L'Astre Tyran

StarWars Online Roleplay Cliquez ici pour voir l'intro...

Image

Monde couvert de forêts, de jungles et de marais, Kashyyyk est la planète natale des Wookies. La planète a toujours manifesté un fort soutien à l'Alliance et la Nouvelle République, après avoir durement souffert durant les années impériales.
Gouvernement : Nouvelle République
Avatar de l’utilisateur
By Ranshan Dab
#30234
Il y avait pratiquement vingt ans que Ranshan Dab ne s'était pas rendu sur Kashyyyk. La dernière (et unique) fois, il y avait rencontré le vénérable Mace Windu ainsi que son apprenti, un jeune wookie répondant au nom de Lumwar. Lumwar était déjà un padawan aguerri à cette époque, et Ranshan n'était encore qu'un petit garçon, tout juste parti de son monde natal pour se former aux arts Jedi sous la houlette de Mantell Qual. Il avait gardé un souvenir ému de ce monde luxuriant. C'était sur Kashyyyk qu'il avait ressenti la Force pour la première fois. Il avait perçu les vibrations de la vie se déployer des racines les plus profondes jusqu'aux canopées les plus élevées, comme si la forêt et tout ceux qui l'habitaient n'était qu'un seul être vivant. Il avait été émerveillé par les wookies, si grands et si différents des calamaris, et par le raffinement de leurs coutumes qui contrastait avec leur aspect sauvage.
Pour toutes ces raisons, le Chevalier Calamari avait choisi de retourner sur Kashyyyk dans un but bien précis. Mandaté par le conseil de l'Ordre, on lui avait assigné pour mission de fonder un Chapitre, une enclave Jedi quelque part dans la galaxie, pour faciliter le repérage, le recrutement et la formation des jeunes êtres doués de sensibilité particulière. Le choix du monde ne lui avait pas été imposé, bien qu'on eût bien soin de lui interdire certaines planètes encore sous le joug d'impériaux tenaces ou connues pour abriter des nexus, ces singularités de la Force aux pouvoirs encore mal connus.

Ses premières pensées s'étaient alors tournées vers Kashyyyk et les Wookies. Il avait été sans repos durant tout le voyage, ne parvenant que difficilement à canaliser ses pensées, se faisant sans cesse houspiller par Cooler qui ne supportait plus de le voir faire les cent pas dans la pièce commune. Le petit droïde au tempérament électrique était même allé jusqu'à taser Ranshan, alors que celui-ci déambulait dans la salle des machines alors qu'il effectuait une réparation. Le Jedi y avait à peine prêté attention, s'était excusé d'un air distrait et avait poursuivi son interminable ronde.

Après plusieurs jours de ce manège, le baleineau avait fini par se poser sur Kashyyyk, dans le petit spatioport de Rowrakruk, au coeur de l'Archipel Wawaatt, sa destination finale.

[Spatioport de Rowrakruk - Archipel Wawaatt]


    - Il y a si longtemps que je ne suis pas revenu ici ! s'exclama Wojuukk en inspirant à fond l'air de sa planète natale. Au moins...
    -Quatre-vingt dix ans. On sait. Le coupa Reia, un peu sèchement.
    -Ne sois pas vexée par la longévité naturelle de mon espèce Reia, lui répondit le géant aux poils d'argent, taquin. Nous les Wookies n'envions pas les Hutt et leur mille ans d'existence.
    -Qui pourrait bien être jaloux d'un Hutt... marmonna l'Echani en rajustant sa tenue gris pale au niveau des épaules.
Et alors que la petite équipe s'apprêtait à se mettre en route vers le centre de la ville, des éclats de voix attirèrent leur attention.

    -Je ne peux pas repartir avec ma cargaison ? Mais vous plaisantez j'espère ?!
A quelques mètres de Ranshan et de son équipage, un Kel Dor à la peau beige clair s'exprimait avec véhémence dans son langage natal en faisant de grands gestes avec les mains. Face à lui, un Wookiee manifestement chargé d'une responsabilité quelconque sur les docks restait impassible.
    -C'est la troisième fois Arius. Je t'avais prévenu. Tu ne peux pas utiliser ce spatioport comme s'il t'appartenait, il y a des règles, et les règles disent que tu dois t'acquitter de la taxe portuaire sur les marchandises dangereuses si ton vaisseau comporte des objets classés dangereux par les lois locales.
    -Ah je vois ! Très bien dans ce cas ! Eh bien je me plaindrai au Sénat ! AU SÉNAT VOUS M'ENTENDEZ ?! C'est une violation directe de mon droit à faire commerce librement dans cette partie de la Galaxie. Peuh ! Je ne pensais pas que les restrictions impériales sur le commerce d'armes légères vous manqueraient au point de les rétablir !
Le Kel Dor s'apprêtait à tourner les talons lorsque la main énorme du responsable des docks le saisit par le col et le souleva de trente centimètres.
    -Tu veux peut être avoir un aperçu de la façon dont les impériaux traitaient les escrocs dans ton genre ?

