L'Astre Tyran

StarWars Online Roleplay Cliquez ici pour voir l'intro...

Image

Monde couvert de forêts, de jungles et de marais, Kashyyyk est la planète natale des Wookies. La planète a toujours manifesté un fort soutien à l'Alliance et la Nouvelle République, après avoir durement souffert durant les années impériales.
Gouvernement : Nouvelle République
#35153
Veuillez patientez…



… Veuillez entrer vos identifiants…

°°° Tyrus_Dugalles °°°

Mot de passe requis…

*********************************************************************************************************************************************************************************

Veuillez patientez…



Bienvenue Amiral ! …

Connexion aux systèmes de communication réseau en [cours]

Connexion établie avec serveur_01… Quelles sont les nouvelles ? …

Départ.

… Départ ? ….

… Départ du Poing de Tyr, que le nouveau sénateur Ivan Krov prenne la tête d'Annaxes pendant mon départ…

… Raison du départ ….

… Confidentiel…

… Destination ? …

… Confidentiel...

… Retour prévu ? …

… Confidentiel…

… ... … Ordres enregistrés… Bonne chance Amiral…

Déconnexions serveur_01 en [cours]

… Déconnexions réussies… Déconnexion au Terminal de sécurité…

…. …. ….

L'écran qui faisait face à l'Amiral Dugalles s’éteignit, il se retourna vers l'immense baie vitré de son bâtiment, l'air pensif.

Une voix sortie tout droit d'une des radios du vaisseau, brisa le paisible silence de la pièce.

- Amiral Dugalles, le Poing du Tyr est paré au départ, qu'elle est le cap ?-


- Nous allons en direction du monde de Randon, dès que nous serrons arrivés désactivez nos armes, nos boucliers et transmettez le message crypté aux gouvernements de Randon quand je vous l'enverrai. Nous stationnerons sur place jusqu'à nouvel ordre, Amiral Dugalles Terminé… -


Dugalles racrocha le système de com en pressant sur un bouton de la petite table sur lequels trôné son sonagraphe. Il croisa ses bras dans son dos et jeta un regard déterminé vers l'espace que laissait entrevoir la fenêtre du pont de commandement.

Le poing de Tyr passa en hyperespace quittant l'orbite d'Anaxes qui n'avait été prévenue de ce départ qu'à la dernière minute. Les seuls qui avaient reçu un message en avance avaient été le gouvernement de la planète destination, à qui l'Amiral Dugalles leur avait demandé le droit de stationner son Stars Destroyers éloignés du systèmes de Randon pendant un certain temps. Les raisons qui avaient été données indiquaient simplement qu'une rencontre diplomatique devait se préparer dans le secteur et pas ailleurs, ainsi l'Amiral demandait « l'hospitalité » du monde le temps que la rencontre se termine. Le gouvernement Randonien répondit quelques jours après et au nom de l'amitié Républicaine il n'y voyait aucun problème, tant que le vaisseau de Dugalles stationnés loin des frontières de Randon les armes désactivées. Les échanges avaient été cryptés puis totalement effacés du côté de Dugalles, toutes ces précautions étaient étranges, mais mieux vallait-il garder cacher ce genre d'échange, il serait fâcheux que l'incompétence de la République actuelle brille d'un nouveau blocus « Ithorien »…

Ce n'était que quelques heures plus tard que le vaisseau impérial surgit dans l'espace proche de Randon, le navire était floqué des symboles du système Azur, sa coque peinte dans une nuance de noir et d'or. À peine arrivée le navire de Dugalles désactiva ses armes et ses boucliers, comme cela avait été ordonné…


Bureau de contrôle Numéro*** de Randon


La pièce était consternée d'écrans et de machines en tous genres qui clignotaient par le biais de petites diodes colorées, au centre de la pièce une large table crasseuse, dessus des restes en tous genres de nourritures, deux Datapad, et une paire de pied déchaussé tout aussi « propre » que la table. Un Homme et un Sullustéen étaient assis autour et ils semblaient être absorbés à quelqueschoses qui n'avait rien à voir avec leurs fonctions…

