L'Armée des Ombres

Saison XI Cliquez ici pour voir l'intro...

Racontez vos propres récits
Règles du forum : Lorsque vous racontez vos récits, évitez de faire intervenir des personnages de la saga officielle. Ayez également le respect des œuvres de leurs auteurs respectifs et considérez ces fan-fictions comme des moyens de développer l'univers autour du jeu.
Avatar de l’utilisateur
By Veran Arsiel
#30817
DANGEREUSE EMOTIONS




Image




Porté par la mélodie des flots, apaisé par la douceur des brises. Assis en tailleur je médite loin de toute civilisations. Mon esprit se vide, les problèmes surgissent d'une brume mentale. Les conflits, matériel comme psychique. Ma mère, Edumi, n'ose pas me le dire aussi crûment. Mais je sens en elle le regard sur mes défauts. Un regard désagréable et oppressant, qui disparaît lorsque ce sont nos yeux qui se bataillent, pour ne laissé place qu'à l'innocence et l'amour.

Je le sais, je ne suis pas aussi lumineux qu'elle l'aurait souhaité. Mais n'est-ce pas normal, lorsque l'on prend forme dans la crainte et la guerre ? Avant même de sortir de son ventre j'ai baigné dans l'angoisse et la violence. Ainsi n'est-ce pas normal qu'en moi réside une violente colère et une haine affamée de justice et d'équilibre ?

Pourquoi les Jedi craignent-ils autant nos émotions ? C'est une part de nous qui nous suivra à vie. Pourquoi ne pas cohabiter et faire la paix avec ? Pourquoi les repousser et les craindre ? N'est-ce pas ce que les Jedi veulent ? L'équilibre dans la force ? Comment peuvent-ils parler d'équilibre si ils ne pensent qu'aveuglément à la lumière ?

Le bien ne fait pas tout. Au contraire, le bien et le mal cohabiterons toujours pour préservé leurs propre existence.


Image


Tiens ? Déjà debout toi ?









Mes yeux demeurent clos. Je répond sereinement :

Je ne fais que suivre votre enseignement mère.



Peut-être, mais cela ne doit pas t'empêcher de te relaxer. D'autant plus que je ressens du conflit en toi. Tu n'as que treize ans, et tu es pourtant bien plus mûre que ceux de ton âge. Mais être ne mûre ne veut pas pour autant dire débrouillard.


Je l'entend marcher en ma direction. Je ne bouge pas, je reste concentré autant que je le peux. Mais je sens alors ses mains sur mes trapèzes. Mes yeux se dévoilent à l'horizon. Ma mère, désormais assise derrière moi, me penche gentiment vers l'arrière pour me couché contre elle. Là j'y découvre son sourire et son regard tendre. Elle me murmure d'une douceur infinie :


Je suis ta mère Veran. Je serais toujours là pour toi. Tu es la plus belle chose qui nous soit arrivé à ton père et moi. Je laisserais sans hésité les coutumes Jedi pour ton bien être. Et si jamais quoi que ce soit te tracasse, il faut m'en parler.


Elle dépose un chaleureux baiser sur mon front. Légèrement recroqueviller comme un bébé, je me complais dans cette situation. Je referme les yeux, et relâche la pression pour ne laissé place qu'à un moment tendre dans des terres paisibles.

Nous passons une bonne heure ainsi, à ne profité que de l'union sacré d'une mère et de son fils. Edumi embrassa le dessus de ma tête, puis se releva lentement. Elle m'offre un sourire suivit d'une requête


Allons manger.


Je me relève puis suis ma mère pour prendre notre petit déjeuner. Une fois cela fait, je débarrasse la table pour rejoindre ma chambre. Elle est petite, mais le coins sofa est ma place préférer. Isolé et confortable. Parfait pour lire contre une peluche.

Image


Je m'y installe quelques instants. Et réfléchis de nouveau. Je ne comprend désespérément pas pourquoi mes défauts sont si inquiétant. Mais je n'ai le temps de m'y focalisé plus longtemps. Ma mère m'appelle pour m'entraîner.