Ranshan sentit alors qu'il était temps d'intervenir. Qui que soit ce Kel Dor assez stupide pour rappeler à un Wookie le temps où l'esclavage était encore en vigueur sur son monde, il ne méritait peut être pas de finir broyé par un molosse de la taille de ce responsable. Peut-être même avait-il une raison de s'énerver.
    -Du calme messieurs, du calme ! lança t-il aux deux belligérants alors que la carnation du Kel Dor virait peu à peu au mauve par manque de méthane.
Il avait dit ces mots en dégageant subtilement le pan de sa bure pour laisser entrevoir son sabre laser.
Le Wookie lâcha le Kel'Dor, qui tomba à genoux et mit de longues secondes à reprendre son souffle.
Le premier ne disait rien, se contentant de regarder le second d'un air mauvais.
    -M-Merci Chevalier, bégaya le second en se relevant. Je ne sais pas ce que j'aurais fait si cette brute... Ranshan ne le laissa pas terminer sa phrase.
    -N'en rajoutez pas voulez vous ? Mais maintenant que je suis impliqué, puis-je connaître la nature de votre différend ? Peut-être mes compagnons et moi même serons-nous en mesure d'y apporter une solution. Vous d'abord. Conclut-il en désignant d'un geste de la tête l'énorme Wookiee. Il était aussi grand que Wojuukk, mais devait facilement peser quatre-vingts kilos de plus, faisant de lui un individu impressionnant, même chez les Wookies.
    -Cet énergumène refuse de payer la taxe sur les marchandises dangereuse. C'est un escroc multirécidiviste qui a déjà "oublié" de s'affranchir de ses obligations portuaires deux fois depuis qu'il traine dans ce système. Et maintenant, il m'insulte.
    -Mes plus plates excuses si je vous ai offensé officier Lorwhookk, répondit alors le Kel Dor en effectuant un pas de recul pour se mettre hors de portée du bras du mastodonte. Mais nous avions convenus que je n'étais pas obligé de payer cette taxe les fois précédentes en raison de la modestie de ma cargaison, il me semble.
    -Est-ce vrai ? demanda Ranshan au Wookie. Celui-ci se renfrogna quelque peu.
    -Disons que nous avions un arrangement, concéda t-il. Mais j'attends toujours que le Kel'Dor remplisse sa part du marché.
    -Et quel était la nature de cet arrangement ?
    -Je pouvais accoster gratuitement ici si je versais à notre cher ami poilu une part (15%) des produits de ma vente. Un arrangement largement profitable à tous les deux, vu le tarif des taxes sur cette planète. Répondit immédiatement le Kel Dor, non sans une pointe de malice dans la voix, pas mécontent de mettre le représentant de l'ordre local en porte-à-faux.
    -Vous faites honte à notre espèce ! Intervint alors Wojuukk manifestement peiné du comportement de son congénère. Vos petites magouilles nuisent à notre communauté ! Et vous ! Poursuivit-il en pointant un doigt vers le Kel'Dor qui commençait à se sentir un peu trop à l'aise. Vous êtes à l'origine de son comportement !
    -Heh ho ! protesta l'intéressé en tentant d'écarter le doigt du Wookie gris de son visage. Son geste fut stoppé net par celui de Reia qui lui avait saisi le poignet, rapide comme l'éclair. Elle avait plongé dans ses yeux insectoïdes son regard le plus dur et hochait lentement la tête pour lui signifier de ne pas contrarier son employeur.
    -Très bien reprit Ranshan, sentant les esprits s'échauffer de nouveau. Tout le monde est en tort. Puis s'adressant à l'officier des docks. Le Kel Dor vient avec moi, je vais tâcher de trouver une solution. Quant à vous, évitez de vous faire soudoyer à l'avenir. Et aucun de vos supérieurs ne sera jamais au courant de votre regrettable erreur.
L'énorme Wookiee ne se le fit pas dire deux fois, et tourna les talons pour s'en aller inspecter d'autres appareils.

    -Vous auriez du me laisser lui briser le poignet, à cet imbécile ! Maugréa Reia à l'intention de Ranshan.
    -Calmez vos esprits Reia. Cette situation s'est réglé sans que personne ne soit blessé et c'est tout ce qui compte. Mais ne croyez pas que je compte voir ce Kel Dor s'en tirer à si bon compte. Maintenant, il me doit bien un petit service.

