L'Astre Tyran

StarWars Online Roleplay Cliquez ici pour voir l'intro...

Image

Bien qu'assez excentrée dans la Galaxie, Tatooine occupe une position stratégique au croisement de plusieurs routes hyperspatiales. De ce fait, la planète s'est trouvée au centre de nombreux conflits. Sa surface est jonchée d'épaves d'anciens vaisseaux, la plupart ayant depuis été pillées par les Jawas.
Gouvernement : Neutre - Affinité avec les Hutts
Avatar de l’utilisateur
By Trench
#34715
Les gens affluèrent des quatre coins de la planète pour entrer dans l'arène. Les gradins débordaient d'humains, de rodiens, de toydariens, et de pleins d'autres espèces...

La Première pool avait fait son effet, les rumeurs de combat à la violence inouïe s'étaient propagés dans la galaxie. Tout les statioports étaient bondés.
Tout se déroulait selon le plan du Grand Maître, la première pool n'était qu'un avant-goût.

Pour dire vrai il ne s'attendait pas à de telles combattants. Plusieurs sortaient du lot, comme par exemple ce zabrak chasseur de primes et général de l'ordre gris. Cet autre chasseur de primes Togorien qui avait offert un combat époustouflant face à Krrsantan le Noir.
Ou encore cette Humanoïde à la peau si bleue... Comment s'appelait-elle déjà ? Ah oui c'est vrai..Morigan...
L'assistante avait fait ses recherches, et pour cette dernière elle avait trouvée peu d'informations. C'était une mercenaire de Correlia rien d'extravagant. Mais quand même rien ne laissait présager qu'elle allait gagner face à ce Hutt mécanique.

"j'y ai perdu 10000 crédits, ahah !" Pensa alors tout haut le Grand Maîtres.

Les personnes de la loge étaient habitué à ce genre de pensée à haute voix. Qui parfois n'avait aucun rapport les unes des autres. Il fallait croire que cela faisait partis du charme du Grand Maître. Personnes ne le connaissait depuis longtemps, il était arrivé sur Tatooine un soir de grand froid. Avec pour seule compagnie son assistante et bras droit. Rapidement se mit dans la poche la plupart des chasseurs de primes et des seigneurs du crime de la planète. Tout le monde était son amis. Du jour au lendemain. Personne ne l'avait croisé auparavant. Et si on avait dit à un villageois lambda que cet extravagant allait monter un tournois avec l'appui des huttes comme ça, et bien il nous auraient pris pour des fous.


"Un combat ! Un combat ! Un combat !"

Mais les hurlements provenant du publics rappelèrent Le Grand Maître de ses pensées. Et le firent monter sur l'estrade de sa loge. Son hologramme géant fut alors retransmis en direct. Et sa voix inonda l'arène et les gradins :

"Mes amis, je suis tellement heureux que vous soyez venus si nombreux en ce jour. Car croyez-moi aujourd'hui est un grand jour ! Oh ça oui...

Aujourd'hui nous allons voir s'affronter nos deux premiers challengers de première pool ! Et ne vous inquiétez pas ils savent de quoi ils parlent, demandez à leurs adversaires respectifs ahah !"


La foule était en effervescence. Il fallait l'avouer le Grand Maître s'avait s'y prendre avec les bouseux et les simples d'esprit. Il excellait dans l'art oratoire. C'est d'ailleurs grâce à cette compétence que Le Grand Maître a réussi à amadouer les Hutts et à convaincre, ces grosses Limaces baveuses, de financer son tournois.

"A ma gauche se trouve un des chasseur de primes les plus tristement célèbres ! Il se trouve qu'il est également un chef d'entreprise et un général de l'Ordre Gris ! J'ai l'immense honneur d'accueilliiiir... MARAK KORESS !!!!!"

La foule hurla quand la porte s'ouvrit, et les hurlements s'intensifièrent quand les gradins virent le puissant Zabrak entrer dans l'arène.

"Et à ma droite, se trouve son adversaire ! la Chiss que l'on ne nomme plus... LA VIPÈRE BLEUE !!!!!"

La foule fut alors en effervescence quand elle vit les séduisante Chiss entrer dans l'arène. Même sous son armure d'aspic des sables, elle savait garder un certain charme. Qui ne laissait indifférent personnes... y compris le Grand Maître...

"Aujourd'hui, nous sommes réunis pour assister à un combat titanesque ! Et croyez-moi cela ne fait que commencer ! Car j'ai d'autres surprises dans mon sac AHAH !

Que le combat.... COMMENCE !!!"


L'hologramme du Grand Maître disparut et laissa la place aux deux combattant qui ne s'étaient jamais vus.

Une odeur se fit alors ressentir dans la loge du Grand Maître c'était la même que celle du Hutt qui était venue auparavant...

"Gursula.." Marmonna alors le Grand Maître. Qui reconnut l'odeur du Hutt visqueux.

"Grand Maître quand pourrais-je donner le signal ?"

"Patience Gursula... Patience... Le combat ne fais que commencer. Prend place dans une des loges. Mais ne t'en fais pas tu sauras quand tu verras..."
Avatar de l’utilisateur
By Ariès
#34861
L'heure tourne, les spectateurs toujours plus friands de sensations fortes, de scènes violentes et de sang ; clamèrent leurs impatiences à grand coup d'hurlement et d'applaudissement. Chose promise chose due, depuis son estrade le Grand Maître activa la projection holographique afin que chacun ici présent dans l'arène puisse voir sa Divine personne. Comme lors des précédents combats, les spectateurs burent ses paroles tels les assoiffés qu'ils étaient. Attendant le lancement des hostilités tel un miracle. Le Grand Maître ne se fit pas prier et eut un malin plaisir à chauffer ceux-ci à blanc.

A ma gauche se trouve un des chasseur de primes les plus tristement célèbres ! Il se trouve qu'il est également un chef d'entreprise et un général de l'Ordre Gris ! J'ai l'immense honneur d'accueilliiiir... MARAK KORESS !!!!!

Et à ma droite, se trouve son adversaire ! la Chiss que l'on ne nomme plus... LA VIPÈRE BLEUE !!!!!

Aujourd'hui, nous sommes réunis pour assister à un combat titanesque ! Et croyez-moi cela ne fait que commencer ! Car j'ai d'autres surprises dans mon sac AHAH !

Que le combat.... COMMENCE !!!




Une nouvelle fois le soleil cuisant de Tatooine vint frapper de plein fouet les combattants à l'aide de ses rayons assassins. La chaleur était écrasante, étouffante, l'agente n'avait l'impression que le Zabrak souffrait particulièrement des conditions climatiques. Quant à elle, elles étaient supportables, mais contraignantes. Un froid mordant ne l'aurait point dérangé, mais une chaleur aussi pesante l'handicapait quelque peu. Mais peu lui importait ce détail, toute son attention était portée à son opposant, un Zabrak fait de muscle de la tête aux pieds. Une véritable montagne. Ariès passait pour un caillou en face de ce rocher fait de fibre musculaire. Autant se tenir à l'écart de cet imposant personnage. L'impériale avait déjà eu le temps de l'observer lors de son premier combat. Étudier ses mouvements, ses appuis, ses coups, ses moyens de contre, de défense, d'attaque. Une chose était certaine, le Zabrak savait encaisser les coups.

Malgré un physique imposant et lourd, le gris avait des réflexes fulgurants et une endurance à toute épreuve. L'agente se devait d'être vive et mortelle. Frapper juste, frapper vite et frapper fort . Achever le combat avant que celui-ci ne commence réellement. Car s'il venait à se prolonger l'agente perdrait sans aucun doute à l'usure. Là question était comment ? Comment atteindre le géant se tenant en face d'elle sans prendre le risque de s'exposer. Comment le faire flancher ? L'observation du combat précédent du Zabrak lui permit d'étudier ses mouvements, ses placements de jambes, ses contres. Hélas, malgré cette fine observation aucune faiblesse ne semblait apparaître. Si Ariès n'arrivait à déceler les faiblesses de son opposant, elle se chargerait de les faire apparaître au grand jour. Avant de se lancer à l'assaut du gris, la Chiss tourna autour de sa proie tel un rapace attendant de se repaître de sa proie. Tandis qu'elle décrivait des cercles de plus en plus petits, l'agente observa les appuis du Zabrak ainsi que les possibles variations de position de combat.

