L'Astre Tyran

StarWars Online Roleplay Cliquez ici pour voir l'intro...

Image

Avatar de l’utilisateur
By Hayley Curwee
#37115
    La part de l’Autre



22:53, heure locale
Iridonia - Quelque part dans le désert


CRX - Broken Bones


Le soleil commençait seulement à se coucher, lentement suivi par les deux lunes d’Iridonia. Au loin, malgré l’ardeur des rayons que dardait l’astre couchant, se révélait des couleurs chatoyantes allant d’un bleu nuit à un rouge cramoisie qui donnait une étrange impression à Hayley, comme si elle était le personnage principal de quelques peintures fauvistes. Quittant l’As de Pique II, elle posa les pieds sur la terre craquelée et aride de la colline qui surplombait l’endroit des coordonnées qu’elle avait obtenu des Enfants de Secundus Ando. Un nuage de poussière s’était formé, ondulant doucement entre les jambes d’Hayley, glissant tel un ver des sables pour plonger de nouveau dans la poussière. La Jedi, vêtue d’un débardeur, d’un jean et de ses bottes avait agrémentée sa tenue d’un foulard pour se protéger du vent qui charriait poussière et grains de sables. S’avançant au bord de la colline, son regard se perdit en contrebas, à la rencontre de l’endroit qu’elle était venue chercher, là où tout avait commencé pour les Harpies. Rien de reluisant vu d’ici, seulement un bâtiment abandonné aux couleurs noircies, sûrement par la faute du soleil d’ici. C’est du moins ce qu’elle pensait. S’assurant que son vaisseau était verrouillé et après avoir enfilée sa ceinture utilitaire Jedi, elle quitta les lieux, abandonnant son nexu, Harlon, dans le cockpit.

Elle commença son long chemin vers le temple noir, tandis que lentement mais sûrement, le soleil déclinait, projetant d’immenses ombres sur son passage et la poussant à réfléchir à ce qu’elle trouverait sur place. C’était ici que tout convergeait, ici qu’elle avait identifié un point clé du passé grâce à la Force, ici que quelque chose avait été provoqué qui continuait encore aujourd’hui. Les réponses étaient enfin à portée de mains, du moins le pensait-elle. Ces ténèbres qui peu à peu prenaient le pas sur la lumière, était-ce un présage de ce qu’elle était censée trouver ici ? Devait-elle avoir la moindre inquiétude ? Face à ses doutes, elle se stoppa net à mi-chemin de son but, seule dans le désert aride balayé par la poussière. Elle se mit à genoux, fermant les yeux et entonnant l’ancienne litanie des Whills :

    - Je fais corps avec la Force et la Force fait corps avec moi.

Elle se purgeait petit à petit de ses peurs et de ses doutes, laissant la Force l’envahir et l’illuminer de l’intérieur, réduisant à néant toute inquiétude. Elle resta là bien quelques minutes de plus, le temps pour elle de profiter de cet apaisement tandis qu’enfin, le soleil se couchait, laissant place aux deux lunes d’Iridonia. Elle quitta sa position, rouvrant les yeux tout en expirant un long soupir, son regard se perdant sur le temple noir qui se dressait face à elle, encore à une bonne dizaine de minutes de marche.

Alors qu’elle arrivait enfin aux abords de l’endroit, quelque chose de dérangeant sembla s’imposer à elle, un froid bien plus perçant que ce qu’elle avait ressenti jusqu’ici depuis la tombée de la nuit. Elle grimaça, mais se rendit compte que ce qu’elle avait anticipée était bien réelle : l’endroit était un ancien temple Sith et le Côté Obscur y résidait encore, elle avait déjà rencontré un lieu similairement atteint par le Côté Obscur, l’ancien manoir de Sora Bulq sur la lune de Ruul, elle savait donc à quoi s’attendre bien qu’elle se doutât qu’entre l’ancienne demeure d’un Jedi Noir et un temple ayant accueilli nombre de Sith, une différence serait palpable, différence qu’elle se devait d’être prête à affronter. A présent qu’elle se trouvait non loin de l’encadrement des hautes portes, elle se rendit compte que la couleur n’était pas tant le fait du mauvais goût des Sith pour le monochrome que le résultat d’un incendie ayant brûlé tout le bâtiment. Ce qui déclencha une première série de question dans le cerveau de la Jedi : Depuis quand ? Qui ? Pourquoi ? Cela venait-il des Harpies ?

