième fois. Le temps allait être long, très long pendant 6 jours.


Image



Naboo était en vue, Keila sourit, le voyage s’était passé sans encombre. La plupart du temps elle avait été à l’arrière du vaisseau afin de méditer et de s’améliorer au sabre laser. Tseh quant à lui avait passé beaucoup de temps avec Ssaw qui s’était à peu près calmée pendant le reste du voyage. Ils avaient pu discuter de temps dévoilant certaines brides de leur passé. Keila avait jugé nécessaire aussi de former Tseh sur le protocole et sur la tenue qu’il allait devoir avoir durant cette mission. Rien de bien difficile pour une personne ordinaire mais Tseh n’était pas quelqu’un d’ordinaire. Elle redoutait la future confrontation avec la directrice du centre.
Le cargo YT-1200 avançait lentement dans l’espace tout en s’approchant de Naboo attendant la permission de pouvoir se poser à Theed. Ils ne mirent pas longtemps avant qu’une voix ne retentissent dans le cockpit.

-Cargo YT-1200, veuillez décliner votre identité et le motif de votre visite.
-Nous sommes les padawans Keila Dalen et Tseh de l’ordre jedi. Nous venons de Coruscant afin de nous entretenir avec la directrice de l’orphelinat de la fondation Utopia sur Naboo.


Quelques secondes s’écoulèrent avant que la voix ne résonne de nouveau.

-Permission accordée, veuillez vous diriger vers le hangar 5.

Keila ne se fit pas priée et continua sa route jusque Naboo qui au fur et à mesure devenait de plus en plus grosse. C’était probablement l’une des plus belles planètes que Keila avait eu la chance de visiter. Vivre sur Naboo était une chance. Elle n’avait rien dit à Tseh préférant lui laisser la surprise. Theed était une ville magnifique. Durant l’atterrissage, Keila préféra faire un rappel à Tseh afin qu’il ne fasse pas de bêtises.

-J’espère que tu n’as pas oublié ce que je t’ai enseigné. Tu es là pour apprendre et ne t’en fais pas tout se passera bien. Si tu ne sais pas quoi dire, laisse-moi parler, si tu as des questions n’hésite pas non plus. On passera d’abord dans un magazin pour t’acheter un haut un peu mieux.

Le vaisseau se posa enfin dans le hangar 5. Tseh, Ssaw et Keila étaient enfin libres de poser pieds à terre.

Modifié en dernier par Keila Dalen le mar. 12 janv. 2021 18:05, modifié 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
By Tseh
#38759
________________________

*Eh la chèvre, tu devrais plutôt aller brouter avec tes semblables! Tu tiens même pas le rythme cinq minutes! *

Tseh entendait son maître soupirer. Ça se voyait qu'il avait pas l'habitude de travaux manuels dans les champs. Il devait tout de même reconnaître que le Bothan s'était rapidement fait à cette nouvelle vie. Après des débuts laborieux, plus personne ne se plaignait vraiment de ce nouveau venu inhabituel. Peut-être A-ha, vu que Rovar était un des rares à lui tenir tête et ne pas accepter le comportement d'enfant gâté de fils du chef.

Fallait-bien que Tseh rate quelque chose, et c'était bien ce T-shirt. Décidément, le jeune homme n'avait jamais appris à devoir bien se faire voir de la haute société. Toutes les conventions de ce genre, c'était pas du tout son truc. Enfin, s'il fallait une tenue précise, d'accord.


- Fais moi promettre de d’acheter un haut adéquat quand nous serons sur Naboo. Ce t-shirt là ce n’est juste pas possible. Je suis cependant ravi de voir que tu as mis des habits propres et mais en plus tu t’es lavé ? Et bien Tseh tu m’épates ! Sauf pour le t-shirt mais on ne peut pas être parfait n’est-ce pas ?

Tseh avait l'impression d'être comme son maître quand il se faisait railler par les paysans lui reprochaient de ne pas savoir tenir une houe correctement. Mais visiblement, sa partenaire de mission avait prévu qu'il prenne un nouveau haut.

- Bon je te préviens, le début du vol risque d’être chaotique, ça fait 2 ans que je n’ai pas piloté de vrais vaisseaux. J’ai participé à quelques simulations au cours du dernier mois mais ce n’est pas vraiment les mêmes sensations.

Soudainement, l'angoisse monta en Tseh. Il n'était jamais monté dans un vaisseau en mouvement. Keila n'attendit pas de réponse et se mit aux commandes et fit décoler l'appareil. Tseh était crispé sur sa ceinture de sécurité. Il ne profitait pas vraiment du paysage qui défilait à travers les vitres du cockpit. Il sentait des nausées en lui. Déjà, il était malade sur une barque en papyrus, alors dans un véhicule plus rapide et fermé, ça allait être pire.

- ça va Tseh ? Attends qu’on passe en vitesse lumière avant d’aller vomir. Tu pourras détacher ta ceinture.

Donc ça allait accélérer. Tseh craignait d'avoir les organes en bouilie avec une telle vitesse. Il avait fermé les yeux et s'accrochant toujours à sa ceinture. Derrière, Ssaw hennissait et tapait dans sa caisse. Cela n'arrangeait pas le stress du jeune homme. Seule la voix de Keila détourna momentanément Tseh de ses angoisses quand de lui dit qu'il pouvait se détacher. Effectivement, il n'avait pas les tripes en soupe malgré la vitesse. Malgré tout, il avait toujours la nausée et courru aux toilettes.

Il entendait Ssaw qui était toujours aussi nerveuse. Heureusement, Keila était venue à la rescousse. Il entendit la jument se calmer. Tseh lâcha un soupir de soulagement.

Mais ça n'allait pas durer, ce n'était le début d'un voyage de six jours. Ce fut terriblement long pour Tseh qui luttait contre son mal des transports. Il avait alterné entre les toilettes et être au chevet de Ssaw durant une grande partie du périple. Ça avait été entrecoupé par des moments où Keila lui expliquait les divers protocoles. Le jeune homme n'avait pas pût tout retenir à cause de son mal des transports et parfois écoutait à demi-mots.

Puis au bout de six jours, le vaisseau quitta l'hyperespace et Naboo se dévoila enfin. Tseh ne put pas vraiment la contempler. Il était toujours nauséeux. Pendant six jours, il avait pas beaucoup mangé et dormi. Il entendit une voix dans le cockpit, mais ne chercha pas vraiment d'où elle venait.

- Cargo YT-1200, veuillez décliner votre identité et le motif de votre visite.
- Nous sommes les padawans Keila Dalen et Tseh de l’ordre jedi. Nous venons de Coruscant afin de nous entretenir avec la directrice de l’orphelinat de la fondation Utopia sur Naboo.

Heureusement Keila répondit pour eux. Et cela fût suivi quelques secondes plus tard.

- Permission accordée, veuillez vous diriger vers le hangar 5.

Plusieurs minutes s'écoulèrent au fur et à mesure que l'appareil s'approchait de sa destination. Keila en profita pour lui donner de dernières consignes.

- J’espère que tu n’as pas oublié ce que je t’ai enseigné. Tu es là pour apprendre et ne t’en fais pas tout se passera bien. Si tu ne sais pas quoi dire, laisse-moi parler, si tu as des questions n’hésite pas non plus. On passera d’abord dans un magazin pour t’acheter un haut un peu mieux.

Laisser parler l'experte en individus plus malhonnêtes que des pillards c'était la meilleure stratégie. Décidément, il avait vraiment du mal avec toute cette avalanche de principes qui passaient surtout pour des fioritures alors que souvent de simples formules de politesse suffisaient selon lui. Il voyait un aspect hypocrite dans toutes ces conventions. Il se souvenait encore d'A-ha qui en faisait des caisses devant les officiels d'une autre tribu, mais quand ils avaient le dos tourné, il se comportait comme la pire des enflures.

Enfin, il allait apprendre sûrement en observant. Le vaisseau se posa et quand le moteur fût coupé, cela sonna comme une délivrance pour Tseh. Le jeune homme sorti et inspira un bon coup. Ssaw fût aussi libérée de sa caisse. Elle s'ébroua un bon coup et passa devant Tseh. Le jeune homme la prit par la bride pour éviter un accident avec un animal trop enthousiaste après six jours dans une caisse. Ils devraient d'ailleurs changer la litière après un tel voyage. En sortant du spatioport, il monta sur la jument et suivit Keila en direction des quartiers commerçants de Theed.

