L'Astre Tyran

StarWars Online Roleplay Cliquez ici pour voir l'intro...

Image

Laissé en ruine par l'Empire, restauré par la Nouvelle République, le Temple Jedi de Coruscant abrite désormais le Nouvel Ordre Jedi, ainsi que les archives de l'Alliance Rebelle. Haut lieu spirituel, cet édifice est le sanctuaire des Jedi.
#39958
Image



Le temple était comme toujours silencieux alors que la lumière de l’aube perçait tout juste l’ombre céleste. Quelques silhouettes allaient et venaient de temps à autre, s’abritant du froid matinal à l’intérieur, derrière les hauts murs protecteurs du sanctuaire qui s’éveillait peu à peu. La ville, elle, ne s’endormait jamais vraiment et des milliers d’engins emplissaient le ciel tandis que j’observai leur manège incessant, assise dans la cour depuis un moment déjà. Je frissonnai en réprimant un bâillement, n’ayant pas réussi à trouver le sommeil cette nuit, sans trop savoir pourquoi. Un étrange pressentiment m’avait tenu éveillée et j’avais abandonné l’idée de dormir pour finalement arpenter les couloirs avant de finir ici, à essayer de me vider l’esprit.

Le résultat était mitigé, au mieux. Je n’avais pas pu mettre le doigt sur ce qui me dérangeait et le sentiment était toujours là. Pas dérangeant, juste présent, comme un rappel que quelque chose allait forcément se produire et je ne pouvais qu’attendre qu’il arrive. Je m’étirai et expirai lentement, relativisant les choses. Un mauvais pressentiment m’aurait bien plus alarmé, donc ce n’était probablement rien de bien grave, mais ne pas savoir me faisait me poser tout un tas de questions qui ne trouveraient pas de réponses tant que le fameux événement ne se serait pas produit. J’en étais là de mes réflexions lorsque je sentis une présence familière dans mon dos avant que celle-ci ne se mette à parler.

- Etonnant de te voir ici sans un data-pad entre les mains.

- L’Archiviste n’aime pas qu’on les fasse sortir de l’enceinte depuis que quelqu’un a failli en casser un.

- Je vois… Et la vraie raison ?

Valcey s’assit à côté de moi, dardant un regard interrogateur, un sourcil levé et un sourire sur les lèvres. Il devenait de plus en plus perspicace à mesure que le temps passait et je n’avais de toute façon j’avais vraiment réussi à lui cacher quoi que ce soit. Il me connaissait beaucoup trop bien.

- J’ai un… pressentiment et je n’arrive pas à mettre le doigt sur ce qui pourrait le créer. Alors je suis venue ici pour essayer de comprendre, de percevoir plus précisément ce qui pourrait arriver. Sans grands résultats, malheureusement.

- Et comme tu n’aimes pas ne pas comprendre, tu es restée là… combien de temps ?

- Je ne sais pas… un moment.

Cela le fit sourire et secouer la tête avant de se lever et de désigner le temple derrière nous d’un signe du menton. J’allais arguer que je pouvais rester ici encore un peu, mais il était insistant et je me levai pour l’accompagner, gravissant les marches nous ramenant à l’intérieur.

- Je pense que tu trouveras bien vite la réponse à ton interrogation, n’aies crainte.

Je restai dubitative, mais l’accompagnait à l’intérieur tandis qu’il racontait dernière mission. Je l’écoutai d’une oreille attentive, me disant qu’une fois amenée à partir moi aussi, ses conseils pourraient m’être utiles. Nous ne marchâmes pas bien longtemps, étonnamment et il s’arrêta devant une porte avant de se tourner vers moi en désignant la porte.

- Je te laisse ici, on se verra plus tard.

Je restai planté là à me demander s’il se moquait de moi, mais il me fit un clin d’œil et commença à partir avant de se retourner quand je lui demandais ce que cela signifiait. Cela le fit sourire plus largement et je n’étais pas sûr d’aimer le petit éclat de malice qui illumina un instants ses prunelles claires.

- Oh, je ne te l’ai pas dit ? Maître Quinlan Vos t’attend, tu as été désignée comme son apprentie et on m’a demandé de t’amener à lui. On se voit plus tard, tu me raconteras.