Lorsque le moment fut propice, Ariès accéléra en direction de son adversaire. Tandis que le bras gauche se préparait à une possible contre-attaque, le bras droit profita de toute la détente qui lui était permise afin de propulser le poing tel un boulet de canon. Celui-ci s'écrasa avec violence sur le plexus solaire. La Chiss fut quelque peu prise de court, la jeune femme s'attendait à voir le Zabrak tanguer. Un coup bien placé à cet endroit était censé bloquer la respiration de l'individu tout en lui provoquant une forte douleur. Reculant d'un pas, l'impériale ne se démonta pas et repartit à l'assaut des côtes et des reins. Rien. Tel un roc, l'alien ne broncha pas. Voyant le coup partir, elle fit un pas de recul évitant un crochet magistral du droit. La situation était quelque peu déroutante. Elle avait pourtant porté des coups vifs et puissants sur ses points vitaux. Comme son opposant pouvait-il rester de marbre devant un tel assaut ? La Chiss prit de la distance avec le Zabrak, celui-ci était plutôt bien bâti. Était-ce la raison d'une telle résistance ? C'était probable. Mais peu importait sa musculature. Le corps regorgeait de points vitaux à mettre à toucher. Et si les poings ne suffisaient pas à entamer l'ennemi, la vibro-dague s'en chargerait. Avec ou sans arme, son opposant finira bien par s'écrouler au sol. Le combat ne faisait que commencer, le gris n'était qu'au début de ses peines.
#35452
Vas-y présente-moi qu’on en finisse…

À ma gauche se trouve un des chasseur de primes les plus tristement célèbres !


Attend… QUOI !? C’est quoi cet intro à 2 crédits !?

... Il se trouve qu'il est également un chef d'entreprise et LE Général de l'Ordre Gris !


[soupir]... Allez.. j’suis bien chaud là… fait juste, dire mon nom correctement...

J'ai l'immense honneur d'accueilliiiir... MARRRRRAK K.O.-RESSsss !!!!!


Humm !? bon… si le monde aime ça… Voyons voir jusqu’où ce coup de pub va nous mener.

Et à ma droite, se trouve son adversaire ! la Chiss que l'on ne nomme plus... LA VIPÈRE BLEUE !!!!!

Aujourd'hui, nous sommes réunis pour assister à…. [Bla bla bla…] Que le combat.... COMMENCE !!!



Les soleils cuisants de Tatooine, plein zénith chacun leur tour...entretenant la chaleur écrasante, étouffante, la norme Tatooinnienne quoi ! Mais plus tard les détails de la météo, toute l’attention était portée à son opposant, une peau bleu, La Vipère Bleu, une Chiss… petite, élancée, yeux rouge, bien roulée, de la tête aux pieds. Une véritable oeuvre d’art bipède. Marak passait pour une Montagne taillé au couteau en face de ce caillou.

Le Président du KIG avait lui aussi pu prendre le temps d'observer les courbes et les mouvements de la Chiss, à l’abri des regards indiscrets, lors de son premier combat, face à Gursula le Hutt. Étudier ses mouvements, ses appuis, ses attaques, sa défense, son déhanchement, le rebond de sa poitrine…. Bref ! Une chose était certaine, la peau bleu semblait bien bouger, du moins l’ensemble de l’oeuvre avait du potentiel !

Malgré un physique aux allures frêle et poids léger, la bleu avait de l’imagination et une persévérance face à plus imposant qu’elle. Marak se devrait d’être vif et alerte, face à ces frappes chirurgicale. Il lui faudrait patience, la mettre en faute, puis s’introduire dans sa garde pour frapper vite et précis, Étirer le combat semblait la solution, car s'il venait à se prolonger, la fatigue et la sueurs parcourant ses fines courbes aurait sans doute raison d’elle, face à la pression constante et acharnée que Marak avait l’intention d’appliquer tout au long du combat.

Là question était comment ? Comment épuiser cet adversaire tout en encaissant ses attaques de manière à ne pas s’épuiser à la tâche également ! Comment la faire abandonner, sans pour autant l’abîmer totalement ? L'observation de son combat précédent lui permit de valider certaines de ses… qualités athlétiques. Hélas, il ne pouvait pas s’y fier tant que ça, malgré cette fine observation, car Marak et Gursula le Hutt, était trop différent à la base, Le Hutt fût effectivement rapide… pour une limace ! Marak ne pouvait que spéculer, et devoir «tester» la marchandise.

Avant de la laisser prendre l’initiative, la Vipère bleu tourna autour de Marak tel une charognarde attendant de se repaître d’une proie inerte. Alors qu'elle tournait autour de lui décrivant des cercles de plus en plus petits, le Général observait les appuis de la femme, qui allait lui dire, grâce au terrain meuble de l'aréna, quand elle s’élancerait. Histoire de chauffer la foule un peu, Marak manoeuvra pour appâter, offrir le momentum, lorsque que le moment fût propice, il laissa la vipère bleu accélérer en sa direction.

Le bras droit propulsa le poing tel un boulet de canon, l’élan de la vipère bondissant pour mordre sa proie, celui-ci s'écrasa avec violence sur le plexus solaire. tandis que le bras gauche se préparait à une possible contre-attaque. Un coup bien placé à cet endroit était censé bloquer la respiration de l'individu tout en lui provoquant une forte douleur. Reculant d'un pas, elle enchaîna les assauts aux côtes et des reins. La Chiss s'attendait à voir le Zabrak tanguer.

Au contraire, Marak répliqua ! Voyant le coup partir, elle évita facilement un lent, pesant et puissant crochet du droit. Elle avait pourtant porté des coups vifs et puissants sur certains de ses points vitaux, aux grands plaisirs des spectateurs d’ailleur ! La Chiss reprit de la distance avec le Zabrak. Tel un roc, l'alien mâle ne broncha autant qu’elle ne l’avait prévue. La stratégie du géant venait d’implanter sa fondation. Une tactique physique et un brin psychologique. L’absorption Cinétique des attaques de son adversaire pour minimiser ainsi l’impact de ses coups. Une technique que Marak s’est vu pratiquer très souvent, autrefois, lors de son enfance alors que ses soeurs “assuraient” son entraînement, tactique dont il se sert maintenant avec discernement, quand les cibles sont dangereuses, ou comme dans ce cas-ci, pour divertir la foule, sans pour autant se restreindre à porter des coups. Pas qu’il ne ressentent rien, mais pour lui ce genre de douleur était très supportable.

C’est ainsi que le coup porté au plexus solaire de Marak eut un effet moindre, assument le fait que l’adversaire su optimiser la portée de son attaque pour un maximum de dégâts, un léger décalage du corps suffit pour disperser la puissance de l’impact… Ça, c’était l’explication des connaisseurs de combats rapprochés et leurs analyses et déductions du combat qui se déroulait devant leur yeux… les ignorants ne pouvait qu’être éblouis par toutes ces démonstrations spectaculaires et ne pas vraiment comprendre l’exécution… mais bon pour faire court et simple, pour l’oeil acéré d’un sensitif, il y avait aussi le bouclier de force qui faisait bien l’affaire, bien doser les mouvements et tricher n’aura jamais été aussi facile, bien que cette technique reposait plus sur le bouclier que le positionnement du corps !

Marak rehaussait la mise, en invitant la “Tchicks” heu... plutôt la Chiss, de la main, à en découdre plus encore, avec lui. Une invitation promptement acceptée, par une seconde relance des hostilités, de la vipère cette fois… Si les poings ne suffisaient pas à l’attendrir, la vibro-dague, qu’elle venait de faire entrer en scène, se chargerait de l’entailler, pensa-t-elle. Le combat ne faisait que commencer, et la vipère bleue ne comprenait pas encore ce qui lui arrivait. Marak se tenait là, s’ajustant à son adversaire en se positionnant de manière à ne lui offrir que le flanc de son corps en cible, le bras levé vers elle, main ouverte, prête à donner la gifle au besoin, exécutant le rôle de son sabre en temps normale, n’eut été des circonstances particulières de ce duel.

Il avait l’air de jouer avec son adversaire, en surface c’était peut-être le cas, c’est ce qu’il faisait voire au grand jour, la stratégie du coup de pub, ceux qui sont entraîné par ce géant, n’ont plus quasi plus peur de rien, au point de rester à mains nues face à mieux armé que soi. L’envers de la médaille, c’est que très peu atteindront ce genre de maîtrise, et pour ceux là, l’armurerie leur serait offerte pour compenser leurs lacunes. Une vibro-dague, le dernier rempart du soldat démuni dont tout ses jouets s’épuisèrent en munitions ou endommagés, à la faveur de sa propre vie, par de long combat dans les tranchées.

