L'Astre Tyran

StarWars Online Roleplay Cliquez ici pour voir l'intro...

Image

Orbitant autour de la planète des Hutts, Nal Hutta, Nar Shaddaa est le spatioport du monde Hutt, connu dans toute la galaxie pour ses immenses gratte-ciels, ses mécaniciens spatiaux réputés, mais aussi pour sa fréquentation douteuse, composée de tout ce que le secteur compte de hors-la-loi. Surnommée la Lune des Contrebandiers, Nar Shaddaa est effectivement une plate-forme active pour la contrebande dans les bordures Médiane et Extérieure.
Gouvernement : Hutts
Avatar de l’utilisateur
By Éris Herae
#38883
La confiance de la Maîtresse reposait sur la notion de ce qu’elle était devenue grâce à ses pouvoirs, et de ce que le Côté Obscur pouvait lui apporter. Ouverte à toutes les éventualités : la mort de ses adversaires, celle de ses alliés, ou même de sa propre disparition. Peu lui importait l'issue, la Jedi noire prévalait. Le sabre-laser était une morale pour l’esprit et une discipline pour le corps. C’est entre autres par lui qu’un Jedi se reliait par la Force. Or le lien privilégiait entre l'artéfact et son détenteur avait été brisé depuis des décennies. Plongée dans l'obscurité la plus profonde la Jedi déchue se sentait amputée d'une partie d'elle-même. Son sabre laser, la relique de sa fureur vengeresse était perdue quelque part entre les ombres. Sans la mythique arme, Éris ne pouvait prétendre à une revanche sur les traîtres qui l'avaient lâchement abandonné. Attirant les visiteurs dans son domaine, la dévotion des malheureux ayant succombé aux ruses et aux dangers inhérents à son territoire était un moyen fiable de renseignement. Avec subtilité et perfidie, la Zabrak amputait à ces esprits tourmentés leurs souvenirs. Rongeant l'esprit et l'âme jusqu'à ce qu'ils ne soient plus que des êtres fantomatiques. Un sort d'autant plus terrible qu'ils ne sortiront pas sans être changés, s'ils viennent un jour à s'échapper des griffes de l'écarlate dame.

Des lèvres fendues d'un supplicié vinrent s'échapper des mots salvateurs. Sur la Lune des Contrebandiers, dans les bas-fonds, ce cloaque que les esprits sensés évitaient à tout prix se trouvait un Hutt vendant des informations au plus offrant. Il n'était qu'une facette d'un marché noir pouvant assouvir n'importe quel caprice. Le Hutt grassouillet n'était qu'un minuscule engrenage dans une machine vaste et complexe. Ne représentant pas un danger pour la Jedi noire. Éris eut le nom du Messi à la peau distendue sous les râles extatiques de l'obligé qui dans un ultime spasme soupira le doux nom de " Varok le Hutt".

Une espèce vicieuse, extrêmement agressive et intelligente. Les Hutts étaient réputés pour avoir la patience de la pierre due à leur exceptionnelle longévité. Autant dire qu'un différent avec un Hutt peut durée des siècles, un jeu auquel gagne très souvent ces êtres répugnants. Perfides étaient ces limaces qui se considéraient comme l'espèce "supérieure" de la Galaxie. Le mépris et la rancœur de la dame écarlate envers les gastéropodes n'avaient aucune limite. Des décennies durant lesquels elle s'était vue prisonnière de la carbonite trônant au-dessus du trône d'un puissant Hutt. Exposée telle une œuvre d'art pour sa beauté et son statut de Jedi. Sommeillant dans un repos sans rêve, elle participa à nombre d’événements festifs, de coups d'éclats, de trahison et autres accords frauduleux en tout genre. Mais de tout cela, elle n'en eut aucun souvenir. Ses seuls souvenirs étaient ceux d'un amas difforme et froid comme la mort...