Le Kel Dor fit comme si l'Echani n'avait rien dit à son sujet, et inclina la tête en direction du Calamari pour lui signifier accord et gratitude.
    -Commencez par vous présenter, lui lança Ranshan.
    -Je me nomme Jebel Klenzodan Arius Dakato Amari Endaron Kor. Mais vous pouvez m'appeler Arius.
    Ranshan resta interdit un instant avant de demander.
    -Kor ? De la famille d'Oron Kor ?
    Ce fut au tour du Kel Dor d'avoir l'air décontenancé.
    -Vous connaissiez mon oncle ?
    -Pas moi personnellement répondit le Jedi. Mais j'ai connu quelqu'un qui l'a bien connu il y a bien longtemps... Il était le premier Padawan de mon maître, du temps d'avant la guerre. Il m'a beaucoup parlé de lui.
Arius resta sans voix. Il avait entendu, du temps de sa jeunesse, de nombreuses légendes autour de cet oncle devenu Jedi qui avait péri lors de la purge. Son père était si fier que son grand frère ait fait partie de cet ordre prestigieux qu'il en parlait à tout bout de champs. Mais Arius n'avait jamais pensé rencontrer un jour une preuve véritable de l'existence de cet oncle mythique. Et aujourd'hui, sur ce spatioport perdu au milieu de la bordure Médiane, un Calamari sorti d'une épave venait lui en confirmer l'existence. Il était abasourdi. Il reprit ses esprits au bout de quelques secondes et s'adressa au Jedi.
    -Bon, nous discuterons de ça plus tard. Je vous dois une fière chandelle chevalier. Que puis-je faire pour vous ?
    -Je cherche à rencontrer la personne en charge de cette ville, le Conseil des Jedi m'envoie ici pour une mission de toute première importance.
Le visage du Kel Dor s'éclaira, autant que cela était possible derrière son masque à méthane et ses protections oculaires.
    -Eh bien, le destin fait bien les choses ! Je suis sûr que je pourrai vous être utile pour rencontrer Toohak, le chef local. Un ami à moi. Enfin...
Ranshan choisit de ne pas relever l'hésitation du Kel Dor, préférant le corriger sur le début de sa phrase.
    -Pas le destin mon ami... La Force.


A suivre !
Avatar de l’utilisateur
By Ranshan Dab
#30237
Arius était du genre bavard. Puisqu'il n'était pas possible de rencontrer Toohak, le chef Wookie administrant la cité de Rowrakruk, dans l'immédiat, le Kel Dor avait entrepris de faire visiter l'endroit à ses nouveaux amis. Il en avait profité pour leur faire part de ses nombreuses aventures. Malgré ses trente sept ans d'existence, il en avait presque autant à raconter que Wojuukk, sept fois plus âgé que lui. Une partie d'entre elle était probablement fausse comme son récit rocambolesque sur la fois où il avait échappé à un Sarlacc, mais d'autres, comme celle où il était parvenu à escroquer un Hutt du côté de Gamorr semblaient plausibles. Oui, Arius était définitivement le genre d'individu à pouvoir vendre à un Hutt la cargaison qu'il lui avait dérobé une semaine auparavant.

Le Kel Dor avait trainé les trois membres d'équipage du Baleineau dans une obscure cantina de sa connaissance où grouillait tout ce que cet hémisphère de la planète comptait de non-wookie et avait commandé pour ses invités un infâme alcool rodien qu'il était parvenu à se faire offrir par le barman, un doïde de protocole usé jusqu'au squelette. Si Wojuukk et Ranshan s'étaient poliment accommodés de leur verre gratuit, Reia n'avait pas tenu à boire le liquide noirâtre qui semblait ronger le gobelet de métal de l'intérieur.

[Cantina : Le Shyhook Noir]


