L'Astre Tyran

StarWars Online Roleplay Cliquez ici pour voir l'intro...

Image

#39715
Les traits pourpres étaient peints à la va-vite. Trop imprécis, ou peut-être trop nombreux, ils noircissaient le tableau d’un chaos absolu. A cela était superposé des cris de part et d’autre de l’allée qui constituait la scène principale. Des cris, des ordres, envoyés aux quelques protagonistes encore debout. La cacophonie y était tout aussi et sans les communicateurs intégrés aux casques blanchâtres, il serait impossible d’organiser les ordres. Les soldats étaient agglutinés de part et d’autre de ce long couloir, certains étaient dissimulés derrière des caisses, d’autres allongés et se tenait des parties de leurs corps, fraichement carbonisées.

Image« Deux détonateurs thermiques, couvrez-moi ». Lança l’un des soldats tout en blanc, fouillant dans un paquetage qu’il traînait derrière lui. Les deux sphères qu’il en sorti brillait d’un éclat métallique brossé et le voyant central s’illumina de rouge quand il pressa l’unique bouton.



A ce signal, les quelques autres soldats sortirent de leur couvert pour faire feu à l’aveugle dans le long tube. L’objectif n’étant pas de tuer, ils le réussirent à la perfection. Mais au moins permirent-ils d’offrir une fenêtre à l’entreprenant pour lancer ses deux sphères. Ces dernières heurtèrent le sol quelques mètres plus loin, roulèrent tranquillement, puis inondèrent l’autre bout d’une intense lumière. Quand la fumée et les flammes se dissipèrent, les tirs adverses reprirent de plus belle.

« Aucun résultat, Sergent. » Tandis qu’il rangea ses macrojumelles.

« Bon sang … Mais qu’est ce qu’elle fait … »maugréa enfin l’officier d’escadron. Ou du moins ce qu’il en restait. Trois hommes étaient à terre, dont un grave touché au ventre. La demi dizaine restantes cherchant à percer une brèche, ou au moins survivre, à la défense revancharde de leurs adversaires.



Quelques heures plus tôt …


« Et vous êtes sûr qu’il est ici ? »

« Oui Conseillère. Les renseignements ont pisté son vaisseau quand il a pénétré sur la route de Listehol. Jak Ploonoya est connu pour diverses actions de contrebande et s’est spécialisé dans la revente d’artefacts ésotériques. Nous ne savons pas avec certitude le nombre de sa « bande » mais les rapports indiquent qu’ils seraient une dizaine. »

La conseillère aux cheveux de neige regarda le visage holographique du Rodien tournoyer devant elle. Sa main droite flirtant avec sa bouche et des sourcils froncés trahissant une intense concentration.

« Sait-on d’où il venait ? »

« Négatif Conseillère, mais nous savons qu’il se dirige dans le secteur Corporatif, sur Bonadan, là où il espère trouver l’immunité et revendre sa marchandise. Les revendeurs locaux sont nombreux. »

Helera ne pouvait détourner son regard de l’alien à l’œil de fer. Le cyborg lui procurait à la fois une étrange sensation de dégoût mais également un grand attrait. Non pas de sa personne particulièrement, mais de ce qu’il ramenait. Car oui :

« Je sais d’où il vient, et je ne peux tolérer que cet endroit de l’empire soit un gruyère. »

« Conseillère ? » L’officier leva les yeux de son datapad et se redressa, n’étant pas certain que le sermon soit pour lui. Mais il resta professionnel et mise à part son langage corporelle, rien ne trahit sa confusion.

« Oubliez, j’en aviserai l’empereur… »

Helera haussa un sourcil quand elle le vit devenir livide, comme si toute la couleur de sa peau s’était tout a coup évaporée.

« Ne faites pas cette tête, votre nom ne sera pas évoqué. Est-ce que l’agent du BSI … »

« Il est arrivé conseillère, il vous fait savoir qu’il vous attend dans le hangar du pont supérieur. Ah et il a demandé de vous présenter sous un nouveau nom … »

La reine opina du chef et fit volte-face. Elle remit son casque, enveloppant sa chevelure blanche derrière l’épaisseur de métal. Son armure fut ajustée et son sabre disposé comme à l’accoutumé, dans le dos.



Actuellement …


Les échanges intensifs continuaient d’éclairer le couloir et l’officier de l’escadron cherchait désormais un moyen pour extraire ses hommes. C’est alors qu’une nouvelle explosion ébranla la structure même de la petite station. Cette fois cependant, aucun de ses hommes n’en était responsable. Un instant, les tirs s’arrêtèrent dans les deux camps et tous épièrent le couloir perpendiculaire. Deux hommes en sortirent, essayant de s’échapper à toute hâte, non sans tirer dans l’autre sens. Ils ne prêtèrent pas attention aux alentours et ne remarquèrent donc pas troupes embusquées. L’un des deux fut happé de nouveau à l’intérieur, comme aspiré dans les ténèbres. Le deuxième quant à lui redouble de vigueur et appuya tellement sur sa gâchette sur son arme surchauffa, le canon prenant une couleur pourpre étincelante. Il dégaina son blaster de sa ceinture et de nouveau envoya quelques tirs, mais c’est alors que pénétra dans le couloir la silhouette en armure noire. Semblable à ses anciens précepteurs, équipées de l’armure offertes par les Sith et du casque aux allures ténébreuses. Cette ombre ne se cachait pourtant pas, avançait avec la même lenteur assurée et mesurée, qui dénotait sa supériorité dans ce combat.