Cantina de Nar Shaddaa
Ambiance

Le "Le Nul Bar Ailleurs". Cocasse nom pour une cantina qui souhaitait faire profile bas. Les pilotes, les contrebandiers et autres habitants de la région voisine venaient boire, jouer au pazaak et au sabacc. Des combats illégaux y étaient menés d'après les rumeurs qu'elle avait ouï dire de son zélote. Un centre d'activités criminelles comme tant d'autres sur la Lune des Contrebandiers. Triste spectacle pour quelqu'un de sein d'esprit, mais aux yeux d'Éris le spectacle d'une telle déchéance avait de quoi la ravir. Elle vibrait au son des projections de sang venant se briser sur les murs poisseux de la cantina. Humant un air chargé de sueur, de sang et d'alcool. Tout cela avait malgré la crasse évidente une certaine beauté. La Zabrak voyait là le vivant dans son plus simple appareil. Celui d'une bête sauvage et sanguinaire ne répondant qu'à ses instincts primaires.

D'un pas lent, la dame écarlate se fraya un chemin à travers la masse. Usant subrepticement de son pouvoir afin d'écarter de son chemin les âmes lui barrant la route. Comme si une main fantomatique venait les attraper pour les tirer hors de son champ de vision. Son esprit malade venait à lécher les frontières mentales des clients de l'établissement. Son souffle se voulait lourd, sa bouche salivait déjà à l'idée de se repaître de ces âmes vicier et corrompus. Savourant chaque âme pécheresse tombée entre ses griffes. L'appétit du prédateur était insatiable, à l'instar des étoiles qui ne cesseront jamais de brûler. Contemplant à travers la Force l'immense créature boudine au fond de la cantina dégustant avec avidité une anguille. L'avalant d'une seule traite après l'avoir déposé au fond de son gosier. La Zabrak parée d'habits noir de jais aux teints de sa chevelure s'approcha alors. Sa tenue faisait ressortir sa peau écarlate dans un mélange de rouge sanglant et de noir profond. Rendant le tableau dépeint à la fois séduisant et fort sinistre. D'un pas lent et harmonieux, Éris s'asseyait en silence en face de son imposant homologue. Des yeux avides étaient à travers la Force posés sur lui. D'une voix ensorcelante, la Zabrak commença à dispenser généreusement son poison.

Un plaisir de vous rencontrer Varok le Hutt…
Vous seriez en possession d'informations pouvant satisfaire mes intérêts...
Discutons voulez-vous…


Son sourire était clair comme l'été. Sa langue était acérée et argentée. Sa voix lui accorderait des vœux promettant de les exaucer . L'or, l'argent, les bijoux : Son poison prenant la forme de trésors devant lui. Mais la corruptrice devrait un jour récupérer son dû. Et en ce jour, il n'y aurait nul sourire pour le consoler. Le piégeant dans ses griffes acérées. Le tourmentant jusqu'à ce que les étoiles ne meurent se délectant de ses yeux rougeoyants de feu la morbide scène.

L'énergie obscure ondula autour de la dame, crépitant par endroit. L'ombre corruptrice d'Éris vint susurrer des paroles empoisonnées à l'esprit sans nul doute paranoïaque du Hutt. Cherchant à desceller en lui ses sentiments et impressions. Mais nul écho ne vint à elle, seul un silence de mort. Son espèce semblait être immunisée au jeu de l'esprit. Piqué dans son orgueil la Zabrak frémit de frustration devant son cuisant échec. La Maîtresse se voulait tenace et la résistance de criminel avait de quoi exciter ses sens. Des langues d'ichor brut léchaient des doigts impatients de jouer avec cette nouvelle créature. Frémissant d'anticipation pensant aux festins à venir…

Avatar de l’utilisateur
By Varok le Hutt
#38888
Aaaah bienvenue mon ami(e), si vous êtes ici c'est que vous voulez entendre une histoire de Nar Shaddaa ! Si ce n'est pas le cas, et bien tant pis, car je vais vous la raconter tout de même !

Cette histoire commence au sein de l'une des nombreuses cantina de Nar Shaddaa, appelle "le Nul Bar Ailleurs". Drôle de nom pas vrai ?

Et bien vous n'avez pas tout vu car les protagonistes de cette histoire eux n'ont rien d'enfants de chœur....


"Le Nul Bar Ailleurs" - Nar Shaddaa

Cela faisait maintenant quelques heures qu'il se trouvait à cette table de sabbac, il adorait ce jeu. Ses adversaires quant à eux, de moins en moins...

Pour faire passer sa faim il avait prévu des anguilles, telles des récompenses à chaque fois qu'il plumait l'un de ses huit adversaires.