Le Chevalier profita du brouhaha de l'endroit pour échanger quelques informations avec Arius.
    -Puisque nous ne rencontrerons pas ce Toohak tout de suite, pourriez-vous m'en dire plus à son sujet, afin que je sache à quoi m'attendre ?
    -Hmm. Je suppose que cela dépend de ce que vous voulez lui demander répondit Arius, pensif.
    -Mais encore ? insista Ranshan. Le Kel Dor soupira bruyamment.
    -Ecoutez, je me suis peut être un peu emballé lorsque j'ai dit qu'il s'agissait d'un ami à moi, répondit-il finalement sur l'air de la confession. Reia leva les yeux au ciel, agacée. Disons que lui et moi entretenons une relation de business... d'échanges de bons procédés voyez vous ? Les gros yeux jaunes de Ranshan le fixant toujours avec insistance il poursuivit.
    -Je lui livre des armes voilà tout.
    -Quel genre ? s'enquit le Calamari.
    -Un peu de tout... des armes légères principalement, fusils blasters,grenades, détonateurs, pièce d'artillerie légère. Une torpille de temps en temps. Parfois un droïde de sécurité. Des armes légères quoi.
Ranshan souleva un sourcil en entendant les dernières mentions. Les torpilles ne rentraient absolument pas dans la catégories armes légères, et les détonateurs thermiques n'avaient de léger que leur coque externe, tant les dégâts qu'ils provoquaient étaient importants.
    -Pourquoi Toohak vous achète t-il des armes ? poursuivit tout de même le Chevalier.
    -Achetait. Corrigea Arius d'un air peiné. Ses commandes ont beaucoup baissé depuis la fin officielle de la guerre. Mais durant le conflit, il a été l'un des premiers chefs Wookies à mener une insurrection armée contre les troupes impériales et les esclavagistes Trandoshans. Les gens ici le respectent énormément pour cela. Il a toujours refusé de vendre des semblables en esclavage. Désormais, il m'achète principalement des armes pour les pièces de rechange, et l'entretien du stock. Au cas où, vous comprenez.
    Ranshan hocha lentement la tête en signe d’acquiescement.
    -C'est pour lui vendre des armes que vous êtes venus ici ? demanda t-il ensuite.
    -En effet confirma le Kel Dor, mais il a décliné ma proposition. Soit disant que ma dernière cargaison aurait connu quelques problèmes techniques...
    -Vous avez oublié les cartouches de Tibanna ? Ironisa Reia qui écoutait toujours, adossée au comptoir.
    -Précisément. Je n'ai pas pu trouver de cellules énergétiques à temps, et je comptais bien les livrer rapidement une fois que j'aurais pu mettre la main sur un stock mais la Nouvelle République se montre particulièrement pointilleuses sur le matériel militaire. Un comble quand on sait tout ce que j'ai pu livrer comme munition à des cellules Rebelles isolées du bon temps de la Guerre Civile.
    -Du bon temps de la guerre civile ? s'étonna alors Wojuukk juste là resté silencieux. Vous regrettez le "bon temps" de la guerre civile ? Quand les miens étaient réduits en esclavage par les moffs locaux et ces barbares à écailles de Trandoshans ? Vous voudriez peut-être revenir dans le passé pour pouvoir continuer à faire marcher votre petit commerce et vous en mettre plein les poches ?
    -Typique des exilés Wookies se contenta de répondre Arius, en fixant bien Wojuukk dans les yeux. Je ne sais pas où vous étiez pendant que j'armais votre peuple pour lutter contre l'oppresseur, ajouta t-il, mais je n'ai pas le souvenir de vous avoir croisé à Rowrakruk, ni dans aucune autre ville insurgée de l'archipel Wawaatt. Alors ne venez pas me donner de leçons d'Histoire, parce que MOI, j'y étais.
Wojuukk le regarda un instant comme frappé de stupeur, avant de replonger le regard dans son verre, penaud.
    -Vous avez raison étranger. Pardonnez moi. Les Wookies ont tendance à réagir de manière épidermique lorsque le sujet de la guerre est évoqué. C'est une période très humiliante pour nous, que nous ayons été présent ou non sur notre monde natal lors des évènements.
Reia lança un regard mauvais au Kel Dor. Elle n'avait encore jamais vu quelqu'un rabattre le caquet de Wojuukk de la manière dont il l'avait fait, et cela l'avait fait se sentir inutile. Si elle pouvait sans aucun doute le protéger de tous les tirs et de toutes les lames de cette galaxie, elle était bien incapable d'immuniser son patron contre la langue tranchante d'un étranger.
    -Pas la peine de me regarder comme ça, l'Echani ! fit Arius à l'intention de Reia, l'air narquois. Elle ne répondit pas.
    -Bref, reprit le Kel Dor pour Ranshan. Toohak et moi entretenons une relation compliquée. Oh, à ce propos. Il adopta le ton de la confidence. J'ai cru comprendre que vous étiez envoyé par l'Ordre Jedi ? Ranshan acquiesça de la tête. Eh bien je ne suis pas sûr que cela vous favorise ici voyez-vous... ?
    -Que voulez vous dire ?
    -Toohak ne porte pas vraiment les Jedi dans son cœur, ni même la Nouvelle République, expliqua Arius. Même si la majorité des clans Wookies s'accordent à dire que l'aide de l'Alliance a été indispensable à la libération des leurs, Toohak partage un point de vue différent. Rapport aux armes et à la contrebande tout ça. Le pire c'est qu'on ne peut pas vraiment lui en vouloir. Du temps de la guerre, je n'ai moi même pas vu beaucoup de troupes rebelles dans l'archipel de Wawatt. Les Wookies se battaient pied-à-pied contre les Trandoshans, eux mêmes appuyés par des TR-TT qui traquaient les insurgés wookies dans les marais environnants. L'Alliance n'est arrivée ici qu'après coup, pour célébrer une victoire qui n'était pas la leur. Et les Wookiees de l'archipel avaient déjà payé un lourd tribut en terme de vies...
    -Quel rapport avec l'Ordre Jedi ? renchérit Ranshan.
    -La République, les Jedi... allez me dites pas que vous ne comprenez pas ? Tout ça c'est pareil. Les Jedi prospèrent sous la République et inversement mais dès que votre petit système s'effondre, hop, vous disparaissez !
    - Nous ne-
    -Je sais je sais, interrompit Arius. Vous aussi vous avez eu vos petits problèmes avec l'Empire. Mais comprenez que partout dans la Galaxie, des générations ont été biberonnées aux légendes Jedi. Les protecteurs de l'équilibre ! Les gardiens des faibles et des opprimés ! Et dix-neuf ans de dictature militaire et alienophobe sans que l'on ne vous voie arriver pour tenir votre rang ont laissé un arrière goût amer aux habitants de nombreux monde. Toohak, malheureusement pour vous, est de ceux-là.
    -Génial. Conclut le Calamari dépité. Merci quand même.