« Où sont les artefacts ?! »

L’autre répondit de nouveau par quelques tirs, titubant sous l’effet de la peur provoquée par cette voix métallique. Il y avait ce petit quelque chose de familier avec les anciennes histoires du premier grand empire. Celui du seigneur de tous les inquisiteurs et de ses soldats. L’inquisitrice trancha son corps en deux quand elle perdit patience et se retourna vers le groupe de voleurs. Elle les pointa de sa lame blanchâtre.

« Vous avez été jugés coupable de contrebande, pillage, délit de fuite, extorquassions et de multiples autres chefs d’accusation. Rendez-vous et vous vivrez, peut-être. Attaquez-moi, et je vous détruirai ! »

Mais de nouveau, les pirates ne firent parler que leurs armes.
#39729
Image


Quelques jours plus tôt...

Le voyage était long et l’attente de plus en plus angoissante. J’avais beau m’entraîner, méditer et préparer notre arrivée, la sensation désagréable ne faisait que s’accroître. J’avais besoin d’un peu d’action et de me changer les idées. Et une telle opportunité n’allait pas tarder à se présenter. J’étais assis en tailleur, méditant dans la salle d’entraînement quand Ella vint me chercher. J’ouvrais les yeux en entendant le son de la porte coulissante. Elle s’approchant lentement, attendant que je me relève pour prendre la parole. Je défroissais ma bure de Jedi en me rapprochant d’elle, faisant disparaître les plis des tissus bruns et verts qui la composait.

    - Dashel, on te demande en salle de communication.

Je suivais mon apprentie jusqu’à la fameuse pièce. Je commençais à me repérer facilement dans le dédale du croiseur Majestic. Il m’avait fallu un peu de temps pour m’y retrouver. Et mes journées peu chargée avaient facilité mon exploration du vaisseau. Il fallait tout de même plusieurs minutes pour arriver à destination. Un temps consacré à poser des questions sur l’avancement des entraînements de ma Padawan. Elle aussi passait le plus clair de son temps à s’entraîner en suivant mes enseignements. Au moins avait elle l’esprit occupé alors que je jonglais entre les souvenirs de mon propre apprentissage, la gestion de l’équipage et la crainte de ce que nous allions affronter bientôt. La conversation prit fin en entrant dans la pièce circulaire dont le centre était animé par un holoprojecteur de bonne taille sur lequel on pouvait voir des coordonnées perdue au milieu de l’espace.

    - Dashel. Ici.

Alycie, la chef des sentinelles du ciel se tenaient non loin de la plateforme centrale et m’attendait. Je pouvais voir aux traits tirés de son visage qu’elle aussi était tenue éveillé par l’angoisse grandissante. Elle m’avait fait confiance et en savait encore moins que moi sur notre mission. Je lui étais grandement reconnaissant de m’aider et me soutenir. Une fois à sa portée, elle pianota sur un terminal et un message apparu.

    - Qu’est ce qu’il y a ?

    - Nous avons reçu un signal de détresse. Ce n’est pas très loin d’ici. Je ne sais pas qui d’autre la reçu. Nos radars ne montrent pas d’autres vaisseaux. Et le secteur est plutôt calme. Les planètes alentours sont des planètes mineurs de la république.

    - Qu’est ce qu’on sait du message de détresse ?

    - Pas grand chose. Si ce n’est qu’il est émis par un cargo Transport Action IV et qu’il s’agit de commerçant.

    - Je vais aller voir.

    - Tu es sûr ?

    - Oui. J’ai besoin de me changer les idées. Et ce sera une bonne opportunité de prendre en main mon A-wing. Ce n’est peut être rien. Je serais prudent. Mais ce n’est pas nécessaire d’y aller à plusieurs pour l’instant. Vous devez continuer d’avancer. On ne peut pas perdre du temps. Je vous rejoindrez rapidement.

    - D’accord, mais on reste en communication. Je vais prévenir une équipe de préparer ton vaisseau pour que tu puisses y aller.

    - Tu es sûr de vouloir y aller seul Dashel ?

    - Oui. Ca me fera du bien de me changer les idées. Veille à ce que tout se passe bien ici. Et tiens moi au courant de votre avancée. Continue de méditer et de t’entraîner en mon absence.

    - Que la Force soit avec toi.

Je partais donc en direction du hangar, laissant là Alycie et Ella. J’avais déjà mon équipement avec moi. La ceinture utilitaire de Jedi avait déjà ses poches bien remplies de mon matériel habituel. Mon sabre laser pendant à mon côté et mon blaster était bien accroché à ma cuisse. Dès que le chasseur serait prêt, je pourrais me mettre en route.

Un peu plus tard…

Le A-wing arrivait à destination. Tout atour de moi, alors que les faisceaux lumineux d’un bleu et blanc intense se dispersaient, le calme et la noirceur de l’espace reprenait lentement le dessus. Le son des propulseurs hyperspaciaux se fit moins intense également, laissant place à la fureur de réacteurs plus classiques. Un changement brusque tout autant que bien huilé. Un changement brusque de paysage aussi, et un réflexe presque aussi vif.

    - C’est quoi ce…

Dans une manoeuvre d’esquive précipitée, le vaisseau partit en vrille vers le bas juste avant de percuter un débris qui n’était visible sur aucune carte. Ce n’était pas un astéroïde. C’était bien plus petit et bien plus brillant. J’aurais juré voir des écritures à sa surface. Mais les déchets spatiaux ne me laissaient pas vraiment le temps de me concentrer sur eux. Mes sens étaient en alerte pour ne pas me cracher et terminer mon aventure dans le vide infini. Je tirais une fois de plus sur le manche du chasseur et remontais en piqué. Je ne faisais plus appel à mes simples réflexes, mais la Force me guidait, indiquant le chemin le plus sur pour ne pas finir en miette au milieu de ce carnage.

