L'Astre Tyran

StarWars Online Roleplay Cliquez ici pour voir l'intro...

Image

Planète volcanique d'où les sullustéens sont issues, Sullust fut l'un des Mondes fondateurs de l'Alliance Rebelle. Paradoxalement, si la planète est profondément républicaine elle choisie de ne pas rallier la Nouvelle République à la chute de l'Empire et poursuis depuis sa marche vers l'avant à la tête d'un des secteurs les plus riches du dédale de Rimma.
Gouvernement : Neutre - Petites affinités avec Nouvelle République
#36803
Dans la vie, on a toujours besoin de ce type, mais si ce type ! Ce type pour trier vos chaussettes, faire votre lessive, buter ce sale petit salopard de Jimy le rodien obése qui vous faisiez chiez durant les cours élémentaires, ou encore se faire ouvrir votre pot de cornichon. Le lien dans tout ça ? Une brutasse le fera pour vous, monnayant quelques piécettes sonnantes et trébuchantes. Alors c'est sûr que quand on est le héros de l'histoire, on doit bien déléguer de temps en temps ces petites joyeusetés peux fringantes. Mais ce qui est cocasse quand vous virez votre ancien directeur de projet de recherche, c'est quand il se fait recruter le lendemain dans la boite concurrente voisine. Rien de plus normale que de vouloir « tirez » ça au clair… Vous l'avez ? Non et bah tant pis.
Tout débute dans un petit camp grand luxe installé à la surface d'une lune, Sullon.


Haaaaarold !


Oui monsieur, un problème ?


Mon assiette-là.


Oui Monsieur ?


Elle est pleine d’œuf de Gorak ?


Cela vous pose un problème monsieur, je puis vous assurer que l'espèce est en voie d'extinction comme vous aimez, mais si vous souhaitez un autre mets n'he…


Ah non-non, moi ce que j'ai dit c'est que je mangeais la même chose que les réfugiés et vue qu’on donne pas des œufs de Gorak aux Bantahs… Enfin voilà quoi, sinon ça sonnerait vachement moins héros de ces clochards d'un coup.



Comme les réfugiés votre plat, vous êtes sur monsieur ?


Comme les réfugiées faces d'ampoules.


Harold s'approcha alors, ses deux bras mécaniques se saisissant de l'assiette de son maître avant de l'envoyer voler pour finir à faire trempette dans la boue à côté de la tente privée de Crypston.

Mais Bordel !? T'es circuits ont grillé tas de boulons, j'ai dit sert moi autre chose pas bazarde moi mon plat par-dessus bord.


Votre plat est servi monsieur, bon appétit.


Le droïde majordome repartit alors en trottinant

Et je mange quoi du co… Aaaah, oui, je vois. Depuis quant tu fais de l'hum... Et non mais tu vas ou ? Haro... ... ... Note à sois-même des choses à faire plus tard, péter la bouche à ce droïde avec le crâne de Jimy le rodien.


Le ventre de belle bouche raisonnait en fanfare, l'air dépité et après un long soupir le regard vairons du héros se tourna vers sa console d’holocommunication. D'un simple mouvement un des doigts de la prothèse de Jack ralluma l’appareil, se laissant tomber dans un épais fauteuil et arquant l’un de ses bras de manière à ce que son poing s’enfonce dans l’une de ses joues. Le jeune milliardaire observait en silence les précédents rapports de développement de la nouvelle IA de la Nostrom, apportant des modifications-là où il semblait en avoir besoin. À force de surfait sur les rapports et autres paperasses à signer virtuellement, le beau vient à observer certaines lignes de réseaux sécurisés qu’il avait ouvert dans l’Holonet, sa petite quête n’avait visiblement toujours pas été sélectionné par les tocards de la guilde des mercenaires. Le héros ajouta alors une ligne à son annonce, "paiement d'avance".


Exécuteur : Jack Crypston, directeur de la Nostrom, Secteur Corporatif

Cible : Bob Const, 54 ans, Tèlos

Recherché pour : probable tentative de recèle de propriété intellectuel

Prime : à négocier depuis un canal privé, paiement effectué d'avance

Informations additionnelles : l’individu après avoir commis une faute professionnelle grave a été licencié, ce dernier a rejoins le lendemain même une entreprise concurrente en menaçant en privée de divulguer certaines informations relatant pourtant du secret industriel et ceux malgré l’interdit laissé par son contrat.

Il sera demandé un rapport d’enquête afin de s’assurer que la cible ne cherche pas à revendre d’une manière ou d'une autre des plans appartenant à la Nostrom.
#36804
Sareth cracha son café sur le côté du vaisseau quand il vit apparaitre l'annonce du Corporatiste sur le tableau des primes du site holonet de la guilde des chasseurs de primes. Ne voulant pas se faire piquer son contrat, il appela directement son comparse Rooker avant de tapoter sa réponse sur son datapad.

- Rooker ! On a le contrat du siècle qui vient d'apparaitre ! C'est un corporatiste appelé Jack Crypston, t'en as entendu parler ?
- En général j'évite les corporatistes, c'est des gros requins... Mais lui, difficile de le manquer, ses campagnes marketing restent longtemps dans le crâne, et il sait se vendre le bougre. En gros c'est un mec qui bosse dans la vente d'arme et le high tech et qui se vend comme un good guy, il a mené des campagnes caritatives et tout le tintouin pour se faire bien voir... Donc si tu veux te le foutre dans la poche, parle lui comme si c'était un genre de super héros. C'est le numéro 2 de la vente d'armes je crois...
- Ouais je vois, je note ça ! On va tenter de négocier pour avoir enfin une armure alors !
- Ça m'arrangerait en effet, j'en ai marre de te voir risquer ta peau sans la moindre protection et un bête blaster.