    - Que peut bien nous dissimuler le Côté Obscur, hein ? Nous tâcherons de le percer à jour… Et de le détruire. Et il en sera de même pour tout ceux qui le servent.

L’Autre était apparue, se tenant aux côtés de la Jedi, examinant d’un air concentré l’endroit, semblant plus qu’intéressée par les lieux. L’espace d’un instant, Hayley crût déceler un sourire carnassier sur le visage de son alter ego. Et cette pensée la fit frissonner, puis, elle reporta son attention sur le temple noir, songeant à cette réaction et à ce lieu. C’était peut-être bien ici, en fin de compte, elle pourrait peut-être trouver la solution en ces lieux, ce n’était pas impossible et cette pensée lui redonna un peu de courage, lui permettant de franchir le pas et d’entamer cette anodine mais terrible à la fois ascension des quelques marches pour enfin pousser l’une des portes qui, à son contact, s’ouvrit pour la laisser pénétrer à l’intérieur de l’imposant édifice.

A l’intérieur, les ténèbres, comme il fallait s’y attendre. Elle se figea dans l’obscurité, laissant ses sens prendre le relais après que sa vue eu montrée sa défaillance. Le silence était omniprésent, s’imposant comme une évidence seulement troublé par des lointains bruits qu’un esprit trop fantasque aurait pu attribuer à quelques fantômes. Et un premier constat de ce silence vint confirmer sa première impression : il n’y avait pas âme qui vive ici, le lieu avait dû être abandonné il y a bien longtemps certainement à cause de ce qui avait provoqué cet incendie. Pour autant, elle n’était pas encore en mesure de déterminer le pourquoi de cet évènement qui avait probablement scellé le sort de cet endroit.

    - Tu es sûre de vouloir aller plus loin, Hayley ? J’ai une étrange impression, comme si ce lieu allait une bonne fois pour toute sceller ton destin. La Force sait que je ne pourrais supporter de te perdre.

Du moins physiquement, car de ce corps elle avait malheureusement besoin pour pouvoir étendre son emprise, une emprise que la Jedi combattait de toutes ses forces chaque jours. Le froid se faisait plus pénétrant depuis qu’elle était entrée et il semblait vouloir s’attacher à elle comme des plaques pour la recouvrir et la perdre. C’était bizarre et par certains aspects, pas si désagréable que ça mais elle reprit bien vite ses esprits quand elle réalisa que c’était un effet du Côté Obscur qui émanait de ce lieu et que celui-ci cherchait à l’entraîner dans ses profondeurs. Elle ne devait pas se laisser tenter, elle devrait résister, quoiqu’il arrive. Ce lieu était un carrefour important dans son avenir et son existence, elle le sentait. Et la Force pouvait tout aussi bien l’avoir guidé jusqu’à son propre tombeau…
Avatar de l’utilisateur
By Hayley Curwee
#37117
      - Ofax ets burrin tehn…

    Hayley avait murmuré la chose plus pour elle que pour les autres. Ce qui avait pourtant fait réagir l’Autre qui avait tressaillit tout en se tournant vers elle avant de lever les yeux vers le plafond, laissant tomber ses longs cheveux châtains en arrière :

      - J’ai l’étrange sensation que quelqu’un va mourir ici…

    Une sensation qui traversait tout le corps de la Jedi également, elle détestait cette impression de froid pénétrant qui semblait s’insinuer à travers chaque pores de sa peau pour poursuivre directement dans ses veines, lui glaçant le sang et se glissant jusqu’à ses poumons, rendant presque chacune de ses expirations douloureuses.

