L'Astre Tyran

StarWars Online Roleplay Cliquez ici pour voir l'intro...

Image

Avatar de l’utilisateur
By Ars Dangor
#37359
Aux confins de la Bordure Extérieure, un Éclaireur Solitaire A-2 aux propulseurs éteints semblait lentement dériver dans le vide intersidéral, vulnérable coquille immergée dans un océan d’astres scintillants, loin des conquêtes urbaines de la civilisation. A l’intérieur du vaisseau de reconnaissance régnaient le silence et la pénombre, ponctués par le lent clignotement d’un transpondeur holographique de l’habitacle. Assis en tailleur, immobile, le pilote avait la respiration lente mais régulière. Ses yeux dorés entrouverts semblaient se perdre à travers le large hublot central, dans l’infini du firmament.

Après des millénaires passés en stase, suivies d’années à opérer dans les ruines poussiéreuses de sa planète natale, puis enfin sa captivité dans les geôles de l’Empire, notre homme pouvait enfin savourer un moment de répit au milieu de l’immensité galactique. Loin des intrigues de l’Empire, il s’imprégnait de ces moments de liberté qu’il ne savait que passagers, éternellement subjugué par la beauté des cycles naturels de l’univers rappelant l’insignifiance des querelles terrestres. La mort et renaissance de constellations, âpres et sublimes à la fois, se poursuivront bien après que ne s’éteigne le dernier signe de vie du cosmos.

Dans ses périodes de contemplation méditative, le pilote perdait la notion du temps. Peut-être ne s’était-il isolé il y a quelques heures de cela seulement, à moins que cela ne fasse plusieurs jours. La faim ne le tiraillait pas, pas plus que la soif malgré l’air recyclé de l’engin. Pourtant, une sorte de vague sensation dans la Force le sortit de son état second. Son regard fut attiré par le fin voile rouge que projetait le transpondeur sur le reste du compartiment. Il se redressa, posa ses jambes bottées sur le parterre froid et métallique, et s’empara de son casque dont il se coiffa machinalement avant d’activer la réception de l’enregistrement crypté.


Dangor : " TH, votre première mission se déroulera sur Wayland, planète du secteur Ojoster dont vous trouverez les coordonnées ci-jointes. Rendez-vous sur la Station de Recherche Impériale 61 et branchez-vous incognito sur le système holonet interne pour prendre contact avec le dénommé colonel Cerbère.

Inutile de préciser que la nature hautement sensible de cette tâche ne vous autorise pas à l’échec, et encore moins à la divulgation du moindre détail. "


L’hybride s’exécuta, incorporant l’information à l’ordinateur de bord. Curieusement, aucune planète du nom de Wayland ne paraissait sur la carte standard ; la destination se résumant à un emplacement vide non loin du goulet d’étranglement de la Bordure Médiane. Il transmit une réponse laconique.

TH-739 : " Message reçu, Conseiller. En route pour les coordonnées. Terminé. "

Suite au réenclenchement des propulseurs, l’agent impérial activa l’hyperdrive et s’enfonça dans son siège, l’air impassible malgré une poussée d’adrénaline à l’idée que ses maîtres lui confiaient sa première mission véritablement autonome. Le rideau d’étoiles se transforma bientôt en innombrables trainées lumineuses et l’Éclaireur Solitaire A-2 disparut dans un grand bond.
Avatar de l’utilisateur
By Ars Dangor
#38419
Image


Après un voyage sans encombre, le vaisseau s’extirpa d’hyperespace devant une planète solitaire couverte de forêts subtropicales et parsemée çà et là de mers émeraudes. TH-739 activa la batterie de senseurs puis se retira dans sa cabine pour se sustenter et préparer sa mission. A son retour, les résultats n’indiquèrent pas la moindre trace de station orbitale ni de spacioport digne de ce nom. Un scan avait néanmoins confirmé l’existence d’une installation impériale aux coordonnées fournies par le ministre Dangor.