Le jeune mercenaire écrit donc la réponse suivante par transmission privée comme l'avait demandé le corporatiste :

"Salutations monsieur Crypston, j'ai lu votre annonce concernant l'employé qui vous l'a mise à l'envers, je me nomme Sareth Daran et je suis mercenaire, je pense que votre demande est dans mon domaine de compétence. J'adore ce que vous faites en plus... Sans rire, la majorité des corporatistes sont vus comme des requins, ça fait du bien de voir un marketeux donner une meilleure image de son métier, donc je vous aiderai avec plaisir pour que vous deveniez le numéro 1 de cette industrie ! Si il est possible de négocier je préfèrerais avoir des armes et une armure si possible, ça me sera plus utile que des crédits, et en plus si vous me payez d'avance je pourrais plus facilement vous ramener votre gêneur. Je pourrais comprendre que vous n'ayez pas confiance, mais dites vous que si jamais je me tire avec l'armure, ma réputation dans le système corporatif est finie, et je ne peux pas me permettre de jeter des clients à la poubelle. Contactez moi si vous êtes intéressé par ma candidature, je ne suis pas très loin du secteur corporatif.
Bien cordialement, Sareth Daran."

Une fois le message écrit, Sareth prit un petit instant pour se corriger puis posta la demande, espérant être le premier arrivé, premier servi. Il ne savait pas trop si sa démarche franche allait fonctionner, mais il avait déjà plus de chance d'être retenu comparé à un autre qui prenais dix ans pour paraitre trop professionnel et qui au final écrivait quelque chose de flou et ringard. Comme dirait l'autre "Ça passe ou ça casse."
#36805
C’est marrant hein.


Le héros de l’histoire observait le sourire aux lèvres quelques pop-ups holographiques constellait la pièce.

De quoi monsieur ?


Vous rajoutez une ligne et paf tout le monde ramène son popotin.


Oh ça, j’ai déjà terminé de compiler en un rapport, nous avons reçu 10 réponses qui semblent toutes intéressées par votre annonce. J’ai classé les 9 en fonction de la réputation de chaque chasseur de prime et de vos goûts.


Jack restait silencieux quelques secondes, son regard se tourna vers la petite fente de l’entrée de son campement sur Sullon, son repas de midi toujours au sol.

9 t’as dit. Yen avez pas 10 de réponses ?


Si, cependant je ne jugeais pas la dernière suffisamment sérieuse pour vous.


Ah, ok ok, pas de problème, pas de souci, ouep ouep, c’est bien c’est bien… Mais du coup, du coup.


Oui monsieur ?


Tu jugeais selon quelles putains de critères mes goûts en matière de mercenaire.


Monsieur… Selon un organigramme basé sur vos habitudes et ma base de donnée de 250 terrabi...


Je vois… Je vois… Non mais je comprends, c’est logique, imparable même. Bon bah fille moi la dixième.


Si je puis me permettre votre esprit de contradiction pourrait se révéler dangereux dans la suite de vos affaires monsieur.


Primo quand je veux déglinguer mes employés virés ou pas je choisis personnellement mon porte-flingue, et deuzio fille moi ce putain de Datapad et va me nettoyer la boue pleine d’œufs de Gorag et je t’en foutrais du repas !


On aurait pu croire que les photorécepteurs du droïde se serrait dilapidait, enfin si la chose était possible. La machine tourna les talons un chiffon en main alors que des objets commençaient à voler dans sa direction.

Bon voyons ce fameux 10ème, Josh Cultroy… Ah ah quel nom de … Bah de tocard, et bah c’est dlà merde. Allez Refusé. Jessica Vov la neuvième, jolie ptit nom mais non pas de donzelle. Pas de droïde. J’arrive même pas à le prononcer. Je veux pas de soucis avec eux. Non. Non. Toujours pas. Ah voila c’est ça qui rime avec cul, mais du coup non. Et le premier... Sareth Daran, lui ça rime avec pan dans les dents… Bon bah lisons alors.


Les yeux de belle bouche se baladèrent sur une lettre, le contenu était assez… Peu professionnel était le mot. Vocabulaire familier check, absence de syntaxe check, demande d’une prime bien plus coûteuse que prévue originellement chèque. Mais dans ce flot de mots, le cœur du héros fondit, c'était sa première lettre de fan, enfin en quelques sortes, très certainement envoyé par un tueur d’enfants, mais un fan quand même ! Qui donc serait Jack Crypston s'il refusait ce contrat à ce type, à ce ... Sareth, quelqu’un de censé assurément, de fait très peux pour lui. Il voulait être payé en équipement et bien si le Sareth était un fan, Crypston se montra généreux, un fan de Jack ne pouvait allez que très loin dans le milieu du mercenariat ! Alors autant donnez un petit coup de pouce. Le milliardaire envoya finalement une réponse au jeune galopin. La réponse tenait en trois mots et était adjointe d’une adresse.


Deal ptit gars.


-Jack


Le « ptit gars » n’aura plus qu’à aller chercher son colis sur Tèlos, mais Crypston n’était pas non plus idiot, plusieurs mouchards était dissimulé dans l’armure achetée pour l’occasion. Si le « ptit gars » lui mettait à l’envers, il comprendrait vite ce que ça fait d’être un bandit sur la route du beau Jack.