Keila les dirigea vers la zone commerciale de Theed. Maintenant sur le plancher des nerfs, Tseh pouvait enfin profiter pleinement de Theed. Et il n'y avait pas à dire, les bâtiments étaient magnifiques et imposants. Rien à voir avec les huttes de briques crues qu'il avait connu sur son monde d'origine. Les gens qu'il croisait étaient richement vêtus et bien soignés. La végétation ornementale et bien entretenue était omniprésente. En tout cas, Ssaw l'avait bien remarqué et se servit dans un buisson.

Ils passèrent sur des ponts donnant sur des canaux sur lesquels voguaient diverses embarquations contrastant avec des barques en papyrus. Cette ville était perchée sur une falaise. Et de vastes plaines irriguées richement et verdoyantes s'étalaient à perte de vue, entourant la ville. Rien à voir avec les savanes sèches qui se déployaient quand on s'éloignait du fleuve et de son limon fertile sur son monde d'origine. Ces terres avaient été celles des nomades et des pillards divers.

Dans la rue, les gens se déplaçaient sur des speeders, mais aussi sur des animaux. Principalement des espèces de félins dont Tseh ne connaissait pas le nom. En tout cas, ils avaient meilleure allure que Ssaw. Ils avaient de belles selles finement ouvragées là où la jument se contentait d'un simple tapis en peau de chèvre. C'était l'harnachement d'origine avec le filet simple qui datait de son précédent propriétaire. En tout cas, il sentait qu'il faisait toujours autant tâche. Même si il avait vu des ouvriers aux tenues plus modestes et souillées par leur travail dans l'entretien d'un bâtiment. Autour de lui, les gens l'observaient avec curiosité. Il devait tout de même noter que c'était aussi Ssaw qui attiraient les regards parfois bien plus que ses goûts vestimentaires discutables. Ils arrivaient dans les rues commerçantes et immédiatement, des odeurs de nourriture cuisant chatouillièrent les narines de Tseh. Son ventre gargouilla. À force de tout rendre dans le vaisseau, il avait l'estomac vide. Malheureusement, il n'était pas là pour manger, mais pour remplacer un T-shirt jugé de mauvais goût.

Les boutiques de vêtements étaient aisément reconnaissables à leur enseignes explicites. Tseh laissa Ssaw sur une aire de speeders où il y avait également de quoi attacher les montures à côté d'un grand arbre. Deux tusk cats et un gualama étaient déjà à attendre leurs propriétaires. En s'éloignant, il remarqua que Ssaw regardait déjà les autres animaux en baissant le oreilles.


- J'ai un peu peur...

Il marqua une pause.

- Enfin, pour elle mais aussi pour les autres animaux, elle tenait en respect les babouins et les Anoobas... Puis je crains aussi pour les speeders dans une moindre mesure... Vu comment elle a traité le petit vaisseau la dernière fois, je me méfie.

Il parlait de la fois où un X-wing avait servi de grattoir pour croupe. Surtout que madame n'y allait pas de main morte. Sentant la contrainte liée à l'équidé caratériel, il se disait qu'ils feraient mieux de se dépêcher. Toutes manières, Tseh comptait prendre un truc rapidement, le truc le plus simple de préférence. Les boutiques de Naboo allaient des vêtements basiques peu coûteux aux pièces plus travaillées ou de marque valant une fortune. Après une première boutique trop luxueuse où ils avaient pas eu le droit d'entrer car jugés trop pauvres et une aux vêtements trop tape-à-l'oeil pour un homme qui portait un t-shirt douteux, Tseh trouva quelque chose qui semblait plus correspondre à ce qu'il voulait. D'après la traduction de Keila, c'était une boutique de vêtements à prix dégriffés. Là, il prit un haut simple marron, sans motifs cette fois. Donc pas de risques de passer pour un con avec un t-shirt de bières. Enfin parmi les vêtements vendus, il avait vu ce merveilleux haut arc-en-ciel avec un bantha rose chevauchant des nuages. Il trouvait que les bières c'était bien sobre à côté de cette avalanche de couleurs douteuses.

Une fois son achat fait, Tseh se servit de sanitaires publics pour se changer et mettre le haut neutre. Heureusement qu'il avait put compter sur Keila pour lui dire les prix et l'aider à payer, vu qu'il ne savait pas lire. Dans cette société, c'était un véritable handicap. Une fois avec une tenue plus décente et un passage en pharmacie pour acheter des médicaments contre le mal des transports, il rejoignit Ssaw et en arrivant, il découvrit une scène insolite. Le Gualama terrifié cherchant à rompre son lien pour fuir et les deux Tusk cats perchés dans l'arbre surplombant l'aire des speeders. Au milieu de tout ça, Ssaw était en train de brouter comme si de rien était. Il inspecta les autres animaux, il remarqua une marque de morsure sur la croupe du Gualama. Heureusement, c'était assez léger, mais ça avait traumatisé la pauvre bête. Tseh prit tout de même la peine de soigner l'animal. Peut-être que Ssaw était de mauvaise humeur après un tel voyage en vaisseau. Le jeune homme détacha la jument et ils prirent la route pour la suite.

Avant l'orphelinat, une pause repas s'imposait, Tseh n'avait pas beaucoup mangé depuis six jours et son ventre le lui rappelait par des gargouillis. Sur le chemin, il sentait une certaine amertume chez Keila. Il se rappela de ce qu'elle lui avait raconté, que son maître avait trouvé la mort sur ce monde. Enfin, il hésitait à remuer le couteau dans la plaie. Peut-être qu'un bon repas leur ferait le plus grand bien.

- C'est pas tout ça, mais il se fait faim. Surtout qu'avec ce voyage, j'ai pas beaucoup mangé. Si on a un peu de temps, je serais pas contre une petite pause repas.

Ils arrivaient dans le quartier où se trouvaient la majorité des restaurants. Beaucoup d'établissements luxueux, mais en fouillant bien, ils trouvèrent des choses plus abordables. Finalement, le choix se porta sur un fast-food spécialisé dans les burgers et tacos à la viande de shaak. Au moins, on pouvait manger avec les doigts. L'avantage, c'était aussi que la carte mettait aussi des images des plats ce qui aidait pas mal pour un analphabète. Tseh avait attaché Ssaw à l'écart des autres montures et des speeders.

L'intérieur avait un aspect assez rustique, bien que plus propre que des tavernes et cantinas des bas-fonds. Ce troquet était essentiellement fréquenté par les classes populaires de Naboo. Ils étaient installés à une petite table en coin donnant sur la fenêtre pour surveiller Ssaw. Les commandes arrivèrent assez rapidement.

Tseh n'avait pas mis longtemps à entamer son sandwich de Shaak. C'était plein de sauce, bien gras, mais juteux, un délice pour le jeune homme. Par rapport à ce qu'il mangeait sur son monde tout ce qu'il découvrait ici était savoureux, hormis le savon. Tout en mangeant, il observait Keila. Peut-être crever l'abcès. Parfois parler faisait du bien. Il l'avait senti quand son maître lui vaut demandé ce qu'il s'était passé avec sa tribu. Tseh avait enfin put dire à quelqu'un ce qu'il avait sur le coeur. Une personne qui avait fait preuve de gentillesse et de compassion envers lui qui n'était plus rien.


- J'ai senti que tu avais un lien avec ce monde. J'imagine que c'est à cause de ce qu'il s'est passé. Mais j'ai l'impression qu'il y a plus. Enfin, si tu veux pas m'en parler tu n'es pas obligé.

