L'Astre Tyran

StarWars Online Roleplay Cliquez ici pour voir l'intro...

Image

Rempli d'usines délabrées, il a été décidé que ce monde était un lieu à éviter au maximum. Un tel environnement a encouragé les indigènes à se tourner vers la criminalité pour survivre. C'est un lieu où l'on cultive énormément de Ryll, une drogue rare et coûteuse dans la Galaxie.
Gouvernement : Nouvelle République
Avatar de l’utilisateur
By Hayley Curwee
#17617
    Pourquoi Balosar ? Pourquoi pas après tout ?

    Il y en avait des endroits désolés sur cette galaxie et cet endroit en valait bien un autre. Il se passa la main sur le visage et se releva, s'avançant vers la fenêtre cassée de l'usine désaffectée où ils avaient élu domiciles. Du temps s'était écoulé depuis la dernière fois. La dernière fois que ?
    Il se souvenait d'un moment sur Ry'loth, son être avait effrayé l'assemblée au milieu d'une cantina, il avait dû disparaître assez rapidement afin de limiter l'impact psychologique de son apparition.
    Il aurait aimé fixer un soleil levant sur cette planète, au lieu de ça il devait se contenter d'une lueur rosâtre qui filtrait par touches fines dans les nuages omniprésents. Il inspira longuement et finit par sortir une cigarette qu'il cala entre ses lèvres. Encore une journée de m&?!e qui s'annonçait, il allait devoir continuer inlassablement l'entraînement de sa protégée.

    Que l'on se comprenne bien, il n'avait rien contre elle, ni même contre le fait de s'entraîner, c'était lui qui avait prit contact avec la jeune femme lorsqu'il avait pu ressentir le trouble dans la Force, un écho d’événements passés et futurs qui convergeaient vers elle. Non, ce qui l'emmerdait profondément, c'était de faire ça depuis au moins...

    Il se trouvait incapable de dire depuis combien de temps ils se trouvaient tout deux dans cette usine désaffectée, il se rappelait de sa prise de contact, qui avait eu le don de surprendre la jeune femme, sensation qu'il sentait refaire surface assez régulièrement chez cette dernière d'ailleurs. Il pouvait comprendre, il aurait réagit de la même manière à sa place.

    D'une certaine manière, ils étaient liés, depuis bien avant qu'ils se rencontrent.

    Il tourna les talons et s'avança vers la couchette au fond de la pièce, la jeune femme s'y trouvait, visiblement éreintée par l'effet conjuguée de l'entraînement intensif qu'elle subissait doublé du peu de sommeil qu'il lui laissait à disposition, il fallait dire qu'en quelques sorte son état le laissait proche de l'insomnie et son maintien était bien entendu usant mais s'en dégager pour quelques heures suffisait pour faciliter le tout.

    Il examina son visage fin, ses longs cheveux bruns ondulés qui tombaient en cascade, même assoupie, ou peut-être surtout, une certaine innocence se dégageait de ces traits. Il posa sa main sur son épaule et sa voix éraillée s'éleva dans les airs :


      « Debout, va falloir qu'on s'y r'mette. »
Avatar de l’utilisateur
By Tali Valserna
#17648
Des cheveux couleurs de feu et des prunelles émeraude cherchant visiblement quelque chose, quand ces dernières se posèrent sur elle, un sourire des plus doux se dessina sur ce visage qu'elle adorait tant. Le soleil brillait assez haut dans le ciel et les étendu d'herbe verte s'étendait à perte de vue. La jeune femme lui lança un dernier sourire et se retourna pour repartir vers l'horizon. Tali la rejoignit en courant, tendit la main mais celle-ci se referma sur du vide.

« Debout, va falloir qu'on s'y r'mette. »

Une voix, toujours la même depuis des mois.... elle ouvrit les yeux et se réveilla dans un léger sursaut, elle se redressa assise sur sa couchette et porta ses mains à son visage. Combien de temps avait-elle dormi? Trop peu encore une fois. Elle estompa rapidement les traces de fatigue restant sur son visage et tourna la tête vers l'homme à ses côtés. Elle acquiesça d'un léger signe de tête, lui signifiant qu'elle était réveillée.

Elle soupira légèrement et repensa à ce songe, combien de fois l'avait-elle fait maintenant, elle n'osait plus compter... toujours le même, depuis sept mois qu'elle était ici. Un rêve, mais qui fut une réalité un jour. Elle releva le regard vers son maître et un léger sourire effleura ses lèvres.


-Un simple songe....

Elle jeta un coup d’œil vers l'une des fenêtres brisées de leurs abris de fortune et observa un instant les trait rose d'un soleil palot essayant de percer le nuage de pollution omniprésente de cette planète. Une légère grimace et elle finit par se lever, se préparer sommairement, récupérer son sabre et s'avancer vers le centre de la pièce. Elle ne dit rien, c'était ainsi, elle apprendrait encore une fois et les questions trouveraient réponse une autre fois.