Une réussite plus ou moins maitrisée qui finit par me faire couper le moteur dans une zone plus paisible et stable. Un lieu d’où j’avais une vue centrale et détaillée du terrain qui m’avait accueilli. Une vision pour le moins macabre. Outre les débris d’un vaisseau démantelé pièce par pièce par des tirs d’artillerie, des corps sans vie, congelés et défigurés flottaient à la dérive sans but aucun. J’avais atterri au beau milieu d’un champ de mort.

    - Quelqu’un me reçoit ? Alycie ? Pas de réponse. J’attendais une seconde avant de recommencer. Dashel pour le Paladin, est ce que quelqu’un me reçoit ?

J’avais pour toute réponse un grésillement désagréable qui sifflait à travers le comlink du vaisseau. Quelque chose n’allait pas. J’avais un mauvais pressentiment. Pourquoi ne recevaient ils pas mon appel ? C’était comme si mes communications étaient brouillées. Ce qui n’était pas qu’une intuition. J’allais bientôt en avoir la preuve.

Au dessus de mon vaisseau, un faisceau lumineux d’un blanc aveuglant éclaira le chasseur. Avec difficulté, je levais les yeux vers le haut, cherchant à comprendre ce qu’il se passait. Un large vaisseau dont je ne voyais que le contour imposant se rapprocher. Je devais partir de là en vitesse. Rapidement, j’actionnais les moteurs. Mais à peine avais je fait un mètre qu’un rayon laser percuta l’A-wing qui s’immobilisa. Plus aucune commande ne répondait. Tandis que je faisais mon possible pour trouver une solution à mon nouveau problème, le chasseur se mit à trembler et à se rapprocher du vaisseau pirate. J’étais coincé…

Ne cédant pas à la panique, je tentais de trouver une solution rapidement. Mais que faire ? Une fois dans leur vaisseau, je serais en infériorité numérique, et je n’avais aucune idée de ce qui m’attendait. SI je sortais mon sabre laser pour trancher dans le vif, je risquais gros en me faisant capturer… C’était un pari risqué, mais mieux valait me laisser faire pour l’instant. En cas de besoin, la Force était avec moi. Je tirais donc ma ceinture, cachant le tout dans l’une des parois intérieures secrète de mon chasseur. Je n’étais plus armé que de mon blaster, prêt à en découdre.

Mais j’étais désavantagé. Même dans le hangar du vaisseau, la lueur éblouissante continuait de m’empêcher de faire face à mes assaillants, ni même de connaître leur nombre. Seul une voie, retransmise par les speaker du hangar résonna.

    - Ouvrez le cockpit et sortez, les mains au dessus de la tête. Si vous tentez quoi que ce soit, nous ferons feu sans pitié.

Je déclenchais l’ouverture du cockpit comme demandé, mais pas sans garder mon arme à la main. Une précaution bien inutile. A peine étais je sorti qu’un frisson se propagea dans tout mon corps. Je n’avais aucune liberté de mouvement, aucun moyen de m’échapper. J’amorçais mon saut quand le rayon paralyseur me percuta de plein fouet. Mon dernier souvenir fut le rire des pirates.

Quelques jours plus tard…

La cellule dans laquelle j’avais été installée était pour le moins rudimentaire. Un sol de métal froid, une simple lampe qui tanguait au rythme des propulseurs, sa lumière vacillante rendant mon sommeil incomplet, et une barrière de lumière translucide et brûlante. J’y avais passé plusieurs jours, dans le silence, passant le plus clair de mon temps à méditer. N’en sortez que pour les besoins les plus rudimentaires. Et toujours surveillé et menotté. J’aurais très certainement pu m’en échapper assez facilement. Après tout, les pirates ne savaient pas qui j’étais. J’avais réussi à me faire passer pour un simple voyageur répondant à l’appel de détresse. Et ils n’avaient apparemment pas trouvé mon sabre. Mais j’attendais le bon moment. Tant que nous étions en hyperespace, je ne pouvais pas me libérer. Cela aurait été trop risqué avec tout l’équipage à bord prêt à me sauter dessus. Je devais rester patient et attendre le bon moment. Cela n’allait plus tarder.

J’avais entendu mes geôliers discuter. Leur vaisseau était en route pour une mission dans les territoires du nord. Je ne savais pas comment ils se déplaçaient sans problème dans les voies hyperspatiales impériales. Peut être avec des masques de senseurs, ou grâce à de fausses autorisations. Un bon slicer pouvait faire des miracles. C’était une fois arrivé à destination que je pourrais agir. Je patientais donc jusqu’à l’arrêt des moteurs. Je ne resterai pas bien longtemps enfermé dans ma cellule. Une fois à l’arrêt, j’en profiterai pour amadouer un garde d’une façon ou d’une autre. Mais, au moment où j’allais enfin pouvoir passer à l’action, une conversation retint mon attention.

    - Je la sens pas cette mission.

    - De quoi tu parles ? C’est une simple station orbitale, rien de bien méchant. Quelques troupes sur place, mais on l’a déjà fait.

    - C’est pas ça qui me dérange. Ca c’est du déjà vu. Je parle de ce qu’on vient chercher. La dernière fois qu’on a été cherché un artefact pour cette grosse limace de Grakkus, on s’en est mordu les doigts…

Encore lui… Pourquoi toujours lui ? Grakkus allait il me poursuivre pour le restant de mes jours ? Raison de plus pour m’échapper le plus rapidement possible. Mais la mention d’un artefact avait de quoi me retenir. Le Hutt était connu pour sa collection. Quoi que cela puisse être, l’objet en question était certainement de provenance Jedi ou Sith. Et cela avait de quoi me faire rester plus longtemps si je pouvais l’empêcher de récupérer cet objet lié à la Force.

