L'Astre Tyran

StarWars Online Roleplay Cliquez ici pour voir l'intro...

Image

La planète Bothawui est au coeur de l'Espace Bothan sur la Bordure Médiane et est la troisième planète du système Both. Le terrain de la planète est caractérisé par de longues chaînes de montagnes couvertes de forêts sur les deux principaux continents .Plusieurs espèces cohabitent sur la planète, mais la principale est l'espèce Bothan.
Gouvernement : Nouvelle République
#39769
Ils étaient déjà prêts à repartir, le plus biologique des deux ressentant que quelque chose de très louche se tramait ici. Même s'il n'arrivait pas à mettre le doigt sur ce qui le tracassait, il se faisait assez confiance pour savoir que quelque chose ici ne tournait pas rond, que tout ceci n'était pas bon signe et que cette mission n'allait pas être une franche rigolade. Bien au contraire, ça sentait le malsain et le traumatisant à plein nez... L'ambiance était particulièrement lourde, trop lourde. Mais toute cette énergie négative, aussi stressante fut elle, n'avait pas préparé le mercenaire à la surprise qu'il rencontra en entendant les paroles de l'echani derrière lui. Les deux chasseurs de primes, surpris, se tournèrent en direction du vieil homme lorsqu'il expliqua qui il était. Leur cible venait de s'offrir à eux sans opposer de résistance, c'était presque trop facile, à tel point que cela pouvait même être considéré comme suspect, voire dangereux. Le Mandalorien observa en détail le pauvre homme bien amoché qui leur faisait face... Il était assez massif malgré son âge mais ceux qui l'avaient passé à tabac ne l'avaient pas loupé, sa jambe et son bras avaient été salement amochés. Sans doute les forces de police l'avaient bien endommagé... Le hic c'est que quelque chose ne collait pas. Le rapport de la prime expliquait que le Bothan Spynet n'avait pas réussi à lui mettre la main dessus, et ils étaient sensé être les meilleurs espions de la galaxie, alors comment diable un vieillard titubant au beau milieu d'une rue n'avait pas pu attirer leur attention ? Soit ce type n'était qu'un bouc émissaire, soit il avait un plan en tête et voulait sciemment se faire livrer au Bothan Spynet pour une raison bien particulière... Les espionner, les pirater, ou pire, se faire exploser. Ou bien il n'y avait aucun piège et c'était Sareth qui était paranoïaque, mais c'est ce qu'exigeais son métier, et il ne se sentait pas d'emmener ce type où que ce soit sans avoir vérifié au minimum que le type n'était pas armé. Pour l'heure il tâcha donc de comprendre comment ce vieillard s'était retrouvé ici pendant que Seven s'occuperait de récupérer de quoi le rafistoler.

    - Me tendez pas vos mains comme ça, je vais pas vous menotter alors que votre bras est en compote... Tiens, Seven, prends ces crédits et va acheter un médipack à la pharmacie la plus proche.
    - Tout de suite ! Répondit le droïde avant de courir en direction de ladite pharmacie.
    - En attendant que vos soins arrivent mettez vous assis, vous allez vous faire mal à la jambe si vous restez debout comme ça, on va discuter, j'ai quelques questions à vous poser avant de vous emmener.

User de menaces ne sembla pas de bon ton pour le Mandalorien, ce type était déjà bien amoché, il n'allait fuir nulle part et encore moins attaquer... De plus il semblait déjà bien stressé, inutile de lui faire perdre les pédales. En revanche, peut être qu'il n'était pas seul et que tout ceci était un piège, pour s'en assurer Sareth activa le détecteur de chaleur de sa visière et jeta un discret coup d’œil aux environs afin de voir si des formes de vie se cachaient à la vue du mercenaire, une fois cette vérification préalable faite, les petites questions démarrèrent.

    - Pour répondre à votre question je suis Chasseur de Primes, et vous, vous êtes quelqu'un de très recherché monsieur Gnirut... Et ça m'étonne de vous trouver aussi facilement d'ailleurs, les rapports indiquaient que le Bothan Spynet n'avait pas réussi à vous mettre la main dessus, comment est-ce possible ? Vous en avez eu marre de vous cacher ?

Laissant le loisir, ou non, à Nala de répondre à la question, le chasseur écouta attentivement ce que le Chef présumé du culte avait à dire sans le couper, évitant de lui mettre la pression outre mesure, comme dit plus tôt il était inutile de le menacer physiquement, ça serait contre productif dans cette situation précise... Quelques minutes plus tard, le droïde revint finalement avec le médipack tant attendu dans la main, d'un geste amical Sareth le remercia et offrit l'objet salvateur à celui qui en avait bien besoin, attendant que ce dernier fasse effet pour accompagner le chef de culte jusqu'au centre de sécurité le plus proche. Mais avant ça...