Équipement acheté pour Sareth au compte de la Nostrom :

- 1x AV-1S Scout Armor prix 15.000 Cr

- 1x C2 projecteur de flamme de poignet prix 800 Cr

- 1x Pique de Force 500 Cr

- 1x ceinture avec générateur de bouclier personnel rechargeable dissimulé prix 1500 Cr

- 1x Fusil blaster A280 prix 1300 Cr

- 1x Manteau Assommant SVT-300 prix 1500 Cr

- 1x MM9 lanceur de rocket prix 2500 Cr

- 6x Type-12A rocket modèle anti-personnel prix 2400 Cr

- 1x Petite caisse de puce traqueuse à 2000 Cr



C’était cher, cher payait pour un inconnu, tout revenait au frais de l’entreprise sous couvert d’une fuite de l’un des cables énergétiques de l’usine numéro 9. Une dernière annotation, cependant, était adjointe au colis. Au moment ou le jeune Sareth aurait posé ses doigts sur son petit trèsor de la fête de la vie, il pourra y lire l'inscription suivante. Abandon de l’enquête sur la cible brutasse, nouvel objectif casse lui simplement le crâne, tout ça c’est histoire de bien faire comprendre que quand on me trahit ça me fou les glandes.
#36822
Comme quoi, Sareth était un débile... Mais un débile sacrément chanceux qui avait su tirer sur les cordes sensibles... C'est alors qu'il était dans sa couchette qu'il reçut le colis de Jack, et qu'il écarquilla les yeux de joie et de surprise. Cependant, pour avoir fréquenté Nar Shaddaa pendant des lustres, il savait très bien que ce genre de cadeaux étaient empoisonnés. De toute façon il comptait tenir parole, après avoir reçu son colis vinrent donc trois émotions : Le "Attends, ça a vraiment marché ?" suivi du "Je suis VRAIMENT heureux mais je sent comme une odeur de piège." terminant par le "Allons directement sur Tèlos, j'ai pas envie d'avoir d'emmerdes avec ce Jack.". Sareth s'étira un bon coup avant d'enfiler tout son équipement flambant neuf... Ça avait quand même plus de bouche que son armure en cuir de Bantha, assurément. Lui qui rêvait d'être un cowboy de l'espace, il ne lui manquait plus qu'un chapeau et le compte y était.

Image


- Ah... Enfin tu ressemble à un mercenaire et pas à un contrebandier ! Rigola Rooker.
- Mon armure en cuir avait un certain cachet et elle m'aura bien servi... Sourit Sareth avec un brin de nostalgie dans le regard. Mais au bout d'un moment, il fallait bien mettre les bouchées double... Tu connais Tèlos ?
- Pas du tout, le secteur corporatif c'est pas ma tasse de thé pour tout t'avouer.
- Eh bah... On va se débrouiller, ça peut pas être plus labyrinthique que Nar Shaddaa ou Coruscant.
- Je vais faire une ou deux recherches sur l'holonet si tu veux. Rooker quitte la pièce et active l'ordinateur du vaisseau pour faire ses recherches.

Pendant que le Corellien faisait ses recherches, le chasseur de primes commença à se dégourdir les pattes avec son armure... Elle était très légère malgré les matériaux qui la composaient ! Le fusil blaster quand à lui était très lourd, Sareth sentait que ce qu'il allait toucher avec un seul de ses tirs allait sans nul doute faire très mal. Il installa le lance flamme à son poignet gauche et le lance roquette à son poignet droit. Ce genre d'équipement, il en rêvait depuis des temps immémoriaux... Depuis que son père lui avait raconté la légende de Boba Fett, en réalité... Et oui, chacun ses héros d'enfance, pour certains c'était Luke ou Han Solo, pour Sareth c'était Boba et son père Jango. Ensuite venait la pique de force... Une arme vraiment pratique bien que son apparence fasse plus penser à une matraque qu'à une lame. Enfin, les deux gadgets qui allaient sans doute lui sauver la mise plus d'une fois : Le manteau assommant et le champ de force à la ceinture. Le manteau en plus d'être magnifique était une arme sournoise et extrêmement pratique ! Quand au champ de force, ça allait se prouver utile dans tout un tas de situations.... R1-P3 traversa la pièce et admira le nouvel équipement de son maître.

- Bip bip boup ! Biiiiip ! Bibibibip ! Exclama le droïde, tout joyeux.
- T'as vu ça ? Plus qu'un chapeau et je peux exaucer un rêve de gosse !
- Bip bip boup ! Rappela Rippley et rentrant gentiment dans la jambe de Sareth.
- Oh c'est bon, si j'ai même plus le droit à mes instants de faiblesse...
- Telos IV est une planète au climat assez aride... Les choses importantes à savoir dessus sont simplement qu'une bataille très ancienne a détruit une partie de la planète et qu'il y a eu des reconstructions... Mais ça remonte à très longtemps, et maintenant la planète est bien plus calme.
- Je vois... Bon, cap sur Telos IV alors ! Clama Sareth, plutôt enthousiaste.

Le Wings of Liberty démarra avant de se diriger vers Telos IV, son équipage prêt à en découdre avec l'espion industriel, tentant de se poser le plus proche possible de la position de ce dernier pour gagner du temps. Sareth se disait que ça devrait être simple, mais comme toujours, se méfiait des éventuelles surprises qui pouvaient lui tomber dessus, après tout ça ne serait pas la première fois qu'une mission d'apparence anodine se révèlait être bien plus dangereuse qu'il ne le paraissait au premier abord.

Image
#37217
Enfin posé sur la partie urbaine de Telos IV... Ces planètes du secteur corporatif se ressemblaient un peu toutes, mais force était de constater qu'elles étaient très joliment éclairées... On ne voyait que ça. Des hologrammes et des lumières partout. Le genre de décors qui sert à donner une bonne image de ce secteur. Malgré les doutes que ressentait Sareth concernait les corporatistes, il se devait d'admettre que leur mode de pensée et de société était le plus intéressant, celui qui se rapprochait le plus de l'idéal méritocrate que le jeune homme défendait cœur et âme. Cependant, l'heure n'était pas à la philosophie, en effet, Sareth devait trouver l'appartement du triste cire que Jack voulait voire tabassé, et vu la taille de la ville, même avec une adresse, ça allait être long... Et surtout, cet employé devait sans doute être gardé et surveillé, foncer directement dans le tas le conduirait sans doute à de gros problèmes juridiques, ce dont il n'avait pas envie. Il y avait un point positif dans toute cette histoire : L'endroit était parfait pour s'entraîner à utiliser les répulseurs anti gravité de l'armure offerte par Jack !