- Quoi ?! Mais je…

Et il me planta là, immobile devant la porte, complètement prise au dépourvu par la nouvelle et la façon qu’il avait eu de l’annoncer. J’étais ravie qu’on m’assigne à un maître après tout ce temps, mais je ne m’attendais pas à Maître Quinlan Vos, loin de là. J’avais entendu parler de lui çà et là et je ne l’avais croisé qu’une fois au hasard des couloirs lorsque j’étais bien plus jeune et suivais encore maître Ikrit avec les autres, aussi j’en savais peu sur lui et j’étais à la fois curieuse et un peu nerveuse au moment d’ouvrir la porte. Je pénétrai dans la pièce et m’inclinai respectueusement en direction du maître Jedi qui se trouvait là.

- Maître Vos ? Je suis Serelia O’Minara. On m’a dit que vous vouliez me voir.

Le mot qui me vint à l’esprit pour décrire celui qui se trouvait en face de moi, c’était intense. De long cheveux noirs et épais, une peau tannée et des yeux sombre, il semblait différent des maîtres que j’avais pu rencontrer jusque-là. Les seules choses que je savais de lui, c’était qu’il avait dangereusement penché de l’autre côté de la Force avant de revenir vers la lumière et qu’il avait des méthodes assez peu orthodoxes, de ce qui se disait à droite ou à gauche. Je n’allais pas juger quelqu’un sur de simples bruits de couloir, mais j’avais une certaine appréhension malgré tout. Mon pressentiment s’était révélé juste, mais je ne me serais jamais attendue à une telle chose en démarrant cette journée.

- Est-ce vrai que je vais devenir votre apprentie ? Je n’ai pas eu beaucoup d’informations en venant ici…

Tout ça à cause de Valcey et sa manie de vouloir à tout prix perturber mon quotidien dès qu’il le pouvait. Je m’étais imaginé que j’aurai pu me préparer un peu avant lorsque la décision aurait été prise de m’assigner à un maître, loin de m’imaginer me retrouver devant le fait accompli avec un choix aussi inattendu. J’étais loin d’être déçue ou en train de me plaindre, simplement déroutée par tout ça et la soudaineté du changement.

- Si c’est le cas, je suis ravie de faire votre connaissance, maître.
#39982
J’avais l’impression de me faire passer au crible par le regard perçant de maître Vos qui semblait m’étudier calmement, mais avec précision. Cela ne dura pas longtemps, car il décroisa les bras et finit par parler, m’évitant de me poser trop de questions concernant cette observation inopinée que je trouvais tout sauf bienvenue.

- Bonjour, Padawan. Il fallait en effet que je te vois et, oui, tu seras désormais mon apprentie. Prend un siège, nous devons discuter de quelques sujets.

J’observai la pièce et pris le siège le plus proche, directement face au maître Jedi qui s’installa nonchalamment dans le sien. Il avait une attitude détendue. Ou en tout cas il semblait vouloir en donner une. Il n’était pas véritablement relâché, certainement pas autant qu’il aurait pu l’être alors qu’il était au cœur du temple Jedi, le sanctuaire de l’Ordre. J’en savais bien peu sur lui pour savoir d’où cette attitude provenait. Peut-être une déformation de sa mission au sein de l’Ordre. Et tandis que je me posais de plus en plus de question, il se pencha en avant, un sourire aux lèvres.

- Et bien et bien, on est une petite fouineuse à ce qu’il semblerait. Voilà qui peut être intéressant.

J’ouvris la bouche et la refermais, incertaine sur les paroles à rétorquer à ce moment précis. Il ne semblait pas se moquer, bien au contraire et sa posture détendit imperceptiblement, comme s’il se relâchait peu à peu.

- Sais-tu pourquoi tu as été désignée comme mon apprentie, Serelia ?

- Non, maître. Mais j’apprécierais des éclaircissements à ce sujet. Je ne m’attendais pas à… vous… sans vouloir vous offenser.

Il haussa un sourcil et son sourire devint plus narquois.

- Franche, bien, j’apprécie la franchise. Laisse-moi donc t’expliquer, dans ce cas. Tu as une prédisposition naturelle pour percevoir la Force d’une façon que bien peu parviennent à maîtriser. Cela s’appelle la psychométrie, la capacité de percevoir des éléments du passé ou de ressentir quelque chose en touchant un objet, cela te dit quelque chose ?