      - Ici le Côté Obscur est puissant, il imprègne presque chaque parcelle de ce lieu, peu de Jedi ont déjà dû venir ici.
      - Je dois être la première, j’imagine…

    La chose fit tressaillir l’Autre, une fois encore. Depuis qu’elle s’était matérialisée, c’était la première fois qu’Hayley acceptait de répondre à son alter ego, elle avait refusé jusqu’alors par peur de passer pour une folle ou bien de réaliser qu’elle l’était certainement. La chose s’avéra plaire à l’Autre, la poussant à exhiber fièrement un sourire carnassier tandis qu’elle se tenait en face de la Jedi.

      - Tu comptes rester immobile ici tout le temps ?
      - Non, mais c’est la seconde fois que je pénètre dans un lieu saturé par le Côté Obscur et crois-le ou non mais je ne suis jamais rassurée.
      - Ah ah ah…

    La corellienne plongea sa main dans sa ceinture utilitaire Jedi, s’y dégotant sa lampe torche après quelques secondes passées à fouiller. L’appareil dans la main, elle l’activa, éclairant ce qui ressemblait à un long hall d’accueil, similaire dans bien des aspects à l’entrée d’un temple Jedi. Toujours immobile, elle éclairait au loin, le faisceau de sa torche se heurtant parfois à des colonnes en partie effondrée qui semblait encore soutenir la structure par un inexplicable miracle, la faisant pousser un soupir :

      - Pfff… Pourquoi toujours des endroits effondrés ? Toujours le même bordel…
      - Les choses intéressantes se trouvent toujours dans des endroits dangereux.

    Cette fausse preuve de sagesse eût le don d’agacer la Jedi, la faisant lever les yeux au ciel. Elle n’y trouva que ténèbres, comme partout ailleurs.

      - Qu’est-ce que je perçois là-bas ? Ne serait-ce pas une lueur ?

    L’Autre avait raison, au loin elle pouvait voir une faible braise rougeoyer, perçant l’ombre pour la repousser, visiblement. A travers la Force, elle sentit une grande puissance en émaner, et la sensation de froid qu’elle propageait ne laissait aucun doute sur le fait que le Côté Obscur le possédait.

    Toujours agressée par ce courant glacial qui testait le peu de défense qu’elle pouvait lui opposer, elle s’avança d’un pas lent vers la lueur au loin, ses bruits de pas résonnant dans l’immense salle vide, lui donnant l’impression qu’une menace progressait en même temps qu’elle. Et c’était comme si une puissance invisible cherchait à la ralentir à chaque pas qu’elle faisait pour s’en approcher. Au bout d’une dizaine de minutes, elle parvint à portée de l’objet. C’était une orbe rougeoyante qui reposait sur une stèle, elle donnait l’impression d’être un soleil en feu qui dardait ses rayons de façon à attirer toutes les attentions sur sa propre puissance. Hayley s’arrêta nette à une dizaine de pas de l’objet, ne faisant plus aucun mouvement tandis que les émeraudes de ses yeux se fixèrent sur l’objet. Elle n’avait jamais rien vu de semblable, ni même entendu parler. Les Jedi avait répertorié de nombreux objets de la culture Sith, certes beaucoup d’ouvrages avaient été perdu suite à la Purge, elle avait donc pu passer à côté de la chose involontairement. Mais on ne lui avait jamais parlé d’une telle chose. Elle se demande ce que lui dirait Maître Vos à ce propos, lui qui avait une connaissance des Sith approfondie pour s’être brièvement infiltré parmi eux.