- Pur Sabacc ! Je remporte la mise !-


- (Bruit de Sullustéen aigris)-


- Et reste polie et envoie plutôt la monnaie, c'est pas ma faute si c'est mon jour de chance…-


- (Grondement de Sullustéen)-


- Ouais, ouais, bah, tu ne devrais pas le prendre comme ça vieux, c'est comme tout, on perd, on gagne, c'est la vie. -


- (Bruit de Sullustéen exaspérée)-


L'homme s’apprêtait à balancer une remarque bien sanglante pourtant, quelques choses l'arrêta dans son élan, il détourna son regard vers son Datapad qui s'était teinté en rouge. Il se redressa et se saisie de l'appareil, il balada son regard de gauche à droite et laissa tomber un juron.

- Kriff de Kriff… Les Impériaux se font une petite incursion chez nous ! Fait sonnez l’alerte !-


- (Bruit de Sullustéen surpris)


- Reste pas planté là ! On va avoir de la compa… Qu'est-ce que… Oh bah v'la autre chose…-


L'homme tendit son Datapad en direction du Sullustéen, ce dernier haussa simplement les épaules après avoir lu le contenu du message crypté envoyé depuis le Stars Destroyer.

- Euh… Alors on fait quoi ?-


- (Bruit de Sullustéen pensif)-


- Mouais, enfin ça vient du haut commandement, je pense pas qu'on puisse redire quoi que se soit là-dessus. Je comprends rien à leurs trucs de toutes façons…-


L'homme jeta négligemment son Datapad sur la table.

- Bref, tu veux te refaire ?-


- (Bruit de Sullustéen sournois)-


- C'est-ce qu'on verra vieux, allez je redistribue les cartes…-
#35161
-Amiral Dugalles ! Nous venons de recevoir la confirmation du Gouvernement de Rendom pour l'autorisation de stationner, en attendons de nouvelles directives.-


-Que les deux Frègates Warior se tienne prête, l'équipe Sierra 8 sera en poste dans la Frègates Justicar, que la seconde Frègate soit simplement pourvoyez de l'équipes 2.-


-Quelles sont leurs destinations ?-


-La Frégate Justicar prendra la direction de Nar Shaddaa, quant à la seconde Frègates qu'elle se dirige vers Sleheyron. Je veux qu'une communication sécurisée soit établie avant leurs départs avec ses deux Frégates et je veux en être le seul à en disposer.-


-Ce sera fait Amiral.-


Fin de la communication, Dugalles décroisa ses bras de son dos et pivota légèrement vers une petite étagère situé au fond de la salle d'observation, il en tira diverses disquettes toutes contenants une sorte de disque noir aplatie. Sa main plana quelques instants, son geste hésitant entre deux pochettes, avant de se décider à en saisir une. La main de Dugalles tira délicatement le large disque noir, avant de la poser délicatement sur son sonagraphe, il replia le petit bras mécanique de l'appareil de manière à ce que la pointe rentre en contact avec le large disque. Une fois, cela fait, une agréable mélodie emplie la pièce, Dugalles en profita pour tirer de sa poche sa vieille pipe en bois, mordillant l'embout de bois grenu.



Hangar 5-0 du poing de Tyr


-Ici contrôle à groupe Serena 8, êtes vous prêt à décoller ?-


-Affirmatif.-


-Ici Contrôle à équipes 2, êtes vous prêt à décoller ?-


-Oui.. Oui, à vous.-


-Bien, dorénavant, les communications ne se feront qu'à partir de la ligne sécurisée, Serena 8, équipe 2 vous avez le feux vert…-


La voix de l'homme en charge du poste de contrôle de l'Hangar 5-0 se coupa, laissant place à la voix de l'Amiral Dugalles.

