L'Astre Tyran

StarWars Online Roleplay Cliquez ici pour voir l'intro...

Image

Bespin est l'une des rares géantes gazeuses habitées dans la galaxie. Les colons séjournent dans l'étroite bande vivable de l'atmosphère à bord d'immenses villes flottantes. La production de Tibanna, un carburant essentiel dans toute la galaxie, en fait un monde capital aux yeux de la Nouvelle République.
Gouvernement : Nouvelle République
Avatar de l’utilisateur
By Darth Oxious
#22743
        Assis au fond de la salle de sa cantina, le Zabrak portait un regard distrait sur ce qui se passait dans l'établissement. Ni les quelques buveurs accoudés au bar, ni les clients attablés devant une assiette ou quelques verres, ni ceux qui regardaient les résultats sportifs dans l'espoir d'y voir leur équipe favorite gagnante et d'empocher les Crédits de leur pari. Ni les dealers qui attendaient leurs clients tremblants, ni les prostituées qui croisaient et décroisaient les jambes en attenant la prochaine passe. Les serveuses qui transportaient des plateaux chargés de verres pleins ou vides, les deux videurs qui montaient la garde près de la porte, ou encore ce type ivre-mort qui sortait des toilettes après y avoir laissé un souvenir de son passage, vestige des nombreuses boissons qu'il aura consommées. Rien de tout ça ne retenait réellement son attention, ni ne créait d'intérêt chez lui. Il observait simplement l'ensemble d'un air neutre, l'œil passant mollement d'un scène à l'autre.

        Un homme passa la porte d'entrée, salua de la tête les videurs avec un sourire un rien narquois. Cet homme retint son attention. Pour la simple raison qu'il avait rendez-vous avec lui. Et il était précisément à l'heure. Quand il inspecta la salle à la recherche de l'être à cornes, ce dernier usa de la Force pour attirer son attention. Le subterfuge marcha à merveille, et le petit homme chauve trouva le Zabrak et le rejoignit. L'accueil, sans être glacial, n'était pas tout à fait chaleureux.


          « La ponctualité incarnée. Asseyez-vous, s'il vous plaît, lâcha Darth Oxious.
          Je le dois à mon éducation, j'imagine. Qu'y a-t-il pour votre service ?
          Vos talents, Monsieur Ackermann, vos talents vont m'être utiles. »

        Oxious fouilla dans sa tunique, en tira quelque chose et le fit glisser sur la table. Ackermann s'en saisit aussitôt et le regarda à peine une seconde. C'était une carte ID impériale. Un vieux modèle.

          « On n'en fabrique plus, des comme ça. Les plus récentes sont bien plus sécurisées...
          Je sais. Il m'en faut une nouvelle.
          Une seule ?
          Pour l'instant, oui. Une impériale.
          Bien. Mais il ne me faudra pas beaucoup plus longtemps pour en faire d'autres. Si ce n'est pas une urgence vitale, je vous en fais toute une collection. Empire, République, Elrood, Tapani, Hapès... Vous pourrez traverser n'importe quel coin de la Galaxie sans aucun problème.
          Ce sera utile, en effet, mais pour le moment, une ID impériale suffira. Disons que c'est prioritaire sur le reste.
          Compris. J'aurais besoin de deux ou trois choses, pour fabriquer l'ID. Photo de face et profil, holoimage 3D en portrait et en pieds, votre taille, poids, date et lieu de naissance. Un nom, bien entendu, et vos empreintes digitales et palmaires. Je peux inventer certaines choses, mais vous devrez me fournir le reste.
          Très bien. De combien de temps pensez-vous voir besoin ?
          Avec toutes les données, le temps d'obtenir le support, encoder la carte... une semaine, deux maximum.
          Rien que ça ?
          Écoutez... J'ai un fonctionnement. J'ai ma manière de faire, comme chaque faussaire, mais la mienne a au moins le mérite de vous fabriquer les meilleurs faux papiers du marché.
          J'ai mon réseau de contacts, je travaille dans plusieurs endroits différents, tout ça pour qu'on ne me mette pas la main dessus. Ça demande du temps, mais ça vaut le coup. Vous n'avez pas cinquante solutions : ou vous vous montrez patient, ou vous vous trouvez un autre faussaire.

          Ça va, ça va...
          Je disais donc... maximum deux semaines pour obtenir la carte encodée. Mais l'étape la plus importante, elle, prendra plus de temps.
          La carte suffirait pour un simple contrôle inopiné, une patrouille, un barrage... Si la carte est une parfaite copie d'une authentique – et elle le sera – ça ira. Mais en cas de contrôle informatisé, il faut que votre carte soit dans le fichier central.