Il venait d'avaler son avant-dernière anguille, tandis que le dernier qui tenait toujours bon, avait un niveau correct mais pouvait mieux faire. Lorsque la dernière manche apparut, il n'eut même pas le temps d'interpeller son adversaire qu'il était déjà partie, effrayé...Pas par lui, il l'aurait deviné sinon.

Par quoi ? Et bien tout simplement par la Zabrak sinistre qui se tenait désormais face à lui et quelle tête ! Elle aurait pu faire peur à un Rancor et c'est pas peu dire.

Varok bien entendu l'avait repéré de loin après avoir avalé son anguille avec un petit mouvement latéral des yeux dont il avait le secret.

Il fallait l'avouer, elle était peut-être sinistre mais elle possédait une beauté, c'était indéniable.

La laissant parler et s'installer, le Hutt comprit dès lors à quel type de créature il faisait face. Heureusement pour lui, ses petits tours ne lui seraient d'aucun usage ici-bas...


Un plaisir de vous rencontrer Varok le Hutt…
Vous seriez en possession d'informations pouvant satisfaire mes intérêts...
Discutons voulez-vous…


Un plaisir également de vous rencontrer Chère Éris....
N'ayez crainte, je connaissais votre ancien Maître....
Avec plaisir...



Laissant une courte pause pour laisser son "invitée" encaisser la nouvelle. Varok reprit.

"Oh et avant que vous ne tentiez un tour de magie ou un autre, sachez que s'il m'arrive quoi que ce soit, la vue ne sera pas la seule chose qui vous manquera lorsque vous sortirez d'ici..."


Faisant un signe de la tête, Eris pouvait désormais s'apercevoir, si elle avait un bonne ouïe, que la plupart des hommes dans le bar venaient d'activer leur blaster...

"Qui plus est, mon clan sera aussi à vos trousses. Voyez cet avertissement comme le premier et le dernier. Un bain de sang ne profitera à aucun de nous deux..."


"Oh et avant que j'oublie, savez-vous jouer au Sabbac ?"
Avatar de l’utilisateur
By Éris Herae
#38903
La vie lui avait appris à croire au destin. Le commun du mortel aurait répondu que tout ceci n'était que superstition. Que celui-ci orchestre son propre destin. Croyance qui vola en éclats quand le destin rattrapa la Zabrak. Son erreur avait été d'avoir volé trop près du soleil. Il était donc logique que son châtiment consiste à ne plus jamais le voir briller à nouveau. Et c'est une personne infiniment plus puissante qu'elle qui voyant son aura se dit la chose n'allait pas. Cette lumière qui jaillissait d'elle lui fut arrachée et remplacée par un éclat, plus sombre et durable. Son ancien maître avait sans doute adoré l'instruire, lui montrant sa place réelle dans la chaîne alimentaire. Ce fut une leçon sur le destin qu'il lui avait enseigné : "Tu es éternellement condamnée à être à la merci de tes souverains." Le soleil couchant dardant de ses rayons la cantina il y a une heure avait disparu. Laissant place aux ténèbres et à un océan de lumière artificielle.

La limace respirait la confiance. Sa voix était persuasive et son regard intense. Il n'y avait aucun doute, le Hutt était in extenso dans les affaires. Un professionnel. Traitant avec la Zabrak en la regardant droit dans les yeux et non dans la poitrine. Dégageant l'aura d'un requin d'entreprise redoutablement efficace. Sa peau foncée et l'expression de son visage lui indiquaient qu'il n'était pas du genre facile en affaire. Prononçant les mots du "Maître", Éris sourit, car elle ne s'était décidément pas trompée d'individu. Ses oreilles traînaient décidément partout, rien n'échappait à l'opulente créature. L'aura nauséabonde de la sensitive se répandait dans la pièce. Changeant l'atmosphère ambiante de calme à pesante. De ses lèvres distendues, la Jedi Noire eut la confirmation que ses pouvoirs n'étaient d'aucune utilité face à lui. La présence de la dame écarlate se voulez corruptrice, hypnotisant les hommes de main de Varok, mais les plongeant aussi dans un profond mal aise. Ses menaces tacites eurent le don de faire sourire la Maîtresse, dévoilant ses crocs subrepticement sur lesquels dansait une langue écarlate humant le doux parfum de la peur ambiante. Cette vision était à glacer le sang. Le Hutt espérait peut-être intimider l'alien, c'était tout l'inverse. Ses menaces amplifiaient la Soif d'Éris. Réveillant dans ses entrailles un incendie qu'elle ne pouvait ignorer. C'est un besoin qui commençait quelque part dans son abdomen se propageant à sa poitrine, serpentant le long de sa gorge jusqu'à atteindre l'arrière de la tête. Sa voix… Sa douceur et sa force avaient de quoi surprendre.