    - Alors d’une… Grakkus est tout sauf gros… Je l’ai vu combattre une fois. Crois moi… Tu ne voudrais pas l’affronter. Et de deux, quelle est la chance qu’on recroise des zombies dans cette station ?

    - J’en sais rien moi. Mais une fois ça m’a suffit. Leur chair décomposée et leurs griffes ça m’a suffit une fois. Pas deux. Et tu as vu ce qui est arrivé aux autres ? Eux aussi ils se sont transformés en monstre…

Des Rakghouls ? La description correspondait étrangement à ce que j’avais moi même affronté. D’après le livre Sith que m’avait donné Cal, il fallait un artefact Sith pour transformer quelqu’un en monstre putride. Avaient ils croisé la route de cet artefact ? Plus encore que Grakkus, c’était la raison qui allait me retenir sur la station. Je devais en savoir plus. Il était temps de passer à l’action.

    - Hey ! J’ai besoin d’aller aux toilettes !

    - Bon sang… Ils sont là bas entrain de s’amuser alors que nous on s’occupe de ce crétin… Prends les menottes avant qu’il pisse sur le sol. Sinon c’est toi qui nettoies.

Jes gardes s’approchèrent et désactivèrent le mur lumineux qui me faisait obstacle. Le premier me visait avec son arme tandis que le second tenait les menottes dans ses mains. Je le laissais s’approcher, les mains tendues vers l’avant. Quand il fut suffissent près, mon esprit était déjà plongé dans la Force. Je sentais son courant apaisant me parcourir, guidant mes gestes. Une main invisible s’empara du blaster du pirate. Il fronça les sourcils en sentant une tension sur le metal. D’un coup sec et brusque, l’arme s’arracha violemment de ses mains pour foncer vers son coéquipier. Je visais l’arrière de son crâne. Mais le jet de Force était une technique nouvelle pour moi. L’arme manqua sa cible et heurta le mur derrière moi.

    - Qu’est ce que…

Pas le temps de réfléchir. J’avais raté ma cible, mais il était désarmé et j’avais l’avantage de la surprise. Mon poing frappa violemment le plexus du pirate dont le souffle fut coupé. Ma main plongea vers son blaster tandis que son partenaire se précipitait vers moi. Le coup de feu fut fatal. Le laser transperça le pirate de part en part, le laissant inanimé sur le sol alors que le second reprenait tout juste son souffle.

    - Je suis désolé…

Presque comme une prière mentale, mon esprit se tournait vers la Force et la vie que je venais de prendre. Rare était les fois où j’avais dû prendre de telles mesures. Et chacune m’avait couté. J’avais encore en mémoire le regard vide de Nissa, l’inquisitrice qui m’avait poursuivie à travers la galaxie. Elle avait voulu ma mort, hantée par le côté obscure. Prête à tout pour se venger d’un acte qu’elle c'était elle même infligée et dont je n’étais pas responsable. Et pourtant, même si ma vie en dépendait, j’avais promis de faire mon possible pour ne pas en venir à de telles extrémités. Une promesse plus difficile à garder que je ne le pensais.

    - Putain ! Mais t’es qui ?

    - Peu importe. Mais si tu ne veux pas qu’il t’arrive la même chose, dis moi ce que je veux savoir. L’artefact que vous venez chercher, de quoi il s’agit ?

    - J’en sais rien… On nous a rien dit. On nous donne juste des coordonnées et un nom. Jak Ploonoya. C’est le contrebandier qui a l’artefact.

    - Tu as aussi parlé d’un autre objet et de zombie. Où est ce que c’était ?

    - Un coin paumé. Quelque part dans le dédale de Rimma. Mais j’ai pas les coordonnées moi. Le chef les aura peut être. S’il te plait, me tue pas !

    - Merci.

La crosse du blaster percuta la tempe du pirate qui s’effondra lui aussi inconscient, mais toujours vivant. Je gardais son arme, ne sachant pas où était mon blaster et me dirigeait vers le hangar. Comme je l’espérais, le vaisseau était presque laissé à l’abandon. La plupart des personnes à bord avaient dû se rendre dans la station spatiale. Si leur chef était quelque part, c’était certainement là bas. Je pouvais donc me frayer un chemin discrètement vers mon vaisseau, évitant les quelques patrouilles et faisant de mon mieux pour ne plus penser à mon combat. Ce n’était pas le moment de me laisser distraire. J’aurais le temps de méditer sur mes actions plus tard.

Actuellement…

La station orbitale était en état d’alerte. Les pirates avaient lancé l’offensive et les contrebandiers devaient certainement se défendre. Sans compter que les gardes de la station ne s’étaient certainement pas laissés faire. Il fallait que j’intervienne avant que le nombre de blessés et de morts n’augmente. J’avais laissé mon A-wing dans un hangar et récupéré mon équipement, prêt à en découdre. De ce que j’avais vu, les pirates n’étaient pas particulièrement pacifiques. Il me suffisait de suivre la fureur des combats pour trouver mon chemin. Tout du moins, un des chemins possibles. Les sons des lasers se répandaient un peu partout et la voie que j’avais choisie n’était qu’une possibilité parmi tous les combats qui faisaient rage.

Mais le chemin que j’avais choisi conduisait malheureusement à un cul de sac. J’étais face à une porte verrouillée. Je sentais presque la chaleur des lasers chauffer le métal protecteur. Le combat se tenait juste derrière. Le panneau de contrôle était hors service. Surement détruit de l’autre côté de l’ouverture scellée. Je cherchais un moyen d’ouvrir la porte alors qu’elle se mit en mouvement. Les panneaux coulissèrent pour se replier à l’intérieur des murs et dévoilèrent un spectacle que je n’avais pas vu depuis un bon nombre d’années. Mon dernier combat en station remontait à la guerre des clones. L’homme responsable de son ouverture avait encore ses mains plongées dans le panneau démantelé. Un pirate que j’avais vu une ou deux fois durant ma captivité. Ses yeux reflétèrent sa surprise alors qu’il comprit qui j’étais.