Je hochai la tête et, en réfléchissant un peu avec les informations qu’il venait de me donner je commençai à comprendre de quoi il parlait et la raison derrière cette décision pour le moins inattendue.

- J’imagine que vous maîtrisez ce don et que donc je suis devenue votre padawan parce que vous êtes le mieux placé pour m’apprendre à maîtriser ce pouvoir

- Tu as vu juste, même si ce n’est pas la seule et unique raison. Tu es peut-être très douée pour ce qui est d’étudier, de comprendre et de retenir les connaissances sur de vaste sujets, mais tu es... disons au mieux médiocre en ce qui concerne la mise en pratique. Sans parler de la maîtrise du sabre laser. T’es-tu vraiment entraînée ?

Je grimaçai et m’empourprai face à l’air moqueur de maître Vos qui touchait en plein dans le nœud du problème alors que je le connaissais depuis moins de dix minutes. Je m’entraînai, tout le monde pouvait en témoigner, je n’étais simplement pas douée pour ça, de mon point de vue. Peu importe comment ou à quel point j’essayai, j’avançai si lentement que je n’arrivais simplement pas à voir le moindre progrès.

- On touche le cœur du problème, pas vrai ? Tu ne manques pas de concentration ou de volonté, simplement de maîtrise et de confiance. Nous arrangerons cela durant ta formation, petit à petit. La patience que tu montres en épluchant des milliers de pages, j’espère que tu sauras également la montrer pour chaque heure que tu passeras à t’entraîner, avec moi ou seule.

- Je… bien sûr, Maître Vos !

Je n’eus pas à réfléchir pour répondre. Je voulais être à la hauteur de ce que l’Ordre pouvait me confier et, pour cela, je devais m’entraîner et mériter le titre de Jedi, comme les autres. J’étais honorée de pouvoir apprendre sous la supervision d’un membre du conseil pendant ma formation et prête à répondre à ses attentes, même si cela n’allait pas être facile, j’en étais convaincue.
Pendant un moment, à la demande de maître Vos, je racontai en détail mon arrivée à Coruscant et les raisons de ma venue. Je listai ce que je faisais au temple, ce que je savais faire ou non et il écouta en posant parfois des questions anodines. Lorsque je commençai à poser finalement une question sur lui, il sourit à nouveau et se leva.

- Si tu veux des informations, obtient-les par toi-même. Tu dois être capable de te débrouiller. Pour l’heure, nous allons plutôt voir ce dont tu es capable.

Comprenant qu’insister ne servirait à rien, je le suivis dans les couloirs du temple, connaissant suffisamment bien ce dernier pour savoir exactement là où nous nous rendions. Ce fut avec un peu d’appréhension que je franchis les portes menant à la salle d’entraînement, suivant le maître Jedi qui me lança un sabre d’entrainement avant d’en prendre un pour lui. Je me postai alors face à lui et me mis en garde comme on me l’avait appris et il haussa un sourcil.

- Trop tendue, ta garde ne sert à rien si ton corps se bloque comme ça. Le sabre laser est une extension du Jedi, tu devrais le mouvoir avec la même facilité que ton propre corps. Détends ton corps et attaque-moi, je veux voir de quoi tu es capable.

J’obtempérai, inspirai et attaquai. Il se contentai de défendre, de parer et repousser mes coups sans la moindre difficulté. Pas une fois il ne riposta, mais pas une seule fois je ne fis que voir l’ombre d’une chance de le toucher ou même le mettre un peu sur la défensive. Rien d’étonnant à cela, mais je ne savais pas vraiment comment espérer faire mieux face à un maître alors que je maitrisais à peine la première forme. Il laissa quelques passes se faire, puis arrêta l’exercice en levant la main. Je me figeai et baissai mon bras alors qu’il changeait de garde.

- Défends-toi maintenant.

- Quoi ?

Il alla si vite que j’eus à peine le temps de relever mon sabre pour tenter de faire quelque chose. La lame m’infligea une douleur cuisante au bras avant qu’il ne recule. Je récupérai à peine du coup précédent qu’il recommença. Je parai de justesse cette fois, mais un coup fit voler mon arme et je reculai en tombant misérablement sous son regard sévère. Il me fixa un instant alors que je tentai de reprendre mon souffle, les mains crispées.