          Et vous pouvez faire ça ?
          Moi, non. Il faudrait que je puisse avoir accès aux terminaux du service des ID de l'Empire. Je ne peux donc rien faire... mais j'ai un ami qui le peut. Contre un petit dédommagement.
          Combien ?
          Il faudra que je lui demande. Mais ne venez pas jouer l'étonné. Il risque son poste, et même plus, sur un coup pareil. Selon la difficulté de boulot, ses disponibilités, il faut qu'il fasse en fonction des rotations de garde, qu'il utilise un autre passe que le sien... Je le contacterai au plus vite. »

        Oxious soupira et fit un geste vers Achermann pour qu'il prenne congé. Le faussaire se leva, la mine un peu déconfite par l'absence de verre offert, et allait partir. Il s'arrêta et fit demi-tour.

          « Pour les photos et l'holoimage... Vous devriez faire quelque chose au sujet de..., et il termina sa phrase en décrivant des cercles de l'index autour de son visage. C'est un sacré signe particulier... 'voyez ce que je veux dire ? »

        Évidemment qu'il avait compris. Cette tradition du tatouage sith était ancrée si loin dans le passé qu'il avait pensé – pendant ses jeunes années – que se faire marquer le rendrait plus puissant que n'importe qui. Avec l'âge, il s'était rendu compte que cela constituait surtout un bon moyen de l'identifier à coup sûr. Bien entendu, le procédé était douloureux, autant qu'on puisse l'imaginer, et l'avait aidé à s'enfoncer encore plus profondément dans le Côté Obscur. En dehors de cela, n'importe qui avait croisé son chemin un jour pouvait le reconnaître au premier coup d'œil. Il y avait une chance infime que quelqu'un sache identifier les marques comme ce qu'elles étaient, mais le risque existait.
        Ce que voulait dire Ackermann, c'était que s'il voulait voyager en paix et passer les contrôles sereinement, il lui faudrait non seulement des faux papiers, mais aussi un visage "socialement acceptable".
        Il avait plusieurs solutions pour cela, et il les avait déjà essayées par le passé. Cela ne poserait pas de problème.

        Oxious hocha la tête pour Ackermann, et ce dernier le salua de la main avant de tourner les talons.


          « Je reviendrai chercher les données. D'ici là, n'essayez pas de me contacter. Moi, je sais où vous trouver. »
Avatar de l’utilisateur
By Darth Oxious
#22762
        Comme prévu, quelque jours s’écoulèrent avant qu’Ackermann ne revienne à la cantina. Le Zabrak était absent, mais en être prévoyant, il avait pris les dispositions nécessaires.

        S’avançant vers le comptoir, Hal claqua quelques Crédits sur le bar et héla l’employé.

          « Une bière. Et appelez-moi le patron. Il a quelque chose pour moi. »

        Le barman haussa les épaules en se dirigeant vers la pompe à bières. Il prit un verre, le rinça, servit le liquide ambré et pétillant en veillant à ce qu'une belle mousse se forme, et alla déposer la boisson devant son client, sans oublier de faire vite disparaître l'argent dans la caisse.
          « M'sieur Vaa'rm n'est pas là. Mais je sais qui vous êtes, et il a laissé des consignes. »

        L'homme quitta son comptoir un instant pour aller vers ce qui paraissait être un bureau. Il en ressortit rapidement, une enveloppe à la main, qu'il tendit au faussaire.
        Ackermann l'examina. Elle était cachetée. En l'ouvrant, il y découvrit deux supports de stockage, deux disques miniatures. L'un portait une teinte violacée caractéristique des fichiers d'images, l'autre était d'un vert irisé. C'étaient les données qu'il avait demandé du Zabrak pour la création de ses faux papiers.

        Avec ces fichiers, il allait pouvoir terminer son travail. Il avait fait jouer ses réseaux d'approvisionnement, et il disposait du support : une carte ID impériale authentique. Les matériaux étaient identiques à celles certifiées par les services de l'Empire, ainsi que tout le reste. Seules les informations biométriques restaient à encoder, et l'illusion serait parfaite, et l'encodage, c'était la partie délicate de l'histoire. Il fallait utiliser une copie parfaite du système informatique utilisé par les services impériaux, de manière à ne laisser aucune trace suspecte. Il faudrait encore du temps, pour que chaque étape soit exécutée comme il fallait, que tout soit parfaitement effectué.

        Hal fit disparaître l'enveloppe dans la poche intérieure de sa veste et avala sa bière sans l'apprécier.