-Ici l'Amiral Dugalles, équipes deux changements de destination vous vous dirigez désormais vers Nar Shaddaa équipe Serena 8 exécutes le plan comme prévue initialement, terminés.-



Deux réactions diamétralement opposées s'exprimèrent simultanément de chaque côté des Frègates, l'équipe 2 s’interrogeait encore sur le pourquoi du comment de la nouvelle et du côté de Sérena 8 pas de surprise, leurs Frégates baptisés pour l'occasion Justicar était déjà en train de charger ses moteurs. Leur itinéraire leur avait été révélé bien avant que l’opération ne soit lancé, le subterfuge de l'Amiral Dugalles avait été fait de manière à ce que même à bord de son vaisseau que personne ne soit au courant de ce qui se tramait. Seul l'Amiral Dugalles avait les cartes en main, un équipage moyen aurait à cette nouvelle réagi très négativement, mais l'équipage de Dugalles était expérimenté et ne se posait plus de question quant aux agissements de leur chef qui pouvait paraître de prime abord flou. Mais ces coups d'éclat multiples le long de sa carrière lui avaient permis d'inspirer une suffisamment grande confiance par rapport à ces hommes d'équipage, qui en retour ne posaient pas de questions.






Planète Sleheyron


Image


Sleheyron était un monde volcanique où les quelques régions sauvages restantes étaient inhabitables, constituées de flèches déchiquetées de scories de basalte. La majeure partie de la planète était recouverte de zones urbaines, y compris de nombreuses zones industrielles, de ports spatiaux et de districts de raffinage un enfer sur Terre contrôlé depuis des millénaires par le Cartel des Hutts. Seul les demeures luxueuses des maîtres perfides de ce monde possédaient les derniers espaces verts. Le fait que soit débarquer un commando d’exception de la République sur les abords de cette décharge n'était pas habituel. Mais la nécessité de retrouver au plus vite un dénommé Owen Tartarus avait poussé Dugalles à faire débarquer une petite équipe d'élite. À bord d'une Frégates Warior qui pour l'occasion s'était vu recevoir un relookage complet pour mieux coller aux standards des contrebandiers, pirates et autres vermines Hors la loi. À son bord quelques caisses de munitions et d'armes sans grandes valeurs marchandes, une véritable camelote que peux tenterai de refourguer tant l'indignité de fournir ces armes était grande. Mais là n'était pas le but recherché, l'équipage une fois débarqué sur le monde devra se disperser et essayer de se fondre dans le décor, les SpecOps étaient habitués à ce genres de missions, celles-ci n'auraient sans doute pas nécessité leurs talents si le délai aurait été un peut moins serré, mais la contrainte temporelle forçaient à accélérer leurs implantations sur le monde, ce qui se faisait en plusieurs mois devra se faire en quelques semaine et ceux sans éveiller les soupçons de la population locale. C'était au total 12 SpecOps qui s’infiltrèrent sur Sleheyron, travaillant en solo, leurs objectifs étaient simple, retrouvé la trace d'Owen Tartarus et ceux par tous les moyens. Les premiers jours furent ponctués de simples rapports envoyés périodiquement aux Stars Destroyer de Tyrus Dugalles dans un langage codée, le message crypté relayée par une ligne réseau sécurisé soutenu par le SD et la Frègate Warior sous couvert d'un slycer, les Specops s’essayaient à la vie de Forban. Ils étaient de l'extérieur infusé de l'esprit du malandrin, mais leurs objectifs transcendaient ce simple subterfuge. Le bilan de la deuxième semaine était le suivant, après avoir repéré le terrain ils avaient entrepris une pêche aux infos. Les Specops s'habillèrent de manière à ce qu'on les confonde : masqués, le même nom, d'une carrure à peux près identique, tous soutenant qu'ils étaient des contrebandiers qui étaient capable de percer les blocus impériaux les doigts dans le nez, les pieds sur les commandes et les yeux fermés, ils précisaient bien souvent que l'empire n'avait jamais été foutu de les identifier et encore moins de leur mettre le grappin dessus, et ils n'oubliaient jamais de rajouter que par ce fait même ils n'avaient aucune prîmes sur leurs têtes, ça avait le mérite d'éviter d'éventuelles ennuis avec les mercenaires locaux. Dans ces mensonges volontairement exagérés, une part de vrai restait, les Specops qui jouaient le rôle de contrebandier étaient tous particulièrement doué dans l'art du pilotage, le simple fait qu'ils incarnent tous la même personne permit de faire diffuser leur nom plus rapidement, ils s'organisaient de manière à ce qu'aucun d'entre eux n'aillent dans une cantina déjà exploré par l'un, notaient les noms de ceux qui les avaient écoutés et avaient qui ils avaient échangés, ils apprenaient les anecdotes ressortie par chacun d'entre eux de manière à ce que leurs discours restent cohérent, le bouche à oreille lui ferait son office. La manœuvre décuplait les risques mais permettait de toucher le plus rapidement possible une large majorité d'individus. À partir du deuxième jours ils évitaient les imprudences et l’excès de fanfaronnade, s'assurant de ne pas toujours ramenaient leurs vies « passés » à toutes les conversations, glissant simplement quelques mots au bon moment toujours dans un jeu d'ombre et de lumière...