- On va avoir du boulot… J’espère que tu es prête.

Je l’étais. Du moins je l’espérais…


Modifié en dernier par Serelia O'Minara le mer. 3 nov. 2021 09:31, modifié 3 fois.
#39983
Je n’étais pas prête. Pas du tout. Cela n’avait rien à voir avec les cours ou les entraînements dispensés pendant les classes. Maître Vos était intransigeant, exigeant et pouvait me faire recommencer l’exercice autant de fois qu’il le jugeait nécessaire tout en soulignant le tout avec une pique ironique avec un ton moqueur. Il commença par ce que je pensais être la chose la plus basique : revoir les mouvements de la forme une. Dans l’idée, cela n’avait rien de compliqué. Je connaissais les mouvements par cœur, à force de les répéter encore et encore. Et pourtant, il voulait bien plus que ça. Chaque mouvement devait être perfectionné, adaptable et adaptée à chaque situation et il me faisait recommencer sans relâche pendant aussi longtemps qu’il le jugeait nécessaire. Si je parvenais à faire comme il voulait, on passait à l’exercice suivant, sinon, je recevais un haussement de sourcil, un rictus moqueur ou une petite pique avant de devoir recommencer tout depuis le début. Chaque session me laissait exténuée avec une promesse de recommencer dès le lendemain alors que nous allions dans une salle vide, un peu à l’écart.

Car si les entraînements au sabre étaient une plaie obligatoire que je subissais plus qu’autre chose, Maître Vos avait aussi décidé de quotidiennement explorer ma maîtrise de la Force après m’en avoir fait baver. Ce n’était pas plus facile, mais je me sentais plus en confiance à ce sujet. Au début, ce n’était que de petits tests pour appréhender ma maîtrise actuelle, mais, bien vite, il prépara également des exercices pour que cette maîtrise se renforce. Au troisième jour, lorsque les exercices commencèrent vraiment, il apporta deux boites qu’il posa un peu à l’écart. Je réprimai ma curiosité et m’installai comme les jours précédents, en tailleur face à lui, le temps qu’il explique ce qu’il attendait de moi. Au lieu de quoi, il attire une des boites à lui et la pousse vers moi.

- Ouvre la.

Je me demandais brièvement si c’était un piège lorsque je la pris dans les mains, mais rien ne se passa et je pris un peu le temps de l’examiner. C’était une boîte simple, légère et en métal, mais je n’arrivais à percevoir aucune ouverture ou encoche permettant de l’ouvrir. Je relevai un instant la tête vers maître Vos qui observait en silence, avant de reporter mon attention sur ladite boîte. Après l’avoir examiné quelques minutes, je conclus assez simplement qu’il fallait sans doute utiliser la Force pour l’ouvrir et qu’elle avait dû être conçue dans ce sens. Sans plus d’indications, j’inspirai et essayai de percevoir ce que cette boîte pouvait receler. Je finis par comprendre après quelques minutes et ne peux m’empêcher de sourire. Ce n’est pas vraiment une boîte, finalement, simplement un assemblage de plaques tenant ensemble par la Force, probablement par l’action de Maître Vos. Je tente donc de les écarter les unes des autres en utilisant moi aussi la Force. Il n’y presque aucune résistance et les plaques se dispersent lentement, ne révélant rien à l’intérieur. Le but de l’exercice n’était probablement pas l’ouverture en elle-même, mais plutôt de déceler la vérité en amont. Je reposai doucement les plaques les unes sur les autres sur la table face à Maître Vos qui semblait satisfait.

- Bien joué. J’ai cru que cela allait te prendre plus de temps que cela pour découvrir la supercherie, je suis agréablement surpris. Passons à la deuxième boite maintenant.