Elle ignorait encore comment elle s'était retrouvé ici. Après leur départ de Felucia, Simurgh avait pris Stan sous son aile et s'en était parti vers une destination inconnue de la Lorrdienne. Soi-disant cela permettrait à chacun d'évoluer. C'est alors qu'il avait prit contact avec elle. D'abord surprise elle avait essayé de fermer son esprit, préférant ne pas l'écouter, puis finalement elle le laissa faire. Une partie d'elle sentait une certaine forme de confiance en cet homme et si cela pouvait l'aider et devenir un peu plus forte afin d'aider ces deux êtres auxquels elle tenait, alors tout était bon à prendre. Mais pourquoi diable avoir choisi Balosar?

Une dernière pensée à son amante fit monter un léger frisson dans le dos de la jeune femme, frisson qu'elle chassa rapidement et échauffant rapidement ses épaules et son cou, elle articula les quelques mots qui virent briser le silence ambiant.


-Bien que faisons nous aujourd'hui?
Avatar de l’utilisateur
By Hayley Curwee
#17655
      « Le dormeur doit se réveiller. »

    Il la fixa, par rapport à d'habitudes elle semblait plus pâle, plus maladive même. Il se rendait compte qu'il y allait parfois trop fort avec elle, sa condition n'aidant pas à l'empathie de ce point de vue là, il ne savait pas à quel moment s'arrêter. Il lui sourit, un sourire plutôt engageant, qui se voulait sympathique, comme pour briser une barrière qui avait été dressé entre eux deux, mais avait-il seulement le pouvoir de briser cette barrière alors qu'il ne partageait rien ou presque ?
    A l'expression de la jeune femme, et son regard qui s'attardait sur le ciel au dehors, il semblait comme deviner sa question muette sur le choix de ce lieu, il détourna son regard d'elle pour finir par regarder dans la même direction. Ce coin était moche et désolé, c'était une raison suffisante pour s'y enfermer, qui se ferait c!#?r à les chercher ici ? Au fond il savait qu'elle l'avait comprit, mais il se demandait si elle se rendait compte qu'elle faisait partie d'un plan plus vaste, un plan qui la dépassait, une machine inexorable qui, si elle atteignait ses objectifs, pouvait sauver des milliers de vies. Quand au cas contraire... Il ne voulait pas penser au cas contraire, cela n'était pas une bonne chose.


      « As-tu déjà joué au sabacc ? »

    La jeune femme fit un 'non' de la tête, il l'aurait parié, ce n'était pas qu'une question d'apparence, il l'avait senti. Il lui sourit.


      « Dans ce jeu deux choses comptent vraiment : la chance et la capacité à ne rien laisser paraître. C'est ce dernier point qui est le plus important pour nous. Si personne ne peut lire en toi, tu deviens un mystère, quelque chose dont on ne sait quoi penser mais que l'on peut éventuellement craindre par son imprévisibilité. C'est l'une des choses les plus importantes pour les gens de ta catégorie, parce que tu pourras dissimuler émotions et actions. »

    Il fit une pause, voulant vérifier qu'il n'avait pas perdu sa compagne, elle semblait bien concentrée, buvant ses paroles et il sentit un certain malaise en faisant ce constat, cette place était loin d'être la sienne, elle ne le mettait pas à l'aise, ce n'était pas la faute de la jeune femme, c'était plutôt un lointain souvenir. Il reprit à nouveau de sa voix éraillée :


      « Je veux que tu te focalises sur ta personnes, que tu sentes toutes tes émotions, tes pensées, tes souvenirs, que tu les visualises et que tu trouves un moyen de les faire disparaître, je veux que tu fasses de ta personne une coquille vide pour l'intrus qui tenterait de t'appréhender, je veux que tu fasses disparaître ton lien avec la Force par le biais de cette même Force. Que tu parviennes à te créer une carapace qui ne laisserait pas fuiter tout ce que tu représentes. Je veux que tu deviennes invisible aux yeux de ceux qui peuvent tout voir. »
Carnets de chasse

Banni, il avait été banni de son clan et dans s[…]

- Je serais toi, je ne ferais pas ça. La […]

- Et qu’est-ce qui vous dit que je vous laisse[…]

SWOR AWARDS 2019

Juste pour proposer la rubrique Chroniques enfin […]

Heads Up

Monsieur, on vous contacte sur la ligne bleue. C[…]

https://i.gifer.com/ErQ0.gif […]

Un déjeuner d'importance

Et bien mon garçon, vous avez de la chance. I[…]

[Terminé] Cad Bane

Bien. Bien bien bien... Il n'est pas facile […]