Bar du Nexxu Baveur H locale ???


Ce soir-ci, la cantina grouillait de monde, une grande palette d'espèce composaient la clientèle de l'établissement. Un groupe de chanteur Bith animait la soirée avec leurs musiques qui surpassait en son le brouhaha des conversations. Un Homme rentra dans le bar, sa démarche n'avait rien de bien particulier, son entrée ne provoquant presque aucun émoi, un ou deux aliens avait retourné leur tête par curiosité, le gars n'était jamais passé dans le bar, mais des rumeurs parlait d'un contrebandier masqué de passage sur Sleheyron rien de bien intéressant, les curieux retournèrent rapidement à leurs affaires. Le type quant à lui se dirigea vers le comptoir, il enjamba un ivrogne qui gisait au sol, avant de se poser sur l'un des tabourets. L'endroit avait pour réputation d'être un nid à emmerde, d'être un trou à rat difficile à trouver et rempli de gens peux recommandable et un lieu merveilleux pour tous ceux qui serait à la recherche d'informations en tout genre.

Le barman était un dévaronien, il se tourna avec un sourire narquois aux lèvres vers le nouvel arrivant.

-J'vous sers quelques choses ?-


-Un verre de Boga Noga.-



-Vous êtes sûr ? C'est très fort.-


L'homme répondit en allongeant la monnaie, le dévaronien ne protesta pas plus, si l'autre débile voulait terminer étaler au sol ça ne le dérangeais pas, surtout s'il payait… Au moment ou la main du dévaronien allait se refermer sur les petites plaquettes de crédits, il fut arrêté dans son geste, saisi au poignet par l’énergumène. Le dévaronien fronça les sourcils, il s'apprêtait à répondre à l'autre corniaud que s'il ne payait pas, il avait qu'à foutre le camp et qu'il pouvait très bien aller se faire…

*Cling*


Le léger tintement caractéristique des crédits qui s'entrechoquaient pris de court le barman qui ne lâcha au final pas le moindre mot, ses yeux restaient fixés sur la poche qui était à l'origine de ce son si mélodieux.

-Je serais à la recherche de tuyaux pour dégotter un job…-



-Allonge d'abord le fric.-


L'homme passa discrètement 100Cr dans le creux de la main du dévaronien, ce dernier s'empressa d'empocher le blé.