Ladite boîte se posa sur la table et je l’examinai rapidement pour découvrir qu’elle était à la fois similaire et différente. Elle tenait toujours grâce à l’action de maître Vos, mais elle était plus complexe, les plaques étant imbriquées les unes dans les autres, obligeant à déplacer les plaques d’une façon particulière si on voulait l’ouvrir. Cela me prit de longues minutes pour percevoir à priori toutes les connexions et je commençai à déplacer les plaques petit à petit. Cette fois, la résistance était plus forte, comme si Maître Vos retenait davantage chaque plaque avant de me laisser la déplacer par télékinésie. Rapidement, l’exercice devint éreintant, chaque plaque déplacée cherchant même à reprendre sa place d’origine. Je peinai à garder le contrôle sur chaque plaque tout en déplaçant minutieusement d’autres pour parvenir à l’ouvrir. Si mon maître ne bougeait pas d’un pouce, imperturbable, je commençai à sincèrement fatiguer à gérer autant d’éléments pendant un temps aussi long. D’ordinaire les exercices concernaient un ou deux objets simples. Là on parlait d’une douzaine de plaques mouvantes qu’il fallait contenir, déplacer et retenir une à une tout en gérant les autres.

Lorsque finalement je parvins à défaire le tour, je pus repousser l’ensemble des plaques et les faire atterrir avec plus ou moins de délicatesse sur la table. J’inspirai et observai d’un œil surpris l’objet qui, cette fois, se tenait dans la boîte. J’en avais déjà vu plusieurs fois. Un simple émetteur utilisé dans la fabrication des sabres laser. Je relevai la tête pour observer maître Vos qui avait changé de posture, penché en avant, les mains croisées et les coudes sur les genoux, visiblement satisfait, là encore.

- Encore une fois, bien joué. Tu sais ce que c’est, n’est-ce pas ?

- Oui… mais je ne comprends pas…

- Je dois te tester, te former et t’apprendre. Je peux faire les trois grâce à ces exercices et en plus, chacun d’eux te donnera une pièce pour ton futur sabre. Bien sûr je ne vais pas faire un exercice pour chaque pièce, ce serait bien trop long, aussi il va t’en rester trois, que je disséminerai à ma guise dans tes prochains entraînements.

- Mais… et si je n’arrive pas à compléter l‘exercice ?

- Tu comptes échouer ? Demanda-t-il en haussant un sourcil.

- Non ! bien sûr que non !

- Alors je ne vois pas le problème. Allez, file, quartier libre jusqu’à demain. Garde ton émetteur précieusement.

Sur ces mots, il récupéra les plaques utilisées pour créer les boites et me tapota l’épaule avant de sortir, me laissant seule à observer l’émetteur que je venais de récupérer. Il n’y avait rien de particulier, mais le fait de l’avoir mérité rendait le tout bien plus important que si je l’avais simplement récupéré dans les stocks présents au temple. Je ne pus m’empêcher de sourire en sortant. Maître Vos était exigeant, mais juste et il venait de me motiver bien plus qu’il ne l’imaginait.


#39985
Les entraînements continuèrent avec la même intensité. Chaque matin, inlassablement, j’avais un sabre d’entraînement entre les mains pour parfaire chaque mouvement. Pas un seul duel pendant ces heures-là. Je m’entraînai seule, sous sa supervision et ses conseils. Il ne laissait rien au hasard et voulait absolument que je puisse utiliser la première forme sans même y penser. Même si elle était la plus simple, il était nécessaire de l parfaire pour espérer apprendre et maîtriser les autres formes qu’il évoquait, me forçant à l’écouter tout en effectuant les exercices. Une manière de me forcer à prendre garde à mon environnement tout en faisant face à un adversaire, selon lui. C’était toujours mieux que lorsqu’il activait sans prévenir un de ces droïdes d’entrainement qui se mettait soudainement à me tirer dessus, me forçant à constamment être vigilante pour éviter de me prendre une décharge douloureuse et une remarque moqueuse concernant mon manque de concentration. J’avais le sentiment de ne pas spécialement en voir la fin, mais je m’appliquai du mieux que je pouvais et j’avais de moins en moins de remarques cyniques à supporter, ce dont je ne me plaignais pas trop.

Une semaine après avoir récupéré l’émetteur, alors que j’entrai dans la salle comme d’habitude, je remarquai l’absence de Maître Vos. Cela me sembla bizarre, il n’était jamais arrivé en retard jusqu’à présent et m’attendait toujours pour me lancer le sabre d’entraînement afin de me dire de commencer. Je fouillai la pièce du regard, la trouvant étrangement vide, même à une heure matinale. Il y avait d’habitude toujours quelques étudiants ou chevaliers qui s’entrainaient. Je pris un des sabres d’entraînement disponibles et commençai sans lui, reprenant chaque mouvement du début à la fin avant de m’arrêter. Un frisson me parcourut l’échine et je baissai le sabre en regardant autour de moi, un pressentiment me tendant les épaules. Ce fut le bruissement derrière moi qui me fit me retourner juste à temps pour intercepter une lame qui fusai vers ma tête. Je n’eus pas le temps d’être surprise que l’individu, masqué, attaqua à nouveau, me forçant à parer plusieurs fois tout en reculant prudemment, gardant une distance raisonnable avant d’être presque dos à un mur.