La vipère s’élança...

Mais, qu’advient-il de ceux qui atteignent ce niveau de maîtrise !?... Ceux peuvent accomplir des merveilles, ou les pires atrocités, selon l’angle de son regard sur l'événement... Pour qui savait se battre, pouvait encaisser, parer, désarmer. Pour qui savait lire les mouvements de son adversaire, pouvait prétendre prédire la prochaine attaque et l’éviter avant même son amorce, ou l’inviter dans un piège qui se refermerait sur son adversaire ! c’était là les dires, encore une fois des connaisseurs parmi les spectateurs qui réagissait à fur à mesure des attaques de la vipère sur le géant Gris, et son incapacité à atteindre sa cible. Pour l’oeil sensible à la force, la vitesse de force permettait à Marak de rester hors de danger, pour le moment, car il demeurait strictement sur la défensive. Tôt ou tard il devrait se passer quelque chose pour garder la foule en orgasme répétée.

Ainsi donc, ça et là, Marak pénétrait la garde de la Bleue pour rajouter un peu de rosé au bleu de sa peau d’une gifle contre-attaque cinglante, d’abord à la joue, pour démontrer le sérieux de ses attaques… puis quelques échanges plus tard, le classique aux fesses, pour faire rire la foule, et faire mal paraître la dame un brin. Eut été son sabrelaser au lieu de sa main, la vipère bleu aurait rejoint la force à cet instant.

Marak suivait les mouvements de sa compagne pour ne pas exposer son dos, une danse à caractère macâbre qui avait plus de chance de finir dans le sang que dans la savane ! Elle prenait le rôle du Taureau, et lui le rôle du Matador, dans cette arène de sable, OLÉ ! ... mais se refusait d’aller jusqu’au bout, au point de frôler une exécution, comme vu précédemment avec l’homme-chat.

Mais clairement, Marak ne cherchait pas à aller plus loin, il ne faisait qu’avorter les attaques par la vitesse de ses réactions et des mouvements de l’adversaire, la faire s’épuiser jusqu’à ce que la foule en est marre. Endommager sans raisons valables ce joli bout de femme n’était pas son but. Il ne désirait que démontrer son savoir-faire dans l’arène et faire connaître sa compagnie dans le même temps, aussi de démontrer qu’en temps de situation contrôlé, on pouvait éviter de tuer, aux premiers abords du moins !

Serait-il disqualifié ou déclaré vainqueur, cela importait peu




Avatar de l’utilisateur
By Ariès
#35667
La chaleur se faisait de plus en plus accablante, l'atmosphère de plus en plus étouffante. Et malgré ces conditions difficiles et des assauts répétés, il était toujours là. Tel un mirage, l'agente avait beau l'assaillir de coup ; elle passait à côté. Et tandis qu'elle s'efforçait de le toucher, de lui infliger la moindre égratignure ; la foule en délire riait de tout son sou. Le Zabrak s'amusait à la balader d'une part et d'autre de l'arène, esquivant la moindre de ses attaques, la moindre de ses feintes. Tel un Reek qu'on provoquait et qui chargeait à chaque fois dans le vide. Faisant lâcher à chacune de ses tentatives ratées, une exclamation de la part du public. Après chacune d'elles, l'agente avait droit à un coup de la part de son matador. Là où un Reek recevait une lance dans le postérieur ou sur le flanc, l'agente recevait une fessée. De quoi mettre les spectateurs en ébullition.
Comprenant que la lutte ne tournait pas à son avantage, elle s'arrêta faisant quelques pas en arrière comme si elle souhaitait s'extirper de sa situation pour prendre du recul.
Ariès plissa les yeux. Rien ne touchait sa cible, rien ne brisait sa défense. L'issue du combat semblait toute tracée. À cette allure la jeune femme n'aurait plus aucune ressource en réserve pour lutter. Elle n'aurait pas eu son ennemi, la foule serait tordue de rire et l'agente se retrouverait à terre à bout de souffle et humiliée de n'avoir pu vaincre l'alien.
Le poing tenant la vibrolame se raffermit au point de faire pâlir les phalanges de la demoiselle. L'amertume commençait à se propager dans les veines de la Chiss tel un poison. Ce combat n'avait pour but que de divertir la foule. Tout ceci n'était qu'une mascarade, un spectacle de mauvais goût d'on on lui avait attribué le rôle de clown. Son visage aussi froid que le marbre ne laissa aucune émotion transparaître, elle ne lui en ferait pas ce plaisir. Seul un regard chargé de mépris.

L'impériale ne laisserait pas son honneur bafoué de la sorte par un alien aussi grand et musclé soit-il. Il était redoutable, il avait une endurance, une force et une réactivité à toute épreuve. Jamais la jeune femme n'avait affronté un adversaire aussi coriace. Jusqu'à ce jour elle n'avait pas perdu de combat. Peut-être qu'elle perdrait aujourd'hui ? Il faut s'attendre à perdre un jour ou l'autre. Non ! Elle ne perdrait pas! D'un mouvement de la tête, elle chassa cette obscure pensée. Elle vaincrait, il restait un espoir. Mais lequel ? Rien n'avait fonctionné jusqu'alors, absolument rien. L'agente se focalisa sur son opposant. Il fallait tester autre chose. Utiliser le terrain à son avantage. La Chiss se devait d'innover, être imprévisible. Ses échecs répétés lui avaient permis d'avoir une idée plus ou moins approximative de la façon d'on le Zabrak se servait de son corps pour parer et esquiver ses coups. Elle n'aurait jamais la certitude de prévoir le moyen de défense de l'alien, mais la possibilité de le deviner était bien plus grande qu'au début de leur échange de coup.

Ne perdant pas de temps elle s'élança à la rencontre de Marak. Sa détermination n'était que renforcée. Qu'il soit sur ses gardes se dit-elle. Les choses sérieuses commençaient vraiment. Arrivée à quelques mètres de lui, elle se mit à enchaîner plusieurs séries de coups moins puissants, mais bien plus rapides et chirurgicaux. Restant sur ses gardes, elle faisait en sorte de ne jamais se mettre trop en danger. Frappant furtivement avant de mieux reculer, elle cibla à de nombreuses reprises des points vitaux. Tous sans exception n'arrivèrent pas à destination. Mais l'agente arrivait petit à petit à son but. Les attaques répétées n'avaient pour but que de le désorienter, ne le forcer qu'à se concentrer sur elle et non sur son environnement. Une fois arrivée sur le côté d'un pan de l'arène, elle chargea de nouveau feintant un croché du menton ; l'impériale fit un bond sur le côté. Posant le pied droit sur une des aspérités du mur d'enceinte, Ariès utilisa cet appui pour se propulser telle une vipère sur son adversaire. Afin de lui asséner un coup létal ou du moins suffisamment dangereux pour le voir se vider de son fluide sanguin. Et alors que l'arme blanche se rapprochait dangereusement de la jugulaire du Zabrak, son élan se stoppa net. Son opposant venait de bloquer son bras comme le reste de son corps à l'aide de ses bras puissants. La voilà bloquée dans "les airs". Tentant de lui asséner des coups de genoux dans la mâchoire. Elle se vit bientôt décoller une nouvelle fois du sol avant de s'écraser lourdement sur le sol à quelques mètres de lui dans un nuage de poussière. Une douleur vive lui irradia le flanc gauche, la Chiss serra les dents avants de voir celui-ci prendre une teinte rougeoyante. Lors de l'impacte avec le sol, son arme avait rappelé à sa propriétaire sa présence en lui lasséran le flanc.



Voyant sa silhouette à travers l'épais manteau poussiéreux, la Chiss pesta dans son for intérieur. Il semblait tout puissant, intouchable, invincible. Rien n'avait marché, absolument rien. Comment pouvait-il tenir encore sur ses deux jambes. Devait-elle abandonner ? Non ! Tout le monde à ses faiblesses ! Il tomberait comme tous les autres ! L'agente était têtue et elle ne comptait pas baisser les bras. Mais malgré ses convictions, son souffle commençait à être court. Son style de combat était certes redoutable, il n'en était pas moins énergivore. Et la Chiss savait qu'elle ne tiendrait pas une éternité avec sa blessure qui perlait le sang. Il lui fallait tenter une dernière fois ! Elle rassemblerait ses dernières forces pour en venir à bout. Le géant tomberait, David vaincrait une fois de plus Goliath. Ariès devrait compter une fois de plus sur sa rapidité d'exécution et son agilité. Elle voyait déjà la scène se produire dans sa tête. Et elle se déroulerait comme selon son plan. Cette fois-ci, il serait au sol vaincu ou elle le serait.