    L’Autre fit le premier pas vers l’objet, les yeux anthracite de la créature aux cheveux châtains semblaient fascinés par l’objet :

      - Il n’y a rien à en craindre. J’en suis certaine. J’y vois…

    Elle ne termina pas sa phrase, faisant un autre pas dans la direction de l’objet, ce qui mit mal à l’aise la Jedi. Elle continuait cependant à le contempler d’un air interdit mais ressentant la résonance de l’artefact irradier jusqu’à elle, réduisant à néant ce froid qui la piquait jusqu’alors la peau de la Jedi.

      - C’est merveilleux. Il y a une telle puissance dans cet objet, je la ressens d’ici. Je dois le prendre dans mes mains, je dois partager sa puissance avec la mienne. Cela nous rendra plus forts. Nous serons enfin libres.

    Les yeux gris de l’Autre étaient comme traversés de flammes, celles de l’objet, de ce qu’Hayley pouvait en juger. L’Autre se retourna vers Hayley, l’invitant à la suivre d’un geste de la main, lui souriant comme à une amie qu’elle n’avait pas vu depuis longtemps :

      - Hayley, c’est là. Toutes les réponses sont là-dedans. Il nous suffit simplement de nous ouvrir à cette orbe et de la laisser s’insuffler à nous.
      - C’est un artefact du Côté Obscur !

    L’Autre lui sourit, puis acquiesça lentement de la tête, se retournant pour continuer, pas après pas, à se rapprocher de l’objet. L’influence de l’Autre pouvait-elle exploser au contact de l’objet ? Elle ne pouvait prendre aucun risque, Hayley courut vers celui-ci, s’en emparant dans le but de l’éloigner de sa part sombre, espérant l’empêcher de faire appel à sa puissance. A peine ses doigts avaient effleurés l’objet qu’une onde de choc la projeta contre une colonne, faisant d’elle un pantin de chair inanimée.
Avatar de l’utilisateur
By Hayley Curwee
#37145
    Elle n’était pas morte. C’était simple de le déterminer, elle avait mal un peu partout, mais surtout dans le dos. Ce premier constat fait, elle lutta pour ouvrir les yeux. La chose était difficile, peut-être un peu trop même mais après une minute, elle y parvint. Elle était seule dans le noir, même si elle pouvait voir à quelques mètres d’elle sa lampe torche éclairer l’un des murs nu en pierre. Elle calma sa respiration qui s’était accélérée sous le stress et essaya de distinguer quelque chose dans ce marasme monochrome, sans pourtant parvenir à quoi que ce soit. Sans compter que son crâne la faisait atrocement souffrir. Elle s’appuya sur la colonne derrière elle et tenta de se relever précautionneusement :

      - Ooooh…

    Elle s’effondra de nouveau à terre, inconsciente.

    Une inspiration brusque déchira le silence des lieux et quand elle parvint à rouvrir les yeux elle fût surprise d’y trouver des lumières orangées donnant une tonalité particulière à l’atmosphère des lieux : chauds et inquiétants à la fois. Elle plissa les yeux, essayant de comprendre ce qu’il se tramait sans se départir d’une certaine méfiance, méfiance qui lui avait pourtant fait défaut concernant l’orbe. C’est alors qu’elle vit passer des enfants devant elles, deux jeunes filles d’à peine 9 ans, elle était en train de courir, fuyaient-elles une menace ? Elle s’appuya de nouveau sur la colonne derrière pour essayer de se relever, ce faisant, elle réalisa que se tenait à côté d’elle une forme indéfini de prime abord qui semblait l’observer. Elle sursauta. Jusqu’à finalement se permettre de mieux percevoir ladite forme. C’était un zabrak de haute stature, la peau rouge foncée, vêtu d’une longue bure qui dissimulait à peine les nombreux tatouages qui parcourait son corps. Un sourire carnassier s’afficha sur son visage tandis que ses yeux jaunâtres se posaient sur la Jedi :

      - Comme on se retrouve, Curwee.
      - D...Darth Oxious ?!