    - Seven, scanne le s'il te plaît, au détecteur de chaleur et au détecteur de métaux... Pardonnez moi monsieur Gnirut mais être prudent fait partie de mon métier.

Sans plus attendre le prototype de magnagarde se mit au travail et commença à analyser Nala afin de s'assurer qu'il ne cachait rien sur lui ou à l'intérieur de son corps... C'était peut être un peu exagéré mais la tension dans l'air mettait le Mandalorien très mal à l'aise et il ne voulait surtout pas croiser la moindre mauvaise surprise, il était persuadé que quelque chose, ou quelqu'un l'observait, et ça le rendait particulièrement tendu. Lui même ne comprenait pas vraiment d'où lui venait cette sensation d'inconfort, mais plus il restait ici et plus il la ressentait s'intensifier, cela pouvait presque se palper dans l'air, à dire vrai. Une fois les vérifications du droïde terminée, le Mandalorien se déciderait sur la marche à suivre, si rien d'anormal n'était découvert, il conduirait l'homme à un poste de sécurité, dans le cas contraire il aviserait.
#39866
Acte I. Constat
Hoover est du genre malin, l’analyse du jedi est au moins bonne sur ce point. La plupart du temps on le décrit sérieusement comme un incorrigible salopard. Mais un salopard correct et honnête. Une rareté par les temps qui courent. Cependant s’il put donner une impression d’être Bothan à aller droit au but en toutes situations, là le jedi se fourvoie lourdement.« Ah. Eux. Vos informations semblent être datées, l’ordre ne sait rien de plus ? Vraiment. Et bien c’est que nous avons fait du bon travail.» Le grand mammifère à l’allure pataude se déplace avec une furtivité qu’on ne lui aurait pas descellée. Le directeur disparu de son bureau sans en bruit, désormais ferré à fouiller de ses deux pattes un petit buffet jusqu’à lors dissimulé duquel il en ressort une élégante théière traditionnelle. Enserrant un godet délicatement de deux de ses doigts velus. Il divagua. Tout en transvasant lentement un épais liquide noir duquel émane un fumet à l’odeur de poivre qu’il ne cesse de humer bruyamment.
Image

« Mais permettez-moi, j’ai rarement eu l’occasion de converser dans de pareille circonstance avec un des gardiens de la Nouvelle-République. Que vos sens aiguisés vous ont-ils dévoilé en arrivant par chez nous ? Y avez-vous percé une atmosphère particulière, le comportement du Bothan de la rue vous a-t-il paru différent des choses qu’on a pu vous en dire ? Comment procédez-vous lors de vos enquêtes ?» Portez-vous des bas-bleu ou bien marron ? Aurait-il pu ajouter que ça n’aurait pas bien surpris son invité. La réponse est bleue bien évidemment, mais ça, l’intrigant Bothan le sait déjà. À la requête de Dashel par contre, le massif Hoover réplique bien par quatre autres questions. D’un ton léger. En prenant grand soin d’ignorer copieusement l’interrogation initiale. Il rajoute. « Vous êtes venu seul et sans en informer officiellement mon gouvernement et à bord d’un croiseur de guerre est-ce là les nouvelles méthodes de votre ordre ?»

Les questions intrusives ne se tarirent pas. Toujours avec cet air faussement hébété et ce regard porcin qui ne cesse d’épier en coin le jedi. Donnant une franche impression d’être en présence d’un parfait crétin molasse. D’un franc sourire affiché, le bothan coupa franchement le milieu l’une des phrases de son interlocuteur pour lui tendre l’un des godets remplis. « C’est du thé d’Arblis, ma mère était fermière dans une plantation de Kothlis, alors j’ai pris l’habitude de faire pousser mon propre thé. Question de tradition familiale. Mais continuez je vous écoute. Je suis pendu à vos lèvres.» Abusant le plus longtemps possible de la patience du pauvre Nelievar. Hoover décida du moment où il en eut, ou sut assez. Le ton plus grave. Son regard se désembrumât, laissant s’entrevoir dans le fond de sa pupille une intelligence vive, la conversation s’enrichit du phrasé adéquat.