Tseh comprenait que si Keila préférait garder ça pour elle ou se confier à une autre personne elle n'était pas obligé de lui dire.
#38762
La température était idéale dans les rues de Theed, le ciel était bleu et une petite brise s’aventurait faisant virevolter les cheveux des habitants de la capitale de Naboo. Keila et Tseh se baladaient dans les rues de Theed contemplant la splendeur architecturale de la ville. Ils firent une première halte dans un magasin de vêtements afin que Tseh puisse acheter un haut pour remplacer son t-shirt décoré d’une bière. Keila jura intérieurement contre la jument de son compagnon qui avait fait des siennes pendant leur absence. Ils allèrent ensuite s’assoir à la terrasse d’un restaurant. La jeune femme commanda une salade ainsi qu’une bière corellienne, star du marché des brasseurs galactiques. Ils avaient tous pour passer un bon moment avant de penser à leur mission et pourtant Keila ne parlait pas beaucoup, elle marchait la mine basse.
Dans sa tête, les souvenirs affluaient les uns après les autres. Elle était venue bon nombre de fois se promener dans les artères principales et secondaires de la ville en compagnie de Cyniosis Jugo, son défunt maître. Toutes les splendeurs de la planète ne pouvaient lui faire oublier la disparition de son maître natif de la planète. Elle l’avait vu disparaître à une petite vingtaine de kilomètres de la capitale. Le manoir dans lequel son maître et le sith Darth Oxious s’étaient affrontés étaient toujours debout et avait même était restauré afin que le peuple naboo pour qui Cyniosis était une véritable icone n’ait pas à se remémorer sa douleur en voyant les dégâts sur la bâtisse.
Tseh remarqua bien vite le visage peiné de Keila qui mangeait sa salade lentement et elle fut agréablement surprise par la douceur avec laquelle il amena le sujet sur la table. Elle lui adressa un faible sourire et décida de lui répondre avec franchise.

-Mon premier maître est né et a rejoint la Force à une vingtaine de kilomètres d’ici. La dernière fois que je suis venu sur Naboo, je me suis recueillit sur le tombeau de mon maître construit par le gouvernement Naboo. Bien que cela fasse 5 ans, j’ai toujours du mal à accepter qu’il ne soit plus là. Il était comme un père pour moi. J’ai passé 10 ans de ma vie à le suivre partout.
Ce jour-là, il y a 2 ans, j’ai décidé de quitter l’ordre jedi car je ne me sentais plus digne de faire partie de l’ordre jedi. La colère, la haine et la peur avaient commencé à prendre le pas sur toutes les autres émotions que je connaissais et j’avais peur en tant qu’utilisatrice de la Force que cela me mène sur le chemin du côté obscur. Je suis donc partie sur la planète Polmanar retrouver ma mère et mes deux petits frères et là-bas j’ai caché qui j’étais vraiment en travaillant pour une corporation agricole. Cela fait à peine 1 mois que je suis de retour au sein de l’ordre. Naboo représente pour moi des moments difficiles et des souvenirs que j’aimerai pouvoir oublier.


Elle marqua une pause, touchant quelque peu à sa salade composée qui ne demandait qu’une chose être mangée.

-Néanmoins ne t’inquiètes pas Tseh, je suis complètement focus sur ce qui nous amène ici. Je me suis endurcit avec le temps et tout va bien se passer.

Vint alors le temps du dessert, Keila prit une salade de fruits bien juteuse et très copieuse. Sachant que Tseh n’avait pas d’argent, elle paya l’addition, un prix peu élevé pour tout ce qu’ils avaient mangé et bu. Ils quittèrent le restaurant le ventre plein. Le pensionnat se trouvait à quelques petites rues de là ou ils étaient et Keila décida d’entretenir Tseh au sujet de Ssaw avant qu’ils n’aillent chercher la jument qui les attendait sagement à l’écart des autres animaux.

-Nous allons aller tout de suite au pensionnat Tseh afin d’y rencontrer la directrice et les enfants qui y résident. Je propose de laisser Ssaw ici, nous n’avons que 2 minutes à marcher et désolé si je manque un peu de tact mais ta jument n’arrive pas à se tenir. Là-bas, nous allons devoir être au calme et montrer qu’on peut nous faire confiance. S’il arrive quelque-chose à cause de Ssaw, notre mission pourrait couper court. Bien sur je te laisserais aller la voir quand tu le désireras je sais à quel point tu es attaché à elle et je le comprends totalement. Qu’en penses-tu ?

La décision de Tseh prise, ils se dirigèrent vers l’orphelinat. Le bâtiment était neuf et de belle facture. Keila se dirigea vers l’interphone et appuya sur un bouton afin de contacter l’accueil. Quelques secondes passèrent avant qu’une voix ne résonna.

-Bonjour, bienvenue à l’orphelinat de la fondation Utopia sur Naboo. Pouvez-vous me décrire l’objet de votre visite ?
-Bonjours, nous sommes des membres de l’ordre jedi envoyés de Coruscant afin de détecter si parmi les enfants que vous recueillez certains sont sensibles à la Force. Nous permettez-vous d’entrer afin de procéder à quelques tests ?


Image

La porte s’ouvrit sur un hall au fond duquel un petit bureau trônait, une femme d’une cinquantaine d’année les attendait assise en souriant.

-Je vais prévenir la directrice Emilana de votre visite. Attendez ici.

Ils attendirent donc debout sans parler dans le hall que la dame revienne de son entretien avec sa directrice.
#38771
Image

- RP en tant que Maria Emilana, Directrice de l'orphelinat de la fondation Utopia -


Maria Emilana, la directrice de l’orphelinat était une femme somme toute assez simple. Elle avait toujours été satisfaite des petits plaisirs de la vie. Sa famille n’était pas très riche, mais ils n’avaient jamais vraiment manqué. Et elle avait appris à apprécier tout ce que la vie avait à lui donner. C’était une femme intelligente et complète. Elle avait eut une enfance sereine sur Naboo, acquit une éducation solide et développé un intérêt certain pour les langues. C’est pourquoi elle était devenue professeur dans la ville de Theed. Un métier dont elle était fier et qui lui apportait beaucoup de satisfaction. Pourtant il lui avait toujours manqué quelque chose. Cette envie d’apporter son aide à son prochain. En tant que professeur, elle avait cru réussir à combler ce vide en apprenant à de jeunes gens ce dont ils avaient besoin pour construire un futur en toute tranquillité. Elle avait pris ce travail très aux sérieux. Mais rapidement, elle en avait vu les limites. Ce n’était pas suffisant. Il y avait d’autres personnes qui avaient besoin d’aide. Bien plus que les enfants qu’elle avaient éduqué jusqu’à présent. Apprendre le Basic, parfois d’autres langues, étaient indéniablement utile. Mais ce n’était pas assez.

Une chance pour elle, c’était typiquement le genre de personnalité que recherchait la Fondation Utopia. Dès qu’elle avait eu connaissance de l’ouverture d’un pensionnat pour orphelin, elle avait saisi l’opportunité d’en faire plus. Il n’avait pas fallu plus de quelques minutes à Merar Leento, la présidente de la fondation pour découvrir les nombreux points communs qu’elle avait avec Maria. Ce n’était pourtant pas évidant quand on savait à quel point la première impression est importante. Au premier abord, la professeur avait un visage fermé que certains avaient parfois qualifié de hautain. Elle était belle. Mais d’une beauté un peu froide. Sa posture, ses longs cheveux noirs maintenu en un chignon stricte, ses yeux sombres, les quelques rides qui parsemaient son visage, lui donnaient un air sévère. C’était mal la connaitre. Maria aimait rire, sourire, et plus que tout, c’était une femme généreuse et naturellement bonne. Merar avait su le voir et avait placé toute sa confiance en elle pour gérer son orphelinat et accueillir les enfants abandonnés de Naboo.

C’était un rôle qu’elle prenait particulièrement à coeur et qui depuis l’ouverture de l’institut, avait réussi à combler ce vide. Alors quand elle reçu un message de la part de Dashel Nelievar, l’ami de Merar qui l’aidait dans sa gestion de Utopia, elle eut un léger pincement au coeur. Merar lui avait décri Dashel comme un homme bon, dont les intentions étaient nobles. Tout autant que celle de l’ordre Jedi dont elle parlait dans sa communication. Elle la croyait. Mais devoir se séparer des enfants qu’elle avait appris à connaitre ne l’enchantait pas. Pourtant c’était leur offrir une opportunité. Celle de voir quelque chose d’autre et de se libérer de leur « prison ». C’était égoïste de sa part. Mais elle avait appris à les aimer. Même les plus ennuyeux comme la petite Lara et son insupportable Grank à dent de scie qui trainait toujours dans les parages. Elle chassa néanmoins cette pensée. Elle ne devait pas retenir ses enfants pour son propre bien être. Elle se leva de son bureau, vérifiant que tout était propre pour accueillir ses visiteurs. On venait de l’informer qu’ils étaient arrivés.