C'est parti !

Lancée à vive allure, la Chiss, fit mine de lui asséner un coup en direction de sa gorge avant de glisser sur le côté. Laissant au Zabrak une vue sur une taille finement sculpté mais d'on le pigment bleu était contrasté avec un rouge sang. Entrant en contact avec le sol sableux, elle subtilisa une petite quantité de celui-ci furtivement du bout des doigts. Ayant une légère avance sur lui, elle lui lança sa poignée de sable à la figure au moment où sa tête se retourna vers elle. Aveuglé par le sabre, elle fit un mouvement souple sur le côté, tel un serpent s'enroulant autour de sa proie. Tout en s'entortillant autour de sa victime, le pied gauche de l'impériale d'écrivit un arc de cercle sur le sable. Soulevant de la poussière et embuant les deux combattants dans cet épais nuage opaque. D'un coup du genoux sur le muscle ischio-jambier, le Zabrak se retrouva un genoux à terre. La main gauche libre retint le bras du Gris tandis que la vibrolame s'élevait dans les airs afin de se figer dans la nuque de l'alien.


Image
Tu as perdu !



Un regard glacial était adressé de dos à l'alien tandis qu'un sourire carnassier se dessina sur le visage d'Ariès, la victoire était proche ! Les spectateurs se turent, certains se levèrent ; essayant de distinguer la silhouette des deux adversaires. L'agente criait peut-être victoire trop vite après tout le Zabrak était plein de surprises. L'orgueil était un vilain défaut, la Force était avec lui et il lui restait un bras libre... Quoi qu'il en soit, l'un d'eux ressortirait de se nuage poussiéreux en vainqueur ou en perdant.
Avatar de l’utilisateur
By Trench
#35857
L'alcool Corrélien hors de prix coulait à flot dans les loges supérieures. Toutes exceptée celle du Grand Maître. Car l'occupant ne se délectait pas du vin, mais du spectacle qui s'offrait à ses yeux. Ìl aurait pu observer ce combat de titans depuis les gradins si la foule poussiéreuse de Tatooine n'y avait pas installé ses quartiers.

Mais on va pas se le cacher, trôner au dessus de tout les ploucs de Tatooine, passe beaucoup mieux pour un gérant d'arène...Bref là n'est pas le sujet.

Le centre de l'attention était ce spectacle magnifique de brutalité, de violence, de haine...mais complètement contrôlée. Les deux adversaires savaient complètement ce qu'ils faisaient.

La vipère attaqua des points communément "sensibles" mais cela n'arrêtat pas la montagne de muscles qu'était le Zabrak. Impessionante créature qui faisait preuve d'une vitesse déroutante pour l'oeil averti qu'était le Grand Maître pour tout ce qui concernait les jeux.

"Hrmmm"

Marmonna t'il avant de reprendre sa lecture minutieuse du combat pour ne pas en perdre une miette. La Vipère méritait bien son nom vu l'agilité et la précision de ses mouvements. Quant à Koress et bien... c'était Koress.

La petite claque fit réagir le public, ce qui apporta également un sourire sur le visage illuminé du Grand Maître. Ce Marak était un showman comme on les appelait dans le milieu. Un contact à garder pour de futurs spectacles.

Mais trêve d'amusant et place à la suite ...

***
Quelques heures avant le combat

"Quel est votre plan Maître ?"

La voix de l'Humanoïd arriva jusqu'à la larve vicieuse qu'était son maître.

Image

***

La Vipère avais réussi après tant et tant d'assauts répétés à mettre à genoux le Zabrak. Le public retenu son souffle après un combat d'une telle ampleur.

"Tu as perdu !" Cria la Chiss.

Néanmoins nul ne pouvait savoir si la déclaration de la belle était vraie. Car un voile de poussière s'abattit sur l'arène.

Mais heureusement pour le public, le voile de sable laissa s'échapper deux combattants, couteau à la gorge. La chiss avec un couteau pointé vers les parties du Zabrak dont l'artère qui se trouvait à proximité et ce dernier avec un couteau en dessous de la gorge renversante de la Chiss.

Une scène et un dénouement magnifique qui s'offrait aux yeux du Grand Maître. Pour son plus grand plaisir et celui du public, bien entendu.

Et c'est là qu'il se leva...


"Pour que le véritable combat commence maintenant..." Marmonna le Grand Maître pendant qu'il donnait le signal.

Tout d'abord, ce ne fut que quelque tremblements provenant de la porte sud de l'arène. Tout le monde pensait que ce n'était que quelques créatures qui s'agitaient. Fous qu'ils étaient. Ils ne s'attendaient pas à ce qui allait arriver. Ni même les deux combattants qui se regardaient dans le blanc des yeux. Et qui ne prêtaient pas attention au début aux sons. En attendant le grand Maître distrait la foule :


"Un combat spectaculaire s'offre à nous, peuple de Tatooine ! J'espère que vous n'en perdez pas une miette ! Car moi je n'en perds pas une eheh."

Puis le bruit se fit de plus en plus fort. Les animaux de compagnie s'agitèrent, ils sentèrent le danger s'approcher. Ils "le" sentèrent approcher.

La porte s'ouvrit en fracas et une masse beaucoup plus grande que n'importe laquelle en fut dégurgité.


Image

Ambiance :
https://www.youtube.com/watch?v=G02wKufX3nw

Le cris de la bête transperça d'effrois une majorité du public. Une infime partie s'en alla mais Tatooine possédait un des peuples les plus fous qu'avait jamais vu le grand Maître durant ses voyages. La Majorité voulut assister à ce combat qui allait s'avérer historique.... Ou pour un massacre des plus sanglant.

Dans la foule quatre figures encapuchonnées arrivèrent à la bordure de l'arène. Soudain dès l'arrivée du Monstre, ils sautèrent pour se laisser tomber et laisser leur capuche tomber.

Image

Les quatre vieux modèles de Magna gardes IG-100 se répartirent aux quatre coins du colisé. Attendant d'autres instructions de la part de leur visqueux et vicieux maître Grakkus le Hutt.

"Ça t'apprendra à me sous-estimer, sale esclave Chiss. Kongo le démembreur, le dernier Roggwart. J'espère qu'il sera à ton goût ahah."

Dit-il en sirotant un vin Correlin hors-de-prix...
Avatar de l’utilisateur
By Ariès
#35870
Il avait bougé ! Dans l'épais manteau brumeux, la Chiss avait senti son étreinte sur le Zabrak vaciller l'espace d'un instant. La blessure à son flanc avait fait de nouveau des siennes et ce court instant de relâchement suffit à son adversaire pour s'extirper de l'étreinte du serpent bleu azur. Désormais elle arrivait à discerner ses traits à travers ce brouillard de guerre. Elle voyait son arme pointée sous la gorge de la montagne de muscle prête à l'égorger au moindre mouvement suspect. Hélas pour l'agente son cas était similaire. Ariès entendait le léger bourdonnement du couteau à vibrations se propager dans l'air. Tout particulièrement à proximité de sa trachée. Les rivaux étaient à couteaux tirés prêts à trancher la gorge de son opposant à chaque instant. Et tandis que sa poigne se raffermit sur le manche de son arme, le Grand Maître s'exclama.


"Un combat spectaculaire s'offre à nous, peuples de Tatooine ! J'espère que vous n'en perdez pas une miette ! Car moi je n'en perds pas une héhé."


L'agente ne quitta pas un moindre instant son adversaire du regard. Elle attendait une quelconque réaction de la part du maître des lieux. Peut-être voulait-il épargner la peau grise ? Alors que la patience d'Ariès arriva à ses fins, un vacarme se fit entendre en direction de la porte menant aux bêtes. Cette écho lointain, elle l'avait déjà entendu avant que le Grand-Maître ne daigne parler. Mais absorbée par son combat, elle n'y avait pas prêté attention. Et cette fois-ci, la chose qui faisait tumulte s'approchait. Chaque seconde la bête s'approchait de la sortie, chaque seconde le tumulte devait de plus en plus assourdissant. Sans qu'elle ne puisse le voir, la Chiss comprit que ce qui se trouvait derrière la porte blindée était de taille colossale.