    - Qu’est ce qu’il fou là lui ?

    - Salut tout le monde.

Le reste des troupes encore en état de se battre se retourna vers moi en entendant le son des deux lames de mon sabre laser se déployer. Un bleu glacial illumina d’abord les contours métalliques du sas avant d’être nuancé par la citrine de sa jumelle. Les armes se levèrent un instant trop lentement. L’arme de lumière faucha deux fusils, sûrement quelques doigts au passage, dans un mouvement circulaire avant que les rayons ne pleuvent. Renvoyés par mes deux lames, les faisceaux mortels furent rendus inefficaces. Certains frappaient les jambes et les bras de mes anciens geôliers, qui pris de panique, partirent à contre sens. Une erreur stratégique qui allait leur coûter la vie.

De l’autre côté du couloir, je voyais enfin les stormtroopers qui faisaient feu. Bon sang… Il ne manquait plus que j’affronte l’Empire… Mais mon regard finit par se poser sur le casque sombre. En une fraction de seconde, j’étais propulsé des années en arrière, sur la plateforme suspendue de Berchest, affrontant Nissa pour la première fois. Où que je sois, je reconnaissais toujours cette tenue noire. Peu importe qui la portait. A nouveau, le Force m’avait mis sur le chemin d’une inquisitrice.


Utilisation de la Force - Dashel

Pouvoirs :
  • Navigation [ Eveillé ]
  • Jet de Force [ Latent ]

Formes :
  • Zez'Kai [ Développé ]
  • Soresu [ Eveillé ]
#39730
Les pirates refusèrent tout sens du dialogue et signèrent de ce fait leur non intérêt pour la justice. Les traits fusèrent, heurtant la double lame blanche, sans chercher à renvoyer les lasers assaillants. Le claquement de l’énergie provoquait autant de sons que de petite lumière le long de la lame et la barrière artificielle ne laisserait passer aucun tir. De son casque, elle identifia les quelques visages, cherchant parmi eu le rhodien à l’œil de métal. Mais force était de constater qu’il était soit déjà parti et dans ce cas là les forces de soutien saurait l’intercepter. Soit il était caché autre part, et avec lui, ses précieuses trouvailles. Quand elle jugea que personne parmi ses oppresseurs n’étaient digne d’intérêt, elle se prépara à avancer, mais fut stoppée aussi nette. Quelque chose vibrait par-delà sa vision métallique. Une force pure, naturelle qui brillait non loin, se rapprochant avec autant de vivacité qu’un chasseur lancé à pleine vitesse. Dans son armure, elle fronça les sourcils, patiente, pour apercevoir l’émergence de cette étoile filante. Oh elle avait déjà une idée de ce qui se trouvait derrière cette étoile, mais elle avait oublié ressentir la lumière qui émanait de ces êtres. Elle ne fit aucun commentaire, se contentant de se défendre, au moins jusqu’à ce qu’il apparaisse.

C’est presque à ce moment que pénétra l’agent 7, du même endroit d’où elle venait. Presque essoufflé, l’entraînement solide du soldat était tout ce qui le maintenait actuellement en forme. Entraîné pour penser rapidement, il ne resta qu’un centième de seconde derrière elle puis s’abrita derrière les caisses, prenant état de la situation. A ce moment-là, en, face d’eux, explosa de nouveau la lame brûlante de la justice. D’un bleu stellaire, l’arme virevolta sans effort, tranchant les capacités offensives des pirates, renvoyant vers les assaillants les traits qu’il lui était envoyés. Sans jamais chercher à atteindre une partie vitale. Les tirs cessèrent vers eux pour se concentrer vers lui, luttant pour sa vie, sans vraiment souffrir d’une quelconque faiblesse apparente. Que faisait-il ici et maintenant ? Dans ce moment si particulier pour elle, pour le destin qui lui était réservé ? Et surtout comment l’avait-il trouvé ? Toutes ces questions n’auraient sans doute jamais de réponse, et elle classa cela comme de nombreuses autres questions, parmi les raisonnements de la Force elle-même. Tout n’était pas le fruit du hasard mais la tournée cruelle et fatidique de ces tissus impérieux et galactiques. Absolu dans leur essence et subtile dans leur approche, touchant tous les êtres, contrôlant leur vie et leur avenir. Jouant des résultats, flouant le libre arbitre. Cette lumière qu’elle avait devant elle, si pure au premier abord, lui apparu bien terne au second. L’aveuglante propension de cette dernière à cacher la véritable nature de l’âme, à mentir, dissimuler sous cette apparente bienveillance.

Cette aura face à elle, la reine se remémorait toutes ces années à courir après, tel un moustique, telle un explorateur ou peut-être une amante, attirée par son étoile destinée. Toutes ces illusions pour la mener vers le meurtre de masse, absolu de toutes les âmes de son royaume. Tandis qu’au nom de la Force, elle se devait de ne pas réagir et de laisser les fils du destin décider de l’annihilation de sa planète. Non, c’était en dehors de ses compétences. Elle avait vu bien trop de choses pour ne serait-ce que laisser une seule de ces vies à cette prédestination.