Image


Après s'être posé dans un spatioport, Sareth sortit du vaisseau... Il se sentait comme à l'époque où son paternel lui prêtait son armure pour essayer le jetpack, un rite appelé l'Envol du Phénix chez les Mandaloriens... Il se débrouillait plutôt bien à l'époque, malgré tout cela valait le coup de s'entraîner à nouveau. Après être sorti du spatioport, il regarda son datapad. Sa cible habitait à 2 ou 3 kilomètres... Ça valait le coup de tester le dispositif anti gravité ! Il claqua ses bottes l'une contre l'autre, ces dernières propulsèrent le Mandalorien en hauteur, ensuite, il devait juste moduler la position de ses jambes et leur écartement pour déterminer la puissance de propulsion : Les jambes tendues faisaient aller très vite, fléchir les jambes ralentissait la cadence. Ça, c'était dans la théorie, car dans la pratique le jeune homme manqua de se cogner contre le mur du spatioport mais redressa in extremis ses jambes dans la bonne direction ! Rassuré, Sareth commençait à reprendre l'habitude de voler... Mais prit peur en voyant qu'un air speeder allait croiser sa route ! Il se décala sur la droite, esquivant de peu le véhicule. Il continua de se rapprocher de la bonne adresse, zigzaguant entre les immeubles et les air speeder tout en reprenant peu à peu le contrôle de son armure. Il n'y avait pas à dire, cette armure était vraiment très pratique à bien des égards, il n'y aurait plus qu'à couler le Beskar par dessus et ça ferait une splendide Beskar'Gam bien plus efficace que les modèles classiques ! Le jeune homme se sentait libre comme le vent... Comme un enfant à qui on aurait offert un nouveau jouet. Après quelques minutes de pirouettes et de galipettes dans les airs, il atterrit à pieds joints sur le toit de l'immeuble de la cible avant de claquer ses bottes l'une contre l'autre pour désactiver le module anti gravité de son armure... Bon, si on excluait que le jeune avait frôlé par deux fois la catastrophe, il n'avait pas trop perdu de ses réflexes ! Il ne restait plus qu'à descendre par les escaliers et frapper à la bonne porte. Mais avant ça, il tira un coup de blaster sur le compteur électrique pour couper le courant et s'assurer qu'aucune caméra de surveillance ne le filmerait une fois à l'intérieur. Après avoir descendu quelques étages, en ayant pu remarquer que l'immeuble était très chic, il arriva devant la porte du dénommé "Bob Const". Il toqua aimablement à la porte... Et ce fut un homme un peu grassouillet au teint blafard et aux cheveux gris qui lui ouvrit la porte, il était en costard mais avait retiré sa cravate et semblait plutôt détendu.

- Bob Const c'est bien ça ?
- Heu... Oui c'est bien moi, que puis-je pour vous ?
- Vous permettez que je rentre ? Demanda Sareth en levant son pistolet blaster vers le Rodien
- Que-
- Chuuuuuuut, chuchota le jeune homme en approchant le pistolet de la tempe du Rodien, pas un bruit, ferme la porte en silence et je te promet que ça se terminera en douceur, et pas la douceur de la mort, la vraie douceur.
- O... Okay... L'homme laissa Sareth rentrer avant de fermer la porte derrière lui.


Image


Un très bel appartement, Jimy semblait avoir déménagé il n'y a pas longtemps au vu des nombreux cartons et autres notices de montage pour ses meubles attachées aux fenêtres... Sareth se mit assis sur la chaise en face du canapé et indiqua à sa cible de s'asseoir sur le canapé. Le jeune mercenaire remarqua un bâton de la mort sur la table

- Vous savez qui je suis ? Nous avons un ami en commun je crois, Jack Crypston, vous vous souvenez bien de monsieur Jack Cryptson ? Votre ancien patron !
- ...
- Bob, vous n'oubliez pas votre ancien patron, monsieur Jack Crypston, n'est-ce pas ?
- Non... Non je l'oublie pas...
- A la bonne heure !


Un léger silence plana dans la pièce.

- Laissez moi deviner, je vous ai interrompu alors que vous alliez vous enfiler ce bâton de la mort... C'est le danger de passer sans prévenir, veuillez me pardonner.
- Pourquoi vous êtes là... ?
- Il paraitrait que vous vous êtes fait virer de chez monsieur Cryptson pour faute grave avant de faire du chantage à ce même monsieur Crypston, ce n'est pas très malin ça dites moi.
- Qu... Quoi ?!
- Monsieur Jack Crypston, de quoi a-t-il l'air ?
- Quoi ?!


Sareth dégagea la table basse d'un coup de pied avant de crier sur son interlocuteur.

- De quel pays tu sors ?!
- Quoi ?!
- Quoi, c'est ton pays ça "Quoi" ?! Fais un effort, ils parlent quelle langue à "Quoi" ?!
- Qu.. Quoi ?!
- La langue bougre de fiotte ! Est-ce que tu comprends ce que je dis ?
- Ou... Oui !
- Alors tu comprends ce que je dis ! Décris moi Jack Crypston ! De quoi il a l'air ?
- Qu-
- DIS "QUOI" ENCORE UNE FOIS, cria Sareth en pointant son pistolet vers la tête de l'ex employé, DIS LE ENCORE UNE FOIS, ALLEZ VAS Y RÉPÈTE LE, JE TE METS AU DÉFI DE DIRE "QUOI" UNE FOIS DE PLUS, ALLEZ DIS LE POUR VOIR !!!
- Jack Crypst-
- Je t'écoute.
- Il est plutôt grand, blanc et il...
- Et est-ce qu'il a l'air d'être une fiotte ?
- Quoi ?


Agacé, le mercenaire lui colla une droite monumentale qui fit tomber Bob Const sur le côté du canapé.