Un coup horizontal fila, mais je sautai au-dessus et m’abattit directement sur la tête de l’inconnu, sabre en avant. Il para le coup et je me projetai derrière lui, me réceptionnant d’une roulade avant de me mettre en garde. J’inspirai lentement, les deux mains sur la poignée du sabre. Je faillis trop me concentrer sur l’individu face à moi et dus presque me jeter au sol pour éviter le tir d’un droïde sorti de je ne savais où. Je comprenais bien que Maître Vos me faisait une petite surprise pour me tester, mais ça allait un peu loin à mon goût. J’enchainai les parades et les attaques face à mon adversaire que je soupçonnais d’être mon maître, bien qu’un doute subsistât. Il n’utilisait que la première forme également et j’aurai imaginé Maître Vos varier les attaques pour me pousser plus loin, justement. Je ne m’en plaignais pas, me défendre tout en évitant ou parant les tirs de l’autre droïde me mettait déjà à rude épreuve, je n’avais pas besoin de rendre le tout plus difficile.
Déviant une attaque en frappant la lame adverse de la mienne, je décidai de cesse d’être sur la défensive. Je n’allais pas tenir indéfiniment et si c’était un test de maître Vos, il attendait quelque chose, quoi que cela puisse être. J’enchaînai quelques attaques, habilement parées par celui me faisant face, mais je ne voulais pas lui laisser le temps de riposter. J’avais déjà étudié un peu d’autres formes avant même d’être la padawan de Maître Vos, mais je n’avais jamais osé les mettre en pratique, ayant déjà du mal avec la forme de base. Pourtant l’une d’elle me plaisait vraiment dans ses mouvements. Et si je devais surprendre mon opposant, c’était la solution idéale. Ce serait sans doute brouillon, mais cela pouvait valoir la peine. Je fis un bond en arrière et retirai une main de la garde du sabre. Lorsque mon opposant arriva, je changeai de position, me plaçant de côté avant de faire un brusque pas en avant, la pointe du sabre filant vers mon adversaire. Il réagit incroyablement vite, déviant mon attaque et je reculai de deux pas en reprenant une position de garde.

Même si je ne l’avais pas pris en défaut, je n’avais pas dit mon dernier mot. Je me souvenais des frappes basiques de la forme deux. Des coups rapides et précis avec une minimum de fioritures. Je savais que je n’allais pas la maîtriser soudainement, mais je n’avais jamais tenu aussi longtemps dans un face à face, alors j’avais mes chances maintenant. Je fis un pas sur le côté pour évite le tir du droïde d’entrainement et attaquai, débutant un estoc avant d’enchainer avec un coup vertical. Il évita la première, para la seconde et je reculai, déviant un nouveau tir. Je commençai à réellement fatiguer maintenant, peu habitué à faire des duels aussi longs. Ça ne m’empêchait pas de rester en garde, jusqu’à ce que quelqu’un frappe dans ses mains. Je me retournai pour découvrir maître Vos, adossé au mur, les bras croisés, qui observait visiblement le spectacle depuis un moment.

- On peut s’arrêter là je pense, c’est plutôt concluant, qu’en penses-tu Valcey ?

J’observai, surprise, Valcey retirer le masque qu’il avait devant le visage. Il m’offrit un sourire contrit et hocha la tête en direction de maître Vos qui approchait. Je me tournai vers ce dernier, espérant des explications.

- Rien de tel qu’une situation inattendue pour voir de quoi tu es capable. Tu as bien réagi et tu m’as même surpris. La forme deux ?

- J’ai lu à son sujet, je la trouvais appropriée.

- Evidemment que tu as lu... Mais effectivement, elle l’était, je ne m’y attendais pas.