          « Dites à Monsieur Vaa'rm que je lui livrerai son article quand la commande sera complète, dit-il au barman après avoir reposé son verre. Et dites-lui que tout se passera exactement comme prévu. On s'en tient à ce qu'on avait dit, et tout ira bien. »

        Sur ces mots, Ackermann se leva et quitta la cantina. Il avait du pain sur la planche.
Avatar de l’utilisateur
By Darth Oxious
#22791
        Hal Ackermann travaillait vite. Son réseau de relations le rendait efficace, et c'était avec une certaine satisfaction qu'il entrait au Paul's Cantina, avec en poche le résultat de sa dernière commande. Une belle carte d'identification impériale, parfaitement contrefaite.

        Vaa'rm était présent, près du bar. Il avait bien reçu le message que Ackermann lui avait fait parvenir. Aussi froid qu'à l'accoutumée, le Zabrak invita le faussaire à le suivre.


          « Venez avec moi. Personne n'a besoin de voir notre transaction.
          Tout à fait d'accord. »

        Oxious emmena le petit humain vers son bureau. Une fois tous les deux à l'intérieur, le Sith ferma la porte et alla s'asseoir dans son fauteuil, après avoir invité Hal à s'installer dans celui d'en face.

          « Vous n'avez pas rencontré de difficultés ?
          Pas plus que d'habitude. C'est toujours un peu compliqué, pour l'intégration au système impérial, évidemment, mais...
          Est-ce que tout a été fait ?
          Évidemment que oui ! Tenez, la voilà... »

        Ackermann fouilla dans sa veste et en sortit une enveloppe de papier, qu'il fit glisser sur le bureau. Oxious s'en empara, la décacheta et en sortit sa nouvelle carte ID. Elle ressemblait en tous points à une vraie. Ackermann était apparemment aussi talentueux que ce qu'il se vantait. Ce qui ferait la différence entre un mauvais et un bon faux, Oxious ne pouvait pas le voir. Il ne le saurait pour de bon que le jour où sa carte serait introduite dans un lecteur de contrôle.

          « Toutes les informations que vous m'avez fournies ont été encodées dessus, évidemment. Tout est conforme aux standards impériaux, donc aucun souci si vous vous faites contrôler. Mon ami a fait le nécessaire pour l'intégration à la base de donnée impériale. Vous êtes maintenant connu du fichier sous le nom de Ooth Stath.
          Ackermann se frotta le menton, une question brûlante au bord des lèvres. Le regard du Zabrak ne l'invitait pas vraiment à la poser, mais il se lança.
          Il n'existe pas de Ma'k Vaa'rm dans le fichier impérial. Du moins, pas vivant. Est-ce un nom d'emprunt ? »

        Aussitôt ses mots prononcés, le faussaire les regrettait. Ce n'était pas ses affaires, après tout, juste une curiosité maladive, un besoin de tout savoir sur les gens qui l'entouraient. Oxious ne sembla pas s'en offusquer.

          « Non, c'est bien mon nom, celui qui me vient de mes parents. Mais si j'apparais mort dans le fichier, c'est qu'on a cru que je l'ai été. Les circonstances ont fait que ça n'a pas été démenti, aussi les données n'ont pas été changées. Voilà tout. »

        Hal devait se satisfaire de cette réponse, même s'il aurait voulu savoir dans quelles "circonstances" ce Vaa'rm avait pu faire croire à son décès. Plus tard, peut-être…

        Pour le moment, la commande avait été honorée et livrée, il restait à parler du paiement.


          « Sans vouloir paraître abrupt, pour ce qui est de l'argent...
          Je vous ai offert de travailler pour moi pour 5,000 Crédits mensuels, n'est-ce pas suffisant ?
          Pas pour moi, pour cet ami dont je vous parlais. Il demande sa part, c'est normal.
          Ça l'était, en effet. Quelqu'un avait pris quelques risques pour que la fausse ID soit aussi vraie qu'une vraie, cela demandait compensation.
          Et combien demande cet ami ? »