- Je t'avais prévenu. Est-ce qu'il a l'air d'être une fiotte !
- NOOOON !
- Alors pourquoi est-ce que t'as essayé de le baiser quand même Bob ?
- J'ai pas essayé ! Il vous a menti j'en suis sûr ! Il sait faire que ça ce menteur !!!
- Que... Attends t'as titillé mon intérêt, explique toi.
- J'ai démissionné parce que ce type est un malade ! Je me suis pas fait virer pour faute grave ou je sais pas quoi ! Vous devez me croire !
- Ah merde... Je sais pas si tu dis ça sur le coup de la panique mais si c'est le cas ça m'emmerde... Heu... Le truc c'est que je suis sensé te casser la bouche pour toucher ma prime... Heu...


Sareth prit un court instant pour réfléchir... Il n'aimait pas du tout cogner les innocents, non pas qu'il se l'interdisait moralement, mais il ne se sentait juste pas bien à l'idée de frapper des gens qui n'avaient rien demandé...

- Bon... Heu... Je suis désolé mais je crois que si je vous casse pas la bouche, je risque de me faire poursuivre par des droïdes assassins, donc je vais être obligé de m'en tenir au plan de base...
- Mais c'est nul comme plan !
- JE SUIS PAS D'HUMEUR, FAIS CE QUE JE TE DIS SANS FAIRE D'HISTOIRE !
- Mais c'est-


Injuste, oui. Mais la galaxie était injuste, et puis jusqu'ici Sareth avait accumulé beaucoup de karma positif, il fallait bien un peu de négatif pour contraster son ardoise... Du moins, c'est ce qu'il se disait histoire d'éviter que ça lui pose des problèmes pour dormir cettenuit. Après une bonne correction dont nous passerons les détails pour éviter de choquer toutes les sensibilités, Sareth finit par laisser Bob en piteux état, mais vivant, sur son canapé, le jeune homme ignorait combien de crac il avait entendu mais sans doute beaucoup. Il avait pris une photo comme preuve, mais se trouvait dégouttant à l'idée d'avoir pris ça en photo, dès qu'il l'aurait montré, il la supprimerait de son datapad. Il quitta l'immeuble par le toit, n'ayant laissé aucune trace autre que des hématomes sur beaucoup d'endroit du corps de Bob. Avant de partir il remarqua que des speeder de secours étaient déjà en bas de l'immeuble pour chercher Bob... Visiblement il a pu appeler les urgences par datapad. Étant donné qu'il était masqué et qu'aucune caméra de surveillance n'avait pu le filmer (Le courant était coupé), ça allait être impossible de le pister, en toute logique. Et puis vu la correction qu'il s'est pris, Bob ne voulait sans doute pas recroiser quelqu'un en rapport avec Jack de sa vie. Une fois en haut du toit, il activa son module anti gravité et s'envola en direction du siège social de la Nostrom situé lui aussi sur Telos IV... Après avoir nettoyé le sang sur son armure, il entra par l'entrée principale et fut accueilli par une réceptionniste amicale.

- Bienvenue à la Nostrom Company, que puis-je pour vous monsieur ?
- Bonsoir mademoiselle... J'ai reçu un contrat de mercenariat venant de monsieur Jack Crypston et je viens de terminer à l'instant le travail demandé, preuves à l'appui, puis-je savoir la procédure à suivre pour être rémunéré ?
#37369
Telos IV un ancien désert aride vitrifié il y a des temps immémoriaux. Désormais la flore a retrouvé ses droits mais sa renaissance c’est fait au prix d’un accord, un pacte avec un mauvais diable, un diable aux nombreux noms, palets, cortex, plaquettes de crédits… l’argent. Un argent injecté par les entreprises les plus turbulentes de cette galaxie qui ont fait pouss, à la surface d’un monde reconstruit par leurs soins d’immense superstructure métallique, un enfer de ferraille ou la nuit ne tombe jamais vraiment. Le siège de la Nostrom est éloigné des principales mégalopoles, se trouvant sur des terrains défrichés il y a quelques siècles à peines et ou les dernières radiations avait enfin diminué. Mais l’entreprise avait laissé sa marque sur ces parcelles anciennement inconstructible, la nature à peine retrouvé avait déjà été piétiné pollué par les émanations produit par d’immenses fourneaux et autres pipelines déversant toutes sortes de produits chimique dans les fleuves de la région, place au progrès.

Une ville industriel construit par les soins d’une jeune méga-corporation, la nouvelle cité restaient liées aux restes de la planète par un flux continu de transport emportant des matières premières et autres produits de première nécessité. Le gloubiboulga de bâtiment avait poussé à mi chemin entre une sorte de savane et une immense plaine aux herbes violettes et vertes pales. Les bâtiments étaient rectangulaire, triangulaire, circulaire et en toute autre forme finissant par -aire, l’honneur était au gris métallique, au noir et au blanc. Les baraquements des employés eux variaient d'un amas de matériaux recyclés à de petites tours avec appartements et piscine intérieur plaqué or. L’ensemble couvert par des néons colorés positionnés un peu partout ajoutant quelques gouttes de couleur dans cette peinture métallique

Image


Les districts se ressemblaient, à l’exception de la couleur des bandes frappant les bâtiments les plus importants, une bande jaune pour les fonderies droïdes, une bande verte pour les instituts de recherche et une bande rouge pour les centres administratifs.

***


Un petit oiseau de métal aux formes humanoïdes survolait la ‘‘ville’’ de la Nostrom, de là on pouvait apercevoir le sol grouillait de vies, ou plutôt de non vies, des droïdes de tout genres et de toutes sortes avec quelques rares sacs à viandes vacant tous à leurs obligations. À Sareth ou ne tient point rigueur de survolé une zone privé, le service de sécurité ayant été averti du retour de mission d’un mercenaire rentant à vol d’oiseau et sans vaisseau. Pour le dernier petit malin à avoir voulu franchir sans autorisation la propriété privé de la Nostrom en la survolant pour prendre quelques clichés malencontreux le curieux avait fait la curieuse découverte de la présence de poste de DCA armé de missile balistique chargé au barodium. Le procès pour l’aliénation des biens du défunt pour rembourser son outrage était encore en cours.