-Je sais que Debragros serait à la recherche de passeur pour des épices en partances des frontières impériales…-


-En fait j'aurai dû être plus clair… Je cherche un boulot auprès d'un certain
(l'Homme se rapprocha murmurant le nom de sa cible.)
Owen Tartarus.-


Le dévaronien hésita quelques instants, puis répondit un peut embarrassé.


- Désolée, mais... J'ai jamais entendu parlé de ce gars...-



-… Alors rendez-moi mes crédits.-



-Trop tard mon gaillard, la maison rembourse pas !-


Le dévaronien avait haussé le ton, certains clients se retournaient dans leurs directions, l'homme voulait attirer l'attention, mais pas plus que nécessaire, il ne voulait qu'on le remarque mais faire du grabuge n'était pas nécessaire, il fallait simplement faire en sorte qu'on ne l'oublie pas. Il enfonça une vibrodague dans le comptoir avant de cracher dans la direction de l'alien, à cette instant la muisque se coupa nette et les brouhahas cessèrent un instant... Une ambiance de tension planait dans la cantina, le contrebandier après avoir "tuer" du regars le proprio repartit comme le ferait n'importe quel homme de la rue après s'être fait pigeonner quelques crédits, c'est grommelant et en jurant que le « contrebandier » sortie du Nexxu Baveur non sans adressé un geste obscène au tenancier du lieu, ce dernier ne répondis pas à sa provocation son visage était encore blême, mais un sourire mauvais se dessina petit à petit sur le visage du diable cornu...
Le manège auquel avait participé le "contrebandier, n'en était pas un, il était le fragment d'un puzzle qui se formait pièce par pièce... Ce n'était pas la première fois qu'il agissait de la sorte, lui comme ses camarades laissaient une trainée à travers tous les établissements de la planète, pour que Tartarus puisse facilement remonter leur trace. La méthode pouvait paraître grossière, mais elle a été mise en place de manière à ce qu'Owen soit au courant "qu'un" homme le recherche, si ce qu'on disait sur lui était vrai, il tenterait sans doute de se renseigner ou de se débarrasser du gêneur par le biais d'hommes de main, c'était ainsi le meilleur moyen d'accélérer d'une certaine manière la rencontre.
#35169
-Mais puisque je vous dis que je ne sais pas qui s'est votre Owen Truc… -


L'homme au masque se retourna n'adressant plus la moindre attention au gérant d'une petite cantina du quartier industriel de Sleheyron.

-Eh, oh ! T'as pas payé !-



-Je paierai... Quand on me filera de bon tuyaux…-


À ces mots, l'homme poussa le pas de la porte, il ressortait alors qu'il faisait encore nuit. Son regard se perdait à travers les petites ruelles qui vallonnaient la ville. Il s’arrêta quelques instants, sous la visière de son casque il fronça les sourcils, il passa sa main au niveau de sa tête et pressa un léger interrupteur sur son casque. Il continua son chemin en mimant la démarche d'un homme aviné. À mesure qu'il s'enfonçait dans les boyaux de la cité, les lumières se faisaient de plus en plus rare, le sol sur lequel il marchait n'était plus qu'un chemin de terre battue. Un craquement attira son attention, une silhouette, c'était glissé dans son dos, il se retourna, surprenant une étrange créature aux poils ras, pas plus haute que ses bottes et aux trois yeux perçant… Rien de bien intéressant, l'homme resta néanmoins immobile quelques instant observant le comportement de la créature, cette dernière fit de même, jusqu'à ce qu'elle décampe subitement. Ce dernier, se retourna d'un bond décrochant un crochet du droit dans son dos.

-Bam-


Le coup-de-poing avait fracassé la figure d'un Twilek qui était dans son dos, il était armé d'une matraque, l'alien tituba en arrière, il lâcha son arme au sol couvrant de ses deux mains son nez en sang, il avait foncé sur lui pensant surprendre sa proie. Mais l'homme l'avait repéré dès qu'il était sorti de la cantina, il savait qu'il avait été suivi… Mais son agresseur n'était pas venu seul... Un humain et deux Rodiens sortirent des ombres armes à la main, ils tenaient eux aussi des matraques similaires à celles qu'avait le Twilek.