Elle se hâta de les rejoindre dans l’entrée de l’orphelinat. Ils étaient deux. Une jeune femme et un jeune homme. Ils lui paraissaient bien jeunes tous les deux. Mais Merar lui avait dit de ne pas se fier aux apparences avec les Jedi. Elle fit comme si de rien n’était, les accueillant comme elle aurait accueil n’importe quel autre dignitaire de la République.

    - Bonjour à vous deux, Jedi. J’ai bien été informé de votre venu par Monsieur Nelievar. Je m’appelle Maria Emilana. Je suis la directrice de cet établissement. S’il vous plait, veuillez me suivre dans mon bureau, cela sera plus simple pour discuter.

Elle leur montra la voie et les invita à prendre place dans les deux siège en face à son bureau. Une fois installé, elle sourit à ses deux invités avant de reprendre la parole.

    - Voulez vous quelque chose à boire ?

Elle demanda à son assistante de leur apporter de quoi boire, en fonction de leur réponse. Pour elle, un simple thé, une spécialité de Theed dont elle aimait particulièrement l’odeur et qui la détendait dans ce genre de situation.

    - Monsieur Nelievar m’a expliqué la raison de votre venue. Il m’a dit que l’ordre Jedi avait pour mission de trouver des enfants sensibles à ce qu’il appel la Force afin de pouvoir les former à devenir eux même des Jedi. Je dois avouer que je ne connais pas grande chose de votre Ordre… Ses explications étaient vagues. Pourriez vous m’expliquer de quoi il s’agit exactement ? Elle marqua une courte pause, mais repris avant de pouvoir leur laisser le temps de répondre. J’aimerais cependant ajouter quelque chose… La république semble avoir confiance en l’ordre Jedi. J’ai moi même confiance en Madame Leento et en Monsieur Nelievar. Je les crois de bon coeurs quand ils affirment que l’ordre Jedi est sincère et que vos intentions sont bonnes… Mais j’ai particulièrement à coeur le bien être de ces enfants. Il faut que vous compreniez que je ne les laisserai pas s’en aller si je juge que cela va à l’encontre de leur volonté. Une autre pause. Ceci étant dit, pourriez vous m’expliquer ce que vous aller faire avec les enfants et ce que cela implique ?
Avatar de l’utilisateur
By Tseh
#38783
Sa partenaire de mission s'était pris une salade composée, un repas bien plus léger que ce que celui de Tseh qui avait privilégié quelque chose de plus gras et bourratif. Elle avait pris une bière en supplément là où Tseh s'était contenté d'eau en carafe. Il constatait que la bière servie sur Naboo contrastait avec celle qu'on trouvait sur son monde d'origine. Cette dernière avait l'aspect d'un pain grossier et de bouillie tiède. Rien à voir avec le breuvage limpide jaunâtre et semblant frais que buvait Keila.

Depuis le début du repas, elle n'avait pas mangé sa salade, Tseh avait vu juste, elle n'était pas dans son assiette.

- Mon premier maître est né et a rejoint la Force à une vingtaine de kilomètres d’ici. La dernière fois que je suis venu sur Naboo, je me suis recueillit sur le tombeau de mon maître construit par le gouvernement Naboo. Bien que cela fasse 5 ans, j’ai toujours du mal à accepter qu’il ne soit plus là. Il était comme un père pour moi. J’ai passé 10 ans de ma vie à le suivre partout.
Ce jour-là, il y a 2 ans, j’ai décidé de quitter l’ordre jedi car je ne me sentais plus digne de faire partie de l’ordre jedi. La colère, la haine et la peur avaient commencé à prendre le pas sur toutes les autres émotions que je connaissais et j’avais peur en tant qu’utilisatrice de la Force que cela me mène sur le chemin du côté obscur. Je suis donc partie sur la planète Polmanar retrouver ma mère et mes deux petits frères et là-bas j’ai caché qui j’étais vraiment en travaillant pour une corporation agricole. Cela fait à peine 1 mois que je suis de retour au sein de l’ordre. Naboo représente pour moi des moments difficiles et des souvenirs que j’aimerai pouvoir oublier.


Tseh écoutait avec attention le récit de Keila. Donc son maître était originaire de ce monde. Et comme avec Rovar, il sentait le lien qu'entretenait la jeune femme avec son défunt maître. Et cinq années passées n'avaient pas suffi à panser les plaies totalement.

Au moins, les autorités de Naboo avaient reconnu la valeur du maître de Keila. Ils avaient construit une tombe pour lui. Rien à voir avec les Iat qui avaient littéralement traité Rovar comme une merde. Et ce dernier avait été enterré en catimini par son élève dans l'indifférence totale. Enfin, le Bothan n'était pas mort en héros en combattant un Sith. Il avait été emporté par la maladie. La mort de Rovar était encore très récente pour Tseh. Les blessures étaient par conséquent encore très vives. Et quand il voyait que Keila avait encore beaucoup de difficultés. Même en ayant eu une famille chez qui retourner. Ce qui restait de la famille de Tseh, oncles et tantes, l'avaient renié après la mort de ses parents et l'arrivée de Rovar n'avait pas arrangé les choses. Le Bothan avait finit par être une famille de substitution. Il avait apporté de la chaleur et du réconfort à un Tseh qui en avait cruellement besoin. Il savait combien un maître pouvait être plus qu'un simple professeur.

- Néanmoins ne t’inquiètes pas Tseh, je suis complètement focus sur ce qui nous amène ici. Je me suis endurcit avec le temps et tout va bien se passer.

Tseh pensait que d'avoir crevé l'abcès allait sûrement aider Keila à mieux se concentrer. Toutes manières, ils devaient juste trouver des enfants sensibles à la Force au sein d'un orphelinat. Enfin si on s'occupait bien des enfants, sans doutes qu'ils auraient plus de mal à quitter ce cadre. Rien à voir avec Tseh qui avait accepté facilement d'être sous l'aile de son maître.

Pour le dessert, Tseh avait aussi pris la salade de fruits comme Keila. C'était sucré et juteux, lui qui était un grand amateur de fruits, c'était un plat idéal. Puis vint un passage moins agréable au vu de la tête que faisait la jeune femme. Il s'agissait de l'addition, et visiblement, malgré l'allure rustique , c'était pas donné. Tseh n'osait même pas imaginer le prix des établissements considérés comme plus luxueux. Décidément, c'était une planète de riches où un gars comme Tseh faisait définitivement tâche. Ils se dirigèrent vers là où Tseh avait laissé Ssaw. Il prit l'animal par la bride.


- Nous allons aller tout de suite au pensionnat Tseh afin d’y rencontrer la directrice et les enfants qui y résident. Je propose de laisser Ssaw ici, nous n’avons que 2 minutes à marcher et désolé si je manque un peu de tact mais ta jument n’arrive pas à se tenir. Là-bas, nous allons devoir être au calme et montrer qu’on peut nous faire confiance. S’il arrive quelque-chose à cause de Ssaw, notre mission pourrait couper court. Bien sur je te laisserais aller la voir quand tu le désireras je sais à quel point tu es attaché à elle et je le comprends totalement. Qu’en penses-tu ?

Il se mit à réfléchir. Ce qui lui posait problème c'était que bien que la distance soit courte, il préférait avoir sa bête à l'oeil. Non pas à cause des voleurs, mais surtout à cause de sa fâcheuse tendance à se sauver. Le souci de son emplacement actuel, c'était l'absence de végétation.

- Je vais quand-même la prendre, et trouver un endroit proche de l'orphelinat avec plus de végétation, ça va l'occuper.