L'agente s'extirpa du corps à corps afin de prendre un peu de distance. Voilà qu'elle devrait bientôt gérer deux ennemis à la fois. Les choses allaient se compliquer pour elle.
Un bruit d'impact métallique fit hurler la porte blindée, impact après impact celle-ci se tordait sous la force de son assaillant. À chaque assaut les spectateurs poussaient des cris de stupeur et de frayeur. Au troisième coup, la porte vola en éclat, laissant apparaître aux yeux de tous une bête immense. Une chose ressemblant à s'y méprendre avec un Rancor, mêlant organique et amélioration cybernétique. La créature avait été modifiée dans un seul but. Tuer, et cela de la manière la plus brutale qui soit. Lâchant un hurlement puissant et roque, les spectateurs se turent. Certains partir sous le coup de la peur. Les deux combattants auraient pu se consoler pensant qu'ils partaient pour ne pas assister à la boucherie qui allait suivre, mais hélas pour eux ce n'était pas le cas. La Chiss sentit une longue goûte de sueur descendre le long de ses vertèbres de quoi lui arracher un frisson. L'objectif du combat avait radicalement changé, il n'était plus question de s’entre-tuer, mais de faire cause commune pour venir à bout de cette....immondice. Un seul coup et elle envoyait n'importe qui au tapis, le tranchant en deux tel un morceau de papier sous une mare de sang. Il n'y avait pas le droit à l'erreur, un seul faux pas et c'était la mort assurée.




Il fallait trouver un plan et vite. La chose se rapprochait d'eux... Des magna-gardes venaient se poster aux quatre coins de l'arène. L’excitation mêlait à la peur avait de quoi la doper. Pendant une fraction de seconde Ariès semblait être ailleurs. Cette fraction de seconde lui sembla des heures. Visualisant le terrain et les individus autour d'elle, l'agente médita sur la meilleure tactique à mettre en oeuvre pour terrasser la bête. Les droïdes étaient de vieux modèles, dangereux certes, mais plus limités et moins rapide que Roggwart. Là voilà la solution ! C'était un jeu d'enfant ! L'individu qui venait d'envoyer les magna-gardes venait de faire une grossière erreur. Sans le savoir, il venait de leur livrer de quoi se défendre sur un plateau d'argent. Tout se ficelait dans sa tête, elle avait un plan bien établi, mais impossible à communiquer à son allier de circonstance par manque de temps. Arme en main, elle pointa du doigt les deux droïdes du côté du Zabrak et fit signe de mettre fin à leur existence. Puis se mit à s'élancer en direction des deux autres.
Tout était une question de rapidité, d'agilité. Lâchant un cri, elle attira sur elle l'attention du monstre qui se lança à sa poursuite. Un sourire carnassier se dessina sur son visage. Il était temps de retourner l'arme contre ses alliés. Un pas après l'autre, elle s'approcha d'un premier droïde qui ne se fait pas prier pour activer son arme et se jeter sur elle. L'agente évita le coup d'un bon sur le côté tandis que le Roggwart se jetait sur la chose se mettant en travers de sa proie. Très vite un bruit de membre métallique arraché se fit entendre.
L'agente devait presser le pas. Certes l'adrénaline était un bon dopant, mais il était limité, à court d'énergie et blessée ; elle ne tiendrait pas une éternité. La prochaine cible était droite devant. Faisant toujours attention de capter l'attention de la bête l'agente hurla un ordre à destination du Zabrak.

Je vais vous donner une fenêtre de tir ! Ne ratez pas votre cible !


La dernière cible voyant venir le coup de la part de l'alien fut plus réactive et un combat s'engagea entre eux. Les lourds bruits de pas se rapprochèrent d'eux tandis que l'agente s'efforcer de repousser le magna-garde. Ariès dut faire face à la redoutable technique de combat des magna-gardes. Les choses se présentaient mal. Les bruits de pas s’intensifièrent, après de lourds efforts une ouverture se présenta à elle et l'impériale s'y engouffra. Tandis que les griffes acérées de la créature s'approchaient dangereusement d'elle, la Chiss fit volte-face et propulsa du mieux qu'elle put le droïde dans la main griffue du Roggwart . Ne se retournant pas, elle continua sa course effrénée afin de le distancer. Ariès se sentait hors de danger, elle n'avait qu'à continuer son petit manège jusqu'à ce que le Zabrak abatte la chose. Mais quelque chose qu'elle n'avait pas prévu mit fin à ses espoirs. Sa blessure se remit à lancer dans son torse, coupant net son élan et sa respiration. La voilà à terre, incapable de se relever et le Roggwart lâchant la carcasse encore fumante du droïde entama une marche lente vers sa proie blessée. Sa forte respiration, son haleine putride. Il se rapprochait. Rampant du mieux qu'elle put, Ariès espérait vainement mettre de la distance entre elle et son prédateur. Peine perdue, elle ne pouvait plus fuir. Elle voyait l'ombre grandissante du monstre se projeter sur elle, la Chiss pouvait voir avec distinction les crocs acérés du Roggwart dans son ombre. L'Impériale était condamnée, son corps venait de lâcher. Elle allait bientôt vivre ses derniers instants sur une planète poussiéreuse.

Le temps venait une nouvelle fois de s'arrêter autour d'elle. Sa respiration se faisait lente. La Chiss ne sentait plus rien, plus de douleur, plus de peur. Toutes sensations avaient été purgées de son corps. Elle était dans un calme total. L'Impériale pouvait de nouveau s'observer. Son visage ne reflétait aucune émotion, son corps était bien plus meurtri que ceux qu'elle n'avait pu imager. C'était indubitable, elle ne s'en sortirait pas. Son esprit était opérationnel, mais son corps ne répondait plus. Il était à bout de force, l'effet de l'adrénaline qui lui avait permis de tenir jusque là venait de s'estomper. Elle n'aurait plus de seconde chance. Les griffes du Roggwart s'approchaient de sa frêle silhouette telle une faux prête à lui arracher son âme. Elle sentait sa vieille amie la réclamer. L'agente ne put réfréner un frisson. Cette amie, elle la connaissait bien. Elle était sa plus vieille compagne. À deux ils avaient cherché des yeux dans les étoiles ce que les cieux lui avaient pris. Elle avait sculpté son visage dans ses pupilles. Sa tendre solitude la rappelait, elle sentait le parfum de sa fleur damnée. Ariès partait lui accorder une dernière danse. Au fond elle le savait, elle ne serait jamais son unique cavalière. Mais peu lui importait désormais, c'est elle qui l'avait le mieux comprise. Et c'est dans ses bras qu'elle s'éteindrait. La faux descendait vers elle dans un mouvement ample, l'agente se retourna vers son meurtrier. Ariès ferait face à la Grande Faucheuse et avant que celle-ci ne frappe, la Chiss ne put empêcher une larme de couler. C'est ainsi que sa vie toucherait à sa fin. Loin des siens, loin de l'Empire, loin de l'Ascendance Chiss, loin de tout...

Image
#37435
Lancée à vive allure, la Chiss, fit mine de d’asséner à Marak un coup en direction de sa gorge avant de glisser sur le côté. Laissant au Zabrak une vue sur une taille finement sculpté mais d'on le pigment bleu était contrasté avec un rouge sang. Entrant en contact avec le sol sableux, elle subtilisa une petite quantité de celui-ci furtivement du bout des doigts. Ayant une légère avance sur lui, elle lui lança sa poignée de sable à la figure au moment où sa tête se retourna vers elle. Aveuglé par le sable, elle fit un mouvement souple sur le côté, tel un serpent s'enroulant autour de sa proie. Tout en s'entortillant autour de sa victime, le pied gauche de l'impériale décrivit un arc de cercle sur le sable. Soulevant de la poussière et embuant les deux combattants dans cet épais nuage opaque. D'un coup du genoux sur le muscle ischio-jambier, le Zabrak se retrouva un genoux à terre. La main gauche libre retint le bras du Gris tandis que la vibrolame s'élevait dans les airs afin de se figer dans la nuque de l'alien.


Image
Tu as perdu !