    C’était impossible. Il était mort, il avait rejoint la Force, elle avait vu Drakell 82 le décapiter avec l’aide de son propre sabre. Il semblait avoir deviné ce à quoi elle pensait :

      - Allons, allons, mon emprise s’étends bien au-delà de la mort.
      - Tu es mort, c’est un fait. J’ai vu ta tête se séparer de ton corps.

    Il haussa les épaules, comme si cet infime détail n’y changeait pas grand chose. Une fois redressée, elle tendit la main vers lui, pour le toucher, mais n’y trouve que le vide. Ce n’était pas Darth Oxious, rien qu’une forme intangible, peut-être une réminiscence de ce qu’il avait été.

    Les bruits de pas continuèrent jusqu’à un coin de la pièce, les deux fillettes s’arrêtant derrière l’encadrement d’une porte, l’une se penchant vers l’oreille de l’autre, lui chuchotant quelque chose qu’Hayley pût entendre comme si elle était à leur côté :

      - Tu l’as énervé, Erynia ! Il va vouloir s’en prendre à nous !
      - J’ai pas peur de lui, Iris ! Pas peur du tout ! Si on s’allie, on peut le repousser !

    Erynia, une petite zeltronne à la peau rougeâtre, fronçait les sourcils. Elle regardait par l'entrebâillement de la porte comme si elle guettait l’arrivée de quelqu’un. Pendant ce temps Iris s’était mise dans le fond de la pièce, y cherchant visiblement un endroit pour se cacher. Elle continuait à désespérer pourtant :

      - L’Am’Jenor l’a à la bonne, il a son soutien plein et entier, il ne lui a presque rien dit quand il a broyé la main de Korutze.
      - Peuh ! C’est normal, Korutze est un faible, il méritait une telle leçon, il faisait que fanfaronner ! J’aurais pu faire comme Zurek, j’aurais pu broyer la main de Korutze !

    Iris leva les yeux au ciel, Erynia était peut-être plus fanfaronne que Korutze, même si elle avait de bonnes raisons de l’être. De tous les Am’kep c’était l’une des plus douée au combat, on lui prédisait un grand avenir en tant que duelliste. Même si elle était bien moins impressionnante que Zurek, ce grand zabrak qui avait les faveurs de l’Am’Jenor. Erynia prit la parole :

      - Cet idiot nous a perdu ! Peuh !

    Puis, tournant la tête vers Iris :

      - Avec l’aide de Celaena, on peut lui donner une bonne leçon. Et se faire remarquer par l’Am’Jenor. Il faut que tu lui parles !

    Iris, comme toute sorrusianne qui se respecte, avait la peau légèrement ambrée. L’autre particularité propre à sa race, c’était sa capacité à pouvoir modeler son squelette de manière à en réduire la densité, lui permettant de se glisser dans des espaces confinés sans trop de problèmes. Ce qu’elle effectua pour se glisser entre deux caisses, se dissimulant dans un coin, cachée à la vue de tous. Erynia se retourna dans sa direction :

      - Iris, t’es où ? Iris ?

    Un grand bruit se fit entendre, une immense forme ouvrit la porte à la volée, laissant apparaître un immense zabrak qui toisait Erynia d’un air cruel :

      - Je vais t’apprendre à me défier, Erynia !

    Et de se saisir d’elle sans ménagement, lui colla un poing dans la figure qui fit saigner du nez la petite zeltronne. Il la tabassa ainsi pendant quelques minutes, avant de s’en aller en ricanant, l’abandonnant ainsi.

    La scène paralysait la Jedi tandis que Darth Oxious, à ses côtés, admirait la chose, un sourire aux lèvres :

      - Je sais ce que tu es venue trouver ici. Des réponses. Alors je t’accompagnerais. Je serais ton Virgile lors de ta descente.
Avatar de l’utilisateur
By Hayley Curwee
#37925
    Un sourire atroce, des dents pointus qui formait un rictus cruel, c’est tout ce qu’elle voyait, elle ne pouvait détacher son regard de cela. Et il le savait :

      - Curwee, ton père ne t’as jamais appris que c’était impoli de fixer les gens ?