Il prit la jument par la bride et suivit Keila vers l'orphelinat. Sur place, il trouva un endroit avec un parterre d'herbe à l'écart des animaux. Pour être sûr qu'il n'y ait pas d'accident après avoir solidement attaché sa monture, il prit le sac en papier dans lequel on avait mis son T-shirt. Il aurait put le jeter. Mais au final il servirait. Il se mit à dessiner dessus un personnage et un gualama se faisant mordre par la jument comme pour signaler qu'on devait se méfier de l'animal. Les dessins étaient très stylisés, mais selon lui, ça suffirait à être compréhensible. Il attacha le dessin sur la sacoche de la selle hors de portée de l'animal. Il avait plus qu'à prier qu'elle ne se roule pas. Une fois cela fait, il rejoignit Keila vers le pensionnat.

C'était un bâtiment récent par rapport à ceux qu'il avait vu en se baladant dans Theed. Il attendit à côté de Keila qui prévenait son arrivée et de leurs intentions. Ils allaient faire des tests afin de savoir si des enfants étaient sensibles à la Force comme Tseh.


La porte s'ouvrit peu de temps après la réponse de Keila. Puis ils furent accueillis par une femme tirée sur quatre épingles à l'air austère et strict.

- Bonjour à vous deux, Jedi. J’ai bien été informé de votre venu par Monsieur Nelievar. Je m’appelle Maria Emilana. Je suis la directrice de cet établissement. S’il vous plait, veuillez me suivre dans mon bureau, cela sera plus simple pour discuter.

Le jeune homme répondit également par des salutations en imitant Keila. Les formules de politesse basique, il maîtrisait. Enfin c'était des bases, même pour une personne ayant été marginale comme lui. Une présentation simple et efficace, mais déjà Tseh sentait que sous l'aspect strict de cette femme se cachait une certaine attention et un aspect protecteur. Elle les mena à son bureau et ils prirent place sur deux chaises. Tseh cherchait à se faire discret malgré son apparence qui tranchait avec celle de sa camarade. Pas de maquillage, juste des soins d'hygiène au strict minimum. Puis sa maigreur, ses dents en mauvais état, ses cheveux hirsutes attachés grossièrement, sans parler de son oeil crevé. Il n'avait ni implant cybernétique, ni cache-oeil, ni juste une paupière recousue, juste une cicatrice assez laide malgré des soins de Force défigurant son visage. A-ha n'y était pas allé de main morte ce jour-là. Dire que c'était un enfant qui lui avait infligé ça. Puis ses mains aux ongles usés trahissaient un travail manuel sur de nombreuses années dans des conditions difficiles.

- Voulez vous quelque chose à boire ?

Tseh n'avait pas l'habitude d'être servi, mais il se contenta de demander un verre d'eau.

- Monsieur Nelievar m’a expliqué la raison de votre venue. Il m’a dit que l’ordre Jedi avait pour mission de trouver des enfants sensibles à ce qu’il appel la Force afin de pouvoir les former à devenir eux même des Jedi. Je dois avouer que je ne connais pas grande chose de votre Ordre… Ses explications étaient vagues. Pourriez vous m’expliquer de quoi il s’agit exactement ?

Visiblement, ça devait-être la première fois que la directrice devait collaborer avec les Jedi. Keila était sans doutes mieux placée que lui pour ça. Elle était membre de l'Ordre depuis bien plus longtemps. Il avait des bases, mais sa formation s'était faite dans un cadre très particulier. Puis les relations diplomatiques n'étaient pas vraiment son fort, autant observer et apprendre de l'experte.

- J’aimerais cependant ajouter quelque chose… La république semble avoir confiance en l’ordre Jedi. J’ai moi même confiance en Madame Leento et en Monsieur Nelievar. Je les crois de bon coeurs quand ils affirment que l’ordre Jedi est sincère et que vos intentions sont bonnes… Mais j’ai particulièrement à coeur le bien être de ces enfants. Il faut que vous compreniez que je ne les laisserai pas s’en aller si je juge que cela va à l’encontre de leur volonté.

Il comprenait les paroles de la directrice. Arracher des enfants à leur liens contre leur volonté était cruel selon le jeune homme. Les Jedi pouvaient pas totalement aller à l'encontre de l'attachement qui faisait parti des sentiments basiques des humains. Certes, certains étaient capables des pires extrémités pour protéger des êtres aimés, mais ce qu'il voyait c'était surtout la jalousie comme néfaste. Avoir de l'attachement pour d'autres pouvait aussi permettre de faire preuve de compassion envers les autres. Traiter autrui comme on voudrait qu'on traite des gens auxquels on est attaché.

- Ceci étant dit, pourriez vous m’expliquer ce que vous aller faire avec les enfants et ce que cela implique ?

Tseh ne savait pas beaucoup à quoi ressemblait une véritable formation de Jedi. La sienne avait été très particulière entrecoupée de travaux manuels liés à sa vie au sein de la tribu. Rovar lui avait dit que les enfants démarraient en tant que Novices, regroupés en clans. Là, ils apprenaient les bases et restaient au sein du Temple. Puis au bout d'un certain temps, ils passaient diverses épreuves, ils devenaient Padawan quand un maître les choisissait. C'était pendant ces épreuves qu'ils fabriquaient leur sabre-laser. Cette période leur permettait de se perfectionner. Ils accompagnaient leur maître au cours de diverses missions à travers la Galaxie.

Rovar avait eut une maître Consulaire spécialisé dans la médecine. Pendant la guerre des Clones, le Bothan se chargeait de la prise en charge des blessés. Il n'avait pas eut à passer les épreuves pour devenir Chevalier au vu du contexte. Il avait acquis ce rang peu de temps avant la Purge. Tseh aurait sûrement à passer ces fameuses épreuves pour devenir Chevalier maintenant que la guerre était finie.

Sans doutes que Keila en savait plus au sujet de la formation de Jedi vu qu'elle avait été au Temple Jedi plus tôt que Tseh et n'avait pas eu à ramasser de la merde pendant des années en parallèle de sa formation. Elle avait tout de même connu les travaux agricoles.

Le silence se Tseh trahissait son arrivée récente au sein de l'Ordre et une peur de faire n'importe quoi. Déjà que ces histoires de vaisseau, de T-shirt et de Ssaw n'avaient pas arrangé son cas. Le jeune homme but une gorgée d'eau tout en observant Keila. Après tout, il était là pour apprendre comme lui avait dit sa camarade. Et ça se faisait dans un premier temps par l'observation. Car son apprentissage n'allait pas se faire désormais que sur la compréhension de la Force et les arts Jedi, mais aussi vivre au sein d'une nouvelle tribu aux meurs très différentes. Même plusieurs mondes aux cultures très variées. Telles étaient les compétences nécessaires des Jedi Consulaires spécialisés dans la diplomatie. Pour une personne ayant été habituée à vivre à l'écart comme Tseh, c'était une épreuve.
#38799
Une femme d’une cinquantaine d’années les accueilla, elle avait un air strict et marchait d’un pas décidé. Elle semblait être le type de personne qu’il était très difficile de manipuler. Keila et Tseh la suivirent jusqu’à son bureau. Un bureau en somme tout simple. Quelques cadres accrochés au mur et quelques cadres donnaient à la pièce une décoration rudimentaire. Les deux jeunes jedis s’assirent sur les chaises devant le bureau et attendirent que leur hôte ne prenne la parole. Elle leur proposa d’abord quelque chose à boire ce que Keila accepta volontiers.

-Je vais prendre un café s’il vous plait. Sans sucre. Avant peut-être de commencer à parler de ces fameux tests, peut-être devrions-nous nous présenter. Je m’appelle Keila Dalen et voici Tseh, nous sommes tous les deux padawans sur Coruscant. Pour ma part cela fait plusieurs années que je suis apprenti sur Coruscant. Quant à Tseh, il vient de nous rejoindre et sera surtout là pour observer et apprendre.

La padawan fut ravis d’apprendre que la directrice était déjà au courant de leur venu et du sujet de leur venu. Cela rendrait la tâche plus facile à Keila qui comme elle s’en doutait devrait mener la discussion car elle se doutait bien que le pauvre Tseh ne connaissait rien aux discussions des gens « civilisés ». Il était là pour apprendre et pour observer. Même si dans le vaisseau, Keila l’avait encouragé à intervenir quand il s’en sentait l’envie de le faire. Cyniosis avait toujours dis à Keila qu’on apprenait bien plus vite en étant actif. Mais la jeune femme n’en voudrait pas à son binôme si celui-ci ne le faisait pas. Elle comprenait et avait elle aussi eu beaucoup de mal à mettre la main à la patte. En plus de cela, Tseh n’avait rien connu à part sa planète agricole et n’avait jamais rencontré le monde extérieur si ce n’était son maître.
Madame Emilana leur demanda ce qu’était l’ordre jedi, une question vague car l’ordre jedi était beaucoup de choses et la jeune femme décida de répondre de manière basique.