« Pour en revenir au sujet de ces disciples de l’étoile. Ils ne sont plus un problème. Rien n’est pour le moment rendu officiel, les gens vraiment au courant se comptent sur les doigts d’une patte, je m’en suis assuré. Leur organisation était divisée en vingt et une branches, à leur tête des gourous qui commandait à une bande de badauds perdus. Au total sept cent trente membres à leurs débuts. Il y en a eu bien plus par la suite. Tous ces groupuscules prévoyaient de faire sauter le Combined Clans Center. Tous les responsables ont été naturellement neutralisés … Précisa-t-il sans broncher tout en vidant d’un trait son godet… et les différents adhérents influents placés en centre psychiatrique pour analyse. On suspecte un lavement de cerveau de masse. Mes experts sont sur le coup.» Le cadre de la discussion changea durablement avec le ton. Si le directeur démontra bien qu’il connaissait toutes les bases du jargon ampoulé, il n’en usait visiblement pas volontiers, car, dans le fond de son âme il ne supportait pas ce langage comme cette attitude, ni du reste aucun des apprêts ronflants du cérémonial même dans les situations de crises. Mais la situation ne se prêtait à aucune nouvelle divagation.

« Vous avez pu remarquer que les mouvements d’agitations n’ont pas cessé pour autant. Nous travaillons en relation étroite avec nos confrères du Spynet et ils nous ont fourni des informations préoccupantes. L’origine de tout ce tintamarre viendrait de bien plus haut qu’on ne pouvait l’imaginer. J’étais jusque là limité dans mes actions, je marche sur des œufs vous comprenez. Cependant avec le soutien discret de l’ordre nous pourrons mettre en lumière cette odieuse conspiration avant que tout ça ne dégénère dans un bain de sang. »

Le choix était donc laissé à Dashel de travailler avec le soutien du directeur Hoover ou bien de faire cavalier seul. Si la réponse tonnait par la positive ; Hoover ajoutera. « Je savais que je pourrais compter sur l’altruisme légendaire des jedis. Vous allez pouvoir mettre à contribution vos talents. Nous avons capturé un ensemble de mercenaires et de chasseurs de primes engagés par un prétendu exécuteur anonyme venu enquêter sur nos disciples étoilés. J’ai tendu mon petit piège en m’assurant que même le conseil des clans… .» Il faisait la mention de l’organisation tentaculaire qui commandait à tous les Bothans, sans exception. Unique institution plurimillénaire dirigée par une assemblée de patriarche des clans majeurs à laquelle l’ensemble de cette race profondément individualiste suivait si ce n’est pas aveuglément leurs décisions, au moins, d’aucuns ne manquaient jamais de se conforter au mieux aux volontés des anciens. Leurs moyens étaient colossaux et leur domaine de prédilection était l’information, Hoover réaliserait un véritable tour de force à parvenir à leur cacher quoi que se soit. « … ne soit au courant de rien de ce que j’ai pu vous dire, et j’ai bonne raison à penser que parmi eux l’un était chargé de transmettre un message à l’une des branches des disciples. A vous de me dire lequel.»


Me tendez pas vos mains …
Médipack à la pharmacie…


Le tout de suite de la machine raisonna pesamment. Les photorécepteurs du droïde ne décochèrent pas le regard de son maître. Jamais. Pour autant Seven ne rajouta rien comme s’il en était incapable. Un bruit de frottement sonna dès lors dans le lointain. « Je vous en remercie. Je ne veux pas vous causer plus d’histoire, tout ça sera bientôt terminé.» Le ton du prétendu dirigeant des disciples des étoiles s’est adouci, sa voix s’est posée, elle est plus nette, en s’asseyant, l’étrange personnage soupire de soulagement. « Je suis effectivement quelqu’un de très recherché… Mais je ne me suis pas caché … plus jamais … Je n’en ai plus besoin …» De nouveau les mêmes bruits parasites. Sa voix perdit en clarté. « Je-Je ne suit pas sans reproche vous savez, mais j’ai mené ma vie comme je l’entendais… Quel idiot j’ai été… »

Le vieillard marqua une pause tout en fourrant sa tête dans ses mains pendant de longues minutes. Sareth eu ainsi tout le temps de dévisager l’echani, celui-ci portait les restes d’une blouse, un écusson était manquant à plusieurs endroits, des marques de griffures laissez supputer qu’ils avaient été arrachés à la main. Plusieurs stylos méthodiquement greffés, parfaitement alignés et rangés selon un code couleur sur le poitrail, trop de soin y était apporté dans l'ouvrage, ça trahissaient les habitudes d’un parfait maniaque. « Maintenant il est trop tard pour faire machine arrière. Que feriez-vous à ma place ? Pensez-vous que …» Nouveau silence perturbé, l’echani planta son regard dans l’œil unique de Daran. Sa figure se décomposa subitement. [b]« Je ne savais pas. Sincèrement je ne savais pas. Oubliez tout ça voulez-vous. C’était une erreur. Vous feriez mieux de partir sur le champ avant qu’il ne vous la prenne à vous aussi. Il se mit à hausser la voix. Si vous avez des gens auxquels vous tenez réellement en ce bas monde alors, foutez le camp… Réveillez-vous imbécile !»
Les bruits de moteurs se sont tus.