Ranshan n'avait pas envisagé que sa mission s'avèrerait aussi ardue. Dans son esprit, le plan se limitait à descendre du baleineau à avoir une discussion cordiale et chaleureuse avec un chef Wookie ravi du retour des Jedi, lequel accédait à sa demande sans rechigner et acceptait même de fournir le chapitre avec les excédents de nourriture. Il était maintenant sur un terrain à la limite de l'hostile et son meilleur atout était un trafiquant d'arme magouilleur probablement recherché par plusieurs chasseurs de primes et une dizaine de polices locales.
    -Heureusement pour vous Chevalier, vous n'êtes pas venu sans atout. Reprit Arius, lorsqu'il eu contemplé à satiété le Calamari se morfondre intérieurement.
Ranshan, surpris, releva sa grosse tête de céphalopode.
    -Lesquels ? demanda t-il intrigué.
    Le Kel Dor désigna Reia d'un mouvement du menton.
    -L'Echani. Toohak est un pratiquant des arts de combat Echani. Ne me demandez pas qui lui a enseigné, je n'en sais rien. Mais votre charmante acolyte est sans doute votre meilleur atout dans la négociation. Il avait insisté sur le "charmante" avec un air moqueur et une œillade à l'adresse de Reia. Toohak sera probablement très impressionné qu'elle ait choisi de rejoindre votre équipe.
    -Je n'ai pas choisi de rejoindre le Jedi, persiffla Reia. Wojuukk a choisi, et je travaille pour Wojuukk.
    -Il n'empêche que c'est un peu grâce à Ranshan que tu m'as retrouvé sur Malastare, Reia. répliqua calmement le grand Wookiee argenté, jouant la carte de l'apaisement.
Le visage de l'Echani se radouçit. Elle avait eu tendance à oublier que le Calamari avait effectivement accepté de l'aider à retrouver son patron et ami, alors qu'elle était une parfaite inconnu. Elle avait tabassé les mercenaires ivres qui s'apprêtaient à lui tomber dessus, certes, mais il l'avait protégés des tirs de blasters et mis fin à la captivité de Wojuukk avec une efficacité remarquable.
    -Hmm, finit-elle par dire. On verra.
Avatar de l’utilisateur
By Ranshan Dab
#30253
Les jours avaient passé et Arius était parvenu à organiser la rencontre fatidique entre Toohak et Ranshan. Elle aurait lieu le soir dans la salle du conseil de la ville, l'ensemble des conseillers seraient présents. Les derniers préparatifs terminés, le Calamari s'y rendit accompagné de Reia, Wojuukk et d'un Arius nerveux.

[Salle du Conseil de Rowrakruk]


Les membres du conseil étaient déjà assis autour de l'immense anneau de bois sombre lorsque le Jedi et son équipe pénétrèrent dans la salle. Chacun des mouvements de ces derniers étaient scrutés, analysés, décortiqués par la dizaine de Wookies qui siégeaient, assis bien droit dans d'énormes souches dont l'intérieur avait été creusé et poli pour servir de chaises à haut dossier. Ranshan perçut quelques froncement de sourcils lorsque le Kel Dor fit son apparition, mais il n'était plus temps de demander ce qu'Arius avait bien pu faire pour mériter un accueil si peu chaleureux. Le Chevalier s'assit dans le siège qu'un droïde de protocole rutilant lui indiqua. Arius s'assit à sa gauche, Wojuukk à sa droite et Reia à la droite de Wojuukk, et les deux camps se jaugèrent durant d'interminables secondes. La rencontre pouvait commencer.