Auriez-vous peur pour votre vie Hutt ?
Vous prétendez me connaître. Dans ce cas vous connaissez l'étendue de mes pouvoirs et de mon influence.
Quels qu'aient été vos espoirs en me menaçant, en votre for intérieur, vous savez que c'est peine perdue.
Levez la main sur moi et vous pouvez être certains Varok que l'intégralité de mes fidèles vous pourchasseront jusqu'à ce qu'ils baignent dans votre panse insondable.
Votre dépouille encore chaude et fumante sera un hymne à ma gloire…


Il n'y a que deux sortes d'individus ici-bas. D'un côté, ceux qui étaient intelligents et qui suivaient chacun de ses mots à la lettre sans tenter quoique ce soit de stupide. Et les autres, les imbéciles. Les gros bras pensant qu'ils pouvaient se mesurer à la Jedi Noire. Aucun d'entre eux n'avait jamais atteint sa destination indemne…Son esprit vint percer sinueusement les frontières mentales des hommes de main. Tétanisant petit à petit ceux-ci. Instillant l'horreur dans le recoin de leur esprit jusqu'à ce que le moindre atome de leur corps les supplie de se plier à son autorité. La Maîtresse avait quelque chose d'absolument écœurant. D'un côté, la dame dégageait une aura hypnotique et réconfortante. De l'autre, le corps des humains influencés par son aura se tendait à l'extrême. Le corps était faillible et faisait bien la montre de la peur qui l'accablait.

Mais je vous en prie Varok. Mettez votre menace à exécution.
Vous perdrez la vie aussi sûrement que le jour succède à la nuit.


Le Hutt décida de se montrer sage. Un conflit ne serait guère pour chacun d'entre eux. Afin de lui faire comprendre que ses affiliés ne représentaient aucun danger à ses yeux, elle puisa dans sa haine viscérale pour son abjecte espèce afin d'intensifier la terreur qu'elle instillait. Les sinistres paroles qui résonnaient dans leur tête eurent raison de certains qui confus par la peur et le malaise prenaient leurs jambes à leur cou. Cette idée la fit rire. Les fuyards se retrouveraient sans nul doute sans vie dans un caniveau d'ici quelques heures. Tourner le dos à un Hutt qui faisait appel à vos services était synonyme de mort.

Je ne puis voir Hutt.
Vous comprendrez qu'il me sera impossible de savoir quelles cartes j'ai en main.
À quoi bon vous affronter dans un terrain sur lequel vous êtes roi ?


La proposition de Varok l'ennuya, le jeu n'était pas intéressant pour un sou. Éris n'en retirait aucune satisfaction, aucun plaisir, aucun frisson. À travers la Force elle observa la pièce, tâtant celle-ci jusqu'à trouver l'objet de ses désirs. Une arme archaïque vint alors se poser entre eux. Une arme à percussion, projetant du plomb à grande vitesse. Les Mandaloriens étaient les derniers à l'utiliser sur le champ de bataille. Ce genre de soufflant de poche servait pour les jeux peu recommandables et à hauts risque. D'un ample mouvement du poignet, elle invita Varok à se saisir de l'arme de poing. Ses hommes le regardaient désormais.

Image


Je vous laisse l'honneur de choisir le nombre de balles et leur position dans le barillet.
Je suis certaine que nous ferez l'honneur de commencer en tant que maître des lieux Varok …
À moins que vous ne refusiez …


Voilà une discipline bien plus amusante qu'un jeu de cartes. La mise n'était pas une pile de jetons factice ou une poignée de crédit, mais la vie elle-même. Le corps de la Jedi Noire tremblait d'anticipation, ses doigts impatients de tenir entre ses mains l'arme qui pourrait peut-être mettre fin à ses jours l'enthousiasmaient au plus haut point.




Note: Le barillet contient 6 chambres. Libre à lui mettre autant de balle qu'il le souhaite. Il devra ensuite refermer et faire tourner plusieurs fois celui-ci. Avant de presser la détente en premier.