Deux pieds métalliques frappèrent une plateforme en polybéton, en face de la figure de fer une flèche d’acier suspendu sur un pont, une tour d’une bonne cinquantaine d’étage de haut et de bas, trônant fièrement sur la tour le gigantesque logo de la Nostrom Company dessiné en néon blanc.

Après avoir traversé quelques portes automatiques et couloirs circulaire gris et blanc tacheté de tableaux récapitulant l’historique des faits d’armes du président Crypston ; un comptoir immaculé incrusté en son sein d’un terminal aux courbes raffinées. Un terminal manipulait par une toute aussi charmante secrétaire pourvue d’une longue robe blanche coupé jusqu’au niveau de la cuisse. La chevelure rousse tressé, les lèvres redessinait par un rouge à lèvre rubis, deux yeux verts éclatants et papillonnant à la vu du visiteur.

Un contrat de merce- … Je vais voir ce que j’ai à ce sujet.


De petit doigts pianotèrent quelques instants les touches, d’un épais clavier en polycarbone, avant de cesser de se mouvoir.

Monsieur Daran c’est cela ? Monsieur le président a laissé des consignes très strictes quant à votre rémunération.


À ces mots, un petit projecteur jaillit du comptoir avant d’émettre le champ bleuté caractéristiques des hologrammes. Au départ l’image n’était qu’une bouillie informe de pixel bleu qui commença petit à petit à prendre forme avant de refléter l’image du couloir d’un vaisseau et d’un droïde accourant dans une direction.

Monsieur un appel important pour vous.


Je suis un tout petit peu occupé là…


Des tirs et des cris raisonnaient distinctement.

Allez les enfants on casse la bouche à ces fumiers d’esclavagistes ! Mais surtout on évite de tuer la marchandise c’est eux qu’on est venu libérer et ça fait moins beau sur la photos de fin. OUUUUAH… Oh bord- - - ….


Une explosion retentit, la communication se coupa quelques secondes avant de reprendre, le droïde et le couloir étaient toujours là, quoique le couloir se voyait garnir d’une main tremblotante d’un individu sur le bord du cadre affiché par la transmission. Mais apparaissait au milieu de l’écran un jeune homme aux yeux verrons, prothèse aux bras, blaster au poing, blaser sur les épaules et un sourire tapageur aux lèvres.

Salut petite tête, moi c’est Crypston, Jack Crypston mais toi tu peux m’appeler Jack ma caille. Alors comment c’est passé ce petit tabassage ? Sympa comme mise en bouche pas vrais, Bob alias Face de cake était un sacré tocard même pas foutu de me fournir un rapport dans les temps alors qu’il était en charge de ma division de recherche. Bref avec une bonne raclée je crois qu’il a comprit qu’il avait intérêt à rien baver. Enfin …


Le bel étalon tendit son blaster en direction de la main tremblotante qui étrangement cherchait à se rapprocher du playboy. L’embout du blaster de Jack crachota des projectiles violet qui mirent au tapis le bougre pour un sacré bout de temps.

Faudrait peut être penser à ta prime … bah t’as qu’à me balancer un chiffre entre 1 et 9….


Une fois que Sareth aurait donné son chiffre fétiche Jack reprit.

Et tu me multiplie ça par dix-mille … Bon ce boulot-ci c’était barbant, une petite mise en bouche quoi, un peu plus d’action ça tenterait pas mon nouveau mercenaire favoris ? Même formule que pour cette mission mais avec un petit extra pour les crédits, le boulot est un peu plus corsé. Un salopard qui m’a chipé quelques millions de crédits et des données que j’aimerais récupérer, le genre d’histoire qui me fout les glandes. Refroidit ce gus, rapporte moi mon pognon et l’ensemble des données qu’il possède et tu pourras garder 10% de la somme totale des valises. Le ptit merdeux qui m’a fait le coup s’appelle Chaz, Chaz Hicox. Alors … partant ptit gars ?
#37370
Sareth ne put s'empêcher de sourire derrière son casque en voyant les nombreux hauts faits du président... De toute évidence ce type s'aimait beaucoup, on pouvait même oser dire qu'il s'adorait, pour ne pas dire autre chose. Notre jeune Mandalorien s'était fait un bien étrange allié, mais il payait bien et dégageait un aura... Sympathique, quoi qu'un peu égocentrique. Eeeeeet... Encore une rousse, une secrétaire cette fois, Sareth avait toujours eu un faible pour les rousses, même si récemment, il avait fait une bien triste expérience au BSI qui lui avait appris à se méfier de ces charmantes créatures. Il l'écouta parler avec une certaine candeur dans le regard, habilement dissimulée par son casque, et admirait ses courbes racées avant de se reconcentrer sur Jack lorsque ce dernier apparut sur l'holo communication. Visiblement il était en plein travail... Et n'avait pas peur de se salir les mains, c'était à coup sûr pour se vanter, mais Sareth respectait cela, peu de gratte papier oseraient se battre.

- Eh bien eh bien, quelle classe ! Monsieur Crypston, un plaisir d'enfin vous rencontrer, navré pour la qualité du CV, si nous venons à retravailler ensemble je veillerais à ce que cela soit mieux écrit, ricana-t-il, Jack lui parla alors de sa cible, Face de Portefeuille. En effet, ce Bob n'était pas vraiment un adversaire loquace... Il a réussi à appeler les secours cela dit... A l'heure où je vous parle il doit être à l'hosto, j'ai pas compté le nombre de crac mais je pense qu'il va avoir du mal à s'en relever, ça vous laissera le temps de vous rendre à son chevet je pense. Il observa Jack tuer son adversaire qui semblait lui demander grâce, Crypston faisait preuve d'un sang froid exceptionnel, c'en était presque effrayant. Faites attention monsieur, vous avez de l'hémoglobine sur la joue droite, expliqua-t-il en touchant sur sa joue l'endroit exact où le sang se trouvait.