Elle m'enseigna d'autres mouvements du Soresu, tout en me rappelant la philosophie de cette forme d'art Jedi. J'ai toujours sentis que c'était le genre d'art qui me correspondait le plus. Et ma mère aussi, sûrement. Tout le long de l'entraînement, j'étais plus ou moins perturbé par mes questionnements. Qu'est-ce qu'il y a de si mauvais chez moi ? Qu'est-ce qui peut apporté ce sentiment de méfiance ? Je vois bien qu'elle me sent distrait, ce pourquoi elle me fait travailler plus dur. Sûrement pour retarder mes pensées. Mais je dois lui demander. A la fin de l'entrainement, soit à peu près quatre heures plus tard. Mon cœur s'emballe, je n'ose pas, faut dire que je n'ose jamais grand chose. Mais il le faut.

Mère. Pourquoi lorsque quelque chose me semble injuste, vous me regardez comme si vous étiez déçus ? Pourquoi je ressens cette méfiance alors que je ne fais rien de mal ?


Edumi me regarde, et me fixe quelques instant. Elle soupire discrètement, sûrement parce qu'elle doit raconter ce qu'elle aurait préférer oublié.

C'était il y a des années. Lorsque j'étais encore une chevalière Jedi, au service de la République. Un jeune homme, au potentiel immense. Ne respectait pas toujours le code Jedi. Nous ne savions pas ce qu'il faisait exactement, mais une majeur partie d'entre-nous savaient qu'il aimait enfreindre les règles. Souvent pour des causes juste. Mais du jours au lendemain, tout à changé. Il a pénétré le temple Jedi suivis de milliers de clone. Pour nous massacré, tous jusqu'au dernier. Même des enfants innocents. Je me suis battu comme je le pouvais, mais c'était vain. Moi ainsi que d'autres Jedi, une fois l'avoir compris, nous nous sommes unis pour fuir le temple, et nous exilé.

Ce jeune homme s'est laissé aveuglé par des convictions qui à ses yeux étaient d'une juste évidence. Cela l'a fait chuté dans le côté obscure. Et nous à tous mené à notre perte. Le Jedi que nous avions connus, à été mis à mort par Dark Vador. Qui s'est assuré de répandre le chaos dans la Galaxie. Ainsi que son Empire.


Loin de pouvoir imaginé une tel histoire, je la fixe, ne savant quoi répondre. Edumi marque une pause, puis soupire de nouveau. Elle dépose délicatement sa main droite contre ma joue, pour la caresser lentement de son pouce

Tu ne m'as jamais déçus Veran. J'ai toujours été très fière de toi. Fière de t'avoir comme fils, fière de te voir autant réfléchir depuis tes plus jeune âge. Fière d'être ta mère. Je t'aime plus que tout au monde, ça ne changera jamais. J'aimerais seulement que tu comprennes, que ces émotions en toi. Sont si pure, si noir, si puissante. Qu'elles peuvent te faire prendre un chemin que nous ne voulons pas tout les deux. Cherche dans tes souvenirs. Tu y verras que je ne t'ais jamais accusé d'avoir tords de ressentir de tel choses. Jamais. Mais je t'ai toujours demandé de les repousser.

Ce que je te demande depuis toute ces années Veran, ce n'est pas d'ignorer ces noirceurs. Ce n'est pas de les détruire comme si c'était le mal absolue. Mais d'au contraire, les considérer. Prendre du recul sur ce qu'ils sont, sur ce qu'ils rapporteraient. Pour que tu réalises de toi même que ce ne sont pas les meilleurs solutions. Ce que j'ai toujours souhaité te faire comprendre. Ce n'est pas que ces émotions soient anormale et injuste. Mais qu'elles sont dangereuse.

Pour tout le monde, mais surtout pour toi même.
La traque

Les marches trop dures éreintaient son séant. Les[…]

La Bataille pour Concord Dawn

Quelques minutes avant le décollage, on sentait t[…]

Vers une nouvelle aventure

[ BALMORRA - Base Stellaire 23 - Bureau de l'Amira[…]

Signaler une absence

Comme vous avez pu le voir, je suis en perte de[…]

Nuit

Tout ça était vraiment trop compliqué pour le simp[…]

Connivence

"- J'ai comme l'impression qu'ça pue. "[…]

[Dromund Kaas] Ils sont partis par là

Était-il surprenant d'apprendre que Jeny avait été[…]

[Molavar] Portée par un souffle

La gamine ne répondit rien, attendit devant la ve[…]