Avatar de l’utilisateur
By Varok le Hutt
#38904
Quand on trahit un Hutt et qu'on prend ses jambes à son cou, on ne survit pas sur Nar Shaddaa. Enfin c'est faux, on survit mais que durant une journée ou deux...Certes certains avaient fuis mais la majorité était encore là et lorsqu'ils se rendirent comptes que Varok les observait, ils reprirent leurs esprits, pour éviter de subir le même sort que les malheureux qui s'étaient enfuis.


"Je vois que les crédits ne vous intéressent pas. Par ailleurs, excusez-moi pour ma maladresse, votre problème de vue m'a échappé durant un moment. Comme certains des parasites qui sont partis...pour un moment."


Il vit le pistolet arrivé et comprit à quel genre de jeu l'intruse voulait jouer.

"Eh bien. Cela risque de pimenter les choses...Oh oh oh. Allons-y"

Il prit le pistolet, inséra 5 balles et fit tourner le barillet.

Pointant le pistolet sur son crâne, il respira un grand coup et au dernier moment mit le pistolet en direction d'un Weequay. Il vida le chargeur sur lui.

Le bruit résonna dans toute la pièce.

Ah. Il faut croire que la chance est avec moi ho ho ho.

Le cadavre en question était un des fuyards qui était revenue en pensant que le Hutt lui aurait pardonner...


Avatar de l’utilisateur
By Éris Herae
#39006
L'inconscient était venu se faire pardonner. S'agenouillant devant son gracieux employeur, il joignit ses mains en signe de repentance, suppliant l'intraitable informateur de lui laisser la vie sauve. La pitié. Illusion que tout ceci, cette émotion était absente dans leur cœur ceinturé de graisse. Dans un sourire vicieux, Varok pressa la détente jusqu'à ce que l'arme n'ait plus de plomb à vomir. Les yeux écarquillés, sa tenue s'empourpra bientôt le malfrat s'écroula sur le sol. Dispensant le liquide précieux sur le sol dans une position vitruvienne. La Jedi Noire sourit devant un tel acte de cruauté, mais tout ceci manquait de charme. De théâtralité. Il n'y avait là nulle beauté. Aucun mot n'était assez puissant pour décrire à quel point la dame écarlate était déçue… Aurait-elle dû s'attendre à un scénario tout autre venant d'un Hutt ? Non bien sûr que non. Ce qui la déplaisant encore c'était le fait qu'il n'ait souhaité jouer à leur petit jeu. Les limaces n'avaient que faire du frisson extatique de la vie qui ne tient qu'à un fil. Son sourire malsain s'était métamorphosé en grimace déformant son harmonieux visage. Son regard vide vint se tourner vers les hommes de main du criminel. Du moins ce qu'il en restait. Entre les fuyards et le cadavre gisant désormais sur le sol … ils n'étaient guère nombreux désormais…

Il lui suffisait d'instiller une nouvelle fois la peur dans leur cœur de lâche pour qu'ils décampent tous. Elle pourrait alors exprimer son art. D'un geste gracieux du poignet, elle irait sectionner les cordes vocales du Hutt. Observant dans ses yeux globuleux le portrait qu'elle pendrait à la pointe du couteau. L'informateur comprendrait l'art du maniement de l'arme blanche. Pas aussi efficace dans un combat, comme pourrait l'être un sabre laser. Mais dans une situation intime comme celle-ci. Le tranchant d'une lame est aussi délicat qu'un pinceau de peintre. La Maîtresse l'admirerait, l'envierait d'être à une telle place. Elle ne l'abandonnerait pas, elle accompagnerait Varok tout au long de la confection de sa macabre œuvre. Éris lui ferait apprécier sa situation. Varok penserait à ces millions d'âmes à travers la galaxie mourant dans l'inconséquence. Juste un grain au-dessus de la saleté sur laquelle ils marchent. Peut-être se demanderait-il pourquoi l'artiste n'a-t-elle pas préparé son œuvre post-mortem ? Il se souviendrait de la beauté dans le regard. Et du sentiment de terreur, d'effroi et de tourments qu'il transmettrait à travers celui-ci. Placé là à la vue de tous.