-L’ordre des jedis est une sorte de communauté de personnes liés à la Force. La Force est une sorte d’énergie omniprésente qui s’applique à tous les êtres vivants à plus ou moins grande échelle. Vous-même madame la directrice êtes liée à la Force. Les membres de l’ordre jedi ont une connexion forte à la Force et celle-ci nous sert d’outil afin de garder la paix et la justice dans la Galaxie. Nous agissons discrètement et en collaboration avec la République.

Espérant avoir répondu à la question de la directrice, Keila fut contente de voir que celle-ci ne reprit pas le sujet et partit sur un autre sujet avec une voix un petit peu plus inquiète, voir même méfiante. Pour répondre à sa question la padawan sourit.

-Ne vous en faites pas madame la directrice, je ne souhaite pas emmener les enfants de Force. Chacun d’entre eux sera libre de son choix. Cependant, rejoindre l’ordre permettrait à ces orphelins de connaître autre chose, de commencer une nouvelle vie.

La directrice était curieuse ce que Keila comprenait. Cette femme aimait et s’inquiétait de ces orphelins. Une qualité que les parents ne partageaient pas tous malheureusement.

-les tests que nous allons leur faire passer son très simple et non dangereux. Nous allons voir le taux de midi-chloriens qu'ils ont dans leur sang en faisant un prélèvement, je vous rassure, une petite goute suffit ensuite nous pourrons tester leur intuition ainsi que leurs réflexes. Ce sont les moyens les plus efficaces de connaître leur affiliation à la Force. Encore une fois, nous ne ferons passer des tests qu’à ceux qui le souhaitent. Nous ne voulons obliger personne. J’espère vous avoir éclairé. L’ordre jedi prend bien soin de ces membres.
#38808
Image

- RP en tant que Maria Emilana, Directrice de l'orphelinat de la fondation Utopia -


Le jeune homme était resté bien silencieux. Il semblait observer plus que participer. Maria avait l’habitude des enfants, certes il n’en était plus un, mais elle savait reconnaitre ce qu’elle avait sous les yeux. Il avait ce même regard que les enfants qu’on lui apportait à l’orphelinat. Ce regard elle l’avait vu trop souvent à son gout. C’était un nouveau membre de l’ordre Jedi. Il était là pour apprendre. La jeune femme en revanche était plus expérimentée. Elle dégageait une confiance en elle différente. Elle participer à la discussion, informant la directrice de leurs prérogatives. Lui expliquant également ce qu’était la Force. Un concept bien floue à ses yeux mais qui était elle pour remettre en question la connaissance de ces Jedi. Le monde était vaste, hétérogène, il n’était pas inconcevable qu’une telle chose puisse exister. Elle en était même reconnaissante si cela pouvait apporter un nouvel horizon dans la vie de ses enfants.

Mais avec cet espoir naissait la peur. La peur de les voir partir, la peur qu’ils soient blessés, la peur qu’on les y oblige. La procédure de dépistage semblait simple, sans danger. Les deux jeunes Jedi semblaient eux même sincères. Elle n’avait pas de raison de ne pas les croire. Mais qu’adviendrait il si l’un des enfants étaient repéré et qu’il ne voulait pas partir ? Comment allait il réagir ? Et comment allait il expliquer le départ d’enfant aux autres pensionnaires laissés pour compte ? Mais elle savait qu’elle ne pouvait pas l’empêcher. Les Jedi faisaient leur devoir, et elle devait faire le sien en laissant partir ses enfants si telle était leur décision.

    - Je vois… Une simple piqure et quelques tests… Cela semble inoffensif… Mais je ne veux pas alarmer les enfants. Ils ne comprendraient pas ce que vous faites. Je ne pourrais pas superviser toutes vos recherches. Mon rôle ici ne me laisse pas ce temps là. Un membre de l’orphelinat sera néanmoins avec vous pendant ces tests. J’ai confiance en eux, ils ne seront pas là pour vous ralentir mais pour s’assurer du bien être de nos enfants.

C’était primordiale. Elle avait déjà le nom de ses collègues en tête. Son adjointe, l’infirmier, le superviseur. Ils allaient être là pour aider les Jedi à ce que tout se déroule dans les meilleurs conditions pour eux. Mais aussi pour surveiller les enfants et lui faire un rapport. Elle voulait savoir ce que les Jedi trouveraient. Et elle voulait ensuite être avec eux quand ils choisiraient les enfants.

    - Pour l’instant, les enfants finissent leur repas dans le réfectoire. Vous pourrez y aller pour les observer, mais laissez les terminer leur pose en paix s’il vous plait. Mon adjointe, madame Nayalin Netabb vous accompagnera. Elle répondra à vos questions si vous en avez. Une fois que les enfants auront terminé de manger, ils iront dans leurs salles de cours. Nous en profiterons pour les appelé un à un à rejoindre l’infirmerie. Essayaient de ne pas les effrayer quand vous ferez vos tests sanguins. Je souhaiterais que ce soit notre infirmer Cormar Cookbem qui prélève le sang. Ils le connaissent et ont confiance en lui. Une fois vos analyses terminées, vous serez libre de discuter avec nos professeurs, je leur demanderai de répondre à toutes vos questions concernant les enfants. Une salle sera laissée à votre disposition, vous pourrez y faire venir les enfants que vous avez repéré et continuer vos tests. Monsieur Setlia Delbrus observera ces tests. Il est le superviseur de l’établissement. Les enfants seront rassurés avec lui. Est ce que cela vous convient ?

Elle marqua une pause, attendant la réponse des Jedi. Elle ne leur demandait pas grand chose. Elle avait déjà accepté que les enfants soient testés. Elle souhaitait juste que tout cela soit supervisé par l’orphelinat. Les enfants se sentiraient plus en confiance. Et elle pourrait s’assurer du bon déroulement de ces tests.

    - Très bien. Une dernière chose, je souhaiterai être présente à la fin de vos tests. Etre là quand vous annoncerez aux enfants que vous trouverez qu’ils peuvent vous suivre. En attendant, mon adjointe vous attend à l’extérieur de mon bureau. Vous pouvez la rejoindre, elle vous montrera le chemin jusqu’au réfectoire.
Avatar de l’utilisateur
By Tseh
#38815
Les Jedi devaient composer avec les familles et les proches des enfants sensitifs quand ils les amenaient avec eux pour les former. Bien souvent, ces dernières refusaient de se séparer de leurs enfants. Surtout qu'avant on les prenaient assez jeunes et donc c'était compliqué d'avoir leur consentement. Depuis, les choses semblaient avoir changé. L'Ordre ayant tiré des leçons depuis la Purge. Au fond, c'était bien mieux ainsi. Tseh avait put voir plusieurs sensitifs mener une vie paisible. Et surtout, à côté, il en avait vu d'autres comme Tcha qui étaient en détresse dont l'accueil au sein de l'Ordre aurait été un soulagement et une sécurité. Le seul soucis étant qu'ils étaient trop âgés.

Rovar, quand à lui avait eut des soucis avec la famille restante de Tseh, à savoir ses oncles et tantes. Non pas parce qu'ils étaient attachés à lui. Bien au contraire, ils le détestaient et en particulier l'oncle qui avait repris l'atelier de son père. On l'accusait d'avoir souillé l'honneur de la famille en étant sensitif. Et juste ramasser de la merde ou mourir ne leur suffisait pas. Non l'enfant devait souffrir avant. Cependant, Rovar s'érigeait maintenant en obstacle. Tseh se rappelait encore de son engueulade avec son oncle qui possédait l'atelier. C'était un jour où Taharqa et A-ha étaient absents.