L'humain adverse le siffla.

-Toi là ! J'vais t'apprendre ce qui arrive quand on cogne mon pote ! Je vais te refaire le portr…-


À peine eue-t-il le temps de finir sa phrase, qu'une vive douleur au bas du corps le saisie, son souffle se fit plus court. L'homme masqué lui avait fracturé son tibias en se servant de la matraque qu'avait laissé tombé au sol le Twi'lek, mais il ne s'arrêta pas là, il enchaîna avec un coup latéral en plein dans la tête. Le criminel eu à peine le temps de lever son arme pour parer le coup, qu'un nouveau choc le cueilli cette fois-ci au niveau de la tempe, la feinte de l'homme avait fonctionné sur le malandrin qui avait reçu un directe du gauche. C'était trop pour le truand qui esquissa lui aussi quelques pas en arrière avant de s'écrouler au sol K 0. Les deux Rodiens étaient surpris avec quelle vitesse l'homme qui semblait être au prise de l'alcool avait su réagir. La surprise fut rapidement supplantée par la montée d'Adrénaline qui poussa les deux petites frappes à charger le faux ivrogne.
Celui-ci les attendait de pied ferme, il esquissa un bond sur le côté se décalant au dernier moment. Il fut agrippé par l'un des deux balourds, mais d'une simple prise, il se dégagea de l’étreinte, assénant dans le même mouvement un coup à l'arrière du coup, le premier Rodien s'effondra au sol raid mort. Son collègue eu comme un déclic, il tourna la tête et voyait que tout autour de lui gisais les corps de ses camarades, prenant tout son courage il laissa glisser sa matraque et tenta de s'enfuir en tournant le dos à l'ennemie… Il était devenu la proie, le Rodien fut fauché aux jambes par l'Humain, une fois à terre il resut un coup de pied à l'arrière du crâne qui l’assomma net. Reprenant sa respiration l'homme masqué dégouliné de sueur sous son armure suite à l'effort.



-Clic-


C'était le bruit d'une sécurité d'un blaster qu'on venait de retirer.

-Bon… Fini de rigoler, lève les mains et poze la matraque au zol…-


Le Twi'lek venait de dégainer un pistolet blaster, son nez était fracturé et saigné abondamment, le sang épais était étalé sur une partie de son visage, un rictus cruel se dessina sur son visage.

-J'ai été payé pour te bouzculer, un peut… Mais après ze que tu as fait à moi et à mes potes, je pense que je vais y aller un peut plus fort…-


-Pew...-


Un tir de fusil blaster avait résonné, mais le tir ne venait pas du Twi'lek mais d'une silhouette qui ressemblait étrangement à l'homme qui avait subi l'attaque. Le Twi'lek avait la bouche grande ouverte, mais aucun son n'en ressortait, il regarda juste incrédule le trou rougeoyant dans sa poitrine avant de lui aussi rejoindre les corps étalés au sol.


-J'ai fait aussi vite que j'ai pu, des survivants ?-



-Deux, le rodiens et l'humain.-



-Je vois, tu sais qui les a envoyées ? -



-Négatif, mais je pense qu'on va pouvoir leur tiré les verres du nez.-



-Il va falloir se débarrasser des cadavres.-



-Il y a des compacteurs à ordures pas loin, on aura qu'a les jeter dedans.-


Les deux Specops s'attaquèrent à leurs besognes en silence, l'un saucissonnant les deux survivants, l'autre s’affairant à faire rentrer les corps dans de larges sacs. Cela ne prit que quelques instants, une fois cela fait, ils firent le tour des ruelles environnante vérifiant que personne ne les ai vu, avants de se séparer… Pourtant, et malgré leurs vigilances, la scène avait été perçu par un élément extérieur… Un œil mécanique brillait d'une lueur rouge, il zoomait sur les silhouettes des deux soldats, un léger flash puis un second… Les images avaient été enregistré dans la base de donnée de la sonde, elle aussi disparut dans la noirceur de la nuit, fonçant à toute vitesse rejoindre son propriétaire.
#35180
À bord du Justicar