    Les yeux jaunes du zabrak la toisait avec un air supérieur, un sourire en coin aux lèvres.

      - Il me l’a appris, si, mais tu devrais savoir que j’en ai toujours fait qu’à ma tête. Et ne parle pas de mon père, Oxious.
      - J’avais beaucoup de respect pour ton père.

    Et pour une fois elle lui trouva un air grave, comme s’il ne prononçait pas la chose à la légère. La chose lui fit ressentir de la colère, quelque chose de vieux et oublié qui traînait au fond d’elle-même, une douleur qu’elle aurait aimé effacer mais qui se refusait à la quitter, hélas.

      - Allons, allons, nous commençons à peine notre voyage et tu perds déjà patience ? Qu’est devenue la Jedi qui m’a vaincu ? J’ai peine à croire que ce soit toi.

    Elle souffla doucement, une manière simple et efficace d’évacuer la pression. Elle préféra se concentrer sur le chemin qu’ils avaient prit. Dans ces ténèbres, elle parvenait à distinguer qu’ils étaient dans un couloir dont les parois tranchantes donnaient l’impression qu’un simple contact provoquerait une coupure. L’endroit était dangereux et Oxious semblait avoir remarqué sa méfiance :

      - Ce temple est un très ancien temple Sith, figure toi. Il a appartenu à la Confrérie des Ténèbres de Skere Kaan. Enfin, à proprement parler c’était plus une académie Sith qu’un temple. Mais continuons…

    Arrivé au bout du tunnel, la lumière fût, les amenant dans ce qui semblait être des dortoirs et Darth Oxious, jusqu’ici à côté d’elle, s’écarta de la Jedi pour laisser passer une masse de longs cheveux châtains qui flottait dans l’air telle une bannière. C’était Iris, la Sorrusiane, celle-ci courait à vive allure, jusqu’à l’un des lits superposés où se trouvait une autre petite fille. Là, elle interpella celle-ci :

      - Celaena ? Celaena ? Celaena ! Mais réponds enfin !

    Celle qui répondait au nom de Celaena était une Themiane, ses longues oreilles pointues et sa couleur de peau ocre ne trompait pas. Absorbée par la lecture d’un holopad, elle arborait un air rêveur tout en continuant sa lecture. Après quelques minutes passées à devoir supporter les braillements d’Iris, elle daigna enfin lui accorder un tout petit peu d’attention, le minimum requis visiblement :

      - Oui, Iris ?
      - C’est Erynia. Elle…

    Iris plaqua ses mains sur sa gorge, essayant visiblement de retirer une étreinte tandis que son corps commençait lentement à se soulever dans les airs. Celaena avait éteint l’holopad, se tournant vers Iris qui cherchait à échapper à ce lien invisible qui l’empêchait de respirer, la themiane contemplait la chose avec un détachement dérangeant, même quand on savait qu’elle était formée pour devenir une Sith. Elle semblait faire une expérience sur un cobaye, en témoignait l’impression qu’elle calculait quelque chose. Enfin, elle relâcha la sorusianne, parlant comme si de rien n’était :

      - Si mes calculs sont exacts, encore quelques secondes de plus et tu étais morte. Je me trompe ?

    Elle eût pour seule réponse un râle tandis qu’Iris essayait de refaire fonctionner normalement trachée et cordes vocales, mais la chose semblait mal parti.

      - Oh, je suis désolée Iris, mais tu étais vraiment agaçante. Et puis l’Am'Keynal m’a demandé de travailler la chose, alors j’ai profité de l’occasion. Tu ne m’en veux pas ?

    Elle avait l’air sincèrement contrariée par l’idée qu’Iris puisse lui en vouloir.