Mais déjà les soldats prirent la fuite dans leur direction, tandis que de leur esprit émanait une peur qui lui confirmait bien la nature maudite de cette lumière néfaste. Prêts à troquer leur liberté pour échapper aux fausses promesses des lames bleus. L’existence des Impériaux n’avait désormais plus aucune texture et les pirates ne remarquèrent presque pas quand l’inquisitrice agita négligemment la main. Tous s’envolèrent et heurtèrent le mur adjacent, comme de vulgaires bouts de papiers jeté au vent. Helera fit quelques pas en avant, ignorant totalement les pirates, passant par-dessus leurs corps, tandis que deux des soldats pointèrent leurs armes sur eux. Mais aucun ne réagit et très vite, les menottes furent placées sans aucun signe de résistance. Et la reine continua, jusqu’à se retrouver nez à nez avec l’être de lumière, jusqu’à ce que son visage ne la frappe. Klatooine. Dashel. L’attaque républicaine. L’assassinat de son père. La lumière appartenait à un Jedi, celui rencontré tandis qu’elle traquait l’officier qui a torturé les siens, et tué la plupart. Helera resta calme, malgré l’étonnante tempête qui tourbillonnait dans sa tête, alors que les souvenirs s’éveillaient de nouveau, comme la marque indélébile qui fragilisait son esprit. Son père … Le casque qu’elle portait lui avait appartenu. Il avait combattu les séparatistes pendant la guerre des clones. Peut-être même aux côtés du Jedi.

C’est peut-être à cause de cela qu’elle ne tenta rien, se contentant de le fixer aux travers de son casque, avec pour seule compagnie les râles que produisait sa respiration dans l’appareil. Peut-être était-ce parce qu’il l’avait aidé sur Klatooine, jeune apprenti brisé. Peut-être était-ce parce qu’elle ne voulait pas s’abaisser aux mêmes horreurs que son clan dogmatique. Toujours est-il qu’elle fit volteface et pénétra dans la pièce où était les pirates. Une légère aura attira son attention et son regard suivit le chemin jusqu’à une caisse de métal dont elle n’eut aucun mal à casser les loquets. A l’intérieur, elle y découvrit une figurine humanoïde décapitée, les mains sur le torse et sauvagement abimé par le temps. La terre rougeâtre constituait la majeure partie de sa composition et il résidait en son cœur l’obscurité primordiale de la terre de tous les Sith. Elle se saisit de la figurine et retourna sur ses pas, passant devant le Jedi sans lui adresser le moindre regard et s’arrêta vers son équipe, devant les prisonniers. L’agent 7 demanda :

« On fait quoi de lui ? » Désignant le Jedi.

Alors Helera se retourna vers le trouble-fête aux lames bleus, posant de sa voix métallique et pour la première fois, les bornes d’une froideur crystalline.

« Dis leur qui tu es. Et ce que tu fais ici. »
#39739
Image


Le temps était figé. Pendant quelques secondes, sa course était ralentie et ce qui aurait dû être une simple battement d’aille de papillon sembla s’éterniser. Les inquisiteurs étaient les êtres qui avaient failli causer ma mort. Même après l’ordre 66, ils avaient été les plus proches de réussir à m’abattre. Nissa tout du moins. Elle qui avait été mon amie, formée au temple à mes côtés. J’avais vu dans ses yeux toutes la rage et le désespoir. Plus que de servir leur Empire, ces êtres rongés par les ténèbres avaient pour obsession de chasser et détruire ce que je représentais. Qu’allait il en être de cette nouvelle tueuse de Jedi ? Ma simple vue allait elle faire ressurgir la colère et la haine ? J’étais prêt à ce que la lame d’un blanc pur ne s’abatte. Et pourtant, il n’en fut rien.

Sans me prêter plus d’attention, elle se retourna de moi, comme si je n’étais rien qu’une simple nuisance qu’on balaie d’un coup de main sur son épaule. Un insecte, c’est tout ce que j’étais. Et en s’éloignant, le temps revenait à sa vitesse normale, me laissant seul au milieu des rayons qui fusaient encore de façon éparse. Les soldats ne l’Empire ne tarderaient pas à prendre le contrôle du couloir. La plupart des pirates étaient soit morts ou enchainés. Les derniers allaient bientôt les rejoindre d’une façon ou d’une autre. Quant à moi, je ne pouvais pas laisser une inquisitrice faire ce que bon lui semblait. Ma mission avait changée. L’artefact pourrait attendre, le chef des pirates aussi. Je me dirigeais vers la pièce où elle avait disparue.

Mais les quelques contrebandiers qui couraient en tous sens, rendu incontrôlable et fou, par leur défaite imminente me barrèrent le chemin. Une lame électrifiée se dirigea vers ma nuque. D’un geste rapide, dans mon dos, la lame orange dévia le coup avant que sa jumelle bleue ne tranche la main du pirate. Lancée à pleine vitesse, le bâton lumineux tournoya dans les airs, au plus élevé que celui de mes pas. Je tournais, glissais, pivotais et virevoltait dans un enchainement maitrisé et destructeur. A chacun de mes mouvements, le sabre double se déplaçait à une vitesse presque triple à la mienne. Et a chaque courbe dans laquelle il s’engageait, un bras, une jambe, parfois juste une arme, tombait au sol. Dans un barrage de lumière déchainé, les quelques attaques venant de leur côté étaient inefficaces. A présent armé de mon épée de lumière, la mort était évitable, et leur incapacité à répondre était mon objectif. Je me frayais un chemin juste qu’à l’entrée de la pièce où était l’inquisitrice, aidant les Stormtroopers à faire le ménage. De la même façon qu’elle m’avait ignorée, je ne leur prêtais pas plus d’attention.

J’étais presque à hauteur de la salle quand elle en ressortit. Et je fus aveuglé. Mes yeux voyaient parfaitement, et pourtant, à travers la Force, c’était comme si une imposante lueur obscure avait envahie le couloir. Une aura ténébreuse se répandait, troublant tous mes sens. Elle ne venait pas directement la femme. C’était comme si elle n’était plus seule. Un esprit d’une grande noirceur l’accompagnait. Un esprit qui semblait émaner de la statuette qu’elle tenait dans sa main libre. L’artefact dont avaient les pirates ? Surement. Grakkus avait toujours le chic pour se retrouver dans les bons plans… Quelle que soit son utilité, une inquisitrice ne pouvait pas repartir avec un tel objet. Je reprenais, mes esprits, prêt à en découdre pour l’en empêcher.