***

    -Chef Toohak, c'est au nom de l'Ordre Jedi que je tiens à vous remercier vous ainsi que vos conseillers de nous recevoir en ce jour. Commença Ranshan, en choisissant délibérément d'ignorer le conseil que lui avait donné Arius de rester discret quant à la raison de sa présence. Il n'était pas raisonnablement envisageable de ne pas jouer carte sur table avec ses hôtes concernant un sujet aussi important que l'implantation d'une enclave Jedi sur la planète. C'est un immense honneur pour moi de fouler une fois de plus les terres de Kashyyyk, poursuivit-il, et j'espère que ma présence ici en ce jour permettra à nos intérêts respectifs de concorder une fois de plus.

A l'autre bout de la table en anneau, Toohak écoutait sans broncher. Toohak était un Wookie dans la force de l'âge au pelage brun. Il portait avec une certaine prestance le long gilet gris sombre des édiles Wookies, lequel arborait sobrement une décoration de guerre que Ranshan n'avait jamais vu. Il avait le regard sûr et vaguement ennuyé de ceux qui connaissent la valeur de leur intellect, et sa tête légèrement inclinée sur le côté signifiait au Jedi qu'il n'était pas dupe de ses flatteries protocolaires. Autour de lui, les conseillers en habit ocre se tenaient aussi droit que possible et regardaient leurs interlocuteurs d'un air sévère. Eux non plus ne trompaient personne. L'élève de Mantell Qual avait participé à suffisamment de mission de négociations aux côtés de son maître pour avoir appris à déceler les traces d'hostilité dans l'air ambiant grâce à la Force. D'hostilité il n'y avait point dans l'esprit de ses conseillers. La crainte de déplaire au chef, en revanche, les enjoignait se montrer plus revêche que ce que l'inclinaison de leur coeur et de leurs idées ne le voulaient. La situation était délicate, et le Calamari devrait user de tous ses talents de négociateurs pour parvenir à ses fins. A côté de lui, Arius montrait des signes de nervosités, et il pouvait sentir le regard de Reia s'obscurcir à mesure que le silence se prolongeait. Un conseiller prit alors la parole.
    -Merci à vous d'avoir fait le déplacement depuis Coruscant, Chevalier. C'est également un honneur pour ce conseil que de recevoir un Jedi. Il y a si longtemps que nous n'en avions pas vu. Il avait prononcé ces mots en inclinant légèrement la tête vers l'avant en signe de reconnaissance. Son poil gris presque blanc et sa voix profonde ainsi que sa position - il était assis juste à la droite de Toohak - le désignaient comme le doyen de l'assemblée, à qui revenait les politesses d'usage. Je me permets de remarquer que votre représentant ici présent - il désigna Arius d'un geste poli - n'a pas été précisément en mesure de nous indiquer le motif de votre présence dans l'archipel. Les autres conseillers approuvèrent dans un murmure, et Ranshan sentit Arius s'enfoncer autant que possible dans son siège, comme s'il voulait fusionner avec le bois et disparaître. La Force seule savait quelles histoire il avait du raconter aux chargés du protocoles pour obtenir ce conseil exceptionnel. Voudriez-vous éclairer notre lanterne, Chevalier ? conclut le doyen d'un ton amical.
Ranshan se racla la gorge.
    -La raison de ma présence ici est une requête que je porte directement depuis Coruscant au nom du Conseil des Jedi. Le nouvel Ordre Jedi aimerait implanter une enclave sur votre monde, et la situation de l'Archipel de Wawaatt a semblé idéale pour la formation de novices et de padawans sur cette planète.
Un nouveau murmure s'éleva dans la pièce. Le Chevalier était allé droit au but, suscitant la surprise chez ses hôtes qui s'échangeaient désormais des interrogations du regard. Seul Toohak fixait le Jedi de ses yeux sombres, sans se laisser distraire par le brouhaha environnant, qui cessa aussitôt qu'il prit la parole.
    -Et en quel honneur devrions nous laisser la République installer l'une de ses bases sur notre sol, Chevalier ? La question était tranchante et sans appel, lourde de sous-entendus qui n’échappèrent pas au Calamari.
    -L'Ordre Jedi a toujours soutenu les Wookies depuis sa création, et Kashyyyk a fourni de nombreux éléments à l'Ordre commença Ranshan. Et c'est pour cette raison que j'ai proposé votre monde aux maîtres du Conseil et...
    -Je croyais que le Conseil vous envoyait-ici, le coupa le Wookie brun en posant son menton sur ses doigts croisés, ses coudes sur l'immense table annulaire.