      - J’espère que tu vas récupérer la parole, ce serait dommage de perdre ce don que tu as.
      - Eurk, eurk, eurk ! Espèce de…

    Iris se stoppa nette, peut-être s’était-elle rappelée à quel point son interlocutrice était puissante dans le Côté Obscur.

      - Tu as de la chance que l’Am'Jenor te trouve particulièrement douée dans ton utilisation du Côté Obscur, Celaena !

    Iris continuait à se masser la gorge. Elle lançait des regards assassins à l’autre fille qui, visiblement, avait le même âge ou pas loin :

      - C’est Erynia ! Elle a besoin de toi ! Il faut que tu me suives, elle est en danger, vite !

    La themiane parût inquiète, elle bondit de son lit à la suite d’Iris, disparaissant de la vue d’Hayley et d’Oxious en repartant par le couloir et rétablissant les ténèbres par leur départ.

    La Jedi fronça les sourcils en direction des formes qui avaient disparu, pour reporter son regard vers Darth Oxious :

      - A quoi ça rime tout ceci ? Si tu sais vraiment ce que je suis venu chercher, tu sais que ce que tu me fais voir là ne revêt aucun intérêt.
      - Ah, tu crois ça, Curwee ? Patience, en temps voulu tout prendra sens, je puis te le garantir. La patience c’est l’apanage des Jedi, non ?

    Sourire carnassier.
Avatar de l’utilisateur
By Hayley Curwee
#37983
    Iris et Celaena se tenaient prêts d’Erynia, la première légèrement en retrait tandis que la seconde maintenait le corps de la zeltronne contre elle, prenant son pouls. Erynia n’allait pas bien, son visage était tout tuméfié par les coups qu’elle avait reçu. Hayley ressenti un mélange de pitié et de tristesse devant ce spectacle, inquiète, elle aurait voulu se précipiter à leurs côtés pour aider la petite. Mais c’était impossible, elle le savait, pour la simple et bonne raison que tout ceci n’était pas réel. Juste une illusion entremêlé à un souvenir vivant que les émotions tenaces du Côté Obscur semblaient avoir encagés ici-même, dans cette ancienne académie Sith au passé houleux. La Jedi était peut-être sotte, en terme général, mais en ce qui concernait certaines choses, elle s’y entendait. Et la Force en faisait partie. Et elle comprenait bien que tout ceci était une vision de la Force, générée par le Côté Obscur qui imprégnait tant les lieux qu’elle avait l’impression de se dépatouiller à chaque mouvement dans une mélasse noire. Quant à son Virgile, il se tenait à côté d’elle, observant les scènes qui se succédaient en restant impassible, la plupart du temps. Si tout ceci n’était qu’une vision de la Force, de son Côté Obscur, alors une question restait en suspens : qu’en était-il de Darth Oxious ? Était-il une part de cette illusion ? Ou était-ce le vrai, revenu sous forme d’un fantôme de Force, elle savait la chose possible pour les Jedi, Luke lui avait dit avoir pu tenir une conversation avec Obi-Wan Kenobi une fois que celui-ci avait rejoint la Force, alors elle supposait que les Sith avaient cette possibilité aussi, de leur côté.

      - Elle est vivante, elle est vivante !

    Celaena passait sa main sur le front de la zeltronne qui semblait petit à petit reprendre connaissance. Iris, elle, lançait un regard à Erynia :

      - T’es visiblement plus endurante qu’on aurait pu le croire.
      - Plus résistante que toi tu n’es courageuse…

    La remarque ne manquait pas de piquant, elle fit sourire les trois filles pourtant, sûrement parce qu’elles étaient contentes de se savoir toutes en vie.

      - Je t’avais dis de ne pas entamer de combat sans nous.
      - L’Am’Jenor dit que seuls les forts ont leur place dans cette académie.
      - L’Am’Jenor peut se le permettre, il a déjà tué des Jedi. Tu n’es pas assez forte. Seules nous ne le sommes pas, alors qu’ensemble on peut triompher. Plus jamais de folies, Erynia.