Mais pas aujourd'hui. Son heure n'était pas encore arrivée. Il avait là une utilité pour la Maîtresse. D'un geste gracieux de la main, elle approcha le corps encore sanguinolent de l'homme de main jusqu'à elle. Enroulant sa main autour de sa nuque, elle déposa un baiser sur ses lèvres. Il restait dans ses yeux une once de vie, mort il ne l'était pas. Pas encore. La pauvre créature s'accrochait désespérément à la vie. Sa main libre vint se saisir de l'arme à feu, la remplissant de la dernière balle se trouvant sur la table. Faisant tourner le barillet, Éris déposa l'arme à percussion contre sa tempe. Son souffle se faisait lourd, sa bouche salivait déjà à l'idée de peut-être mettre fin à ses jours. Sans la moindre hésitation, l'index pressa la détente tandis que son cœur sombre rater un battement.

Il semble que nous ayons tous deux joué Varok.
Il ne reste plus que notre invité indésirable…

Le canon vint se poser contre la tempe du malheureux tandis que de ses lèvres ensanglantées s'échappaient d'inaudibles supplications. La Zabrak jubilait en son for intérieur. Elle était entrain de se repaître de sa peur, de sa vie de son âme… Tel un vampire, le Jedi Noire viendrait vampiriser les dernières émotions du malfrat avant qu'il ne rende son dernier soupir. À travers la Force, Éris voyait la position de la balle dans la chambre. L'homme de main n'était qu'un mort en sursit. Il serait le prochain à goûter à ce jeu mortel et malheureusement pour lui l'unique individu à goûter au plomb et à la fumer. Une nouvelle détonation retentit et avec elle le fracas d'un corps sans vie s'effondrant sur le sol. Répandant sur celui-ci cervelles et sang.

Vous êtes mauvais joueur Hutt.
Après tout à quoi donc devais-je bien m'attendre venant de votre part…



Avatar de l’utilisateur
By Varok le Hutt
#39035
L'ambiance au sein du bar était passé de joyeux à Macabre. En quoi, 3 minutes ? Il fallait l'avouer cette bonne femme s'avait s'y prendre pour imprégner les esprits si vous me permettez le jeu de mots. Le Hutt avait dû faire en sorte de jouer à son petit jeu. Un jeu qui s'avéra mortel pour un de ses "hommes de mains". Il détestait cela de jouer le jeu d'un de ces sensitifs. Il ne pouvait en être certain mais il était clair qu'elle faisait partie de ces personnes tel que les Jedis. Et généralement c'est mauvais pour les affaires...

""Mauvais joueur ?" Disons simplement que je ne laisse pas ma vie entre les mains du Destin. Néanmoins celui-ci semble toujours mettre sur ma route des personnes étranges et intéressantes." Dit Varok à la charmante dame qui avait interrompu sa partie.

"Ou des personnes qui méritent d'être des exemples." Fit-il en regardant le brave qui avait osé s'enfuir et surtout revenir. Certes Varok pouvait se montrer miséricordieux, clément et surtout sage quand la situation le demandait. Mais lorsqu'on son pouvoir était remis en question il se devait de faire un exemple pour faire comprendre aux autres qu'on ne l'abandonne pas en plein deal.

Il aurait très bien pu attaquer cette étrange femme, la manger même si il n'avait pas de faible pour les Zabraks. Cela aurait été si facile, mais Varok préférait les crédits aux goûts des folles. Varok avait presque de la pitié pour ce malfrat de bas-étage qui s'était retrouvé au mauvais endroit et au mauvais moment.


"Enfin... comment puis-je vous aider, très chère ? Qui recherchez-vous? Ou que recherchez-vous ?"


Même si il avait dû exécuter l'un de ses hommes, la pensée de se dire que l'argent qui n'irait pas dans la poche du fuyard, resterait dans la sienne, lui permis de relativiser sur son action...
Avatar de l’utilisateur
By Éris Herae
#39107
Les hommes de mains du Hutt jurèrent devant la sinistre scène. Quelques hurlements horrifiés et un lourd fracas plus tard, le silence tomba. Tous scrutèrent du regard la dame écarlate. Il y avait quelque chose, une présence maléfique, haletante dans le noir. Des liens invisibles semblaient retenir cette ombre menaçante, capable de s'abattre sur eux à tout instant. Les vrilles psychiques s'agitèrent, un rugissement mental résonna au loin. Dans les limbes de son esprit malade, sur cette morne contrée, il se mit à pleuvoir ; une averse chaude et collante. Si Varok était sensible à la force, il aurait remarqué sa funeste présence recouvrir la pièce de sa sombre présence tel le linceul de la mort. Le Hutt n'était pas dupe, quelque chose se tramait dans une réalité hors de sa portée. Son flegme légendaire fit qu'il n'en montra rien.