*Non, cet enfant doit souffrir, il a souillé l'honneur de ma famille. Ça réparera l'affront qu'il nous a fait! *
*Votre neveu va désormais se consacrer à aider les autres en tant que Jedi. Sans parler de ce qu'il a déjà encaissé avant que j'arrive. Je pense que ça compense allègrement son crime. Enfin si on peut appeler crime une chose qu'il n'a pas choisi.*

Pour ne pas arranger son cas, l'oncle en question avait aussi fait parler de lui suite au meurtre de sa fille qui avait aimait une personne issue d'une caste inférieure. Plutôt que d'approuver son choix ou de juste les séparer, il avait préféré la tuer. Cela avait choqué Rovar et Tseh, mais aussi d'autres membres de la tribu, dont surprenament Taharqa. Comme pour ce que subissait son neveu, c'était encore une fois pour laver son honneur. Mais cette fois, le chef n'avait pas été aussi virulent dans sa désapprobation qu'il l'avait été avec le père de Tseh.

*Sois maudit face de chèvre, je peux pas laver mon honneur à cause de toi! *
*Si réparer ton honneur consiste à tuer et faire souffrir des gens pour des soi-disant crimes, que ça soit juste parce qu'ils voulaient être heureux ou pour une chose qu'ils n'ont pas choisi, alors je me demande si ça vaut le coup d'être lavé. Où devrais-je dire ton égo... *

Face à l'oncle de Tseh, Rovar n'avait pas hésité à faire preuve de tact et avait bien tapé pile où sa faisait mal. Mais malgré les plaintes de cet oncle auprès du chef, ça n'avait pas abouti, Taharqa disant qu'il avait besoin de Rovar et Tseh. Mais en réalité, il avait peur de se confronter au Bothan vu la dernière fois où ses guerriers étaient repartis comme des idiots en répétant bêtement la même phrase.

Tout comme Taharqa, l'oncle de Tseh avait été obligé de se faire à la présence du Bothan. Il avait toujours une dent contre son neveu, mais il devait composer avec une personne puissante l'entravant dans sa quête de réparations d'honneur. Il l'avait accepté pendant un temps, jusqu'à la mort de Rovar qui avait été pour lui une source de satisfaction. Le sacrifice de Tseh par A-ha aurait aussi dû être un soulagement. Mais la véritable tribu de Rovar s'était invitée aux festivités. Elle avait sauvé Tseh et il était désormais très loin. Comme si la Force elle-même avait décidé que l'honneur de l'artisan ne serait jamais lavé de part son absurdité.

Maintenant, Tseh était hors de portée de cet individu. Et sans doutes que certains de ces enfants l'étaient aussi des griffes de proches toxiques.


Tseh écoutait ce que Keila disait de l'Ordre Jedi, cela lui rappelait ce que lui avait dit Rovar à ce sujet. C'était avant-tout une grande tribu rassemblant des sensitifs de tout poil. Ils cherchaient à utiliser leurs talents au service du monde qui les entouraient. Et ils cherchaient à mieux connaître tout ceci afin de vivre en harmonie avec. La Force était encore une fois une bête sauvage qu'on ne pouvait pas soumettre, mais avec laquelle il était possible de cohabiter pacifiquement en faisant preuve d'ouverture, de douceur, d'observation.

Keila avait bien compris les exigences de la directrice de mettre au centre le consentement des enfants. C'était leur choix s'ils voulaient devenir Jedi ou non. Tseh était tout à fait d'accord du fait de ne pas arracher les enfants de force de tout ce qu'ils connaissaient, de leurs liens.

Tandis qu'il écoutait Keila il constatait que la directrice le regardait, comme si elle avait senti quelque chose. Sa camarade lui avait bien dit lors de leur présentation qu'il était arrivé récemment. Il se doutait qu'elle sache qu'il était orphelin comme les enfants qui vivaient au sein de cet établissement. Il n'avait pas eut la chance de ces derniers d'être encadré par des adultes bienveillants, de pouvoir manger à sa faim. Enfin, il n'avait pas encore vu les enfants. Mais la directrice semblait sincère dans ses paroles.


- Les tests que nous allons leur faire passer son très simple et non dangereux. Nous allons voir le taux de midi-chloriens qu'ils ont dans leur sang en faisant un prélèvement, je vous rassure, une petite goute suffit ensuite nous pourrons tester leur intuition ainsi que leurs réflexes. Ce sont les moyens les plus efficaces de connaître leur affiliation à la Force. Encore une fois, nous ne ferons passer des tests qu’à ceux qui le souhaitent. Nous ne voulons obliger personne. J’espère vous avoir éclairé. L’ordre jedi prend bien soin de ces membres.

Tseh devait reconnaître que l'Ordre lui avait fourni des vêtements, de la nourriture, des soins. Cependant, ils l'avaient laissé ruminer pendant une semaine et il ne savait pas qui était son nouveau maître. Il s'était greffé à cette mission afin de sortir de ce cercle vicieux où il était perdu, dérouté par toute cette nouveauté. Et sans Rovar pour le guider. Non, celui-ci avait rejoint la Force avant cela.

- Je vois… Une simple piqure et quelques tests… Cela semble inoffensif… Mais je ne veux pas alarmer les enfants. Ils ne comprendraient pas ce que vous faites. Je ne pourrais pas superviser toutes vos recherches. Mon rôle ici ne me laisse pas ce temps là. Un membre de l’orphelinat sera néanmoins avec vous pendant ces tests. J’ai confiance en eux, ils ne seront pas là pour vous ralentir mais pour s’assurer du bien être de nos enfants.

La directrice avait repris la parole à la suite des mots de Keila. Il comprenait que la directrice veuille garder un oeil sur ce qu'on allait faire aux enfants. Au moins, ces adultes étaient aux petits soins envers ces gosses. Pendant ce temps la directrice continua à distiller les divers consignes concernant les conditions dans lesquelles les tests seraient faits.

- Pour l’instant, les enfants finissent leur repas dans le réfectoire. Vous pourrez y aller pour les observer, mais laissez les terminer leur pose en paix s’il vous plait. Mon adjointe, madame Nayalin Netabb vous accompagnera. Elle répondra à vos questions si vous en avez. Une fois que les enfants auront terminé de manger, ils iront dans leurs salles de cours. Nous en profiterons pour les appelé un à un à rejoindre l’infirmerie. Essayaient de ne pas les effrayer quand vous ferez vos tests sanguins. Je souhaiterais que ce soit notre infirmer Cormar Cookbem qui prélève le sang. Ils le connaissent et ont confiance en lui. Une fois vos analyses terminées, vous serez libre de discuter avec nos professeurs, je leur demanderai de répondre à toutes vos questions concernant les enfants. Une salle sera laissée à votre disposition, vous pourrez y faire venir les enfants que vous avez repéré et continuer vos tests. Monsieur Setlia Delbrus observera ces tests. Il est le superviseur de l’établissement. Les enfants seront rassurés avec lui. Est ce que cela vous convient ?

D'après ce que Tseh savait de l'apareil à tester les midichloriens, le prélèvement sanguin était nécessaire, mais pouvait être fait par une tierce personne, donc que l'infirmier le fasse n'était pas une mauvaise idée. Au contraire, le but était que les enfants se sentent en confiance. Et les tests seraient surveillés. Tseh de son côté n'avait pas d'objection à cette demande. Toutes manières, ils n'avaient rien à cacher.

Voyant que la directrice attendait une réponse, il prit les devants. Il ne voyait pas ce que Keila pouvait opposer aux demandes de la directrice qui était tout à fait légitimes.


- Je n'y vois pas d'objections pour ma part...

Tseh parlait avec un accent encore très marqué. Une fois les choses réglées du côté de la directrice, ils suivirent son assistante en direction du réfectoire où mangeaient les enfants. Les couloirs étaient bordés de portes menant à de nombreuses salles.

Ils atteignirent enfin le réfectoire où les enfants prenaient leur pause repas. Il n'y avait pas à dire, c'était bruyant. Un brouhaha régnait au sein de la grande salle. Se côtoyaient des enfants de tout âge. D'ailleurs, ils semblaient se rassembler en fonction des tranches d'âge. Certains étaient très jeunes. Ces derniers étaient aidés par des droides de service. D'autres étaient nettement plus âgés et seraient déjà considérés comme des adultes au sein de son ancienne tribu. Au moins, ici, ils semblaient pouvoir encore garder une insouciance plus longtemps. Tseh avait commencé à travailler dès l'âge de cinq ans. En tout cas, les enfants avaient l'air heureux et ils étaient bien nourris. On pouvait dire ce qu'on voulait de la planète de riches qu'était Naboo, mais ils prenaient soin de tous les enfants. Même les sensitifs semblaient intégrés. Rien à voir avec les Iat qui rejetaient les enfants dès lors qu'ils étaient sensitifs et pas issus des bonnes castes.