    Elle n’était pas en état de contester, elle n’en avait pas la légitimité non plus, fallait dire. Plus maintenant. Elle avait toujours été la plus douée au sabre, la plus capable au corps à corps, mais elle n’avait pas su résister à Zurek. Cette cuisante leçon, elle la retiendrait probablement toute sa vie. Celaena semblait avoir devinée à quoi elle pensait :

      - On lui fera payer, le moment venu. Il ne perds rien pour attendre. Laisse le temps accroître ta colère, nous n’avons pas besoin du feu pour le moment, mais de la glace. C’est une rage froide qui nous aidera à nous en sortir. Et à apporter la juste vengeance que tu savoureras. Compris ?

    La zeltronne acquiesça. De ce trio, elle n’était que les muscles, une place qui lui convenait bien, une place dans laquelle elle voulait exceller. La themiane, par ses capacités hors du commun et sa froide réflexion s’était imposée le plus naturellement comme la dirigeante de ce petit groupe quand la sorrusiane s’était placée comme l’intermédiaire par son don à communiquer.

    Elles s’évanouirent, retombant en poussière sous les yeux ébahis de la Jedi. Et les ténèbres, de nouveau, avec pour seul présence celle de son guide qui se trouvait à ses côtés. Un long silence tomba, les séparant, avant que son compagnon ne le trouble :

      - Une étape vient de se terminer sous tes yeux, la première et la plus importante, car elle est mère de toutes, initiatrice d’une suite qui finira par t’affecter.

    Même dans les ténèbres, elle sentait son regard, le regard perçant du Seigneur Sith qu’elle avait vaincu. Il semblait la jauger, dans l’attente évidente de la moindre réaction que pourrait offrir la Jedi. Et elle dans tout ça ? Elle était partagée. La crainte était la réaction évidente, elle se savait seule ici, à la merci de tout les pièges que cet endroit ayant appartenu aux Sith pouvait lui offrir. Mais au-delà de ça, il y avait cette empathie qu’elle n’aurait pas dû ressentir et qui, pourtant, prenait le pas sur ses peurs. Une empathie théoriquement contre-nature puisqu’elle englobait trois Sith en devenir, du moins au moment où elle venait de les voir.

      - Elle m’affecte déjà, Oxious. Elle menace de me détruire, ainsi que ceux que j’essaye de protéger. Ils courent un danger à cause de moi. A cause de nous. A cause de ce lien que nous avons créé involontairement.
      - Oui...un lien. Mais ne l’avais-tu pas défait en gagnant ce duel contre moi ?
      - C’est ce que je pensais. Mais peut-il y avoir une fin définitive à quoi que ce soit ?
      - Hin hin hin…

    Ce ricanement dévoilait des dents pointus qu’une proximité trop grande lui faisait trop bien voir. Il se mouvait en flottant au-dessus du sol, tendant le bras droit pour l’inviter à le suivre, ce qu’elle fit sans broncher.

      - Nous allons à présent continuer vers la salle d’entraînement, ici tu verras que les choses changent avec le temps.

    Il prit un air sibyllin.

      - Cela paraît aussi évident que trivial, ce genre de propos.
      - Oh, tu trouves, petite Jedi ?

    Elle fronça les sourcils, mais lui emboîta le pas. Il y avait une puissance qui émanait de lui, quelque chose de menaçant mais familier qui la conforta dans sa décision. Il n’y avait pas à avoir peur. Du moins c’est ce qu’elle espérait. Et puis la curiosité la poussait vers ce désir d’en apprendre plus, de toute façon.

https://i.gifer.com/6Mdo.gif […]

"Jolie atterrisssssssage, Mando." Un […]

Un Hutt et des Jeux...

"Ha ha ha" Ce petit Sith avait osé […]