Je remarquais alors que la fureur des combats était passée. Le couloir était calme, ou presque. Seul les râles des perdants venaient perturber cette tranquillité. A nouveau, la chasseuse m’ignora, se dirigeant vers ses hommes. Ils étaient les seuls encore armés, leurs armes pointant en grande majorité dans ma direction. Souhaitant éviter un massacre inutile, les deux lames se rétractèrent. Mais je gardais fermement la poignée noire et or dans ma main, prêt à réagir. De toute évidence, ma présence n’était pas la bienvenue à bord et ils attendaient un ordre de leur maître pour intervenir. Mais elle n’en donna pas. Non, elle se contenta de m’observer un instant à travers sa visière opaque avant de finalement daigner m’adresser la parole. Je m’étais attendu à autre chose que ces questions. Un avertissement, une menace peut être ? Le ton de sa voix modifiée par son casque était froid, presque glaciale. Mais dans mon souvenir, les inquisiteurs capturaient et mutilaient leur proie avant de les questionner.

    - Mon nom n’a que peu d’importance.

De mon point vu, ce n’était jamais une bonne idée de donner mon nom à l’Empire aussi facilement. J’avais déjà eu les Hutts à mes trousses. Et ce n’était qu’une question de temps avant qu’il sache que j’étais encore en vie. Ils avaient un don pour me retrouver. Je n’avais pas vraiment envie que l’Empire mette un avis de recherche sur ma tête eux aussi.

    - Quant à ce que je fais ici. Disons que je me suis retrouvé au bon endroit au mauvais moment… Mais je crois que vous savez ce que je suis et qui je représente. Et ce que vous tenez dans votre main ne vous appartient pas. Je ne crois pas que l’Empire ait décidé de se reconvertir dans la collection d’artefact Sith. Et aux dernières nouvelles, je croyais même que les sensitifs n’étaient pas vu d’un bon oeil dans le nord de la galaxie. Surtout les inquisiteurs et leur manie à vouloir tuer tout ce qui bouge. Alors je vous propose un arrangement, donnez moi la statuette et je ferais comme si je n’avais rien vu.

Je doutais qu’elle accepte. Et si elle était ici entourée de soldats impériaux, c’était surement parce que la politique en matière de sensibles à la Force avait changée. Dans leur sens bien évidemment. Je doutais que les Jedi soient accueillies à bras ouvert dans l’Empire. Elle risquait sûrement de me rire au nez, mais je ne pouvais pas les laisser faire. J’avais rejoint l’ordre Jedi et avec mon rang venait des responsabilités.

    - Vous devriez vous décider rapidement. Il y a un croiseur rempli de pirates qui a envahi la station. Et ils ne vont pas tarder à rappliquer. Si j’étais vous, je me dépêcherais de me donner ce que je veux avant que l’endroit soit envahi de tueurs. Nous sommes clairement et infériorités. Plus vite nous repartirons chacun de notre côté et plus vite cette histoire sera réglée. Et si vous savez ce que je suis, vous savez que je ne peux pas vous laisser partir avec cet artefact. Donnez la moi.

Ce n’était plus une question. Je tentais de garder mon sang froid malgré l’urgence de la situation. Et je faisais de mon mieux pour paraître convainquant. Mais je savais très bien que l’inquisitrice serait tenace. J’avais donc plongé mon esprit dans la Force alors que je parlais. Tissant un lien invisible avec elle, je l’avais redirigé vers l’objet obscure. Comme une main se serrait emparée de l’objet, la Force s’était enroulée tout autour. D’un coup sec et puissant, je faisais appel à un jet de Force pour tenter de lui arracher l’objet. Je n’avais plus qu’à espérer que cela fonctionne.


Utilisation de la Force - Dashel

Pouvoirs :
  • Barrière de sabre [ Développé ]
  • Jet de Force [ Latent ]

Formes :
  • Zez'Kai [ Développé ]
  • Ataru [ Eveillé ]
#39740
Armée de sa seule statuette de pierre, elle sentit l’esprit du Jedi pris dans une tourmente, peut-être à l’égal du siens. Mais son cas de conscience était autrement plus pervers et sans doute plein d’illusions. Le Jedi avec changé de posture, de ton, les provoquait et frisait l’insulte. Qu’était devenu l’apprenti tentant de fuir son passé et ses anciens geôliers ? Qu’était devenu le Jedi empreint de liberté ? Probablement mort épuisé par l’oppressant diktat des dogmes Jedi, écrasé par la bureaucratie et privé de sa liberté. Le ton qu’il employa cependant ne la laissa pas indifférente et ajouta des arguments supplémentaires au ressenti négatif qui lui trottait dans la tête. Il ordonna, de nouveau, pensant que son arrivée signifiait la rédemption de toute cette station. Il ordonnait et espérait que l’empire, qu’elle, ne s’abaisse à l’écouter sans mot dire. Mais qu’était-il pour oser la commander ? Lui donner des ordres que seuls l’empereur pouvait lancer.

De nouveau, la reine se détourna complètement de lui et se concentra vers sa propre mission. Autrement plus importante que d’écouter l’arriviste. Derrière elle, les impériaux gardèrent leurs armes sur lui, attendant les ordres de l’agent. Mais ce dernier était presque abasourdi par l’inaction de l’inquisitrice. Il resta pantois quelques instants et ordonna à ses soldats de s’occuper des trois blessés. Il fut le seul à rester proche du Jedi et de l’inquisitrice. Cette dernière s’était agenouillée devant un des prisonniers et agita la statuette devant ses yeux. Ce dernier releva très légèrement la tête, ne jetant qu’un bref regard désabusé sur la figurine. Il cherchait avant tout à ne pas croiser son regard. La peur se lisait dans son esprit, transpirant à travers les pores de sa peau. Ses deux questions furent simples.