Une lumière grésillait, elle éclairée dans un intervalle régulier deux chaises sur lesquelles étaient assis un homme et un Rodien. Les deux portaient un bâillon sur leurs bouches, leurs visages étant crasseux et transpirant... La peur se lisait sur leurs lèvres, elle était palpable. Une peur provoquée par l'incertitude de ce qui allait se dérouler, ces deux individus étaient il y a quelques jours de simples arpenteurs des rues de Sleheyron il survivait péniblement à travers une jungle faites de duracier et de polybéton. Ils ne savaient pas depuis combien de temps ils avaient atterri ici, le temps passé et il ressassait les derniers événements. La mauvaise idée qu'ils avaient eue d'accepter l'un de ces « fameux » jobs en or les hantais encore. Le genre de deal proposé par un vieux type encagoulé au détour d'une ruelle sombre un soir de pleine lune… Ce genre de deal qu'un homme normalement constitué refuserait forcément, le problème c'est que sur un monde gouverné par la pègre l'homme normalement constitué était un mirage. 


-Psssshh-


Le bruit d'une porte qui s'ouvrait résonna à travers la pièce, un homme portant un masque d'acier venait de pénétrer dans les lieux. Les deux prisonniers se retournèrent dans la direction de leurs geôliers, la lumière clignotante n'empêchait pas de distinguer sa silhouette, ces derniers ne purent s'empêcher de contempler l'homme qui s'avançait vers eux, son masque représentait un visage furieux une large bande rouge tranchait dans un axe vertical les deux extrémités de l'objet. Sa tenue quant à elle était dans des nuances de sombres, à la main l'homme masqué portait une valise grise. Il posa cette dernière avant de se tourner face aux deux criminelles.



-Je vais aller droit au but, vos chances de vous en sortir vivant sont très maigre…-


Les deux prisonniers commencèrent à suer à grosse goutte, et commençaient à se tortiller sur leurs chaises.

-… Néanmoins, si vous me dîtes directement le nom de votre patron vous accroissez vos chances de vivre.-


En terminant sa phrase il arracha le ballon des deux captifs, reculant d'un pas en arrière, s'adossant aux murs et croisant ses bras.

-Pitié… Ne me tuez pas… Je vous dirai tout !-


Le premier à prendre la parole était le rodien, il était pris de léger spasme, sa voix se perdait dans les aigus, et ressemblait étrangement au bruit que faisait un porc quand on l'égorgeait. L'humain quant à lui se mua dans le silence son regard se vida.

-C'est Hursir Zgir, c'est lui qui nous a demandé de vous secouer un peut… On ne voulait pas vous tuer je vous le jure, Zgir nous avais juste demander de vous effrayer un peu. -


-Pourquoi ?-


-Y a pas mal de rumeurs qui tourne autour de vous, et puis vous aviez fait pas mal de tintouin dans les cantinas et faut croire que ça a dérangé quelqu'un d'important.-


-Et ce quelqu'un d'important, c'est Hursir Zgir ?-


-C'est une belle ordure plutôt maline, mais il contrôle aucun réseau sur Sleheyron, c'est un exécutant tout comme nous. S'il nous a payé pour vous menacer c'est sans doute parce qu'un gros bonnet lui a demandé.-


-Owen Tartarus ?-


-J'en sais rien, peut être bien que c'est lui…-


Le Specoops ouvrit la petite mallette à l'intérieur se trouvait une pléthore de lames toutes de différentes tailles. Sa main saisie la poignée d'une lame de taille standard, avant de la rapprocher de la main du Rodien.