En s'étant donné en spectacle, l'informateur graisseux venait d'attiser une fois de plus la faim d'Eris. Une fièvre délirante se déchaînait dans les ruines de son palais mental. Prêt à se repaître des âmes corrompus des malfrats. Cette "pluie" qui s'abattait alors n'était pas une averse comme les autres. Dans le grognement dément qui s'échappa de la bouche de la monstruosité, le flot qui s'abattait sur les terres spirituelles de la Maîtresse était des ondées de salive éclatante. Les langues d'ichor brut humaient cet air chargé d'électricité et de peur.
Le soleil était couché, il était temps de les tuer. Qu'ils s'approchent d'elle, la Maîtresse les aiderait à les libérer. S'enfuir, ils pourraient, vous cacher quelque part à espérer ne pas être trouvé. Montrez-vous à Elle, et vous verrez sa divine beauté. La dame écarlate serait près de toi, peut-être là ou peut-être juste ici. La Jedi noire viendrai pour toi, baron difforme et ingrat, vous ne lui échapperez pas vous aussi. Malade est son esprit et de sa folie tu ne peux te cacher.

Image



La pièce était tapissée du sang et jonchée par le cadavre du malheureux qui avait vu sa boîte crânienne exploser avec un raffinement et une sauvagerie indicible. Du buffet auquel ils étaient attablés, perlaient des gouttes de sang avec une régularité à rendre fou. Les ustensiles contondants de la Cantina se mirent à léviter avec lenteur et silence. Bientôt, ceux-ci s'enfonceraient dans la chair, lacérant muscles et organes. Les hommes de main de Varok viendraient à ses pieds titubant, ouvert du bas-ventre à la gorge. Toussant du sang tandis que leurs entrailles glissent entre leurs doigts pâles et frêles. Un sombre rictus s'imprima sur son visage tandis que son index dessinait des arabesques dans la flaque de sang recouvrant la table. Lorsque la fresque fut fini, les couteaux voltigèrent en direction des malfrats. Mais ceux-ci s'arrêtèrent net lorsque le Hutt brisa le lourd silence.

Enfin… comment puis-je vous aider, très chère ? Qui recherchez vous? Ou que recherchez-vous ?

Les armes blanches vinrent se poser en douceur sur les différents plans de travail. Le pire avait été évité, les criminels pouvaient remercier le flegme inébranlable de leur employeur.

Une relique d'un passé révolu.
Il semble que vous connaissiez mon ancien maître…
Avant qu'il ne se débarrasse de moi, il a cru bon de garder mon sabre laser.

Mes souvenirs sont… confus. Brumeux, épares. Dites moi où il se trouve.


Le Seigneur du Crime pouvait desceller dans sa voix corruptrice une fureur sans limite. Une haine à nul autre pareil, des crissements se firent entendre. Les armes tremblaient et semblaient prises de démences.

Je veux tout savoir.
Donnez moi ce que je désir et vous serez grassement récompensé Hutt.


Il serait sage de ne pas provoquer plus que de raison la bête retenue en cage. La moindre erreur est le sifflement de l'acier fendant l'air et la chair serait les dernières choses qu'ils entendraient. Le surnombre était un facteur à même de l'impressionner ? Leur armement plus évolué était-il capable de venir à bout de la Force ? Tant d'interrogation se mêlait dans l'esprit de Varok. Il était néanmoins certain d'une chose, la démence d'Eris était certaine. Et la raison ne pouvait faire face à l'imprévisibilité d'un esprit aussi perturbé.

Larbins de Jack Crypston [2/5]

https://cdn.discordapp.com/attach[…]

un dîner aux chandelles

… Essuyer les pots cassés ... Des bruits d[…]

https://images.alphacoders.com/726[…]

Dans le même temps, la réponse de la mécanicienn[…]

White " J'ai l'honneur et l'avantage de vou[…]

https://cdn.discordapp.com/attach[…]

Le Maître des Animaux [PV Tseh]

Modération Les choses ne s’étaient pas […]

U n peu plus loin, s'approchant à toute v[…]