Je rendis son sourire à Valcey qui prit congé après un court échange avec Maître Vos, me mimant qu’on parlerait plus tard. Ce dernier attendit que nous soyons seuls pour me faire signe. Je le suivis alors et, étonnée, le vit prendre el chemin de la bibliothèque du temple. Lorsque je l’interrogeai à ce sujet, il se contenta d’un haussement d’épaule et d’un regard énigmatique et je dus faire avec, calfeutrant mon impatience et ma curiosité derrière un mur de patience et de calme.
Le silence de la bibliothèque, fréquentée seulement quelques irréductibles à cette heure-ci, nous accueillit tandis que Maître Vos s’installait devant un des holo-écrans. Je m’asseyais à ses côtés, de plus en plus impatiente avant de remarquer qu’il me regardait du coin de l’œil, un sourire en coin, se payant visiblement ma tête.

- Ce n’est pas drôle, Maître !

- Je pense tout le contraire, mais, allons, trêve de plaisanterie, dis-moi ce que tu sais sur les Hutts.

- Les Hutts ? Je le fixai en essayant de déceler une plaisanterie, mais il semblait parfaitement sérieux. Je sais seulement qu’ils viennent de Nal Hutta, qu’ils sont très anciens, qu’ils vivent longtemps et qu’ils sont connus pour être des hédonistes.

- Et des cerveaux criminels derrière les plus grands trafics que la galaxie ait connus. Crois-moi, si on peut l’éviter, il vaut mieux ne pas se frotter à eux. Cependant, parfois la situation l’exige et ça devient vite délicat.

- Pourquoi vous…

- Des informations nous sont parvenues et je vais me rendre sur Tatooïne pour approcher un Hutt particulièrement puissant, Grakkus. Une grosse limace qui aime d’un peu trop près le savoir Jedi. Tu sais quelle est ma mission au sein de L’Ordre, pas vrai ? Tu t’es renseignée ?

- Oui, vous traquez les utilisateurs du côté obscur. Ce Hutt serait un… ?

- Aux dernière nouvelles, non, mais ça rendrait les choses moins compliquées... Bref, Je dois me rendre sur Tatooïne d’ici quelques jours et cela risque de durer un moment. Je ne peux pas trop t’en dire malheureusement. Je veux que tu continues ton apprentissage ici et…

- Je ne viens pas avec vous ? Mais je suis votre Padawan, je devrais venir !

- Navrée, Serelia, mais tu restes ici. C’est une mission d’infiltration dangereuse et tu n’as ni la formation adéquate, ni les compétences, ni de sabre laser pour te défendre en cas de problèmes.

- Mais comment je suis sensée apprendre si je ne peux pas vous accompagner ?!

Je savais bien que ça ne servait pas à grand-chose de discuter et d’essayer d’argumenter, mais je n’avais pas envie d’être laissée derrière alors que je venais tout juste d’avoir un maître pour commencer une vraie formation. Ledit maître me fixa en plissant les yeux avant de lâcher un léger soupir.

- Ma décision est prise, tu restes ici, pour le moment. Je pars dans trois jours, donc je vais donner des instructions et si le Jedi référant que je choisis te juge apte ET que tu as récupéré ton sabre en réussissant les tests, tu pourras me rejoindre, pas avant. Entendu ?

- Oui maitre !

Je ne pouvais m’empêcher de sourire en entendant cela. Je pouvais y arriver et le rejoindre pour montrer que je pouvais être digne d’être sa padawan. Mon sourire s’effaça pourtant très vite alors qu’il se levait.

- Ne te réjouis pas trop vite, je vais corser un peu les tests, puisque tu sembles si motivée.

Je le fixai avec stupeur tandis qu’il me lançait un sourire narquois en commençant à quitter la pièce. J’avais peut-être crié victoire trop vite…


Grades et Influences

------ Légions Mandaloriennes, Akaan'Ade […]

SWOR AWARDS 2021

Bonjour SWOR, il est maintenant tant pour moi de […]

[Dromund Kaas] Couronnement

Ce post contient des scènes explicites ou de[…]

Collaboration

Collaboration Vide Spatial Fais-moi […]

Rena et Jem étaient parties pour une mission ass[…]

Au nom du bien commun [Partie 2]

https://i.pinimg.com/564x/7d/1d/90/[…]

https://i.pinimg.com/originals/3c/7[…]

Un acheteur tout trouvé !

Il n'avait pas fallu longtemps à Sareth pour[…]