Le cris d’une bête transperça d'effroi une majorité du public, marquant ainsi une pause au duel. Devant l’impasse, ou une crainte de subir une contre-attaque de la peau grise, l'agente se désengagea du corps à corps afin de prendre un peu de distance. Voilà qu'elle devrait bientôt gérer deux ennemis à la fois. Les choses allaient se compliquer pour elle. Un bruit d'impact métallique fit hurler d’une grincement la porte blindée, se tordant sous la force du nouvel arrivant. Sans grande surprise, la porte vola en éclat, laissant apparaître aux yeux de tous une bête immense. Une chose ressemblant à s'y méprendre avec un Rancor, mêlant organique et améliorations cybernétiques… «Compensations cybernétiques» serait sans doute un terme mieux approprié au cas qui se présenta à nous dans l’arène. La créature avait été modifiée dans un seul but. Tuer, cela de la manière la plus brutale qui soit. Lâchant un hurlement puissant et rauque, les spectateurs se turent.

L'objectif du combat avait radicalement changé, il n'était plus question de s’entre-tuer, mais de faire cause commune, pensa naïvement la peau bleu, pour venir à bout de cette....«immondice», pour reprendre sa pensée. Un seul coup, et elle envoyait n'importe qui au tapis, le tranchant en deux, tel un morceau de papier sous une mare de sang. Il n'y avait pas le droit à l'erreur, un seul faux pas et c'était la mort assurée. Elle ne le savais pas encore, mais déjà elle était condamnée, dû à cette entaille subie quelques instants plus tôt. Dans la foule, quatre figures encapuchonnées arrivèrent à la bordure de l'arène. Dès l'arrivée du Monstre, qu’on identifia quelques secondes plus tard, annoncé par le Maître, comme un Roggwart, à qui on eut attribué pour nom de scène:


!!! KONGO: LE DÉMEMBREUR !!!


Les figures sautèrent pour se laisser tomber dans l’arène, dévoilant par la même occasion leurs vrais visages, des droïdes. Tout allait devenir une question de rapidité et d'agilité pour l’agente. Se crachant les poumons, l’agente attira sur elle l'attention du monstre. Tout d’abord interpellé par le qualificatif “monstre”, Marak la regarda s’époumoner, intrigué, puis dans un deuxième temps, le Roggwart réactif, se lança à sa poursuite. Un sourire se dessina sur son visage, à elle, il était temps de retourner l'arme contre ses alliés.

Qu’espérait-elle donc accomplir ? La question se posait légitimement, étant l’instigateur de cette vilaine l’entaille et les dégâts qui s'accumulaient à mesure que le temps passait. Pour étirer la sauce, elle aurait simplement dû rester immobile, avec une pression sur la plaie, et attendre qu’on lui porte assistance… Premiers soins 101 ! Chose qui normalement lui aurait été accordée, n’eut été de cette invasion surprise du Roggwart, sous l'étendard de la vengeance, signé le hutt hideux sur huit pattes bio-mécaniques. Au lieu de cela, elle courrait à vitesse grand “V” vers des Droides Magna, qui était sans doutes là pour contrôler la créature une fois sa mission terminée… Un pas après l'autre, la dernière ligne droite, la Vipère bleu s'approcha d'un premier droïde qui ne se fît pas prier pour activer son arme et se jeter sur elle. L'agente évita le coup d'un bon sur le côté tandis que le Roggwart se jetait sur la chose se mettant en travers de sa proie. Très vite un bruit de membre métallique arraché se fit entendre.

Une réflexion émergea de Marak... Est-ce que 4 Magna gardes était le minimum requis pour contrôler la créatures, après ? Et maintenant qu’il n’en reste que 3, bientôt encore moins fort probablement, seraient-ils en mesure de le contenir, en parlant du Démembreur ! Aussi irritants pouvaient-ils paraîtres, ces droïdes était là pour la sécurité, visiblement pas la nôtre, gladiateurs, mais à tout le moins celle des spectateurs, pour faire beau, mais surtout celle du Grand Maître en priorité on l’imagine bien !

L'agente avait pressé le pas. Certes l'adrénaline était un bon dopant, mais sa durée était limitée, à court d'énergie et blessée ; elle ne tiendrait pas une éternité, une histoire de secondes. La prochaine cible était droite devant. Sa blessure se remit à l’élancer dans sa poitrine, coupant net son élan et sa respiration. La voilà à terre, incapable de se relever et le Roggwart lâchant la carcasse encore fumante du droïde entama une marche lente vers sa proie blessée. Sa forte respiration, son haleine putride. Il se rapprochait. Rampant du mieux qu'elle put, Ariès espérait vainement mettre de la distance entre elle et ses prédateurs. Peine perdue, elle ne pouvait plus fuir.

Elle voyait l'ombre grandissante du Roggwart de 5 mètres se projeter sur elle, la Chiss pouvait voir avec distinction les crocs acérés du Roggwart dans son ombre. L'Impériale était condamnée, finalement elle s’en rendait compte, son corps venait de lâcher. Elle allait bientôt vivre ses derniers instants sur une planète loin de tout. Les griffes du Démembreur s'approchaient de sa frêle silhouette telle une faux prête à lui arracher son âme. Elle sentait sa vieille amie la réclamer. L'agente ne put réfréner un frisson.

La faux descendait vers elle dans un mouvement ample, l'agente se retourna vers son meurtrier. Ariès ferait face à la Grande Faucheuse et avant que celle-ci ne frappe, la Chiss ne put empêcher une larme de couler. C'est ainsi que sa vie toucherait à sa fin. Loin des siens, loin de l'Empire, loin de l'Ascendance Chiss, loin de tout... Et c’est ainsi que la lumière s'éteignit pour la Vipère bleue…





Quelques heures après le duel Vipère -vs- Marak
Tatooïne - Infirmerie de l'arena...


3 secondes…. 10 secondes…pensa-t-elle… toujours aucune douleur, aucune sensation physique de démembrement ! Elle repris conscience peu à peu, se retrouvant à l’infirmerie sur une civière, les rideaux tirées, pour augmenter la confidentialité du traitement prodigué par un droïde médicale, agissant avec attention et précision sur cette vilaines blessures. De l’autre côté du rideau, une ombre immense d’un crâne chauve agrémenté d’une couronne d’osseuse, patientait sans mot dire sur le lit voisin. Difficile de dire à ce stade si l’ombre était au chevet de la Vipère, ou patient lui aussi.

    « Vipère Bleu: Qu… Que s’est-il passé ?! »

La voix, mielleusement métallique, du droïde médicale lui répondit froidement les faits.

    « Droïde médicale: Vous avez été poignardée par votre adversaire, une blessure superficielle en apparence, qui vous a cependant causé plusieurs dégâts à l’interne, principalement une hémorragie. Une technique couramment utilisé par les chasseurs de prime qui ne peuvent tuer leurs cibles. Ils vous laissent vous fatiguer, l’adrénaline vous fait pomper plus de sang, plus fort et plus vites, mais comme vous avez une fuite dans la plomberie... Vous tombez inconscient au bout d’un moment, et vous vous faîtes cueillir, au seuil de la mort, incapable de vous débattre lors de votre capture.

    Le traitement est maintenant terminé pour l’instant, je repasserai à intervalle fixe pour effectuer un suivi de votre état. Je vous recommande l’alitement complet pour une période de 72 à 96 hrs… Si vous devez absolument bouger, profiter de toute assistance offerte et garder les efforts au minimum, ou vous risquez de rouvrir la plaie.
    »

Sur ces recommandations, le droïde médicale tira les rideaux et passa au prochain patient. La fameuse ombre fût dévoilée le temps que le Droïde transite. Un gamin était à son chevet, se trouvant dans le “cubicule” de Marak, assis sur une chaise dans le coin le plus à l’opposé de la vipère. Marak semblait inconscient, le corps meurtrie de plusieurs blessures, dont certaines dataient, d’autres, vraiment très fraîches.

    « Vipère Bleu: Que s’est-il passé ?! Pourquoi je ne suis pas morte ? »

    « Sam: Tu ne te souviens donc de rien ? »

    « Vipère Bleu: Visiblement… non ! »

    « Sam: Encore une fois, je suis forcé de le croire, Marak est plus redoutable et intelligent qu’il ne le laisse voir aux autres, maintenant que j’en suis témoins, une fois de plus, de sa technique… Laisse-moi te raconter alors... »




Tout juste avant que la vipère bleue ne se fasse faucher
Tatooïne - Sur le terrain sablonneux de l’arena...


C’est avec une voix d’enfant, à l’aube de sa puberté, que Sam raconta la deuxième partie du duel, après Marak -vs- La Vipère Bleu… Marak -vs- Kongo le Démembreur. On pouvait sentir dans sa voix, un mélange d’émotion vacillant entre une admiration pour son mentor, et l’excitation du moment encore frais à la mémoire, où l’on pouvait voir une lueur dans son regard, le désir d’imiter le courage du zabrak, mais on pouvait aussi lire la crainte, la distorsion de la réalité d’un point de vue de l’enfant face à la même réalité, vu d’un adulte.