« Où avez-vous trouvé ces objets ? Où est le reste de la cargaison ? »

« Je connais pas … Je sais que le reste est avec le capitaine. Il ... Il est à l’avant de la station. On devait amener toutes les caisses au même endroit. »

Mais le Jedi l’interrompit de nouveau, lançant ses suppositions, ses présomptions et surtout son arrogance dont elle n’avait qu’une envie, c’était de réduire au silence. La reine avait baissé la tête un instant, contrôlant ses pulsions. Non pas celle de lui trancher la tête, mais surtout de lui dire ses quatre vérités. Le prisonnier leva la tête vers le Jedi puis vers l’inquisitrice, et tenta de la cacher dans ses épaules. Elle aurait pu de nouveau ne rien dire et l’ignorer, mais c’était sans compter sans son agression. D’abord, elle sentit la Force s’agiter, puis entourer la figurine. Enfin, il y eut une secousse dans son bras, attiré vers lui. Helera se laissa également attirer et profita de l’élan pour le heurter de plein fouet, poussant davantage pour former un étau avec le mur contre lequel il s’écrasa. Un de ses avant-bras écrasait sa glotte, tandis que la deuxième portait le manche de son double sabre, éteint, contre sa tempe. Les soldats réagirent aussitôt et se mirent en position.

« Quand je t’ai rencontré, je pensais que tu étais différent Dashel. Que tu faisais parti d’une utopique génération qui saurait sortir les Jedi de la guerre spirituelle dans laquelle ils s’étaient enfermés. Visiblement, je me suis encore trompée. »

Elle raffermit son avant-bras contre son cou.

« Quant à ta soif de pouvoir, sache que tu ne l’étancheras pas aujourd’hui. Je n’ai que faire de tes ordres, de ton dogme ou de l’hypothétique flotte qui nous attend. J’essaye de sauver une planète et avec elle, des millions de vie. Tu te mets en travers de mon chemin et tu tentes d’utiliser la force contre moi, alors que je comptais te laisser partir en vie. Cette agression n’en resta pas impunie. »

Elle recula, toujours emmurée dans un calme tempétueux, maîtresse de ses mouvements tout autant que de ses mots. La reine fit voler la figurine entre eux deux et de sa main libre, l’écrasa sur elle-même, pour ne laisser que la poussière retomber sur le sol.

« Cet artefact est rempli de l’obscurité qu’aucun Jedi ne saurait garder sans en payer chèrement les conséquences. Je n’ai pas le temps de poursuivre quelques Sith encore plus avides que vous autres. »

Elle fit une pause et fit un signe de tête vers les soldats.

« Dashel, Chevalier Jedi de la République Galactique. En vertu de la loi Kor’rial du code impérial,
    • TOUTE PERSONNE DÉSIGNÉE COMME JEDI SERA CONSIDÉRÉE COMME HORS-LA-LOI ET RISQUERA LA PEINE CAPITALE POUR ASSOCIATION TERRORISTE.
    • TOUTE UTILISATION DE LA FORCE SERA RÉGIE PAR LES LOIS SUR L’ABUS DE POUVOIR ET D’AUTORITÉ.
    • TOUTE PERSONNE FAISANT UN USAGE PERNICIEUX DE LA FORCE ENCOURERA LA PEINE CAPITALE.

Ces trois chefs d’accusation seront retenus contre vous et débattus dans une cour impériale. Soldat, je vous laisse lui passer les entraves et confisquer ses sabres. Fais un geste, et je te tranche la tête, Jedi. Provoque un seul remous dans la Force et je t’y renvois sur le champ. Essai de jouer avec moi, provoque-moi encore une fois, que l’on voit si ta lumière pourra te protéger.
»


Le plus difficile n’était pas vraiment d’énoncer la loi. C’était surtout de la faire appliquer. Les solutions étaient diverses, et les plus violentes finissaient avec des vies détruites. Mais s’il choisissait d’obtempérer, c’était sans doute la solution la plus difficile à gérer. Ils étaient déjà en sous nombre pour gérer les pirates, mais s’occuper en plus de cela d’un Jedi fou furieux ? Il y avait encore la possibilité d’appeler des renforts de la flotte à proximité, mais cela risquait de prendre du temps et elle n’en avait pas. De nouveau, elle sentit une part d’elle-même se briser, devant l’évidence de ses désillusions. Ce comportement vil et pernicieux n’était qu’un argument de plus allant en faveur de l’entité. Cette dernière avait raison, sur toute la ligne. Helera avait été idiote de faire confiance aux Jedi et de tenter de leur ressembler et elle allait en payer le prix, trop chèrement. Mais la mission n’était pas terminée, Ploonoya restait encore à récupérer et avec lui, sa cargaison. Mais surtout, l’endroit d’où il venait.

https://i.pinimg.com/564x/89/ce/be/8[…]

~ Modération événementielle ~ À coups […]

Acheter, Vendre, Construire

Seïstan Chinotsuki Si le premier acheteur est[…]

Serelia O'Minara

Les voies de la Force Premiers ap[…]

Le chemin de la rédemption

Attention mes RP peuvent contenir des scènes […]

Modération La journaliste parvenait ta[…]

Serelia O'Minara

Merci pour ces corrections. J'ai relu ta fi[…]

Passé et futur

Tout se passait si vite. Le datacom de Jessa sonna[…]