Curieusement, toute transmission holonet semblait délibérément désactivée malgré la présence de plusieurs dizaines d’humanoïdes concentrés dans le périmètre de ce qui devait être la station de recherche. Ces mesures pour maintenir la clandestinité rappelaient celles des enclaves de l’Empire en secteur neutre ou républicain, mais pas celles d’une planète située clairement en territoire impérial. Cela étant, qu’était l’Empire sans sa politique du secret ? Wayland ne serait pas le premier monde à être rayé des cartes galactiques pour dissimuler quelque machination ou arme secrète. TH-739 était bien placée pour le savoir, lui que l’on avait " rééduqué " sur la lointaine planète abandonnée de Shola.

L’agent sensitif coupa son transpondeur, éteignit les lumières du vaisseau et entama une descente à quelques kilomètres à l’ouest de la structure artificielle. Il opta pour une clairière aux pieds d’une petite chaîne de montagnes perçant le voile de nuages bas et humides, espérant ainsi dissimuler son arrivée derrière les reliefs de la région. L’atterrissage achevé, il coupa le moteur et sortit effectuer des repérages aux alentours. La forêt résonnait de chants et autres sons d’une faune manifestement peu craintive, la civilisation n’ayant pas encore perturbée le système. TH-739 marcha sous la canopée en se concentrant dans la Force pour y ressentir quelconque présence. Il sembla un instant percevoir les contours de quelques êtres agiles s’approchant progressivement de sa position, mais ces derniers firent brusquement volte-face. A l’opposé, une demi-douzaine de silhouettes venait de faire irruption dans la clairière.

L’hybride rebroussa aussitôt chemin en direction du vaisseau. Il s’aplatit derrière de hautes herbes pour observer un détachement de stormtroopers entamer l’inspection des lieux. Leurs émotions mêlaient animosité et appréhension ; les visiteurs devaient être excessivement rares et l’absence de matricule impérial rendait la présence de l’Éclaireur Solitaire A-2 d’autant plus suspecte.


Stormtrooper : " Les scanners ne révèlent aucune présence à bord. " s’exclama l’un deux dans son com-link " Pas de signe de l’occupant aux alentours. "

Le troupier écouta en silence son supérieur, manifestement agité par la découverte, aboyer des ordres à travers son casque de plastoïde.

Stormtrooper : " Très bien, colonel Muhrlein. Terminé. " Le soldat fit un geste en direction du groupe " Vous deux, rentrez au bercail, il faut des renforts pour redoubler les rondes autour de la base. Impérial ou pas, l’intru doit être capturé mort ou vif. "

TH-739 rampa vers la forêt pour contourner la zone et entamer la poursuite de l’escouade qu’il espérait en route pour le centre de recherche, utilisant la Force afin de maintenir une distance raisonnable sans perdre leur trace. Il était désormais clair que l’agent sensitif se trouvait en territoire hostile, et que le commandement local ne se montrerait pas des plus coopératifs. Que cachait donc Wayland ?

Avatar de l’utilisateur
By Ars Dangor
#38571
Image


Notre homme suivit le détachement en se fondant dans l’environnement dense de Wayland, faisant coïncider ses mouvements avec le bruissement naturel des feuillages ou le chant d’une créature farouche. Il pista les stormtroopers jusqu’à déceler les contours d’une structure aux angles acérés surgissant de la canopée. Les coordonnées de cette dernière concordaient avec la signature détectée par le vaisseau du visiteur lors de son arrivée en orbite de la planète rayée des registres impériaux. L’amas d’antennes satellites et paraboliques couronnant l’observatoire central confirmèrent rapidement la nature de l’édifice aux caractéristiques bien impériales.