    -Le Conseil m'a chargé d'établir une nouvelle enclave dans la galaxie, Chef Toohak. Kashyyyk est mon choix personnel pour accomplir leur volonté.
Toohak releva la tête et recula dans son siège. Il espérait prendre le Calamari en défaut en le faisant passer pour un exécutant d'une volonté supérieure à la sienne, mais le voilà qui faisait subtilement appel au goût des Wookies pour les relations individuelles, personnels et autres pactes d'amitié.
    -Vous voilà pourtant bien loin de votre monde natal, Chevalier. Et ce ne sont pas les mondes océaniques qui manquent. Git alors un conseiller situé tout à gauche de l'arc de cercle occupé par les Wookies. Et si vous nous expliquiez vraiment d'où naît l'intérêt d'un individu de votre espèce pour notre monde. Après tout, il ne me semble pas avoir vu beaucoup de "Jedi" dans l'archipel lorsqu'on aurait eu besoin d'eux.
    -Vous n'êtes pas sans savoir, Conseiller, répondit Ranshan, que les Wookies n'ont pas été les seuls à faire l'objet de persécutions de la machine de guerre impériale. Sans parler des Jedi, dont le nombre a significativement diminué après la trahison du Chancelier Palpatine, les survivants ont cherché à aider là où ils se trouvaient, et je regrette profondément qu'aucun d'entre eux ne se soit trouvé sur Kashyyyk pour vous porter secours. Il omit volontairement de parler de Maître Windu.
    -Sans compter que la République a déployé d'importants moyens pour nous aider à tenir contre l'invasion séparatiste, surenchérit Wojuukk. Mais son intervention n'eût pas le succès escompté. Toohak s'agaça.
    -Les mêmes moyens qui ont servi à asservir les nôtres une fois l'Empire établi ! Les autres chefs ont peut être oublié les battues dans les marais et l'incendie systématique de nos forêts, mais ce ne sont pas eux qui sont venus nous libérer du joug des esclavagistes Trandoshans, terrés qu'ils étaient au sommet de leurs arbres.
    -Les Trandoshans ratissaient également les canopées Toohak, tu le sais aussi bien que moi ! ne put s'empêcher d'intervenir Arius. Le Kel Dor avait quelque peu repris contenance malgré son teint toujours palôt.
    -Soit. admit le grand Wookie. Mais cela ne change rien à l'affaire. La présence militaire de la République ou des Jedi sur Kashyyyk a toujours failli à empêcher notre persécution. Je ne vois pas ce qu'une enclave Jedi y changerait. Avec tout le respect qui vous est du Chevalier, votre ordre ne m'inspire pas confiance, et je ne suis pas le seul à penser ainsi.
    -La Garde du Soleil partage sans doute votre avis. Intervint alors Reia. Toohak resta stupéfait un instant.
    -Plaît-il ?
    -Vous avez très bien entendu, Wookie. Se contenta de répondre Reia en se redressant dans son siège pour plonger ses iris blanc au fond des yeux de l'édile.
Les autres Wookies sursautèrent outrés, se regardant entre eux, jetant des regards à Wojuukk qui semblaient lui demander de calmer son animal de compagnie.
    -La broche sur votre veste. Mon père a la même. Médaille d'Honneur du Soleil de Thyrsus. Plutôt impressionant si vous voulez mon avis, mais je n'aurais pas aimé avoir à faire ce que vous avez du faire pour l'avoir.
Toute l'assistance regardait désormais Reia, qui poursuivit.
    -Si j'étais vous, j'éviterais de calquer ma position sur celle de la garde du Soleil maintenant que vous n'en faites plus partie. Ces types ont beau être les meilleurs mercenaires de la galaxie, si c'était eux qui avaient débarqué sur Kashyyyk à la place de l'Alliance, et je nourris à l'égard de la République les mêmes sentiments que vous, vous porteriez encore des chaînes au cou et des fers aux pieds.
Le banc des Wookies explosa. Outrage ! Impudence ! Qu'on la chasse ! D'où sortait cette péronnelle qui manquait de respect à un chef Wookie et parlait si légèrement de la traite ?!
    -SILENCE !! Hurla alors Toohak en abattant son poing velu sur la table. SILENCE ! Les conseillers se rassirent, mortifiés.
Il jeta à Reia le regard le plus sombre qu'il avait en réserve et elle lui répondit par le sien propre. Il s'adressa ensuite au Chevalier.
    -Bien, Jedi, reprenons.
Les conseillers lui lancèrent un regard incrédule. Toohak, leur chef habituellement si opiniâtre venait de se faire moucher par une presqu'humaine d'un siècle et demi sa cadette et il allait poursuivre la négociation avec son interlocuteur principal comme si de rien n'était ? Ils en étaient visiblement ébranlés, mais leur méconnaissance de cette "Garde du Soleil" dont l'Echani parlait leur interdisait de se prononcer plus avant.