Ensuite, Jack lui demanda un chiffre entre 1 et 9... Une question assez osée, Sareth décida de ne pas tricher et proposa 7, son chiffre porte bonheur, et il s'avéra que c'était la somme en crédits multipliée par 10 000... Visiblement, ce type avait du fric à jeter par la fenêtre. Cela dit, notre jeune chasseur de primes n'allait pas s'en plaindre, et en plus, Jack avait une nouvelle mission pour lui. Un type qui lui devait encore du fric... Ce cher Jack avait beaucoup d'ennemis ! Une occasion parfaite pour se faire du blé, en somme.

- Je suis toujours partant pour plus d'action monsieur ! Chaz Hicox... Ça me dit vaguement quelque chose, en tous les cas je me ferai un plaisir de vous le ramener, chaud ou froid, à votre convenance. Une idée d'où je peux le trouver ?


Sareth se craqua la nuque et attendit la réponse de son patron, en guettant de temps à autre la secrétaire, profitant toujours de porter un casque pour l'admirer sans que cette dernière ne remarque l'air candide qui animait son visage. Il devait forcément y avoir un piège cela dit... Il croisa donc les bras et reconcentra son regard sur son interlocuteur, toujours aussi classieux.
#37371
… C’était à ça que ça ressemblait un mandalorien… c’est … trop cool ! …

Le mandalorien apparaissait dans le creux de la main du milliardaire, portant l’armure complète fourni par la Notrom. Le guerrier avait fier allure avec son long manteau, son casque et son fusil dans le dos, un véritable héros tout droit sorti des meilleurs spacetern holofim.

Allons, allons je le sais bien que j’ai la classe m’enfin trêve de branlette d’ego. Je m’occuperai de rendre visite bouquet de fleurs et petit cadeau en main, pour dire coucou à ce sacré Bob, je suis pas ingrat non plus.


… Le sacré Bob était allergique à quoi déjà… Aux arachides non ? ...

De l’hémo- … Ah que ** mettant sa prothèse au visage** ah non-non ça c’est de l’huile avec une odeur de… oui c’est… de… de la déjection humaine … Oh fait chiiiiééé, pouah c’est vraiment … dégueux.


Alors que Jack gesticulait pour se débarrasser de la crasse, l’œil électronique de Crypston verrouilla la visière du mando qui semblait légèrement s’abaisser sur la main crépitant au sol. La mauvaise pub ça venait des quiproquo et Jack souhaitait éviter les quiproquos alors le playboy enchaîna.

Non-non mais ce sont pas des balles létales, c’est du paralysant je tue pas, ou en tous cas j’évite quand je peux parce que je suis un chic type.


Se sentant obligé de l’illustrer Jack braqua son arme sur son droïde majordome.

Ça ne fait même pas mal, regarde.


Monsieur l’usage d’arme à ion est nocif pour mon intégri-…


Piou. Un corps de métal retomba avec fracas.

Ça sert même pour étendre les appareils ménagés. Parfaitement inoffensif et fais main ! Pas vrais que ça fait pas mal ? … ** demanda Jack au pirate à la tête raclant le sol** Mouais … jamais trop causant ces bandits.


Jack laissa Sareth s’exprimer, le mercenaire semblait être d’accord, bonne nouvelle, un mandalorien c’était toujours bien d’avoir ça sous la main en cas de coup dur enfin surtout pour en donner des coups durs, mais à la fabrique d’en face si possible.

Heureux de vous savoir partant ma brutasse ! Pour ce qui est de retrouver ce salaud de Chaz il sera difficile à trouver pour lui mettre le grappin t’auras besoin de, Pfff… attend bouge pas… Pttrrr… Bon …


Alors que le milliardaire semblait essayer de siffler désespérément avec deux doigts puis quatre, Crypston le visage dépité termina par appuyer sur le clavier de sa prothèse qui se mit à émettre un splendide sifflement.

Dis bonjour à … Fido !


Étrangement la moue surpris de la secrétaire doublé de sa prise de poudre d’escampette quand son patron prononça le nom de… Fido était pas le genre de petites choses pour mettre en confiance son locuteur. Remuant étrangement vite son popotin pour quelqu’un portant des talons aiguilles, il se passa quelques secondes pendant lesquelles régnaient un silence étrange, on entendit claquer la porte de sortie puis… un verre d’eau laissé sur le comptoir se mit à vibrer, avant de se renverser. Le sol trembla à son tour, puis les murs et enfin…

Crac.


Un capharnaüm à rendre sourd un sourd, un pan entier de mur en duracier s’envola à la droite du mercenaire, le bloc de duracier s’écrasant avec toujours plus de bruit sur une baie vitré. S’engouffrant dans la brèche alors qu’un nuage de poussière retombait sur une masse énorme. Quatre pattes arquées serties de griffes acérés tremblotant en des spasmes réguliers faisant grincer le sol. Un corps large comme deux landspeeders mis bout à bout le dos rond, une bouche hérissée de dents de croc gris brillant une bête sans regard. L’horreur était mécanique 4m50 de haut, 5m de long une parodie de canidé, un petit cerbère qui s’était perdu à la surface.



Lui c’est Fido, un gentil chien avec un canon laser de TB-TT dans le gosier, il peut vous éviscérer un TR-TT d’un seul bond, allez dans l’eau, dans le feu, l’espace se prendre une décharge d’E-Web sans chanceler et vous dégommer tout ce qui ressemble de prêt ou de loin à un mur ou une porte, il n’a besoin que d’un peu d’amour et d’un générateur de deux-cent cinquante six milles gigawatt fourni dans le kit ….
Dis bonjour Fido.


BRRRRRHHHHMMM.