Les soldats semblèrent échanger quelques mots avec leurs homologues sur le qui-vive bouclant le périmètre de l’installation puis entamèrent une ronde. Un genou à terre derrière une grosse souche éventrée, l’hybride balaya la scène avec ses jumelles et réalisa rapidement que le commandement avait optimisé la défense de la station de recherche en la bâtissant sur une sorte de butte naturelle et en faisant arracher toute la végétation sur un rayon d’environs cinquante mètres. Pour autant, les murs étaient d’une hauteur inégale et offraient par endroit une visibilité amoindrie, une faiblesse d’aucun recours pour le commun des mortels mais qui constituerait juste ce qu’il fallait pour l’infiltration d’un sensitif à l’agilité avérée.

L’agent impérial patienta jusqu’à la nuit noire et fut extrait de son état méditatif par le début d’une averse. Puisant dans la Force, il se positionna devant l’un des angles morts de l’enceinte et attendit un énième passage de la ronde pour se mettre à courir dans la pluie bruyante, zigzagant pour se confondre dans les zones d’ombres que les projecteurs ignoraient. Arrivé au mur, il sauta et agrippa une aspérité du béton qui lui permit de se hisser en haut de la paroi. La cour intérieure étant parsemée de sentinelles, TH-739 bondit en direction de la tour centrale et atterrit devant un petit attique résidentiel au sein duquel il s'introduisit en forçant une fenêtre.

La pénombre y régnait, rythmée par les gouttes venant s’écraser inlassablement sur les vitres et la toiture. Mais alors que la Force lui fit deviner les contours d’une porte, il perçut un bref mouvement sur sa droite et enclencha son sabre-laser. Une lampe tamisée éclaira soudainement la moitié opposée de la pièce, révélant un siège et le bras empoignant encore l’interrupteur à tirette.


Quidam : " Si j’étais vous, j’éviterais de faire un pas de plus. "

L’individu tourna son siège pour faire face à TH, les bras ouverts dans une attitude innocente.

Quidam : " Non pas que je refuse votre compagnie - voyez, je ne suis même pas armé - mais vous entreriez dans le champ de vision de cette caméra sur votre gauche. "

TH-739 distingua alors les traits d’un homme dans la cinquantaine, ou peut-être la soixantaine, d’assez grande taille, et à la barbe et cheveux grisonnants. Il portait une tenue de prisonnier de haut calibre et paraissait soigné, mais ce qui se révéla être sa cellule ne péchait pas par le luxe. Un lit, deux fauteuils et une étagère de livres et objets de facture autochtone constituaient tout l’ameublement de cette chambre aux parois grises métalliques.

Quidam : " Vous excuserez l'allure quelque peu... spartiate de lieux. Je ne suis hélas pas le maître de ma condition. "

L’homme se leva pour ranger le recueil qu’il consultait avant d’être interrompu ; sa gestuelle rappelait celle des officiers que l’hybride avait croisé lors de son entrainement impérial. Devant l’absence de danger que représentant ce captif, sans défense et ne laissant qu’une faible emprunte dans la Force, l’agent désactiva son arme et prit une affectation plus détendue.

Quidam : " Mais dîtes-moi… Vous vous introduisez dans mes quartiers sans vous présenter. "

TH-739 : " TH-739. "

Le prisonnier hocha la tête sans mot dire, semblant saisir la signification du matricule.

TH-739 : " Et à qui ais-je l’honneur ? "

Il y eut un long silence. Finalement, l’homme se placa droit devant l’intrus, les mains jointes dans le dos.

Quidam : " Josef Grunger. Grand Amiral... Josef Grunger. "

Avatar de l’utilisateur
By Ars Dangor
#39072
Le prisonnier prononça ces mots avec un tel sérieux et naturel que TH-739 n’osa le contredire. Son entrainement intensif dans les compagnies stormtroopers d’élite l’avait brièvement familiarisé avec quelques ruses tactiques employées par le dénommé Josef Grunger, officier de renom et ancien Triumvir de l’Empire que les ouvrages militaires officiels qualifiaient " d’assassiné en l’an 26 ". Pourtant, le captif n’avait pas flanché et sembla même se ragaillardir un instant en prononçant le nom du disparu. L’hybride s’aida alors de la Force pour sonder les émotions de son interlocuteur et ressentit une assurance sereine que l’on ne pouvait retrouver que chez un grand mythomane professionnel... ou un homme certain de sa vérité.