    -Dans l'hypothèse où nous accepterions votre offre, qu'avons nous à y gagner ?
Ranshan, qui ne comprenait pas tout à fait ce qui venait de se passer ni comment Reia avait réussi le tour de force de soumettre un Wookie par sa simple parole, tenta de formuler une réponse correcte.
    -Eh bien... la présence d'une enclave s'accompagnerait d'un détachement de l'AgriCorps qui contribuerait à développer l'agriculture dans les marais environnant l'archipel. Les dépenses seraient entièrement couvertes par l'Ordre et la Nouvelle République, et vous disposeriez probablement d'un bataillon détaché spécialement depuis le Noyau pour vous aider à protéger le Chapitre.
    -Probablement ? interrogea Toohak.
    -Oui, les effectifs militaire de la Nouvelle République sont déjà largement occupés sur d'autres fronts, mais le Conseil pourrait faire en sorte de faire passer le cas de Kashyyyk sur la pile des dossiers prioritaires.
    -Je ne préfèrerais pas, répondit l'édile Wookie.
    -Pardonez-moi ?
    -Kashyyyk a déjà suffisamment pâti de la présence de forces militaires étrangère sur son sol, Chevalier. Répondit doucement le doyen des conseillers. Les Wookies, et particulièrement nous autres habitants de l'Archipel de Wawaatt voyons d'un mauvais œil le recours à des forces de défense extérieures.
    -Et pour la sécurité du Chapitre ? s'inquiéta Ranshan.
    -Une enclave située dans l'Archipel n'aura pas grand chose à craindre, Chevalier, clarifia Toohak. Mais nous n'affecterons pas de contingent, même réduit, à la protection d'une enclave Jedi. L'Ordre devra s'en occuper lui même dans le respect de nos lois.
Ranshan posa le dos contre le dossier profond de son siège. Il avait réellement espéré que les Wookies se montrassent un peu plus coopératif. Cependant, il ne voyait pas comment améliorer les conditions d'installation d'une enclave dans l'archipel au vu de l'animosité à peine dissimulée de ses habitants à l'égard de la République. Bien sûr, il aurait pu demander à d'autres chefs, installés dans des régions plus protégées de la planète, entre les gigantesques cimes des Shyhooks; mais de tels endroits étaient difficiles d'accès et malgré tout relativement inhospitaliers pour des novices. Quant aux Terres Sombres, où les Shyhook prenaient racines, leur statut de terres rituelles les excluaient du choix. l'archipel de Wawatt, à la lisière des grandes forêts et des marais boueux restait définitivement le meilleur choix.
    -Une dernière question, Chevalier. lança Toohak, sortant Ranshan de sa réflexion. Qui aurait la responsabilité de cette enclave. Vous ?
    -Exactement, Chef Toohak. Confirma le Jedi. L'ensemble des enseignements dispensés à l'intérieur de cette enclave ainsi que des opérations auxquelles elle servira de base seront sous ma propre supervision. Il va de soi que vous aurez un droit de regard sur ces opérations en tant qu'hôte privilégié. Le but de l'ordre n'est pas de compromettre la sécurité de ceux qui se montrent accueillant à son égard.
    -Je me porte personnellement garant des paroles du Jedi. ajouta Wojuukk.
    Toohak regarda le Wookie argenté.
    -Ces paroles ne seront pas oubliées, sois en sûr. répliqua t-il à son congénère.
Et sur ces mots, il se leva de son siège.
    -Ce Conseil extraordinaire est désormais clos ! lança t-il. Jedi, il nous faut désormais délibérer avant de rendre notre décision. Retournez à votre vaisseau. Vous serez convoqué d'ici quelque jour pour être fixé sur votre sort. Seul.
Il avait insisté sur ce dernier mot en jetant un regard furieux à Reia. L'Echani ne s'en formalisa pas, et ouvrit la marche vers la sortie de la grande salle du conseil pour l'équipage du Baleineau...
La Chasseuse des Ombres

Son souffle exhala une dernière bouffée de fumée […]

Une délégation sénatoriale avait été prévue depui[…]

Président Werner L'ingénieur Retraité g[…]

Varier sa gamme

Tchouck Le vent soufflait, une fine tige en m[…]

La descente jusqu’au hangar ne fut pas de tout re[…]

La connexion sécurisée avait été établie entre le[…]

Mandalore [1/2]

Vrad écoutait la réponse de Misha attentivement[…]

Le mieux c'est que tu commences par dire où tu com[…]