En tout cas, les Jedi n'étaient pas passés inaperçus. Certains pensionnaire étaient déjà en train d'observer et commenter l'arrivée de ces nouveaux venus changeant de l'ordinaire. Les commérages allaient de bon train au sein d'un groupe d'ados attablés pas très loin des Jedi. Et ils étaient pas très discrets.


L'un d'eux demandait qui étaient ces personnes. Un autre connaissait la réponse et expliqua qu'il avait appris de leur prof d'histoire que c'était des Jedi et que l'Ordre s'était reformé après la chute de l'Empire qui était désormais dans les livres d'histoire galactique. Un autre disait qu'il espérait que les Jedi ne leur feraient pas la morale comme une fois des policiers de Naboo sur les bâtons de la mort.

Parmi ces ados, une fille se confia aux autres qu'elle se sentait bizarre depuis l'arrivée des Jedi. D'autres enfants observaient Tseh. L'un d'eux se confia qu'il avait peur du monsieur qui n'a qu'un oeil.

Peu à peu le réfectoire se vidait au fur et à mesure que les enfants se dirigeaient vers leurs salles de cours. Les plus petits attendaient leurs instituteurs en rang. Une fois le réfectoire vidé, on invita les Jedi à rejoindre l'infirmerie. Là ils allaient pouvoir faire le test. Heureusement, le dispositif pour tester les midichloriens était assez simple à installer. Keila saurait lire les données nécessaires pour savoir si une personne était sensitive ou non. Le genre de machin qu'il ne fallait surtout pas mettre entre les mains de son ancienne tribu qui aurait trouvé de nouveaux bouc-émissaire assez rapidement. Sans cet appareil, les détecter était plus compliqué. C'était ce que lui avait dit Rovar. Bien que la Force était une alliée incontournable pour reconnaître les individus avec une affinité plus marquée avec celle qui maintenait la Galaxie en un tout uni. Ils restaient pour la plupart tout de même très discrets, Tcha avait été repéré comme sensitif alors qu'il était déjà un adulte. Et surtout, beaucoup menaient une vie sans histoires et ne devenaient pas des Sith en puissance. À l'image de cette femme issue d'une tribu de chasseurs cueilleurs que Rovar et Tseh avaient vu lors d'une chasse aux rongeurs. Elle avait l'air parfaitement intégrée à sa tribu.

L'infirmier finit par arriver. Contrairement au Temple Jedi, c'était un humain et non un droide. C'était sans doutes plus rassurant pour les enfants. Une fois le tout prêt, on appela les premiers enfants pour qu'ils se fassent tester.
#38839
Leur entrevue avec la directrice de l’orphelinat c’était globalement très bien passée. Elle semblait certes curieuse et soucieuses des manières de faire des jedis mais cela était pour Keila plus que normal étant donné la réputation de l’ordre jedi, mystique et secret. Les volontés de faire surveiller les tests par ces assistants n’étaient pas non plus un problème au contraire, si cela pouvait la rassurer. Une petite minute plus tard ils partirent en compagnie de Nayalin Netabb une des assistantes de Maria Emilana vers le réfectoire. Ils auraient pu se diriger tout seuls en suivant le son qui devenait de plus en plus fort à mesure qu’ils se rapprochaient. Ils purent enfin avoir une vision d’ensemble du nombre d’enfants qu’ils allaient devoir tester. A vue d’œil ils étaient une quarantaine allant de l’enfant qui savait à peine marcher à l’adolescent presque adulte. Tous orphelins et recueillies par la fondation Utopia.
Les regards commencèrent à converger vers eux et les blablas se firent plus discrets. Keila décida de montrer son plus beau sourire. Un peu gênant certes, mais c’était une manière de leur montrer qu’elle ne leur voulait pas de mal. Les jeunes regards qu’elle croisa lui rendirent un sourire gêné avant de baisser les yeux.
Voyant que le repas se terminait Keila décida de rejoindre l’infirmerie et entraina Tseh avec elle loin du brouhaha général du réfectoire. La pièce était petite, blanche. Un lit avait été installé dans un coin entouré de nombreux meubles pleins d’outils. L’infirmier les accueilli en souriant, sourire que Keila lui rendit. La fenêtre de l’infirmerie donnait sur une petite cour intérieure au complexe dans laquelle les jeunes pouvaient se défouler pendant leur temps libre.

-Bonjour, je m’appelle Keila Dalen et voici Tseh. Nous sommes tous deux membres de l’ordre jedi. J’imagine que la directrice Emilana vous as déjà mis au courant de ce que nous allons faire ?
-Oui bien sûr.
-Bien je vais mettre en place le dispositif qui nous permettra de tester leur implication dans la Force et ensuite je vous montrerai comment faire le prélèvement de sang.


Elle plaça le dispositif de calcul de midi-chloriens sur une table, brancha les fils et alluma le tout. Elle sortit ensuite les petits objets permettant de prélever le sang aux enfants et les montra à l’infirmier de l’orphelinat.

-Ce petit objet nous permet de prélever une petite goutte de sang suffisante à notre test. Il suffit de le mettre au niveau de l’avant-bras et d’appuyer sur le petit bouton. Ils pousseront certainement un petit cri de douleur mais ils n’auront mal que sur le coup. Après ça, ce sera terminé et il s’agira juste de me donner la seringue afin que je puisse analyser le sang de chacun sur l’écran. Tout cela sera finit rapidement. Je pense que vous pouvez commencer à faire venir les enfants un par un.

L’infirmier fit chercher les enfants et pendant un petit peu plus d’une heure, les enfants passaient à l’infirmerie afin de tester leur taux de midi-chloriens dans le sang. Les plus jeunes poussaient de petits cris de douleurs alors que les plus vieux poussaient un petit gémissement, plus sensibles à montrer qu’ils sont plus résistants. Les tests se passèrent sans encombre et bientôt ils eurent les résultats pour tous les enfants. Tseh derrière elle, Keila prit le temps de lui expliquer comment on voyait si un enfant était plus sensible qu’un autre à la Force afin qu’il puisse lui-même un jour entreprendre une mission de la sorte sans avoir besoin de l’aide d’un autre. Malheureusement en vain car en voyant l’air confus sur son visage elle se rappela qu’il ne savait pas lire. Cela était un gros problème pour un jedi qu’il allait devoir combler au plus vite s’il voulait s’intégrer au plus vite à l’ordre et pouvoir évoluer. Le savoir était un atout majeur pour un jedi mais aussi un devoir. Apprendre à lire devrait être la première chose à lui enseigner.
Elle se tourna ensuite vers l'assistante de la directrice afin de lui parler.

-Bien, madame Netabb, pourriez-vous prévenir madame Emilana pour lui dire que nous avons fini les tests ? Nous allons aller dans la pièce qu’elle a mis à notre disposition pour convoquer les enfants sensibles à la Force.

Ils sortirent de l’infirmerie après avoir rangé tout le matériel de détection et salué chaleureusement l’aide de l’infirmier qui avait accepté de piquer les enfants. Ils arrivèrent quelques minutes plus tard dans une salle clair de taille moyenne ou tables et chaises étaient disposaient devant un tableau holographique attendant l’arrivée de la directrice et des enfants sensibles à la Force.
La croisière s'amuse

" - Vous me devez 50 crédits, Commandant. &qu[…]

https://cdnb.artstation.com/p/asset[…]

Oblitus reliquia

La confiance de la Maîtresse reposait sur la noti[…]

https://i.pinimg.com/originals/4b/[…]

https://imgur.com/hStRUUj.jpg […]

L'espoir sous les mers.

La nautolan vint me retrouver plus tard dans la s[…]

Shu-Torun venait de débloquer les fonds alloués[…]

La prise de risque pour la banque était considér[…]