Grunger : " Votre introduction clandestine dans mes appartements me laisse à penser que vous n’êtes pas en bons termes avec la garnison locale. "

Son regard se posa sur le sabre laser que l’agent impérial avait rengainé.

Grunger : " Vous n’êtes pas venu expressément mettre fin à mes jours… " poursuivit innocemment le prétendu officier " Vous combinez pourtant armement sith et armure impériale. Alors, je vous le redemande, qui êtes-vous ? "

TH-739 : " Je vous l’ai dit : TH-739. "

L’attention de l’hybride se reporta déjà sur les contours de la pièce. Il ne pouvait permettre à cette distraction de l’éloigner davantage de son objectif premier. Dans une manœuvre agile, il évita à nouveau la caméra qui entama de balayer machinalement sa position initiale et atterrit à côté de ce qui semblait être une cloison dont les aspérités paraissaient se fondre parfaitement dans le mur de la cellule.

Grunger : " Nous pourrions peut-être nous entraider... "

TH-739 : " Je ne crois pas. "

Grunger : " Dîtes-moi ce que vous recherchez et je vous indiquerai la route. "

TH toisa le détenu. Le ministre Dangor avait été clair : maintenir le secret de l’opération était impératif. Il y avait déjà un témoin de trop, mais ses années de détention sur la Station 61 faisait de lui un précieux puits d’information. En d’autres circonstances, l’agent lui aurait soutiré les plans de l’édifice avant de l’éliminer sans autre forme de procès. Mais la nature du prisonnier le taraudait… était-il vraiment celui qu’il prétendait être ? Que dirait le ministre en apprenant la " perte collatérale " d’un ancien co-dirigeant de l'Empire que tous croyaient disparu ?

Une pensée effleura l’esprit du sensitif : Et si Dangor... savait ?


TH-739 : " Où se trouve le terminal holonet le plus proche ? "

L’officier esquissa un sourire.

Grunger : " Dans le bureau du maître des lieux, le colonel Milosh Muhrlein. "

TH fit glisser ses mains gantées contre la porte à peine discernable, mais elle ne disposait d’aucune emprise réelle. Il fallait manifestement trouver un autre point d’entrée.

Grunger : " Ne perdez pas votre temps, cette cloison ne s’ouvre que de l’extérieur. Laissez-moi faire. "

A moins que...

Grunger : " Garde, je suis… indisposé. " déclara d’un voix diminuée le détenu dans une sorte d’intercom jouxtant sa literie " Dîtes au colonel que je ne pourrai… le joindre pour le dîner. "

Il ne fallut que quelques secondes pour que la porte s’ouvre et qu’un soldat s’introduise dans la cellule. Aussitôt, l’agent impérial l’agrippa par derrière puis le neutralisa en silence avant de pousser son corps inerte hors de portée du système de surveillance. Le prisonnier s’agenouilla pour fouiller le malheureux afin de s’emparer de son fusil blaster E-19 et de son comlink.

TH-739 : " Restez près de moi, ' Amiral '. " ordonna l’hybride à voix basse en se faufilant dans le couloir " Et pas de geste mal avisé. "

Larbins de Jack Crypston [2/5]

https://cdn.discordapp.com/attach[…]

un dîner aux chandelles

… Essuyer les pots cassés ... Des bruits d[…]

https://images.alphacoders.com/726[…]

Dans le même temps, la réponse de la mécanicienn[…]

White " J'ai l'honneur et l'avantage de vou[…]

https://cdn.discordapp.com/attach[…]

Le Maître des Animaux [PV Tseh]

Modération Les choses ne s’étaient pas […]

U n peu plus loin, s'approchant à toute v[…]