-Je ne veux pas d'informations qui brassent de l'air, je veux du concret du dur… -


-Mais, mais je vous ai dit tout ce que je savais ! Celui qui nous a engagé c'est Hursir Zgir et…-


-Et ce n'est lui aussi qu'un homme de main. Je veux savoir pour qui il bosse !-


-… J'en sais rien moi ! Tout ce que je vous dis est vrai il faut me croire !-


L'humain qui était resté silencieux depuis le début prit subitement la parole.

-Cerbère ! Hursir Zgir doit bosser pour eux… -


La lame qui s'était dangereusement rapproché de la main du Rodien s'arrêta nette.

-Cerbère ? Je n'ai jamais entendu parler de ce nom.-


-C'est un vieux réseau qui s'est implanté sur Sleheyron depuis des années, ces gars-là sont de vrais fantômes, dans la balance des forces ils ont pas beaucoup de gars armés, mais ils ne comptent pas là-dessus ils ont des agents infiltrés dans chaque grand gang de la planète et revendent leurs informations à un prix d'or. Ces gars-là roulent pour leurs propres comptes, tout le monde les détestes mais vu qu'ils sont trop utiles personne n'a jamais rien tenté de vraiment sérieux contre eux. Y en a bien eu qui ont cherché à savoir qui était le chef de tout ce bazard mais on les retrouvés toujours en petit bouts quelques semaines après leurs disparitions… -


-Il existe un moyen pour contacter Cerbère ?-


-Normalement aucun, c'est eux qui vous contacte de toute manière ils sauront si vous avez besoin de leurs services… -


-Si je vais voir ce Hursir Zgir j'ai des chances de remonter jusqu'à Cerbère ?-



-Y'a des chances, le vieux Zgir est le genre de type qui bosserait pour Cerbère mais si vous lui cherchez des noises vous risquez de finir au fond d'une cuve à fusion... -


-Ça j'en fait mon affaire. -


L'homme fit tournoyer la vibrolame entre ses doigts avant de la ranger dans sa ceinture. Il repartit en direction de la sortie, les deux prisonniers s'échangèrent un regard surpris, avant que le rodien prenne parole.

-Qu… Qu'allez-vous faire de nous ? -


-Pour le moment rien…-


Le Specops disparut, la porte quant à elle se referma sur les deux brigands. L'homme retira son masque et parti rédigé son rapport sur la situation.

Destination du message crypté → Poing de Tyr

Rapport :

Altercation avec groupes d'autochtones

Force en présence 2 Agents de Serena 8 et 5 criminelles

Bilan : 0 mort du côté de Serena 8, 3 mort et 2 prisonniers du côté des criminelles

Résumé de la situation : Ces derniers ont été envoyés pour attaquer l'un des agents de Serena 8, après l'interrogatoire des prisonniers leurs expéditeurs s'appelleraient Hursir Zgir. Le dénommé Hursir Zgir travaillerait au nom d'un groupe criminel local nommé Cerbère. Ce groupe est spécialisé dans le renseignement et semble être profondément implanté sur le monde de Sleheyron il se pourrait qu'Owen Tartarus soit en liaison avec ce groupe, l'équipe Serena 8 se chargera de retrouver Hursir Zgir afin de l'interroger. Des consignes particulières par rapport aux prisonniers (ces derniers n'ont été que des outils de Zgir et n'ont plus aucune information utile à donner) ?
La Chasseuse des Ombres

Son souffle exhala une dernière bouffée de fumée […]

Une délégation sénatoriale avait été prévue depui[…]

Président Werner L'ingénieur Retraité g[…]

Varier sa gamme

Tchouck Le vent soufflait, une fine tige en m[…]

La descente jusqu’au hangar ne fut pas de tout re[…]

La connexion sécurisée avait été établie entre le[…]

Mandalore [1/2]

Vrad écoutait la réponse de Misha attentivement[…]

Le mieux c'est que tu commences par dire où tu com[…]