Le bruit poussé par la chose robotique était un son similaire à celui émit par les larges bâtiments de croisière flottant sur les eaux, un beuglement -d’outre-mer grave et assourdissant.

Fido te dit bonjour.


Jack braqua son pouce vers le haut dans un grand sourire.

Il est gros, mais en virant quelques caisses à bord d’un vaisseau, il prendra la place d’un seul passager. Je vous donnerai de quoi l’alimenter pendant un certain temps, c’est mon petit cadeau à moi ptit gars pour cette mission. Ce bout de métal est bardé de capteurs en tout genre rien ne lui échappe.
Pour notre cible j’ai pas eu de nouvelle depuis un bout de temps et j’ai pas le temps d’envoyer trop de mes ressources coursait ce petit con, j’ai l’ID de son vaisseau et de notre bonhomme la dernière fois que je l’ai vu il se baladait dans les bidonvilles de Tèlos à la recherche d’un petit génie du slicing qui sait bien comment fonctionne l’OMM. Réussissez et vous aurez tellement de pognon à claquer que vous vous étoufferez de caviars et de champagnes sur les plages de Zeltros.

#37372
C'était un immense effort que de retenir ses rires face à un patron aussi... Maladroit. Amusant que dans une galaxie où des gens meurent toutes les secondes, ce type qui était le président d'une entreprise fabricante d'armes et de droïdes de combat se sente obligé de prouver qu'il n'a tué personne. Jack tenait vraiment à entretenir son image de héros intergalactique... C'était important pour son marketing, mais il était aisé de deviner que même en tant que personne, Crypston avait besoin de se sentir héroïque. Rapidement, Jack revint sur le sujet principal, celui de sa cible, Chaz, et ce dernier lui indiquait qu'il aurait besoin de quelque chose. Après une ou deux minutes de galère pour siffler correctement, il réussit à appeler "Fido"... Un chien ? Oui, mais pas exactement. Le chien faisait en effet 4 mètres 50 de haut pour 5 mètres de long, un très beau bébé. Ce dernier arriva en fracassant une porte de métal, provoquant un boucan pas possible et faisant fuir la secrétaire aux jolies fesses, dommage, il l'inviterait à boire un coup une autre fois, pour l'heure, Sareth éclata de rire en voyant "Fido".

- Ah ah ah ah ah aaaah ! Par la barbe du capitaine Rex, ça c'est du chien ! Fais le beau Fido ! Fido se leva légèrement en montrant ses pattes avant de se reposer au sol. Good boy... Couché ! Fido s'étendit sur le sol, permettant à son nouveau maître de grimper dessus. Ça me rappelle les Droïdes Basilisk dont me parlait mon père... Sareth caressa la tête du droïde. Ah, et en parlant de ça, Rex ça serait un meilleur nom pour cette brave bête, vous ne pensez pas ?


Sareth descendit du droïde et lui demanda de s'asseoir puis retourna devant l'holo communicateur.

- Enfin bref, revenons à nos affaires... Si je comprends bien je devrais fouiller les bidonvilles de Telos pour retrouver ses traces ou celles du slicer qu'il veut engager... C'est retenu, je vous ramènerai ce type mort ou vif avec ce qu'il vous a volé, soyez en sûr. Je ne suis pas vraiment familier avec Telos IV je dois bien l'admettre, un truc à savoir en particulier sur les bidonvilles de Telos ? A part que c'est dégueulasse et que ça empeste bien sûr.
#37374
Rex ça rime avec… Fedex, comme la célèbre corpo qui a tenté un attentat au colis piégé contre l’exo, c’est con que la navette soit arrivée en retard, enfin con non pas que je souhaite la mort du dirigeant suprême m’enfin c’était pas des lumières ceux qui ont fomentés ça et puis ça manqué sérieusement de panache.


Mons...sieur.


Oh Harold enfin debout tire-au-flanc.


Le droïde se releva alors que ses articulations métalliques grinçaient bruyamment.

Je vous conseille de reculer monsieur nos unités de sécurités se sont dispersés pour attraper les fuyards mais un groupe d’esclavagiste a réussi à contourner et est revenu capturer les Sullustéens.


Reculer Ahaha. **un tir frôla le crâne du héros** Hum d'un côté la mort c'es... Non bon je ferais juste gaffe de pas me faire raccourcir ce joie minois. Raaaaah, ou sont les gardiens quand on a en a besoin…. Bon ma caille pour ce qui est de notre affaire les bidons villes pour y avoir vécu un certain temps dans ma prime jeunesse…


Image


... la prime jeunesse, les bas fonds ... souvenirs ... souvenirs ...


… C’est pas tant que l’endroit est mal propre, cherches pas tu y trouveras pas de déchet qui soit pas dans les égouts, ce sont les chemises grises à qui il faut faire gaffe. Des zinzins de la gâchette qui ont tous les droits pour traquer la vermine criminelle et le consommateur qui finit sur son chemin. De sacré salopard sans tact à éviter de titiller si on veut pas finir avec un marshall au dersh et une prime avec plus de zéro que tu ne pourra jamais l'imaginer. Si tu veux trouver du monde c’est la nuit dans les égouts en fouillant un peu tu pourras trouver un passeur qui te guidera vers les dessous de cantina, si t’as un peu de chance tu tomberas sur les bonnes personnes dans le cas contraire les coupes jarrets de Tèlos sont du genre féroce.


Boom.


Une explosion retentit, Crypston dégaina son blaster dans une direction du couloir rapidement rejoint par quelques droïdes de guerre massifs. Le milliardaire passa un cran de sûreté, cette fois-ci les projectiles crachés par le canon étaient doré et semblaient bien plus mortelles que les précédents. Le playboy avançaient en direction des tirs et des cris.

Bon petite tête on se rappelle dès que tu auras du neuf, allez Ciao Ciaooooo !

"Jolie atterrisssssssage, Mando." Un […]

Un Hutt et des Jeux...

"Ha ha ha" Ce petit Sith avait osé […]