    « Sam: Alors que finalement, tu te rendais compte, que ton corps venait de lâcher, que tu allais bientôt vivre tes derniers instants sur une planète de sable, loin de tout ce qui ressemble à ton monde natale. Les griffes du Démembreur descendait sur ta silhouette telle une faux s’apprêtant à collecter ton âme, à cet instant où tu ne pouvais qu’éprouver un frisson d’ignorance… de ne pas savoir ce qui arrive, après, d’être persuadée que le film de ta vie prend fin, sans générique, ni crédits, seulement le néant. Les griffes acérées du Roggwart percuta le sol sans retenu, provoquant un nuage de sable verticale à chaque point d’impact, ainsi que petite onde de choc linéaire provenant du flanc de la paluche provoqué par l’air expulsé lorsque les coussinets de la paume du roggwart suivi . Tout le monde étaient convaincus pendant quelques secondes, réduisant l’audience à un silence de mort, que tu y étais restée, et ça aurait été le cas, sans l’intervention de mon mentor.

    Tu vois Marak, mon Mentor, n’est pas juste un simple Chasseur de prime, il maîtrise des techniques que certains de son «genre» peuvent parfois surpasser, en duel par exemple, mais dont peu peuvent se vanter de rivaliser. Même pour moi, qui est un oeil averti à ce genre de phénomène, peine à le voir accomplir des actes à hauts risques avec une facilité déconcertante. Le temps que l’émoi de la foule ne reprenne son excitation en se disant, “terminé pour la vipère, au tour du colosse d’y goûter maintenant”, tu te trouvais dans ses bras, lui qui était resté passif sans bouger pendant que tu d’époumonnais avec les Droïdes Magna.

    Personne n’a réellement vu ce qui s’est passé, mais de ce que je peux témoigner, et de ce que les holo-reprises peuvent nous montrer, c’est comme si Marak t’as laissée partir devant, tout en restant prêt à te «récupérer» au moment opportun. Et ce moment fût où les griffres propulsa le sable dans les airs, lui donnant la diversion visuel nécessaire pour te «ramener à lui». Le comment par contre, je ne me l’explique pas encore, c’était la première fois que je le voyais utiliser cette, “Technique” de cette façon !
    »





Quelques heures après le duel Vipère -vs- Marak
Tatooïne - De retour à l’infirmerie de l'arena...



On pouvais voir à la holo-reprise une ombre floue s’extirper de sous les griffes du Roggwart vers Marak, suivant cette traînée d’onde de choc latérale dont parlait Sam dans son récit. Tout le monde était tellement concentré sur le coup de grâce sur la vipère, que personne n’a remarqué Marak appliquer une Traction de force pour attirer la bleue à lui. Il paraissait ne pas avoir bougé, mais c’était tranquillement rapproché pour faciliter la manoeuvre et exposer le moins possible les détails de sa supercherie. Il aurait triste de voir se gaspiller un si jolie brin de femme, aussi froide et bleue soit-elle ! Pire encore, lorsque le démembreur souleva la patte de nouveau… c’est le magnagarde tout près qui avait pris ta place.

    « Sam: Pour le reste, il t’as déposé dans un coin de l’arène et s’est organisé pour aller s’occuper des derniers Droïdes Magna et du Démembreur, sans que tu ne sois de nouveau en danger, et rendu là c’était devenu tout simplement une monstrueuse autopsie… Tiens, regarde par toi-même, une image vaut mille mots à ce qu’on dit… »

À suivre !...




#37436
Tout juste après que la vipère bleue eut échappé aux griffes du Roggwart
Tatooïne - Sur le terrain sablonneux de l’arena...


Le vidéo défila, alors que la jeune femme voyait l’action suite à sa perte de conscience pour la première fois. Le regard rouge, les yeux fin légèrement plissé mesurant le doute de ce qui allait se produire, lentement s’ouvrit, transitant son expression faciale vers l’étonnement, alors que Marak défendait sa position contre les 2 Magna gardes restants. Puis lors du premier contact avec le démembreur, sûrement encore plus d’étonnement, parsemé d’admiration, pour les prouesses, probablement qu’elle aurait pu en faire autant… Puis soudain l’expression se changea en dégoût, un léger haut-le-coeur… et le regard se détourna de l’écran, de retour dans les mains de Sam.. il la fît rejouer une fois de plus…cherchant à étudier avec fascination un style de combat que son mentor avait rarement eu l’occasion de lui démontrer.

Marak s’était vite retiré de la zone de combat profitant du nuage de sable dans l’air pour camoufler ses mouvements quelques secondes aux yeux du Démembreur, par contre les deux Magna-Gardes restant plus loin s’approchait de lui à grands pas, eux qui n’avait pas perdu de vue le Zabrak et sa compagne du moment qu’il tenait dans ses bras. Il la déposa tout près du mûr, se retourna

Marak s’avança de quelques pas avant de s’ancrer les pieds dans le sables, de ses bras il décrit des cercles de vitesses variables allant lentement au début, puis en accélérant, sa méditation pour le combat venait de s’activer, mais au lieu de prendre une position défensive comme à son habitude, il était plutôt tourné vers l’offensive. Il sorti sa dague, emprunta la dague de son adversaire inconsciente, qui était tombé au sol un peu plus tôt, et continua ses mouvements circulaire avec les bras, attirant la force à lui provenant de son environnement.

Les magnagardes se positionnèrent entre Marak et le Démembreur, ce qui coupa l’envie au Roggwart de trop s’en mêler, pour l’instant, sachant que les droïdes sont entre-autre là pour le contrôler, comme un propriétaire fouette son esclave pour obtenir obéissance.


    « Marak: Ah je vois… vous êtes là pour elle, et ensuite gérer le Roggwart ! Le hutt veut sa revanche. »

Marak termina sa préparation, dans un geste ample, faisant mine de s’incliner devant les 2 droïdes, ouvrant ainsi sa garde, les deux bras ouverts de chaque côté de son corps, mains paumes vers le ciel, en guise de salutation à ses adversaires, pour une série de Duel qui semblait nettement à son désavantage. Armé de ses deux “vibrodagues” d’une porté pas plus longue qu’un avant-bras tout au plus, contre deux lances électromagnétique de plus d’un mètre...

    « Marak: Voyons voir si vous avez la même programmation que mes MagnaGardes »

Sous le regard attentif du Roggwart, qui suivait l’action pour trouver un moyen de venir démembrer tous et chacun, il observait bouger le grand cornu contre ses deux esclavagistes. Ils avaient beau travailler de concert à 2 contre 1, ils n’arrivaient à rien. La bête poussa un grand cri, alors qu’elle rôdait en demi lune pour trouver un angle d’attaque, soit pour aller porter le coup de grâce sur le cornu, mais les deux droïdes auraient tôt fait de la remettre en cage, du coup elle tentait de voir si elle ne pourrait pas mettre sa patte griffue de nouveau sur la petite Bleue, et goutter un peu de chair fraiche pour une fois. Chaque tentative était vaine, le cornu était plus que conscient de sa présence, pour Marak, il assumais déjà que c’était un 1v3, au lieu d’un 1v2, et manoeuvrait ce que représentait les droïdes vis à vis du Roggwart, ses craintes et sa peur, pour l’empêcher d’approcher à portée de son alliée inerte...

Les deux Magnagardes travaillaient en synergie, un duo potable, qui aurait dû être un quatuor redoutable face à Marak, ou la Vipère Bleue. Les processeurs calculaient, la ram, ramais ! ils jaugeaient leur opposants, tout était à leur avantage, la portée de leur armes, leur forces mécanique versus l’organique, la prédiction des trajectoires… et pourtant, jamais ils n’arrivaient à toucher leur cible, toujours à la dernière secondes, il esquivait. chaque fois qu’ils croisaient les armes l’assaut suivant, ils augmentait la vitesses d’exécution, même résultat. Il y avait quelque chose avec cet adversaire. Pour s’apercevoir que finalement, ce n’était pas tant eux qui se portait à l’attaque plutôt que Marak qui maintenait la pression constamment sur eux, agressif et mobile, il attaque l’un pour le forcer à parer 2-3 coups alors que l’autre attaquait, pour ensuite changer de cible. Marak entrait systématiquement dans l’espace rapproché des droides, rendant difficile l’utilisation optimale de leur lance électromagnétique. Lorsque ce n’était pas le cas, chaque fois il y allaient pour le coup qui tue, télégraphié, donc facile à esquiver.