Modération Flash: Les yeux d'Akerman plongèrent vers le sol, puis remontèrent brièvement vers ceux du Sith avant de se fixer à un niveau intermédiaire, celui du bureau. Il se racla la gorge l'air embarassé.
    -Vingt-cinq mille. siffla t-il finalement.
Il avait du rassembler tout son courage pour susurrer la somme à son employeur et espérait qu'il ne lui en faudrait pas davantage pour affronter l'incompréhension (au mieux) ou la colère (au pire) de Monsieur Vaa'rm. Son contact impérial avait pris ses précautions et s'était assuré que les risques qu'il prenait en bidouillant les bases de données seraient largement compensés. En effet, on pouvait faire bien des choses pour 25.000 crédits. Comme se payer un faux passeport et une place dans un cargo à destination de la bordure extérieure si les choses tournaient mal...
Avatar de l’utilisateur
By Darth Oxious
#22797
          « Vingt-cinq ?
          Mille. Ouais. Vingt-cinq mille.
          Le Zabrak soupira tout en se tournant vers le coffre-fort.
          Hé quoi, répondit Ackermann en élevant les mains, paumes tournées vers le ciel, que voulez-vous que je vous dise ? Ce mec ne risque pas que sa place ! S'il se fait pincer, c'est le peloton assuré. Trahison, ça vous inspire quelque chose ?
          Vaguement, pour l'avoir pratiquée. Mais ce n'était pas de la petite envergure. Bref... »
        Oxious referma le coffre et jeta sur la table des plaques de Crédits. Vingt-cinq mille. Hal les empocha prestement, pendant que le Sith se demandait s'il ne se faisait pas mener en bateau. Il n'avait évidemment aucun moyen de s'assurer que cet ami existait bel et bien. Ackermann pouvait tout aussi bien lui mentir et garder cet argent pour lui, ami ou pas. Pour une fois, il devait s'en tenir à une confiance aveugle.

        Oxious vint se rasseoir et examina de nouveau la fausse carte. Voilà un objet qui serait d'une belle utilité pour ses plans. Il lui en faudrait d'autres, d'ici quelques temps, mais pour l'instant l'urgence n'était pas là. Il posa tout de même la question, à titre informatif.

          « Dans l'éventualité où je voudrais obtenir d'autres cartes, combien m'en coûterait-il ?
          Le même tarif, à chaque fois.
          Vingt-cinq mille, pour chaque carte. Et ce que vous paye, vous, à quoi bon, puisque je dois compter des frais annexes ?
          Je peux vous fabriquer des très bons faux papiers. Mais vous n'aurez pas de fichier dans la base centrale. Il vous appartient de mesurer les risques que vous êtes prêt à prendre, pour vos voyages.
          En tous les cas, nous ne vendons pas des filets d'orphie dantooinienne. Vous voulez des faux papiers de qualité, vous les payez.
          »
        La justification d'Ackermann paraissait honnête et parfaitement logique. Des fausses cartes ID, on pouvait en trouver à la pelle dans les bas-quartiers de n'importe quel monde. Mais celles-là n'étaient pas d'aussi bonne facture que celle qu'il tenait en main. Oxious hocha la tête, puis empocha sa nouvelle carte.
          « Hé bien, Monsieur Ackermann, au risque de faire un hôte malpoli, je dois vous dire au revoir. J'ai d'autres affaires à régler, et il me faut prendre congé.
          Vous en faites pas pour ça, j'ai aussi mes petits problèmes. Quoi qu'il en soit, si vous avez besoin de quoi que ce soit, vous savez comment me contacter.
          En effet. J'aurai rapidement besoin de vous, de nouveau. D'ici là, faites de votre mieux pour rester discret.
          Pas de souci pour ça. J'ai pas vraiment envie de visiter une prison impériale, ou républicaine, ou d'autre part. Je suis claustrophobe. »
        Les deux hommes quittèrent le bureau, et le Zabrak se dirigea vers la sortie, pendant que Hal gagnait les moniteurs de pari sportif. Il avait quelques tuyaux pas piqués des hannetons, et il comptait bien gagner quelques poignées de Crédits avant de partir.

        Le Sith, lui, se dirigea vers les plate-formes. Il embarquerait bientôt. Son plan prenait un tour plaisant, mais le plus gros restait encore à faire.


      • Dépense de 25,000 Crédits
      • Obtention d'une Carte ID Impériale falsifiée au nom de Ooth Stath.


M83 - A Guitar and a Heart Dans le vide de[…]

Acheter, Vendre, Construire

Le jeune Lark avait valider la demande de Monsieur[…]

https://media.discordapp.net/attach[…]

[Scénario] Quid de la Force ?

https://media.discordapp.net/attachm[…]

[Scénario] Le Laboratoire de Lazharr

Bonjour/bonsoir ! Le scénario est potentiellement[…]

Le Laboratoire de Lazharr [Scénario]

https://image.noelshack.com/fichier[…]

Skylar (Terminée)

Comme signalé sur le discord j'ai désormais davant[…]

Suivre la voix

Les regards froids des caméras du hangar se braqu[…]