… Pas de droïde en vue pour passer au scanneur thermique l’inconnu. Pas plus d’inconnu à dire vrai.

Uniquement six véhicules blindés montés sur aéroglisseur… L’information prit une éternité avant de percuter au sein de son esprit. Tout lui paraissait subitement être plus lent. Pourquoi tout était si brumeux ? Engourdi le presque véritable mandalorien, décrypta à peine les pictogrammes qui frappe les engins de la milice locale. Autant de portes s’abaissèrent qu’il n’y avait de speeder. Se déversa un flot de petites personnes en armure lourde antiémeute tous équipées d’étrange masque à gaz et d’armes neutralisantes. En d’autres circonstances, le puissant chasseur de prime se serait montré plus combatif, usant de son arsenal de pointe pour s’échapper de ce guêpier … Pourtant quelque chose n’allait pas. Sareth se sentit tombé, frappé de vertige et tout se disloqua subitement, face à lui plus qu’un monde renversé. Et ces maudits frottements qui tambourinaient de plus belle dans son crâne. Il se voyait maintenant comme tiré par une masse informe métallique retournée.
Il fallait revoir certaines choses à l’envers. Par de-là les barrières.


Image

Réveillez-vous … Réveillez-vous !

Un ultime gnon finit par percuter le menton carré du guerrier solitaire. Flanquant une sévère dérouillé au concerné, désormais attaché, qui reprit brutalement ses esprits. Le tambourinement incessant et perturbant cessa aussi sec. Une bouchée d’air frais. Le regard groggy, les souvenirs toujours dans le vague, Sareth émergea comme après un très mauvais lendemain de soirée à la cantina du coin, totalement désorientez. Face à lui un Bothan au pelage marron dans un uniforme qu’il ne reconnaissait pas. « Bon, ça aura fini par marché. Vous avez de la visite.» La petite brute quitta la pièce, talonnée par un second Bothan à la pigmentation noire comme la nuit, monté dans un très élégant costume blanc crème, il fit irruption dans la salle où se trouvait désormais Daran. Un genre de placard à balais qui sentait le renfermé et la transpiration dépourvu de fenêtre et entièrement constitué de polybéton.

« Et bien on pourra dire que vous avez eu de la chance. Même avec votre casque ce genre de gaz aurait pu vous tuer, heureusement que vous aviez pensé à demander à votre droïde de vous apporter un médikit tout en vous traînant loin de la zone industrielle. C’est là qu’on vous a retrouvé. »Visiblement le mammifère poilu put lire sur l’autre visage une forme d’incompréhension et s’empressa de compléter ses explications. « Vous ne regardez pas les infos ? Suite à un attentat à la bombe, tout le quartier industriel dans lequel vous vous aventurez s’est changé en poche de gaz instable … Peut-être que tout n’est pas bien clair. Vous avez été arrêté et placé en détention, vous êtes accusé de complicité pour des activités de terrorisme.» Finis par ponctuer sans blêmir le bipède à poil.

« Je dispose d’assez peu de temps, alors je passerais sur toutes vos interrogations, certes légitimes, mais mal venu dans votre situation, sachez simplement que je suis un ami et que votre mission est loin d’être terminée chasseur. Alors, écoutez moins bien, je serais habilité à vous faire sortir d’ici dans l’heure qui suit votre interrogatoire. Mais pour ça je vais avoir besoin de votre entière coopération. Quelqu’un va venir vous poser plusieurs questions concernant la prime et l’identité de l’exécuteur qui vous a engagé, donnez-leur le nom d’oreille profonde pour le pseudonyme revêtu par votre employeur et dites leurs s’ils ne vouent croit pas d’inspecter votre datapad personnel. Ça devrait suffire pour mettre hors d’état leur système.»

Quand on est emmerdé par une affaire, il faut susciter une affaire dans l’affaire, et si nécessaire
une autre affaire dans l’affaire de l’affaire, jusqu’à ce que personne n’y comprenne plus rien.

- Charles Pasqua

~ Modération événementielle ~ À coups […]

Acheter, Vendre, Construire

Seïstan Chinotsuki Si le premier acheteur est[…]

Serelia O'Minara

Les voies de la Force Premiers ap[…]

Le chemin de la rédemption

Attention mes RP peuvent contenir des scènes […]

Modération La journaliste parvenait ta[…]

Serelia O'Minara

Merci pour ces corrections. J'ai relu ta fi[…]

Passé et futur

Tout se passait si vite. Le datacom de Jessa sonna[…]

https://78.media.tumblr.com/6c8f[…]