Marak se trouvait dans un état où sa méditation pré-combat lui avait valu l’avantage du duel depuis le début sans qu’on puisse s’en douter. Ajouter à cela sa technique de combat jedi de l’Ataru, où l’utilisateur se laissent investir de la force dans son corps afin d’avoir accès à une source d’énergie théoriquement illimitée. Une judicieuse combinaison, compte tenu des circonstances, encore une fois défiant toutes les probabilités pour un oeil non-initié.

Comment tricher sans qu’on s’en rendent compte, si ce n’est que d’insinuer que c’est impossible ! Nombreux sont les pouvoirs de la force qui peuvent agir en toute subtilité, très utile en territoire impériale traditionnellement… Marak voyait le Roggwart rôder d’un peu trop près de la Vipère bleue, toute roulée en boule dans son coin, il manoeuvra ses assauts pour intercepter la progression de la bête en plaçant les droïdes sur sa trajectoire, qui réagit aussitôt en rebroussant chemin pour trouver une alternative. Maintenant il fallait simplement trouver le bon momentum pour faire un «triple-kill».


Marak lentement commençait à se faire déborder, les esquives était de plus en plus ardu à réaliser, les roulades d’esquive alors que les lances percutèrent le sable où se trouvait son corps, tellement près que des éclairs parfois parvenaient à l’atteindre, laissant paraître des lésions sur les épaules, bras, les flancs et les cuisses… La bête poussa un cris d’impatience, elle était à l’affût d’une opportunité, la première cible à découvert y passerais sans doute, Marak, Magnagardes, Vipères, tous les 4, et sûrement un carnage dans l’assistance si le roggwart est laissé à lui-même, si Marak ne réussi pas un autre coup d’éclat…

L’esprit était toujours bien présente, la concentration suivait le rythme, le corps avait cependant accumulé quelques bons coups, avec Personne, puis la Vipère fût plus éprouvant niveau technique, et maintenant les manigances du Grand Maître et les Hutts. Les Droïdes était bien chaud, fin prêt pour la grande finale, la bonne vitesse d’exécution, la routine de ses attaques et mouvements assimilé par leur IA…

C’est donc, au détour d’une esquive de Marak, une roulade latérale «laborieuse», où les Magnagardes ont réussi à le cerner par les flancs gauche et droit… alors que le Roggwart se trouvait légèrement plus en retrait au centre. Assis sur son fessier, Marak se trouvait quelques mètres juste devant la Vipère. Se sentant pris au piège, il reculait pour retarder le coup fatal. Le roggwart poussa ce qui pouvait s’apparenter à un cri de la victoire, où tout d’un coup il se foutait des Magnagardes pour se ruer sur Marak et n’en faire qu’une bouchée.


Tout le long de cet affrontement, la foule avait été mitigé, de sorte que peu importe qui faisait l’action, réaction de la foule il y avait, Marak avait conquis une parti de la foule, ou c’était rallié à lui par alliance avec ceux parmi la foule que la Vipère bleu avait conquis, et les habitués du Roggwart qui lui vouaient presqu’un culte, commençèrent à être sans voix, soit par exténuation des cordes vocals à force de crier pour encourager la bête à faire mieux, soit parce qu’il voyait quelque chose de plutôt rare et furent tenter de changer de camp. Mais voici que des exclamations retentissaient, Marak s’était fait avoir à l’usure et perdit l’équilibre, se faisant cerner sur trois front. Le combat de gladiateur touchait à sa fin alors qu’on scandit de part et d’autre le nom de Marak à tenter quelque chose, ou Kongo à aller démembrer Marak et la Vipère bleu.

«Encore un peu plus près», se disait-il, alors que Le démembreur arrivait à grandes enjambées, les Magnagardes connaissant bien la manoeuvre, ne gardait que pour empêcher les échappatoires, ils laissaient entièrement la place au Roggwart pour le coup de grâce, tandis que les Magnagardes était quasiment à la même hauteur que Marak, minimisant au maximum les portes de sorties, avec à peine plus large de corridor pour l’accès du Roggwart… Techniquement c’était la fin.

Kongo s’élança dans son approche finale, dans une descente fracassante de la bouche visant directement Marak. Kongo s’étira le coup au maximum s’exposant quelques instants… «Maintenant !» L’expression de peur sur le visage de Marak changea soudain en sourire sadique, profitant de ce petit angle mort, Marak écarta les mains ouvertes, laissant tomber les dagues, pointa chacune de ses mains vers un Magnagarde, les saisissants avec la télékinésie, puis frappa ses mains ensemble, les Magnagardes en firent autant, se fracassant entre eux, tout juste devant lui. Le démembreur abattit sa bouche directement sur les deux Magnagardes.. au passage Marak n’ayant pas eu le temps de se dégager suffisament proprement de la zone d’impact, fût lacéré au torse par une des dents du démembreur… Une fois les gardes bien hameçonnés dans la bouche du démembreur, Marak transféra l’emprise de sa télékinésie sur les lances électromagnétiques et les attirèrent à lui. Kongo, goûtant le sang releva la bouche, sûre de lui, pensant ramener à son maître un magnifique trophé, mais il venait tout juste d’être déjoué par Marak, une fois de plus dans ce combat.

Profitant de cette fenêtre d’opportunité, il aurait pu fuir la zone et reprendre le combat 1v1 contre Kongo, mais pour faire spectaculaire… Marak tapa sur revers de ses poings sur le sable meuble, et se remit sur ses pieds dans une position passive-aggressive pour faire face à la menace. On dit que 5 secondes de contact avec une lance électromagnétique suffit à provoquer un arrêt cardiaque d’un être vivant, d’une personne… Voyons voir… Marak fît léviter les lances et projetta ses mains d’un geste vif et sec droit devant lui la main gauche légèrement au-dessus de la droite, et télékinétiquement une lance alla se loger à la gorge, et l’autre dans le torse de Kongo…

Le démembreur hurla sa douleur, et sa colère combiné dans un même cri… la douleur physique et les court-circuits électrique provoqué par les lances eurent raison de Kongo, après cet interminable cri, la bête s’effondra de tout son poids, alors que plusieurs morceau cybernétique explosèrent dû à la surcharge de courant, faisant gicler le sang Roggwart et les lambeaux de chair un peu partout alentour de la créature...

Vivante ou morte, Marak s’en foutait, elle était vaincue et neutralisée, elle aurait pu être sauvé, mais mal éduqué elle a mal tourné, mieux valait qu’elle retourne à la force. La chute de Kongo fût suivi de Marak juste après, sur les genoux. mais il n’y avait pas de temps à perdre… Dans un ultime effort, Marak se releva et se dirigea au chevet de la Vipère bleue, la prit dans ses bras, et marcha péniblement vers la sortie la plus proche pour requérir les soins…

La foule stupéfaite, resta silencieuse un moment, puis doucement ils commencèrent à scander son nom de plus en plus fort, comme une propagande pandémique. Vivement la suite du tournoi ! Mais la grande question, restait-il quelqu’un en état de poursuivre le tournoi de Marak ou la Vipère !? La vipère avait réussi à «vaincre» Marak en duel, alors que Marak avait réussi à vaincre 2 magnagardes et Kongo le démembreur.

Techniquement, on pouvait se poser la question, si les deux était éligible au prochain tour ? Probablement que non dans le cas de Marak vu qu’il a triché, utilisant des pouvoirs de force, mais si oui, seraient-ils en état de combattre encore et pour combien de temps ? Les cuves à Bacta ne sont nécessairement monnaie courante sur Tatooïne !

C’est ainsi que le 2e tour pris fin… alors que Sam repassait la vidéo encore et encore, tout en veillant sur le corps de son Maître, attendant patiemment son réveil.





Bothawui [Solo]

L'instant d'après, j'étais à nouveau au sol. Mon m[…]

Secteur Bothan & Bothan Spynet

Effectifs totaux Vaisseaux : 9 Crois[…]

B ossk se comportant amicalement ? A croire qu[…]

Ouverture du pion en E4 [Espace Bothan]

Contenir sa haine par les apparences - – Pren[…]

https://i.gifer.com/6Mdo.gif […]

Un Hutt et des Jeux...

"Ha ha ha" Ce petit Sith avait osé […]